L’excellence pour tous. Pourquoi ?

Résumons le débat sur la réforme du collège : un bon exemple en est, dans le Monde du 29 mai, la confrontation entre un homme politique, François Bayrou et un sociologue, Pierre Merle. Ils n’ont pas dialogué mais faisons-le à leur place en utilisant leur vocabulaire :
François Bayrou : le collège unique est un acquis, mais il ne faut pas le rendre uniforme car certains ont plus d’allants que d’autres et devraient pouvoir aller aussi loin que possible. Ceux qui sont moins armés doivent cependant être assurés d’un socle de connaissance.
Pierre Merle : vous renforcez ainsi le privilège scolaire de ceux qui sont bien nés et vous suscitez le découragement chez les plus faibles qui se sentent dévalorisés. Le programme international PISA indique que la France est un des pays où l’origine sociale a beaucoup d’impact sur la scolarité. Comme dans d’autre pays, l’unification de l’éducation conduirait à favoriser les plus faibles sans nuire aux plus forts.
François Bayrou : ce n’est pas ce qui se passera. On assistera à une fuite du public vers le privé : la mauvaise monnaie chasse la bonne.
Pierre Merle : je constate que les élites passéistes ressassent les mêmes stéréotypes et ne veulent pas voir les acquis de la connaissance comme les enquêtes internationales de type PISA.
François Bayrou : par détestation d’un prétendu « élitisme », on saccage le travail de bien des années et de bien des enseignants. Continuer la lecture de L’excellence pour tous. Pourquoi ?