Comparer les traductions (2)

Nous continuons notre examen de la comparaison de traductions en prenant le cas d’une traduction célèbre, celle de la Bible par Luther dont on dit souvent qu’elle est à l’origine de l’allemand moderne, ce qui est une pieuse légende mais qui est exact en ce qui concerne le vocabulaire théologique, qu’il a fait passer du latin à l’allemand, et au-delà le vocabulaire philosophique en initiant le débat sur la liberté humaine [1]. Si cette traduction a eu un si grand retentissement, c’est parce que Luther a décidé, en ce qui concerne le choix du milieu source ou du milieu cible, de se tourner résolument vers le peuple allemand de son époque. Il s’en explique dans son Épitre sur l’art de traduire où il dit que ce n’est pas par l’étude du latin qu’on apprend à parler allemand si l’on veut se faire comprendre de tous :

« c’est à la mère dans la maison qu’il faut s’adresser, aux enfants dans la rue, à l’homme du commun au marché, regarder comment parle leur bouche et traduire en respectant leur leçon, car c’est alors qu’ils vous comprendront et auront le sentiment que vous leur parlez allemand » [2] (p.75).

Continuer la lecture de Comparer les traductions (2)