La critique du latin au 19e siècle

Si, comme on l’a vu pour le 18e siècle, le latin a fait l’objet de critiques qui mettent en cause l’utilité de l’universalisme du latin du fait de la prépondérance de la langue française ou qui, comme Louis-Sébastien Mercier critiquent le désir de faire apprendre le latin simplement pour permettre une ascension sociale, la Révolution, comme on l’a vu également, s’est faite au nom de la Vertu romaine redécouverte par Rousseau. L’échec de la Terreur a entrainé une remise en cause de la motivation explicite principale : l’imitation des anciens. Il s’agit bien de la motivation explicite car implicitement, faire du latin n’est pas une activité particulière, c’est la base de l’enseignement traditionnel qui, de ce fait, n’a pas besoin de motivations.

Au 19e siècle, il va falloir trouver de nouvelles motivations et la gymnastique de l’esprit va être l’une d’entre elles comme l’analyse du livre de Raoul Frary de 1885, La question du latin, nous l’a montré. Cependant, il y a aussi au 19e siècle des critiques très fortes de l’enseignement du latin qui portent sur le contenu de l’enseignement, c’est-à-dire sur les auteurs classiques qui sont attaqués soit par les milieux catholiques ultramontains, soit par les milieux économistes libre-échangistes.

Continuer la lecture de La critique du latin au 19e siècle