Philippe Melanchthon (1) La Confession d’Augsbourg

Philippe Melanchthon, né en 1497, mort en 1560,  est le contemporain d’Erasme (1466-1536) et le compagnon de Luther (1483-1546) dans l’œuvre de la Réforme.

Melanchthon est la traduction en grec de son patronyme Schwarzerdt : de même que beaucoup d’humanistes latinisèrent leur nom en le traduisant, comme le géographe Mercator dont le nom est tiré de l’allemand Krämer, boutiquier ; de même Schwarzerdt, où schwarz, noir et erde, la terre, peuvent être traduit en grec par melan, noir, comme dans mélancolie (ou bile noire) et chthon, terre, comme dans autochtone.

Il est en particulier le rédacteur principal de la Confession d’Augsbourg [1]. Rappelons les faits : en 1520 Luther est excommunié, convoqué par Charles Quint à Worms, refuse de s’y rendre et est mis au ban de l’Empire ; se cache, traduit la Bible en allemand. Des villes se rallient à la nouvelle manière de concevoir la religion. La guerre des paysans menée par Thomas Müntzer est écrasée en 1525 et la nouvelle foi est adoptée par un certain nombre de princes. En 1530 Charles Quint convoque une diète à Augsbourg pour confronter les options religieuses en vue de retrouver l’unité. C’est le texte dit de la Confession d’Augsbourg qui a été rédigé principalement par Melanchthon et que nous allons étudier dans sa version latine. Il existe parallèlement une version allemande et nous verrons quelques divergences.

Continuer la lecture de Philippe Melanchthon (1) La Confession d’Augsbourg