Locke : Epistola de tolerantia

Comme le souligne Jean-Fabien Spitz dans son introduction à la Lettre sur la tolérance (1686) [1], on attendrait, dans un texte de Locke sur un tel sujet, une argumentation philosophique qui arrime la liberté religieuse sur les droits fondamentaux de la personne humaine. Ce n’est pas le cas, car ce texte, dans une optique analogue pour beaucoup de point à celle de Hobbes, met au cœur de sa réflexion le rôle de l’État.

Plusieurs faits liés à l’histoire de l’Angleterre motivent ce choix : en premier lieu, le fait que la succession de souverains catholiques ou non à la tête du royaume, a entrainé des basculements de l’Église en Angleterre qui a dû suivre ces allers et retours (1531 Henri VIII rompt avec Rome ; 1553, Marie Tudor rétablit le catholicisme ; 1559 Elizabeth Ière retourne à la réforme anglicane) : vers 1689, Locke est lié à son protecteur Shaftesbury qui fait campagne pour empêcher l’accession au trône du frère de Charles II qui est catholique. La seconde motivation est le fait que la guerre civile récente a été provoquée ou du moins accompagnée par les revendications de sectes dissidentes. Locke doit donc affirmer d’abord le principe que, contrairement aux catholiques et aux sectes dissidentes qui revendiquent de la part de l’État une politique basée sur leurs convictions, le rôle de l’État n’a que des fins profanes et que s’il s’aventure à imposer des croyances religieuses, il fait un acte contre nature. En effet seule une foi personnelle peut être agrée par la divinité : une croyance imposée par la force de la loi est sans valeur religieuse.

Continuer la lecture de Locke : Epistola de tolerantia

  1. John Locke, Lettre sur la tolérance, GF-Flammarion, 1992, p.11-12 []