Réflexions sur les statistiques 2017 de la rentrée 2016

Comme tous les ans, les statistiques concernant le latin lors de la rentrée précédente sont publiées dans le très officiel et très épais volume des Repères et Références Statistiques 2017 [1]. Nous nous intéresserons cette année à l’évolution du pourcentage d’élèves faisant du latin, depuis 1996 année où le latin commence en 5e, en examinant l’évolution de cette classe, puis des suivantes  jusqu’en 1ère et terminale où nous étudierons l’influence de la section suivie (L, ES et S). Dans une deuxième partie nous étudierons une statistique donnée depuis quelques années par le Ministère sur l’origine sociale des élèves de latin.

(Source RERS 1997à 2017 : Public + Privé)

Continuer la lecture de Réflexions sur les statistiques 2017 de la rentrée 2016

  1. RERS 2017 publié par la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance en ligne à cette adresse []

Répondre à une question d’élève : Jésus a-t-il existé ?

La question de savoir si Jésus à réellement existé est une question qu’un élève peut poser à un professeur de lettres ou d’histoire à propos d’un élément vu en classe en histoire de l’art, en histoire ancienne ou à propos d’un texte étudié. Devant l’accumulation des traits mythiques ou devant la surprise qu’un crucifix, c’est-à-dire la représentation d’une mise à mort, puisse être devenu un objet de dévotion, l’élève peut légitimement se demander si tout ce qui se dit à propos du Christ ne relève pas du même univers que la mythologie antique.

Dans les lignes qui vont suivre, je ne voudrais pas répondre à l’élève mais à son enseignant qui peut également légitimement se poser la question. Pour ce faire, je mettrai en avant des témoignages de l’antiquité elle-même en excluant évidemment les textes chrétiens qui sont juges et parties. Pour finir, je tenterai de montrer que le problème est peut-être mal posé. Continuer la lecture de Répondre à une question d’élève : Jésus a-t-il existé ?

Propositions au Ministre pour pérenniser les LCA

L’association « Arrête ton char ! » a été reçue par le Ministre, Jean-Michel Blanquer, le 21 juillet dernier. Une des préconisations présentée alors [1] consiste à donner à tous les candidats au Capes une solide formation en latin et de créer une « Certification Langues Anciennes » pour les enseignants de lettres modernes volontaires pour assurer un enseignement de latin.

Certains s’interrogent sur les raisons de cette proposition et je vais montrer quelles en sont les raisons qui sont de plusieurs ordres dont la principale est la crise des vocations : il n’y a pas assez de candidats à l’option Lettres classiques du Capes de lettres comme le montre le graphique suivant :

Continuer la lecture de Propositions au Ministre pour pérenniser les LCA

  1. texte complet []

Construire un cadran solaire romain

Les heures des Romains ne sont plus utilisées, mais il en subsiste des attestations dans nos manières de parler : on dit pour une tâche nécessitant d’être tôt à pied d’œuvre, qu’on y sera « à la première heure » ou encore on accuse des retardataires dans une action d’être « les ouvriers de la onzième heure ». Construire un cadran solaire romain permettra de mieux comprendre le sens précis de ces expressions en confrontant des élèves avec ce système peu connu mais qui leur permettra de mieux entrer ainsi dans le quotidien de la vie romaine. Continuer la lecture de Construire un cadran solaire romain

Hic Harold rex interfectus est : Hastings 14 Octobre 1066 (2/2)

Si la bataille d’Hastings est à l’origine du royaume d’Angleterre, elle fit aussi du duc de Normandie un prince puissant en France et c’est là l’origine lointaine de la Guerre de Cent Ans. La Tapisserie consacre à la bataille sa deuxième partie et va assurer « le châtiment du parjure ».

Le roi Édouard, dit le Confesseur parce qu’il était très pieux, n’avait pas d’enfant (où n’avait peut-être pas voulu en avoir par souci de chasteté) et la couronne d’Angleterre devait donc revenir à un membre de sa famille. Ce pouvait être Guillaume, ce qu’Édouard avait prévu à l’origine, mais aussi Harold. Guillaume, pour prévenir cette dernière éventualité,  en avait fait son homme lige après l’avoir libéré en payant sa rançon : un serment solennel permit à Guillaume de libérer Harold.

Édouard est inhumé à Westminster à la scène 26 et tout semble terminé mais, coup de théâtre, la scène 27 fait un retour en arrière qui va relancer l’action. Continuer la lecture de Hic Harold rex interfectus est : Hastings 14 Octobre 1066 (2/2)