La troisième République et le latin. Michel Bréal

Nous avons vu que Jules Simon, ministre de l’Instruction publique en 1874 veut rénover l’enseignement du latin en supprimant certaines pratiques qu’il juge désuètes. Michel Bréal (1832-1915), linguiste formée à l’école allemande où s’est crée la philologie,  proche de Jules Simon, va attaquer l’enseignement du latin précisément au nom de cette science philologique.

Si l’on compare le livre de Michel Bréal [1] avec celui de son ministre (publié chez le même éditeur Hachette) on constate une unité très forte. Critique radicale du thème latin, noyé également dans le ridicule en citant comme exemple ce texte à traduire : l’humanité était un sentiment si étranger au peuple romain, que le mot même qui l’exprime manque dans la langue (p. 207). Même insistance sur la finalité première de l’étude du latin qui est de lire les textes et non des « fragments sans suite et sans nom, lentement et laborieusement transportés en français » (p. 213). Il veut imiter l’enseignement allemand qui pratique soit la lecture approfondie, soit la lecture rapide : « celle-ci se propose d’aller en avant et de voir les auteurs en se contentant d’un petit nombre d’observations nécessaires » (p. 218) et nous en arrivons au passage où Jules Simon sent un désaccord quand il ne veut s’intéresser qu’au style :

Continuer la lecture de La troisième République et le latin. Michel Bréal