Des jeux olympiques au sport moderne

La RaisonDesSportsCet ouvrage récent de deux sociologues [1] nous permet d’étudier le dossier des rapports entre les jeux olympiques et le sport moderne. Il s’appuie sur un dossier que nous allons reprendre avec eux, Pierre Veyne en premier lieu [2]. Celui-ci est très clair : il ne faut pas identifier nos Jeux olympiques avec les concours qui se sont tenus à Olympie dans l’antiquité. Continuer la lecture de Des jeux olympiques au sport moderne

  1. Jean-Michel Faure et Charles Suaud, La raison des sports, Raisons d’agir, 2015 []
  2. Paul Veyne, « Olympie dans l’antiquité », Esprit, 4, Avril 1987, p. 53-62 []

Antiquité et binationaux : retour aux sources

La proposition de loi permettant de déchoir de la nationalité française les binationaux convaincus de terrorisme, y compris ceux nés Français, est en profonde contradiction avec la pratique romaine qu’il vaut la peine aujourd’hui d’interroger. Elle peut se résumer de manière simple par deux principes : tout homme a deux patries mais la citoyenneté est offerte à tous.

La binationalité comme phénomène ordinaire

C’est une évidence à Rome,  Cicéron signale dans un texte classique (Des Lois, Livre 2, 5)  que : Continuer la lecture de Antiquité et binationaux : retour aux sources

Ambiance de Saturnales aux fêtes de fin d’année

On sait que la date de Noël a été choisie au solstice d’hiver pour se substituer au culte du dies natalis solis invicti, « jour de la naissance du soleil invincible », qui désignait le culte du soleil. Ce culte était cher aux philosophes qui voyaient à juste titre le soleil comme à l’origine de toute vie, et aux militaires que leurs pérégrinations chez de nombreux peuples avaient conduits à un relativisme en matière de religion. Mais avant cette fête du 3e siècle, les romains avaient une période festive au mois de décembre : les Saturnales dont nombre de traits sont encore présents aujourd’hui. Continuer la lecture de Ambiance de Saturnales aux fêtes de fin d’année

Fluctuat nec mergitur : Bis (ou Post scriptum sur le latin du français)

NousSommesParisFluctuat nec mergitur, nous l’avons vu la semaine dernière, était un  slogan tout à fait adapté à l’actualité. On s’aperçoit qu’il n’est pas officiellement repris par beaucoup d’institutions. Dans cette banlieue proche on préfère invoquer l’esprit de Charlie. Continuer la lecture de Fluctuat nec mergitur : Bis (ou Post scriptum sur le latin du français)