Entre le latin des sciences d’autrefois et l’anglais scientifique d’aujourd’hui : le « Latino sine flexione » de Giuseppe Peano

Le latin cesse d’être la langue de la science d’une manière progressive : Newton publie encore les Principia en latin (Philosophiae Naturalis Principia Mathematica) en 1687 mais au 18e siècle, c’est le français qui est la langue de la diplomatie et du savoir comme en témoigne le concours de la Classe des Belles lettres de l’Académie de Berlin pour son prix de 1784 « Qu’est-ce qui a rendu la langue française la Langue universelle de l’Europe ? À quelle cause doit-elle cette préférence ? » Ce concours est remporté l’année suivante par Rivarol avec son Discours sur l’universalité de la langue française.

Au 19e siècle, la science se développe, le nombre des « savants » va croissant et chaque pays publie dans sa langue, ce qui rend la situation inextricable.[1] Quelle solution envisager ? C’est l’époque où l’on invente des langues artificielles comme le volapük ou l’espéranto et les discussions sont nombreuses pour choisir un système.

 Voici comment la situation est décrite en 1903 par Louis Couturat (1868-1914), universitaire reconnu pour ses travaux sur Leibniz et la logique mathématique, auteur précisément d’une Histoire de la langue universelle :

« La nécessité d’une langue internationale auxiliaire n’est plus contestée par personne : elle s’impose avec une évidence et une urgence croissantes, à mesure que se développent les relations de toute sorte entre les nations civilisée. C’est un lieu commun que de constater les progrès inouïs des moyens de communications : on pourra bientôt faire le tour du monde en quarante jours ; on télégraphie (même sans fil) d’un côté à l’autre de l’Atlantique ; on téléphone de Paris à Londres, à Berlin, à Turin. »

Continuer la lecture de Entre le latin des sciences d’autrefois et l’anglais scientifique d’aujourd’hui : le « Latino sine flexione » de Giuseppe Peano

  1. Josiane Hay, « Interculturel et langues véhiculaires et auxiliaires : réflexion sur l’anglais lingua franca », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 1 | 2009, disponible en ligne []