Un demi-siècle de Statistiques du Ministère sur l’enseignement du latin (et du grec)

La première publication de statistiques du ministère de l’Éducation nationale date de 1966. Il s’agit d’un ouvrage de 11,5 cm sur 17,2 avec une reliure en moleskine, brillante comme un agenda pour en faire ressortir le caractère annuel. Il est inspiré, c’est dit dans la préface, des tableaux de l’Economie nationale de l’INSEE dont la première édition est sortie sous le même format en 1956.

Cette édition datée de 1966 (qui traite de la rentrée 1964) est peu prolixe sur l’enseignement du latin et du grec : on n’y trouve qu’une page (p.86) où l’enseignement classique est distingué de l’enseignement moderne, uniquement pour l’enseignement public et pour les seules classes de la 5e à la 3e. Dès l’édition suivante de 1967 (rentrée 1965) un chapitre « langues » apparait où l’on trouve le nombre total d’élèves étudiant le latin (337 039) mais uniquement pour l’enseignement public. Malgré l’absence du privé, c’est de cette année scolaire 1965 que je ferai partir l’analyse des statistiques qui iront jusqu’à l’édition de ce qui s’appelle maintenant les Repères et Référence statistiques édition 2021 pour la rentrée 2020. On y constate que les élèves étudiant le latin dans le public sont de 307 367 (p. 115) ce qui laisserait penser qu’il n’y a guère eu de modifications depuis la rentrée 1966.

Le but de cette étude va être, par l’intermédiaire d’un graphique, d’essayer de comprendre les évolutions du latin, du grec tant dans le public que le privé par rapport à l’évolution globale de la population susceptible d’étudier ces langues.

Continuer la lecture de Un demi-siècle de Statistiques du Ministère sur l’enseignement du latin (et du grec)