Antigone de Sophocle

Version jouée en juillet 2015 à Bruxelles
Antigone : Alexis Tsipras
Créon :  Wolfgang Schäuble

Le 8 juillet 2015, Alexis Tsipras déclare au parlement européen :

« Plusieurs sont ceux qui se sont référés à la tragédie antique grecque pendant les débats. Je respecte pleinement les lois qui régissent l’UE et la zone euro. Les lois sont nécessaires pour avancer. Mais puisque vous avez mentionné la tragédie grecque, je rappelle que Sophocle nous a appris avec son chef-d’œuvre «Antigone» qu’il y a des moments où la loi supérieure de la justice doit l’emporter sur les lois humaines. Et je pense que le moment actuel l’exige aussi. »[1]

Que voulait-il dire exactement ? Est-ce que Sophocle envisageait bien une loi supérieure « de la justice » ? Relisons donc de près les vers 446-455 de la tragédie [2]. Lire la suite Antigone de Sophocle

  1. Source []
  2. texte grec des Belles Lettres 2005 []

L’art de gouverner ses esclaves

ArtGouvEsclavesLa fiction est la suivante : un certain Marcus Sidonius Falx, consulaire de son état, est censé expliquer à des non-romains comment il faut gérer ses esclaves, les acheter, les faire travailler, surveiller leur vie sexuelle, les punir mais aussi les affranchir le cas échéant. Il montre enfin que les chrétiens traitaient leurs esclaves comme tout le monde. Après chaque exposé de Falx, Jerry Toner, (directeur d’études associé à la faculté d’études classiques de Cambridge), reprend la parole pour le commenter et indiquer les sources où l’on pourra trouver ce qui rend compte du point de vue romain.
Lire la suite L’art de gouverner ses esclaves

Appel de Barbarin Cassin et Florence Dupont pour une refondation de l’enseignement des Humanités

L’appel est paru dans Libération du 15 juin 2015. En voici le texte :

Réformer l’enseignement du latin et du grec dans les collèges ? Une bonne idée. En faire un enseignement interdisciplinaire qui ne sépare pas ces langues des mondes anciens auxquels elles nous font accéder ? Une très bonne idée, car la Grèce et Rome sont la mémoire commune de nos cultures contemporaines, mémoire qui dépasse les frontières, transcende les langues, les religions et les nationalités, mais mémoire aujourd’hui menacée par la violence intégriste comme par l’utilitarisme libéral. Offrir à tous et partout cet enseignement des cultures antiques et de leurs langues, en faire un enseignement fondamental ? Une excellente idée, car il est indispensable à la formation de l’esprit critique, il initie à la complexité du monde, à la relativité des mœurs, à la laïcité. Lire la suite Appel de Barbarin Cassin et Florence Dupont pour une refondation de l’enseignement des Humanités

L’excellence pour tous. Pourquoi ?

Résumons le débat sur la réforme du collège : un bon exemple en est, dans le Monde du 29 mai, la confrontation entre un homme politique, François Bayrou et un sociologue, Pierre Merle. Ils n’ont pas dialogué mais faisons-le à leur place en utilisant leur vocabulaire :
François Bayrou : le collège unique est un acquis, mais il ne faut pas le rendre uniforme car certains ont plus d’allants que d’autres et devraient pouvoir aller aussi loin que possible. Ceux qui sont moins armés doivent cependant être assurés d’un socle de connaissance.
Pierre Merle : vous renforcez ainsi le privilège scolaire de ceux qui sont bien nés et vous suscitez le découragement chez les plus faibles qui se sentent dévalorisés. Le programme international PISA indique que la France est un des pays où l’origine sociale a beaucoup d’impact sur la scolarité. Comme dans d’autre pays, l’unification de l’éducation conduirait à favoriser les plus faibles sans nuire aux plus forts.
François Bayrou : ce n’est pas ce qui se passera. On assistera à une fuite du public vers le privé : la mauvaise monnaie chasse la bonne.
Pierre Merle : je constate que les élites passéistes ressassent les mêmes stéréotypes et ne veulent pas voir les acquis de la connaissance comme les enquêtes internationales de type PISA.
François Bayrou : par détestation d’un prétendu « élitisme », on saccage le travail de bien des années et de bien des enseignants. Lire la suite L’excellence pour tous. Pourquoi ?

Pour un compromis qui règle (définitivement) la question du latin

Au fil des semaines qui ont suivi la présentation des propositions concernant le latin au Collège, plusieurs constatations ont pu être faites :
– les enseignants de latin vivent très mal la situation qui leur est faite : ils se sentent méprisés dans leur identité professionnelle par la ministre, mais aussi par certains de leurs collègues enseignants de français ou d’autres disciplines qui se réjouissent ou tout du moins n’ont pas de regrets que le latin semble disparaitre. Ils pensent que dans les répartitions d’heures concernant les EPI, ils seront en position de faiblesse face aux autres disciplines et que les chefs d’établissement ne vont pas les soutenir.
– toutes les personnalités appelées pour soutenir la continuation de l’enseignement du latin le font en rappelant l’importance de l’enracinement de notre civilisation dans le monde antique, ce qui est tout à fait vrai mais ne donne pas de solution à la question actuelle, si ce n’est le retour au statu quo ante. Lire la suite Pour un compromis qui règle (définitivement) la question du latin