Refonder l’enseignement du latin et du grec (2) : Heinz Wismann et le « De vulgari eloquentia » de Dante

Heinz Wismann, dans le résumé de son intervention faite le premier jour aux rencontres autour des langues et cultures de l’antiquité, s’exprime ainsi  :

« Quand Dante oppose dans son traité De vulgari eloquentia le foisonnement des langues vernaculaires, où s’épanouit le plaisir de communiquer, au caractère figé du latin savant de son époque, il pourrait sembler qu’il anticipe la distinction, aujourd’hui courante, entre langues vivantes et langues mortes. Or, à y regarder de plus près, on s’aperçoit que la diversité évolutive des parlers locaux résulte de la disparition, évoquée dans plusieurs récits bibliques, du langage originel, dont le latin vise au contraire à recréer l’unicité immuable. Loin de s’apparenter à un simple idiome véhiculaire, à l’instar de l’anglais scientifique ou commercial de nos jours, cette langue de substitution incarne, par ses principes de construction, l’essence de tout langage possible. Ce n’est qu’ainsi que s’explique le projet de l’auteur de la Divine comédie de forger une nouvelle langue poétique, en combinant la vitalité du dialecte avec la rigueur grammaticale du paradigme latin. Celui-ci vit désormais dans ce que Dante nomme le vulgare illustre, qui fournira aux humanistes les critères d’appréciation du latin classique comme langue vivante. Commence alors la recherche de la meilleur traduction, capable de faire résonner la parole ancienne dans toutes les langues de culture nées sous le signe de sa grammaire exemplaire. Si bien que l’ensemble de ces traductions, enrichies d’interprétations et de commentaires critiques, finira par former un vaste corpus de thèmes et de thèses, qui recevra le nom d’Humanités. » [1]

 Puisque nous y sommes invités, allons donc examiner le traité de Dante De vulgari eloquentia. En voici le premier chapitre : je suis redevable pour la compréhension de ce texte, de la traduction et des commentaires d’Irène Rosier-Catach [2].

Continuer la lecture de Refonder l’enseignement du latin et du grec (2) : Heinz Wismann et le « De vulgari eloquentia » de Dante

  1. Langues anciennes mondes modernes, rencontres autour des langues et cultures de l’antiquité, CNDP, janvier 2012, p. 23 []
  2. Dante Alighieri, De l’éloquence en vulgaire, Traduction et commentaires sous la direction d’Irène Rosier-Catach, Fayard, 2011, coll. Ouvertures bilingues. []