Virgile, Bucoliques, 4e églogue, du Moyen Âge au Dollar

Pour Augustin, comme nous l’avons vu précédemment, Virgile est le poeta nobilissimus, et cette admiration va être partagée au Moyen Âge où il va être considéré comme le représentant de la sagesse de l’antiquité.

Un premier exemple nous est donné par un hymne liturgique spécifique de la ville de Mantoue (ville de naissance de Virgile), qui est chanté le 25 janvier, jour de la solennité de la conversion de Saint-Paul. Celui-ci est supposé s’adresser à Virgile :

Ad Maronis mausoleum
au mausolée de Maro [Virgile = Publius Vergilius Maro]

Ductus, fudit super eum
conduit, il versa sur lui

Piae rorem lacrimae:
une rosée de pieuses larmes

Quem te inquit reddidissem
Que n’aurais-je fait de toi, dit-il

Si te vivum invenissem,
si je t’avais rencontré vivant,

Poetarum maxime
[toi], des poètes le plus grand

mais plus tard un autre  auteur dit :

Nel mezzo del cammin di nostra vita
Au milieu du chemin de notre vie

mi ritrovai per una selva oscura
je me retrouvai par une forêt obscure

ché la diritta via era smarrita
car la voie droite était perdue.

On a reconnu Dante et le début de l’Enfer car Virgile est très présent dans la divine comédie. Continuer la lecture de Virgile, Bucoliques, 4e églogue, du Moyen Âge au Dollar