Comparer les traductions (1)

Nous avons vu dans le précédent billet, que les traductions pouvaient se situer dans une opposition entre langue source et langue cible. Nous avions terminé en précisant que la traduction avait à rendre compte d’un milieu source pour l’adapter à un milieu cible. Je vais tenter ici, en m’appuyant sur le troisième chapitre « comment traduire ? » du livre de Georges Mounin, Les belles infidèles [1], de donner un cadre théorique à cette opposition. J’espère ainsi pouvoir aider les élèves à se livrer à cet exercice recommandé de comparaisons de traductions : je prendrai mes exemples pour ce premier billet dans des traductions des Bucoliques.

Cadre théorique général

Le principe général repose donc sur le fait qu’un texte à traduire a été écrit :
– dans une langue donnée (langue source) dont la structure est plus ou moins distante de la langue en laquelle on veut la traduire (langue cible) ;
– à une époque plus ou moins lointaine
– dans une civilisation, une culture (au sens anthropologique) plus ou moins distante de celle du traducteur.

Continuer la lecture de Comparer les traductions (1)