Textes techniques latins (3) Frontin, les aqueducs de Rome

Rome a inventé la jurisprudence et l’eau courante : certains disent que c’est beaucoup moins que les grecs, mais l’état de droit et l’hygiène nous concernent encore de très près. Les aqueducs qui ont permis cette avancée ont laissé des traces à Rome comme les arches de cet aqueduc construit par Néron et que l’on peut voir depuis St-Jean de Latran.

On trouve mention de cet aqueduc dans l’ouvrage d’un homme politique du premier siècle qui eut une carrière brillante sous les règnes de Domitien et de Nerva. Il occupa à un moment de sa carrière la très importante charge de curator aquae, c’est-à-dire de curateur des aqueducs, charge aussi importante que celle de curateur de l’annone ou des routes comme le souligne Alain Malissard dans son livre (déjà cité à propos de la pompe à incendie où il montre les rapports des romains avec l’eau [1]. Frontin n’est curateur des aqueducs que peu de temps mais rédige un rapport officiel où il fait le point de la situation tant sur les aspects techniques que réglementaires, rapport intitulé De aquaeductu Urbis Romae, des aqueducs de la Ville de Rome. Selon Pierre Grimal qui a établi, traduit et commenté le texte [2], l’intention de l’auteur est de réformer l’administration des eaux et son rapport est destiné à l’empereur : il veut dans ce cas précis des « eaux », appliquer la politique générale de restitution du pouvoir réel à l’ordre sénatorial contre l’administration urbaine qui avait réussi à s’autonomiser dans un corps de fonctionnaires. Destiné au public, son rapport est une pièce de la propagande de Trajan (Grimal : XV).

Continuer la lecture de Textes techniques latins (3) Frontin, les aqueducs de Rome