Textes techniques latins (5) La centuriation

L’intrigue de la première bucolique est basée sur un problème d’expropriation car pour installer ses vétérans, Auguste chasse les anciens occupants de nombreuses régions. Il s’en explique dans ses Res gestae [1] :

_____Millia civium Romanorum sub sacramento meo fuerunt
circiter quingenta
Environ cinq cent milliers de citoyens romains me furent assermentés
Ex quibus deduxi in colonias aut remisi in municipia sua
de ceux-ci j’en ai établi dans des colonies ou renvoyés dans leurs municipes
stipendis emeritis
leur service achevé
millia aliquanto plura quam trecenta
un peu plus de trois cent mille
et iis omnibus
et à tous ceux-ci
agros adsignavi
j’ai assigné des terres
aut pecuniam pro praemis militiae dedi
ou j’ai donné de l’argent comme récompense de leur service aux armées (3,3)

Dans la région de Mantoue, les propriétaires, comme Tytire et Melibée sont expulsés pour permettre de fonder la colonie : certains cependant, en général ceux qui ont pris le parti du vainqueur peuvent obtenir de rester sur place. Tytire lui implore le prince qui par un  « pascite, ut ante, boves, pueri : submittite tauros », faites paitre comme avant vos vaches, enfants, élevez vos taureaux, lui donne le droit de rester.

Les opérations de fondations de colonies, c’est-à-dire d’octroi de terres à des vétérans par exemple, concernent des populations très importantes (300.000 personnes dans le cas d’Auguste) et supposent donc une logistique très précise. Il s’agit, dans un territoire conquis ou confisqué, de tracer des lots de terrain en nombre considérable, ensuite de les attribuer à des individus et d’en garder trace dans un cadastre enregistré pour résoudre toutes les contestations ultérieures.

Continuer la lecture de Textes techniques latins (5) La centuriation

  1. Res gestae divi Augusti, édition de John Scheid, Les belles lettres, 2007 []