La sténographie en latin : les notes tironiennes

Notarius en latin a les deux sens de secrétaire et de sténographe : ce dernier est celui qui prend des « notes », c’est-à-dire qui enregistre des signes qui permettent de noter intégralement les paroles dites par exemple lors d’un discours au sénat ou d’une plaidoirie dans un procès.

Cicéron utilisait ce système : dans une lettre à Atticus (13, 32), il pense que son correspondant a mal compris ce qu’il lui demandait, quia δια σημείϖν scripseram, “parce j’avais écrit « en signes »”, c’est-à-dire qu’il avait utilisé des signes sténographiques non pour aller plus vite, mais à des fins de confidentialité. Comme son secrétaire, l’affranchi Tiron était un collaborateur fidèle et efficace, au 4e siècle on lui a attribué l’invention de ces signes ou notae [1].

On n’a pas de traces de notes tironiennes datant de l’antiquité mais elles furent utilisés jusqu’au 10e siècle : en voici un exemple tiré d’un article de Denis Muzerelle qui a été ma source principale pour le présent billet [2] :

Il s’agit du début des versets 3 et 4 du psaume 59 : en nous aidant d’un écrit d’Emile Chatelain de 1900 qui donne les principes du déchiffrement des notes tironiennes [3], essayons d’en comprendre le principe.

Continuer la lecture de La sténographie en latin : les notes tironiennes

  1. Article « notes tironiennes » du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. XII, 2, 1936, col. 1669-1708 []
  2. Denis Muzerelle , « Aperçu sommaire (et perspectives nouvelles) sur les notes tironiennes », dans Écritures abrégées (notes, notules, messages, codes…) : l’abréviation entre pratiques spontanées, codifications, modernité et histoire, N. ANDRIEUXREY,S. BRANCA-ROSOFF, C. PUECH, dir., Paris – Gap, Ophrys, 2004 (Bibliothèque de ‘Faits de langues’), p. 191-210. Version abrégée disponible en ligne []
  3. Émile Chatelain, Introduction à la lecture des notes tironiennes, Paris, 1900 []