Portraits de Machiavel

Les Anciens connaissaient parfaitement ce que, depuis Machiavel, nous appelons une conduite machiavélique : Thucydide dans la Guerre du Péloponnèse [1] raconte comment les envoyés athéniens auprès de leurs adversaires méliens font preuve de machiavélisme en leur expliquant que le but de la négociation engagée par la délégation est de leur faire comprendre que le rapport de force est en faveur d’Athènes et que tout appel à la justice est inutile.

Un tel propos semble cependant scandaleux à Rome, quelques siècles plus tard, au temps d’Auguste, où Denys d’Halicarnasse, inspiré par le stoïcisme de l’époque, juge que ce sont des propos indignes de grecs. Selon lui, le discours mis dans la bouche des athéniens n’est que le reflet de la haine que Thucydide portait envers sa patrie qui l’avait exilé. [2]

Dans un récent billet, nous avons montré comment Machiavel reprend le programme des anciens en matière politique et comment il le modifie cependant en assumant ce que les anciens considéraient précisément comme une infamie. L’appréciation de Thucydide, soit positive, soit négative, s’est répétée à propos de Machiavel et a entrainé des condamnations ou des louanges qui se poursuivent encore aujourd’hui dans les différents portraits qui sont faits de lui. Examinons-en quelques-uns.

Continuer la lecture de Portraits de Machiavel

  1. V,VII,89 []
  2. Les orateurs antiques, Thucydide, VII, 41, 8 []