Indentation, suite : Virgile, Bucoliques, première églogue

 Voici en lecture interlinéaire indentée l’ensemble de la première églogue des Bucoliques (le texte latin étant celui de la Loeb Classical Library). Rappelons que le but de la présentation indentée n’est pas de donner une traduction d’un texte mais de permettre la compréhension de la structure de la phrase en respectant l’ordre des mots. Pour mettre en rapport la phrase latine et sa traduction, les mots latins doivent être lus de haut en bas puis de même pour chacun des reports à droite successifs, que l’on lit également de haut en bas. L’alternance des vers est rendue par la couleur, rouge pour les vers impairs, bleue pour les pairs.

Quand la traduction suit d’assez près la structure de phrase latine, il n’y a pas d’indentation comme dans l’ordre donné par “ce jeune homme” objet d’un culte de reconnaissance (évocation du patrimoine spolié et rendu à Virgile par Octave) :

« pascite, ut ante, boves, pueri : submittite tauros ».
faites paitre comme avant vos vaches, enfants, élevez vos taureaux

Souvent la phrase est à l’unisson du vers comme dans les deux derniers vers de la finale :

et iam
_____summa
procul
_____villarum culmina fumant
et déjà au loin les plus hauts des fermes fument

__________maioresque
_____cadunt
_______________altis
__________de
_______________montibus
umbrae
et les ombres tombent plus grandes des montagnes élevées

 Mais dans certains cas la phrase peut s’articuler sur trois vers comme ici, avec six niveaux d’indentation :

hinc
_______________tibi,
_____quae semper, vicino ab limite
saepes
__________Hyblaeis apibus
_____florem depasta salicti
_______________saepe
_________________________levi
____________________somnum
_______________suadebit inire
_________________________susurro ;
de ce côté la haie dont toujours, à la lisière proche, la fleur du saule est broutée par des abeilles de l’Hybla, te conseillera souvent d’entrer en sommeil par un léger murmure.

D’une manière pratique, cette façon de faire suppose l’utilisation d’un traitement de texte : il faut trouver un équilibre entre une fragmentation du texte qui en montre la structure et une bonne lisibilité qui exige de ne pas multiplier les niveaux de lecture (qui doivent être séparés par cinq blancs soulignés). Un problème de présentation sur lequel j’hésite est de savoir s’il faut mettre la traduction à l’aplomb de chaque indentation ou à la fin de la phrase. Pour les vers, j’ai pris la solution de mettre le texte français à la fin, pour la prose, il m’est arrivé de prendre l’option inverse.

Continuer la lecture de Indentation, suite : Virgile, Bucoliques, première églogue