La troisième République et le latin. Jules Simon

Pour beaucoup, après le désastre de 1870, il devient urgent de remettre en cause l’enseignement : pour les républicains c’est l’instituteur prussien qui a gagné la guerre et, aux yeux de Renan il sera possible de tirer du bénéfice de cette « guerre funeste » si elle rend possible une régénération dont l’enseignement supérieur est pour lui un aspect important [1]. Quelques années plus tard, en 1874, Jules Simon, le ministre de l’Instruction publique du gouvernement Thiers rappelle encore :

« On n’a peut-être pas oublié le cri qui s’élevait après la guerre contre notre ignorance en géographie. On répétait de tous côtés avec indignation qu’aucun de nos soldats, réguliers ou volontaires, ne savait la géographie ni l’allemand. Ils ne savaient même pas l’histoire de leur pays. Le contraste avec les officiers allemands, tous munis d’excellentes cartes, un grand nombre parlant français, était navrant. » [2].

La comparaison avec l’Allemagne est particulièrement douloureuse : c’est un vainqueur qui a non seulement remporté la victoire, mais qui l’a transformée en humiliation par le rapt de l’Alsace-Lorraine, alors que ce vainqueur était admiré comme un pôle de civilisation tant dans le domaine des lettres que dans celui des sciences.

Continuer la lecture de La troisième République et le latin. Jules Simon