Pour ou contre le latin : le débat d’Okapi

Okapi, magazine pour les 10-15 ans, organise régulièrement des débats en ligne sur des thèmes variés (copier ou se faire copier ou la Marseillaise au collège). En mars 2008 a eu lieu un débat pour ou contre l’enseignement du latin au collège (Okapi 847) qui a réuni 78 participants. C’est davantage que pour le débat voisin sur Prendre des photos au collège ? (38 participants) mais moins que le record de la Marseillaise (251).

Qui répond ? Les garçons sont rares (6 sur 78), les filles et les pseudonymes se partagent le reste à égalité : pour ce qui est du latin, ce n’est pas trop un biais car les filles sont plus nombreuses que les garçons à choisir l’option latin en 5e[1]. En ce qui concerne l’origine sociale, les lecteurs d’Okapi appartiennent au même milieu que les parents qui font faire du latin à leurs enfants : classes moyennes et supérieures majoritairement.

L’intérêt de ce débat est qu’il est facilement accessible[2], qu’il donne la parole aux personnes intéressées et qu’il nous permet d’avoir accès à la manière dont elles vivent leur situation.

Ce qui frappe dans cet ensemble c’est que les avis sont rarement neutres mais qu’ils sont souvent partagés entre des mentions négatives et positives :

  • Ca me barbe mais j’adore les mythes, l’histoire des romains parce que il n’y a pas que les déclinaisons !!! Et pour la culture générale aussi, et savoir l’origine des mots c’est assez intéressant.

L’avis est défavorable, la plainte devant le « par cœur » des déclinaisons va souvent revenir, mais l’histoire et la mythologie sont appréciées. Les raisons avancées généralement pour pousser les enfants à faire du latin sont présente : le lien avec la culture générale et avec l’étymologie, citée dans ¼ des cas.

  • Je suis pour, c’est quand même la base de la langue française !!! La culture existe aussi, c’est important d’avoir des gens cultivés !!!
  • Si on envisage des études littéraires, c’est très utile, et avec l’éthymologie, on peut retrouver facilement le sens [et l’orthographe ! note d’Okapi] de certains mots français compliqués.

Si l’enseignant accroche bien ses élèves, s’il les motive (par des voyages), cela pourra contrecarrer les difficultés de la grammaire :

  • Oui, je fais latin, c’est mes parents qui m’y ont obligé : heureusement que la prof est sympa et qu’on fait un voyage en Italie parce que c’est vraiment nul et inutile ! Le latin ça n’aide qu’en grammaire et encore …

Inversement, un enseignant peut tuer par son attitude toute envie d’apprendre :

  • J’ai choisi de faire du latin, ça me semblait intéressant et on m’avait dit que ça m’aiderait pour le français. Grosse désillusion ! On se retrouve avec une prof qui connait plein de trucs mais qui ne sait pas nous les enseigner. Résultat le latin c’est l’ennui total et on comprend rien.
  • J’ai fait une année de latin en 5e, c’était horrible ! Je pense que j’ai commencé à détester le latin à cause du prof que j’avais.
  • Je suis en 3ème et je fais latin depuis 3 ans… c’est horrible ! ma prof est la dernière des dinosaures, et elle n’a pas vraiment compris qu’on en a rien à faire de ce qu’elle raconte ! mais bon, courage, plus que 2 mois à tenir, l’année prochaine j’arrête

Le gout pour le latin dépend aussi de la présence de pairs ainsi que de la motivation scolaire (améliorer sa moyenne) :

  • Je fais du latin depuis 3 ans juste pour partir en voyage et remonter la moyenne, et retrouver des anciens camarades de classe. Tout dépend du professeur qu’on a : cette année, il a changé et ça ne me plait plus du tout !!!
  • Moi c’est mes parents qui m’ont juste dit de faire comme ça me faisait plaisir !!! Alors j’en ai parlé avec mes copines et toutes les trois, on va se retrouver à apprendre des déclinaisons par coeur. Cela me plait surtout que je veux absolument aller dans le voyage organisé pour ceux qui ont pris latin : à Rome !

L’avis peut être franchement négatif :

  • Moi j’ai choisi de faire un an de latin pour découvrir mais après je voulais arrêter ! C’est ma mère qui m’a obligé à continuer. Ce qui est énervant, c’est qu’il y a un cours de français pendant ce temps, du coup on a le double de travail !! Trop la galère !!! Je dirais que c’est inadmissible !! =) En sachant qu’on est obligé de continuer en 3eme !! Ouin !! En plus, je ne trouve pas du tout que ça m’aide pour autre chose et que ça remonte la moyenne au contraire !! Mais bon faut tenir le coup !
  • Je trouve ça pourri le latin ! Ca sert à rien vu que c’est une langue morte et c’est soulant à apprendre, toutes les déclinaisons, les conjugaisons… Mais mon collège veut pas que j’arrête.
  • aaaaaaaaahhhhhhhhhhh non pas ça!!! ça me pourrit la vie ! j’en fais presque des cauchemars… en plus tout le monde oublie que c’est une langue MORTE ! et qui ne nous donne que des leçons (apprendre apprendre apprendre…)
  • barbant, barbana, barbanae, barbanas, barbanorum, barbanis ..
  • Moi je regrette d’avoir pris latin surtout que je dois continuer jusqu’en 3° ! Vivement la fin du collège ! Au lycée c’est sûr que je prends pas option Latin.
  • Moi j’ai pris latin parce qu’on m’a dit que c’était bien et je regrette énormément, il y a trop de déclinaisons à apprendre, en plus dans mon collège on s’engage pour trois ans. Alors bonjour la galère. Moi je suis contre !

Les propos plutôt favorables soulignent bien les difficultés diverses :

  • Dans mon collège, il faut faire minimum un an de latin en 5e. Mais de toutes façons j’en aurais fait… Puis l’année prochaine je continuerai le latin puis je prendrai espagnol en lv2, comme ça, ça se complète bien ! c’est vrai que le latin, c’est que du par coeur, mais moi je trouve ça intéressant, et j’apprends facilement, alors…
  • J’ai pris latin et je suis très contente ! par contre, je n’aime pas trop la grammaire mais j’adore la mythologie.
  • J’ai commencé début 4ème au lieu de début 5ème… C’est moi qui ai décidé de faire latin, car je pense que c’est mieux pour les orientations. C’est vrai que c’est un peu dur, toutes les déclinaisons et tout, mais bon, c’est aussi intéressant !
  • Je trouve ça intéressant. Je ne suis pas une lumière mais je comprends mieux certains mots de français.
  • J’ai pris latin comme option juste parce que la prof est géniale ! Le problème c’est qu’on a une remplaçante maintenant… Quelle truffe celle-là ! Mais j’aime bien le latin (en oubliant la remplaçante) ! Et en plus ça nous donne de la culture général et ça fait monter ma moyenne !
  • Le latin c’est intéressant et on se cultive plus je trouve. En tout cas ma prof est plutôt cool avec nous vu qu’on est 11 élèves à tout casser, donc ça facilite la tache !… Mais, hé oui, y’a toujours un mais, il faut apprendre toutes les déclinaisons par coeur, toutes les conjugaisons par coeur, enfin faut tout apprendre par cœur.
  • Ça m’a bien plu. Surtout que dans les autres matières, on retrouve souvent des mots venant du latin. Et dans ces moments là où le prof te demande si « quelqu’un sait ce que ce mot veut dire », tu te sens intelligent et cultivé !

L’acquisition de la logique due à la pratique de la traduction n’est exprimée qu’une fois, par une lycéenne plus âgée disant qu’elle à « 5 ans de latin derrière elle » :

  • Vous pouvez acquérir une solide culture générale et surtout un esprit méthodique (apprendre à traduire, ce n’est pas du gâteau) et ouvert (on traduit des textes de personnes très intéressantes, je pense aux textes de Lucrèce, Virgile, – hum, la Veuve d’Ephèse un régal :)-). En conséquence vive le latin, et ses déclinaisons (même si c’est parfois rébarbatif).Une lectrice désespérée par la disparition progressive du latin dans les collèges et lycées (lycéenne, 5 ans de latin derrière elle).

***

Que conclure ?

Seule une élève de lycée manifeste un intérêt pour les textes étudiés. Les collégiens trouvent de l’intérêt dans l’étude de la civilisation romaine et dans l’apport que l’étude du latin peut apporter à celle du français.

L’effet enseignant est fondamental : si le latin c’est « que du par cœur », on comprend le souci de lâcher l’option dès que possible.

On est donc dans le paradoxe que la grande masse des élèves de l’option latin, les 20% qui font du latin de la 5e à la 3e (contre les 5% du lycée)[3] va garder comme élément positif de cet enseignement (civilisation, aide au français), ce qui n’est pas le cœur de la visée de l’option latin qui est de comprendre un texte authentique. Ce serait peut-être le moment de prendre acte que lire des textes n’est pas l’objectif qu’il faut se donner au collège, mais qu’il faut centrer l’enseignement de la structure de la langue latine sur le latin rencontré par la personne cultivée, c’est-à-dire le latin du français.


[1] En moyenne selon les données du Panel 95 du Ministère de l’Education nationale 28% choisissent l’option latin : 33% chez les filles contre 23% chez les garçons.

[2] Ensemble des interventions

[3] Rentrée 2008, public et privé, total 5e à 4e : 19,4%, total second cycle : 4,9%. Source : Repères et références statistiques 2009 du Ministère de l’Education nationale.


49 réflexions au sujet de « Pour ou contre le latin : le débat d’Okapi »

  1. Bonjour,
    Moi je suis parent d’élève proche de Limoges et je trouve inadmissible qu’on oblige un élève à continuer le latin quand cela ne se passe pas bien.
    Moi ma fille a commencée en 5ème et là en 4 ème elle a une prof de Latin qui n’arrête pas de la harceler à lui faire des remarques la mettre en colle 2h pour travail insuffisant, ALORS qu’elle est très bonne élève dans toutes les autres matières et ses autres profs sont satisfaits de son travail (en 3 ans c’est la première fois qu’elle se fait coller pour une option) c’est du n’importe quoi, moi je dis que quand un prof n’est pas pédagogue faut pas s’étonner si les élèves détestent le latin.
    Les règlements à la noix de coco obligeant un élève à continuer coûte que coûte, le latin parce que c’est comme cela (comme dit la directrice) ( ca va même plus loin puisque cette prof dit aux autres parents que ma fille à une mauvaise influence sur les autres élèves ( évidemment que en Latin ;-) et quand j’en parle à la directrice elle me dit que les parents ont dû mal interpréter les paroles de cette prof , mais oui bien sûr ce sont des idiots les parents n’est pas ?)ca n’a aucun sens à par de faire une tâche sur son bulletin, car les commentaires sont négatifs (bien sûr qu’en latin)
    ALORS NON JE DECONSEILLE LE LATIN AUX ELEVES ET AUX PARENTS UNE SURCHARGE DE TRAVAIL INUTILE D UNE OPTION QUI DOIT APPORTER UN PLUS APPORTE UN TRES GROS MOINS REFLECHISSEZ BIEN !!!!!!!!!!!
    Sauf si votre enfant est passionné de littérature et qu’il le veut, je déconseille c’est inutile et rend la vie de votre enfant impossible.
    Et puis il y a des profs comme cela ils devraient changer de métier surtout pour le latin faut donner envie aux élèves (pas dégoûter)…Bref ils doivent avoir des subventions de l’état pour que quand ça ne va pas on torture les élèves à continuer, il doit y avoir une histoire d’argent ou d’aide en plus aux collèges, sinon je ne comprends pas c’est acharnement et cette façon hautaine de répondre aux parents.
    Quel regret ce Latin

    1. Il semble qu’il y ait une certaine imprécision réglementaire concernant l’obligation de continuer une option commencée. Je constate seulement que sur l’ensemble de tous ceux qui commencent en 5e, un quart a abandonné en 3e, ce qui montre bien que les pratiques sont diverses d’un établissement à l’autre.
      Si les enseignants insistent pour que l’option soit poursuivie, c’est qu’ils croient à leur enseignement et qu’ils savent bien qu’un apprentissage suppose toujours du travail et de la persévérance et qu’il faut donc motiver l’élève.
      Si des enseignants de latin, ce qui n’est pas mon cas, veulent répondre et apporter leur témoignage, ils aideront à voir clair sur cette question.

  2. Bonsoir Madame,

    Professeur de Lettres Classiques depuis bientôt 30 ans, j’avoue être quelque peu abasourdie par votre commentaire qui m’inspire les réflexions suivantes:
    – êtes-vous allée parler à ce professeur, afin de discuter calmement avec elle des raisons de ce désintérêt de votre fille pour le latin? Si elle est une très bonne élève dans toutes les autres disciplines, il n’y a aucune raison pour qu’elle ne le soit pas aussi en latin! Les parents s’en tiennent parfois à la seule version de leur enfant et le dialogue résout souvent bien des conflits
    – lorsqu’un(e) élève choisit l’option latin, il/ elle agit généralement en connaissance de cause: une option n’est pas un club mais une discipline à part entière qui nécessite de la rigueur, un apprentissage méthodique comme n’importe quelle autre matière. Ce que vous appelez « un règlement à la noix de coco » n’est en fait qu’une volonté de responsabiliser les adolescents qui, trop souvent adeptes du « zapping » préfèrent renoncer à la première difficulté plutôt que persévérer. Ou avoir des heures d’étude supplémentaires. Il m’est arrivé de rencontrer quelques cas d’élèves, précisément en 4e, un âge difficile, qui souhaitaient abandonner l’option: « trop de travail, pas intéressant »; je les ai encouragés à poursuivre et souvent, en 3e, ils y ont repris goût, se sont rendu compte que le latin leur apportait des connaissances en vocabulaire, en culture générale et se sont remis à travailler. Du reste la charge de travail n’est pas à ce point insupportable en 4e.
    – Quelquefois les 5e choisissent l’option latin parce que les parents la leur imposent, ou parce que les « copains » ou les « copines » la choisissent aussi. Et quand ils veulent arrêter, c’est souvent pour les mêmes raisons.
    – d’autre part tout travail, quel qu’il soit, quelle que soit la discipline en général et le latin en particulier, n’est jamais une surcharge inutile. Si votre fille est bonne élève, elle poursuivra des études en lycée. Acquérir la notion de l’effort lui sera plus que jamais nécessaire.
    – enfin, pour répondre à votre dernier paragraphe, non, l’état ne subventionne pas les collèges de latinistes. Loin de là! Non, on ne »torture » pas les élèves, on leur demande simplement de faire un effort qui se révélera payant à long terme car on ne fait pas le tour d’une langue ancienne en un an et demi. Les enseignants de lettres classiques souhaitent simplement que les élèves – et leurs parents – éprouvent la même considération pour le latin que pour les enseignements dits « obligatoires » ; le latin est une option, certes, mais le travail qu’il demande n’est pas optionnel. Je me permets de vous renvoyer à un article que j’ai écrit voici deux ans, qui devrait répondre à quelques-unes de vos questions et qui, je l’espère, vous aidera à reconsidérer votre position.
    http://antiquitas-semper.over-blog.com/article-18118477.html

  3. Il faut savoir que le latin que l’on dit mort, n’est pas mort naturellement, mais volontairement par idéologies nationalistes. Peu de gens se rendent compte de cette réalité. Je parle moi-même couramment le latin pour l’avoir appris de gens qui le parlaient. Cette langue européenne continue, avec un succès grandissant, à être parlée par une quantité de gens en Europe. 85% de la littérature de nos bibliothèques sont rédigés en cette langue. Ceux qui droient q’elle remonte à la destruction de l’empire romain d’occident se trompent violemment. Son âge d’or chez nous est le 16ième siècle.
    Qu’il soit obligatoire ou non, ce serait une énorme erreur d’en priver nos enfants.

    1. Merci du lien que par votre intermédiaire il est possible de faire avec Schola nova, école où est pratiqué le latin vivant : on ne trouve pas sur le site de l’école les raisons du choix de ce type d’enseignement. Il y a certainement des textes où ces choix sont explicités et qui permettraient de mieux comprendre les affirmations que vous faites et qui nécessitent des explications.

  4. Moi, je fais du latin et je déteste! C’est trop compliqué et il y a trop de choses a apprendre. Et vu que je connais des gens qui aiment beaucoup ça, je suis « pour » car c’est un cours en option qu’on est pas obligé de faire.

  5. Le latin dispose surtout d’un très gros problème :
    Il n’est pas évident à assimiler et je comprends que des personnes lâchent cette langue vite. Mais il faut s’accrocher car au bout d’un certain temps on y est habitué et on n’a plus de mal à assimiler les connaissances. C’est uniquement une question de patience.

  6. Pour ! le latin remonte les notes au bac et avec le latin on peut comprendre les noms scientifiques qui sont isus du latin !pour à 200 pourcent!

  7. Etudier le latin ouvre l’esprit. Une fois passées les premières difficultés liées à la langue, le plaisir de la traduction domine. Quelle jouissance quand l’on a (enfin!) compris dans quel sens traduire une phrase à priori impossible! Le plaisir dans l’effort, n’est-ce pas là ce qui compte? A côté, les cours de culture antique ou de mythologie relèvent de la récréation… Faire du latin, c’est se forger une manière de penser à toute épreuve.

    1. Toute étude ouvre l’esprit, ce n’est pas spécifique au latin. L’effort et la joie de l’étude ne se trouvent que si l’on a de bonnes raisons de s’y lancer. Traduire du latin avec pour seule raison donnée qu’on se forge une manière de penser forte, avatar de la gymnastique de l’esprit, n’est qu’une fausse raison que les enseignants ont donné à l’enseignement du latin au 19e siècle quand la motivation traditionnelle (on se forme auprès des anciens) avaient été mise à mal par la Révolution qui s’est fait au nom de la vertu romaine. Lisez Frary qui explique cela en 1885 http://enseignement-latin.hypotheses.org/56
      La jouissance dont vous parlez, on la rencontre toutes les fois qu’un obstacle intellectuel est vaincu, que ce soit un problème de math, des mots-croisés, l’écriture d’un poème ou la résolution d’un problème de plomberie.
      Je suis d’accord avec vous que dans les classes actuelles de latin, la culture antique (qui devrait faire partie du cours d’histoire) et la mythologie (qui peut servir pour la compréhension des œuvres d’art) ne sont là qu’à titre de miel dont les anciens enrobaient les verres pour faire avaler un médicament amer aux enfants.
      Que faut-il faire alors ? Enseigner le latin, non pour lui-même mais pour comprendre 1) le latin du français comme le suggère l’inspection générale pour la classe de 5e ; 2) au lycée, pratiquer la lecture sous-titrée pour comprendre directement le texte en version originale ; 3) à l’université pour tous les futurs professeurs de français (c’est à dire aussi en lettres modernes), comprendre comment le latin est devenu le français et comment le latin a ultérieurement été réintroduit dans le français.
      Un enseignement scolaire doit avoir une utilité sociale : dire comme pour les mathématiques ou la traduction qu’il forme à la rigueur logique c’est condamner les élèves à apprendre sans motivation. C’est toujours ce que fait une matière qui joue la sélection sociale, le latin autrefois, les mathématiques aujourd’hui. Il faut refuser une telle attitude.

  8. Moi j’entame ma 5ème année de latin et j’avoue que les premières années n’ont pas été les meilleures car tout dépend du professeur.
    Maintenant je suis en 4éme (enseignement belge :a) et une fois que j’avais acquis les déclinaisons et certains points de grammaire assez complexe je prends du plaisir à traduire des versions.
    Et il est vrai que pour les noms d’atomes en chimie le latin aide vraiment à les retenir plus facilement :)

    Amicalement ;)

  9. Il est certain qu’un bon professeur doit communiquer un enthousiasme réel pour sa matière à ses élèves. C’est la première condition. Si, malgré cela, un élève hait cette matière, c’est soit qu’il s’agit d’un enfant gâté se croyant permis de tout discréditer avant effort (cela existe), soit que réellement, après effort, il arrive à l’évidence qu’il n’est pas fait pour cela.
    Mais, dans l’enseignement du latin, des raisons historiques expliquent un rejet: On a volontairement privilégié l’aspect intellectuel d’un apprentissage de la langue en circuit fermé, pour des raisons religieuses (les Jésuites craignaient l’intérêt pour le paganisme), nationalistes (les Francs de l’Ouest voulaient supplanter l’empire de ceux de l’Est qui gardait le latin, en créant le français), etc. Cela a fait que même les professeurs passionnés ne pouvaient transmettre que quelque chose d’assez mièvre sans même se douter eux-mêmes du plaisir immense que procurait la lecture vivante de nos bibliothèques.
    j’ose prétendre que j’ai évité ces écueils à la Schola Nova où les élèves doivent pouvoir lire tout en latin comme en français. Ils resteront donc européens, face aux Chinois, aux Américains etc.

  10. Nous dans mon collège, on a eu le droit d’avoir un an d’essai pour le latin ! Maintenant à voir si le principal tient ses promesses :)

    1. Bonjour je suis en 6éme et l’année est bientôt finie on m’a déjà donné la feuille pour l option latin….

      Me le conseillez vous ? les points négatif ? positifs ?

      Merci de répondre aux plus vite !!!!

      Merci

      1. Il faut lire le débat d’Okapi pour vous faire votre propre opinion bien qu’en général, ce soient plutôt les parents qui disent ce qu’il faut faire.
        Personnellement, quand une de mes petites-filles est venu me poser la question, je lui ai répondu que la connaissance des termes latins qui sont utilisés en français est utile mais que l’apprentissage du latin, tel qu’il est conçu aujourd’hui me parait devoir être modifié et c’est pourquoi je lui ai conseillé de ne pas en faire en 5e.

  11. Bonjour,
    en ce qui concerne le choix du latin comme option ce fut mes parents qui m’y en ont obligé. Dès ma première année de latin en 5ème, ce fut une très grande déception, moi qui est tant passionné d’histoire et ce fut la raison pour laquelle j’ai finit par accepter le choix de mes parents. Je n’apprécie pas du tout la façon dont mon professeur donne les cours (elle fait passer le latin qui est une option en matière générale, hors le latin c’est qu’une option, langue morte, aucune utilité et j’en passe…) ; elle est trop stricte, trop « méchante » envers ses élèves et ne donne nulle l’envie d’en faire, les chiffres le prouvent bien car j’ai constaté une importante diminution de latinistes d’année en année ce que je trouve formidable, car d’après la logique il finira de ne plus y en avoir et donc à ce que l’option soit enlevée)
    Déclinaisons par cœur, leçons par cœur, contrôles surprises d’un haut niveau de difficulté.
    Je faisais des efforts au début de la 5ème, je n’en fais plus maintenant car je trouve que fournir autant de travaux pour une matière inutile (secondaire, option) c’est trop et trop surtout quand le barème est très handicapant.
    Moi qui suis bilingue (langue maternelle : russe) « excelle » ou réussit dans (presque) toutes disciplines hormis les « inutiles » (Arts Plastiques, E.P.S) le latin est une très grosse tâche sur mon bulletin. Alors toutes personnes y souhaitant en faire ou juste essayer, je déconseille! Même si le professeur est très sympathique, refusez a moins que vous contiez faire des études en L, sinon tous ceux qui sont comme moi (plutôt scientifique) ne prenez pas l’option par pitiez, vous le regretterez je vous en jure!
    Surtout pour ceux qui souhaitent juste essayer, si cela ne vous plairait pas bah vous êtes obligés de continuer jusque la fin de la troisième.
    Franchement et toute honnêteté et en tant que bon élève je vous dis de refuser, d’autant plus que les travaux à faire à la maison sont par écrits et très longs ce qui est chiant j’ai vite arrêté d’en faire.
    Maintenant comme à chaque cours, je me repose sur ma table avec mon oreiller a attendre que le professeur ait finie son cours plutôt barbant, de temps en temps j’essaie de faire des efforts.. mais j’en perds la force dès les premières minutes et me met à rupiner.
    Non, non et NON!!!!!!! LATINUM [censuré par le webmestre]

  12. Je suis une ancienne « latiniste » (j’en ai fait de la 5e jusqu’au bac) et actuellement maman de 2 enfants en 6e. J’ai adoré le latin parce que j’ai toujours aimé la grammaire, quelle que soit la langue. Ce qui m’a plu dans le latin, c’est l’aspect linguistique, l’étymologie des mots français, et aussi le plaisir immense à suer un peu pour découvrir la signification d’un texte en le traduisant. D’ailleurs, après des études scientifiques, je suis finalement à présent traductrice ! Pour moi, ni l’aspect civilisation ni les profs n’ont eu une grande influence, car j’aimais simplement la langue et la gymnastique de traduction. Mais aujourd’hui, je ne vais pas imposer le latin à mes enfants, car je vois qu’ils n’ont pas du tout le même profil que moi. Ils sont déjà à moitié perdus dans une phrase française et ont encore aujourd’hui des difficultés à repérer les différentes catégories de mots, etc. Alors je me dis qu’au lieu de faire du latin, ils auraient bien besoin de faire du « français renforcé » et de l' »anglais renforcé » aussi. Selon leur orientation, ils auront bien le loisir de s’intéresser au latin au lycée, par exemple. Au quotidien, je me borne à systématiquement expliquer l’origine des mots, qu’ils viennent du latin, du grec, ou d’une autre langue (arabe, par exemple). De la sorte, cela éveille leur intérêt sans les barber.

  13. Ma fille est en 6eme et a très envie de faire du latin ( profs sympas, aspect culturel et voyage à Rome)
    Le problème c’est qu’en 4eme elle n’aura pas le droit d’aller en classe européenne car elle aura déjà une option et elle n’a pas le droit de cumuler ni d’arrêter le latin.
    Du coup, elle ne fera pas Latin en 5eme et elle est déçue…je trouve ça vraiment nul d’avoir des enfants motivés que l’on empêche d’avancer.Surtout que si le latin lui avait vraiment plu en 5 eme, elle aurait peut être préféré continuer le latin plutôt que la classe européenne.Ils veulent supprimer le latin ?

    1. Je répète ce que je disais déjà auparavant en 2010 sur ce billet:
      « Il semble qu’il y ait une certaine imprécision réglementaire concernant l’obligation de continuer une option commencée. Je constate seulement que sur l’ensemble de tous ceux qui commencent en 5e, un quart a abandonné en 3e, ce qui montre bien que les pratiques sont diverses d’un établissement à l’autre.
      Si les enseignants insistent pour que l’option soit poursuivie, c’est qu’ils croient à leur enseignement et qu’ils savent bien qu’un apprentissage suppose toujours du travail et de la persévérance et qu’il faut donc motiver l’élève.
      Si des enseignants de latin, ce qui n’est pas mon cas, veulent répondre et apporter leur témoignage, ils aideront à voir clair sur cette question. »

    2. Je rappelle qu’on peut venir visiter Schola Nova (en Belgique) quand on veut, ne fût-ce que pour vérifier que les élèves y adorent le latin qu’ils PARLENT, et que la lecture des auteurs les passionne réellement. Pourquoi? – parce qu’ils les lisent plus ou moins à la vitesse du français. Ils sont abonnés à des revues latines et ont parfois des contacts avec d’autres européens EN LATIN.
      PrStéphane Feye
      Schola Nova – Humanités Gréco-Latines et Artistiques
      http://www.scholanova.be
      http://www.concertschola.be
      http://www.liberte-scolaire.com/…/schola-nova

  14. Je viens de finir mon année de 5ème il y a quelques jours. Mes parents m’ont conseillé le latin sans m’y obliger. J’ai accepté.

    Au bout d’à peine un mois, les cours de latin m’énervaient déjà. C’est un peu à cause de la matière, mais c’est surtout à cause de la prof : Beaucoup trop de devoirs, leçons incompréhensibles, elle engueule tous ceux qui ont des difficultés… Tout ça, rien que pour une option inutile.

    Mes parents étaient d’accord pour que j’arrête à la fin de l’année. Je me suis dit que j’allais continuer à travailler sérieusement. Mais quand, vers la fin de l’année, j’ai appris que ce n’était pas possible, mes notes ont commencé à baisser.

    Le pire dans tout ça, c’est que je suis très bon dans toutes les autres matières (sauf l’art plastique et l’EPS) et qu’on m’a proposé de prendre l’option ouverture sur l’Europe. J’adorerais la prendre car c’est très utile, (bien plus que le latin, en tout cas…) mais je ne veux pas cumuler des options. Ca me ferait beaucoup trop d’heures de cours…

    1. Sachant que les pratiques sont différentes selon les établissements (les statistiques du Ministère montrent qu’un quart des élèves disparait entre la 5e et la 3e) vos parents devraient pouvoir montrer au chef d’établissement (et à l’enseignante) que le maintien de force n’est pas la bonne stratégie pour faire apprécier une option (et j’ajoute à l’attention des enseignants que la liberté garantie à la fin de chaque année conduirait à une nécessaire rénovation pédagogique vis-à-vis d’une population qui saurait par ailleurs que l’engagement n’est que pour l’année et qui aurait envie d’essayer).

  15. Cet article est ancien mais si vous hésitez encore je ne peux que vous conseiller de cocher la case NON,
    le latin c’est ennuyant vous verrez vous pourrez toujours vous plaindre mais c’est vous qui l’avez choisi ^^)sauf si vous tombez sur THE prof de latin ( 1 sur 1000 000 000)
    vous passerez vos week-ends a apprendre les verbes et les déclinaisons (même si votre prof est cool)
    j’ai pris latin pour partir en Italie, 3 ans de cours pour 1 semaine de voyage,
    donc à moins d’être suicidaire ou (de vouloir être prof de latin )
    ne prenez JAMAIS latin,
    bon courage !

  16. Je suis actuellement en 3e et je n’ai jamais fait de latin. Mais je pense que je vais en faire au lycée. Est-ce vous pensez qu’il aura trop de devoirs ?

    1. Je ne pense pas qu’il soit possible de commencer le latin au lycée car en seconde, on suppose connu beaucoup de choses (ce serait d’ailleurs la même chose si vous vouliez commencer les mathématiques en seconde sans en avoir fait au collège).

      1. Ayant commencé le latin en Hypokhâgne sans m’y être préparé au préalable, et étant aujourd’hui en troisième année de licence de lettres classiques sans redoublement post bac, je pense qu’il est tout a fait possible de commencer le latin en seconde, cependant il serait judicieux alors de commencer à apprendre quelques fondamentaux par cœur comme les déclinaisons et la conjugaison dans une grammaire latine pour débutants. (cherche sur amazon ou leboncoin)

        Habilement vôtre.

        1. Commencer par apprendre par cœur déclinaisons et conjugaisons est une démarche qui a du sens quand on est bien convaincu, comme dans votre cas, que cela est nécessaire. Est-ce bien le cas pour les débutants en seconde ? Cela doit dépendre des cas mais comme la masse des élèves de latin en seconde ont déjà fait des apprentissages en collège, les débutants de seconde doivent rattraper les apprentissages non faits : l’apprentissage par cœur se justifie peut-être de ce fait. On trouvera les bases de départ sur ce site dans le volet récapitulation.

          1. Cher Monsieur Cibois,
            Je réponds ici, car sur votre dernier mot du 13 février, aucun encadré « réponse » n’apparaissait.
            Oui, bien sûr, mon école belge et totalement différente est réellement un autre monde. Je commets donc l’erreur de m’immiscer dans une étude sociologique sans aucun rapport avec mon action. Pardonnez-moi de confondre volonté pédagogique et science objective.
            Je me permets toutefois de signaler que l’influence de gens comme moi n’est pas négligeable, notamment en France dans la foulée des idées d’Anne Coffinier qui a favorisé l’ouverture de nombreuses écoles indépendantes, dans l’adoption de la méthode örberg dans les écoles, et dans la multiplication des réseaux d’échanges en latin jusqu’à la papauté. Il va de soi que je ferais tout pour augmenter l’apprentissage du latin et de le transformer vers ce que j’estime être un mieux. Et donc, combien je serais heureux de constater une volonté politique, dans nos pays, qui mettrait en route le latin vivant dès les primaires!
            Je vous indique tout cela (de même que le fait que des Français déménagent vers la Belgique pour inscrire leurs enfants chez moi), pour le cas où cela pourrait être pris en compte dans votre étude. Mais si ce n’était pas le cas, même si je le déplorais à titre personnel, je comprendrais très bien que vous supprimiez le présent message. N’hésitez donc pas, et de toute façon, félicitations pour votre étude en elle-même, dans laquelle, en plus, j’aurai eu la permission de m’exprimer!

        2. Au risque de me répéter, je suis au contraire convaincu que les déclinaisons et conjugaisons peuvent s’apprendre par cœur DÈS LES PRIMAIRES, avec passion. Je le fais depuis des années et les élèves tout petits me supplient de pouvoir passer un examen alors que ce n’est pas obligatoire.
          Et beaucoup de ces enfants LIRONT enfin les textes passionnants de l’Occident sans rester trois mois sur 19 lignes!
          Les petits enfants se passionnent naturellement pour beaucoup de choses. Mais le choix des aliments (au sens étymologique d’élever vers l’ALTUM) est du ressort des adultes.

          1. Les petits enfants se passionnent naturellement pour tout ce que les adultes leurs proposent : c’est tout à fait exact. Mais vous êtes dans votre école dans un tout autre monde que celui de l’enseignement du latin en France : nous ne parlons pas de la même chose.

  17. Curieux tout cela. On apprendrait le latin pour des raisons utilitaires, pour avoir des points en plus au bac par exemple ou décrocher un voyage à Rome. Ou pour la culture générale ?

    Pourquoi pas la culture tout court, ou la simple curiosité vis à vis langues ? Les enfants qu’on lit ici parlent en creux de curiosité.

    Le monde ne parle guère français et c’est important de dialoguer avec lui quand on le parcourt.

    La latin, c’est difficile et ça demande de gros efforts, poursuivis longtemps – six ans dans mes lointaines années de lycée. Je me rappelle des heures passées pour déchiffrer une demie page, du scannage du Gaffiot en lecture rapide pour y dénicher la traduction de la phrase qu’on avait sous les yeux… Et du plaisir certain quand on y était plus ou moins parvenu. L’équivalent de la résolution d’un sudoku difficile ou d’un problème de mathématique en math spé. Un exercice ardu certes, mais d’une complexité bornée et donc en principe accessible et ayant une solution, le contraire des problèmes que nous pose la vraie vie ou la recherche. Un entrainement donc pour aborder ces problèmes-là !

    Si on a fait du latin, on peut ensuite aborder les langues difficiles, le russe ou le japonais par exemple, avec une vraie expérience de la langue et donc apprendre plus vite.

    Ma femme, éduquée aux Etats Unis, a appris le latin comme une langue vivante – apprendre donc, par opposition à faire du latin. Ce qu’on faisait aussi en France jusqu’à la fin du XIXème siècle ou peut-être même plus tard. Ma belle-mère lisait Virgile ou Ovide dans le texte pour le plaisir, sans être prof de latin ni linguiste.

    Je regrette de ne pas avoir appris le latin de cette façon-là, car je ne peux guère, aujourd’hui, que comprendre les textes de la messe, quand par hasard elle est en latin.

    Je me souviens ne rien avoir compris du discours en latin qu’un ami italien a déclamé à mon attention lors d’une réunion à Rome et en avoir ressenti un peu de honte !

    Bref, il y a sûrement des façons différentes d’apprendre le latin aux enfants. Il leur faut aussi avoir un retour sur l’effort qu’ils font en apprenant quelque chose de difficile : donc, probablement le parler ou le lire comme une langue vivante, pas le déchiffrer comme un texte ancien dans une langue rare – les gosses ne sont pas des archéologues qui déchiffrent des inscriptions sur des pierres déterrées au Moyen Orient !

    Les évêques parlent bien latin dans leurs conciles…

    1. Ce débat à propos d’Okapi sert d’exutoire à beaucoup de jeunes qui ont l’impression d’avoir été trompés quand on leur a présenté le choix du latin. Il est en effet difficile aux enseignants qui viennent faire de la publicité pour le latin (ceci est fait en 6e pour qu’ils s’inscrivent à l’option latin de 5e) d’exprimer les raisons profondes qui sont du ressort de la culture générale, ce qui explique les motivations plus utilitaires ou simplement plus accessibles. Mais souvent le latin est enseigné de façon extrêmement traditionnelle et des élèves s’en plaignent à juste titre. Heureusement ce n’est pas toujours le cas.

      Votre description de l’apprentissage à coup de Gaffiot et tourné vers la résolution de problèmes correspond bien à ce que j’ai moi-même vécu et dont je rends compte de l’échec dans un billet : http://enseignement-latin.hypotheses.org/6845 : j’y explique ce qu’on peut faire aujourd’hui mais je voudrais revenir sur le thème du latin comme exercice formateur analogue à un problème de sudoku ou de math.

      Toute résolution de problème est formatrice, qu’il s’agisse d’un problème de jeu d’échec, de plomberie, de trouver son chemin avec une carte imprécise ou de résoudre les problèmes d’une association ou d’un groupe professionnel. Cet objectif a été donné au latin à un moment où on ne voyait plus trop le rapport du latin à la culture et où on faisait du latin pour des raisons sociales plus que culturelles. Ce n’est plus le cas et les exemples que vous donnez de pratiques dans d’autres pays illustrent bien l’échec du latin comme « gymnastique de l’esprit ».

      Apprendre une langue n’est pas un exercice « difficile » en soi : tout pédagogue doit savoir diviser la difficulté en autant d’étapes que nécessaires et par exemple la recherche du latin présent dans le français d’aujourd’hui (curriculum vitae, groupe ad hoc, casus belli, etc.) permet d’aborder les bases de la morphologie du latin autrement qu’en apprenant par cœur des rosa, rosa, rosam, qui ne sont que nostalgie (pour nous) et pratique inutile (car déconnectée de l’usage) pour les enfants. Une langue s’apprend par la pratique et concrètement par des exercices structuraux pour la morphologie ; par la lecture abondante (et sous-titrée au début) pour le vocabulaire et les expressions idiomatiques.

      Le latin est une langue et s’apprend comme toute langue. Mais s’il n’y a pas de langues faciles ou difficiles en soi, les unes et les autres sont plus ou moins proches : faire du latin quand on a une langue romane comme langue maternelle est plus facile que de faire du chinois mais il est vrai qu’aborder une langue autre que la sienne donne une conscience linguistique utile pour en aborder une autre plus lointaine.

      Pour ce qui est de l’usage de l’Église, j’ai cru comprendre que c’est l’italien qui est la langue de travail des évêques, beaucoup plus que le latin…C’est en tout cas ce qui a été dit pour la rencontre au sommet de cardinaux que le nouveau Pape a convoqué pour lui servir de conseil restreint : Sic transit gloria mundi

      1. Je ne suis pas entièrement d’accord: En effet, l’apprentissage par cœur des déclinaisons à toute vitesse fait partie d’un énorme plaisir à Schola Nova. Mais on y PARLE aussi le latin couramment. Les déclinaisons et les conjugaisons systématiques font gagner un temps fou, et, contrairement à ce qu’on croit, il faut les faire toutes et à fond. Mais il faut aussi lire énormément de textes, dont 85% n’ont encore jamais été lus. La raison de l’étude de notre langue européenne est donc avant tout l’accès aux données médicales (je suis un traducteur-éditeur de Paracelse, illustre inconnu du public français…), astronomiques (Newton, dont 80% des écrits théologiques, alchimiques et historiques sont encore inconnus), physiques (Volta a écrit sur sa « pila electrica » en latin), géographiques, historiques etc.
        En priver les jeunes est un scandale. Mais ceux qui y auront eu accès avec succès ne manqueront pas, eux, de remarquer à quel point leurs contemporains ou leurs ancêtres auront été « désinformés »! C’est peut-être là que réside cette volonté si stable et déterminée aujourd’hui, chez nos hommes politiques, de faire disparaître ce ferment d’une véritable « révolution » lente mais sûre.
        À la Renaissance, en effet, on a été littéralement sidéré par les connaissances traditionnelles des Anciens. Ce phénomène pourrait très naturellement se reproduire à notre époque de remise générale en question, si le latin résiste aux persécutions actuelles.

        Pr Stéphane Feye
        Schola Nova – Humanités Gréco-Latines et Artistiques
        http://www.scholanova.be
        http://www.concertschola.be
        http://www.liberte-scolaire.com/…/schola-nova

  18. Avec un-e bon-ne prof, le latin, ça peut être vraiment génial. J’ai eu 3 années de pur bonheur au collège avec une prof dont tout le monde pourrait rêver. Et c’était pas parce qu’on a fait un voyage! Avec elle, on a réalisé 2 pièces de théâtre, on a goûté de la nourriture romaine, et fait une multitude de projets.
    Et aujourd’hui au lycée avec une prof différente, je peux vous dire que ça change tout. C’est beaucoup moins bien, mais cette prof m’a tellement donné ce goût pour le latin que j’aime quand même ça.

    1. Bravo, Gaëlle, il faut donc continuer coûte que coûte. Je te conseille d’aller sur les sites de latin vivant et de lire toute l’actualité en latin. c’est passionnant!

  19. Pour ma part, je pense que le latin ne devrait pas être oublié. Il devrait être la première langue vivante a l’école. Je trouve que c’est une très belle langue, bien plus que l’espagnol ou l’allemand.

    1. Bonjour,

      Je voudrais apporter mon témoignage.

      Je ne suis plus toute jeune, et je n’ose préciser à combien d’années remonte mon expérience, mais bon…
      J’avais commencé l’étude du latin en 5ème. J’avais tout de suite été nulle. Je trouvais ça très ardu. Je détestais. Autant que les maths !
      À la fin de la 1ère, en possession de mon premier bac, j’ai pensé : « Fini, le latin ! Ouf ! ». L’année suivante, j’ai passé mon bac philo (à l’époque, c’était comme ça ; maintenant, je ne sais pas…).
      Je me suis ensuite inscrite à la fac de Lettres dans l’intention d’y préparer une licence d’espagnol. Je ne savais pas à quoi elle me servirait, car l’enseignement ne m’attirait pas. J’adorais tout simplement l’espagnol qui m’avait toujours valu de bonnes notes (depuis la 4ème) et des places de première, et je n’imaginais pas de faire autre chose. On verrait après (c’est une autre histoire…).
      Or j’ai appris alors que l’obtention de la licence d’espagnol comportait obligatoirement… une épreuve de latin, une version « niveau licence » ! Horrible nouvelle… Je pouvais choisir de la faire figurer au programme de Propédeutique (premier examen avant la licence proprement dite en quatre certificats, l’ancêtre du DUEL ou du DEUG, avant la réforme Fouchet) ou bien de la passer seule, ultérieurement. J’ai préféré passer Propé sans latin, puis les trois premiers certificats d’espagnol, et enfin, avec le dernier, cette fameuse version latine. Je ne pouvais plus reculer ; si je voulais terminer ma licence , il fallait donc que je me remette à ce p***** (ça rime…) de latin. Aïe !
      Je me souviens que cette année-là, j’ai donc ressorti du sommet d’un placard, de l’étagère la plus haute et la plus poussiéreuse, où je l’avais reléguée, ma grammaire Petitmangin qui, pendant des mois et des mois, ne m’a plus quittée (je n’ai ressorti que ça, et bien sûr, le Gaffiot). Je la traînais, l’ouvrais partout, cette vieille grammaire, lisais, relisais les chapitres, répétais, rabâchais les exemples… Il fallait que je la décroche, cette épreuve ! Même si c’était ennuyeux.
      Et voilà qu’en fait, j’ai soudain réalisé, je ne sais plus à quel moment qu’au contraire… je trouvais cela passionnant !
      Je découvrais que je pouvais comprendre des règles qui jadis me résistaient, m’apparaissaient comme un monde hostile et obstinément fermé. J’avais l’impression d’avoir cessé d’être bête, d’avoir mûri. Le secondaire me semblait loin ! Tout avait changé. J’étais heureuse de préparer chez moi les versions, de faire les analyses, d’intervenir pendant les cours, fière de lire mes traductions à haute voix quand c’était mon tour (j’étais même volontaire !)
      Pour finir, j’ai eu cette fameuse version « niveau licence d’espagnol »… avec la mention « Bien » ! C’est le seul examen au cours de mes études que j’ai obtenu avec une mention !…
      Quand je pense que j’étais encore persuadée moins d’un an avant de haïr le latin depuis toujours et pour toujours et que je redoutais de n’y jamais comprendre rien, et de ne pas pouvoir devenir licenciée à cause de cela ! Je ne sais pas ce qui s’est déclenché dans ma tête à un certain moment… J’ai donc eu mon latin (avec mention) et ma licence d’espagnol.
      Puis les années ont passé, la vie a passé… J’ai fait tout autre chose (même pas de l’espagnol… ou si peu…).
      J’ai pris ma retraite voici quelques années, et entre autres activités, me suis remise à l’espagnol (j’ai gardé presque tous mes bouquins d’antan, un peu jaunis, mais encore si sympathiques).
      Et là, tout récemment, ma « chère » (elle ne l’avait pas toujours été !) grammaire Petitmangin ayant été égarée au cours de maints déménagements, je l’ai rachetée chez Gibert jeune (je suis à Paris) à Saint-Michel, et ma foi, j’envisage de m’y replonger très bientôt et très sérieusement, comme ça, pour le plaisir et la nostalgie. Voilà.
      Eh, bien… je n’ai pas toujours dit ça, mais j’ai quand même fini par le dire (il y a maintenant longtemps, mais bon…) , et je le dis encore :
      VIVE LE LATIN (et la Petitmangin) !!!
      C’était ma petite histoire…
      Amicalement.

      1. C’est une très belle histoire que vous nous racontez là et je vous en remercie vivement. Je n’ai pas grand chose à ajouter sinon que cela vérifie ce que j’ai déjà signalé à plusieurs reprises dans ce carnet, c’est que la compréhension du système du latin est difficile à appréhender au niveau du collège alors que quelques années plus tard les élèves ont développé une réflexivité linguistique qui rend apte à comprendre le latin. C’est pourquoi je plaide pour que le latin soit étudié dans une filière spécialisée de haut niveau au lycée, comme dans les lycées classiques italiens.
        Merci et bien amicalement.

  20. Je trouve inadmissible que l’on force les ados à faire une matière qu’ils n’apprécient pas. Je voudrais que les professeurs comprennent mieux que tout ne tourne pas autour de leur nombril… Et que ils se rendent comptent que les élèves n’expriment aucune passion pour le latin. A chaque fois que les ados essayent de leur dire que ce qu’ils pensent est la vérité, le prof de latin lui, ne trouve rien de mieux que de les « aligner ». C’est scandaleux!

  21. Bonsoir,

    J’ai été élève latiniste de mes années collège jusqu’à fin du 1er trimestre de seconde. Passionné par la langue, j’ai pourtant comme beaucoup de mes camarades décidé d’arrêter brutalement en cours de route, et une des raisons-en dépit du désintérêt et de la paresse des élèves- qui pourrait expliquer cette « fuite » peut s’expliquer par la pédagogie de l’enseignant et la façon dont la matière est abordée de nos jours (peut être une vision subjective de la réalité mais un constat malheureux dans notre lycée privé):

    -au collège, trois ans de bonheur: des professeurs passionnés, un cours enrichissant (aucun aspect négligé: culture, exposés, grammaire et conjugaison enseignées d’une manière motivante, intéressante, textes à étudier, listes de vocabulaire pratique…et une dose de rire et de bonne humeur à chaque heure de cours), des latinistes solidaires (un petit groupe de 6, l’appel a toujours été un moment propice à la rigolade…).
    Bref, du travail, des contrôles rigoureux, mais qui paient: une excellente moyenne de groupe en plus de se cultiver dans la bonne humeur 3h00 chaque semaine.

    Entré au lycée, c’était sûr de mon choix de persévérer dans la matière et avec impatience que j’abordais la nouvelle année, mais désenchantement total:
    première chose frappante, le nombre de latiniste de départ, 16- ce qui est déjà pas mal pour un lycée- est passé en un mois à 6…
    Quelque chose n’allait pas.
    Mais la direction ne semblait pas se soucier de cette désinscription massive, comme si s’engager dans une option n’avait plus aucune valeur de sens .

    La première interrogation porte alors sur un texte latin de 4 pages et de 2 pages de commentaires et analyse à « recracher » purement et simplement par cœur: le groupe s’interroge sur l’utilité de l’affaire, en plus de commencer à souffrir cruellement de l’attitude désinvolte du professeur- qui conçoit les deux heures de cours comme un marathon » je vous distribue des textes, traduisez-les moi pendant 120 minutes, la semaine prochaine, commentaire projeté sur le mur de la salle, notez en silence, apprenez le tout »-… Pendant qu’il vaque à ses mystérieuses activités sans doute plus importantes sur l’ordinateur du lycée en laissant une salle inerte: il nous impose le silence, le dialogue est quasi absent, le cours mort: un contenu inintéressant et rébarbatif qui toune à vide, l’atmosphère détestable, des élèves démotivés.

    Résultats des courses: cataclysme. Un camarade et moi obtenons cependant un 18 mais sans mérite ( apprendre par cœur ce n’est franchement pas intellectuel, valorisant, surtout pour des textes inutiles et injuste parce qu’on sait bien que certains on plus de facilité à tout retenir ).
    Alors qu’on s’inquiète pour les autres qui ont eu 3 ou 4 et sur le point de demander au professeur de changer sa méthode d’évaluer et d’annuler les notes largement sous la moyenne exceptionnellement pour un premier devoir de seconde, il enfonce encore plus le groupe en proposant des bonus oraux non pas aux élèves en difficulté, mais aux bons élèves: on reste muet face à cette nouvelle façon de procéder -si ce n’est pas pour dégrader la situation chaotique et l’ambiance désastreuse du cours, créer des tensions entre élèves, alors…-.

    Bien sûr, les lettres d’abandon de l’option s’enchaîne chez le directeur (et bien sûr, qui ne cherche pas à comprendre), le cours est devenu insupportable. Je n’aurai jamais imaginé que j’en viendrai à détester autant les heures de latin: on rentre tous dépité par le cours à 18h00.

    D’autres malheureux, au contraire, sont contraints de continuer la langue par la simple et bonne raison qu’un 3 sur 20 non rattrapé est synonyme de suicide dans la moyenne générale ou encore, ils n’avaient pris pour option seulement le latin et sont donc dans l’obligation de continuer jusqu’à la fin de l’année.
    Je restais par solidarité pour une de mes camarades.

    Début décembre, on était 5.
    5 pauvres latinistes dans un lycée incapable de réagir, malgré les rendez-vous pris avec le professeur en question, malgré les tentatives de dialogue.
    J’ai fini par craquer aussi avant Noël, avec ma camarade, qui a réussi à sauver de peu sa moyenne avec un 12 au deuxième contrôle . Maintenant qu’il ne sont plus que 3 début février, je m’interroge toujours sur le fait que personne ne semble réagir à se qui se passe.

    A tous les latinistes ou enseignants, si vous avez un témoignage ou une remarque à laisser, je vous y invite grandement, ce cas de figure est-il unique ou avez-vous déjà rencontré une situation similaire?
    Quel souvenir avez-vous gardé de vos années latin?

    Cordialement,

    1. Bonjour,
      Votre témoignage est vraiment émouvant. Bien que belge, je crois qu’on peut dire qu’ici la situation a été (étrangement??)identique, avec le même résultat.
      Permettez-moi quelques réflexions:
      1) Vous montrez que même les débuts « grammaticaux » demandant un certain travail peuvent être passionnants pour beaucoup d’élèves. Malheureusement vous n’étiez que 6. Pourquoi? Quelle chance si vous aviez été 25, quitte à dédoubler! …
      2) Tout dépend de la qualité du professeur et non d’un système. On pourrait en tirer des conclusions pour la politique et l’histoire, mais cela nous entraînerait trop loin.
      3) Votre triste expérience au lycée confirme ce que je viens de dire. Mais soit le directeur était impuissant, soit complice, ainsi peut-être que certains parents. Dans le premier cas, le système est à revoir dans le sens d’une autonomie de la direction. C’est ce qu’on fait en Angleterre actuellement, avec, semble-t-il, du succès. Voir le « blog de la Liberté Scolaire » d’Anne Coffinier. Dans le second cas, il y aurait des raisons d’accréditer une « théorie du complot », le directeur étant, en fait, ravi de servir cette « cause européenne » de la disparition du latin…
      Je vois aussi, sur le plan psychologique, la confirmation de mes expériences comme professeur de conservatoire pendant mes dernières années avant la pension: les élèves (déjà adultes) ne semblaient plus sensibles à la chanson, mais au ton. J’aurais pu leur dire des énormités, mais sur un ton paternel et amical, mais leur corriger des fautes sans état d’âme leur semblait être une insulte. Sans vouloir le moins du monde justifier le mauvais professeur qui vous a fait abandonner, je crois que 50 ans plus tôt vous ne l’auriez pas fait, non seulement parce que c’eût probablement été impossible, mais aussi peut-être parce que vous auriez pu distinguer entre l’affectif et la valeur intrinsèque du latin, en attendant un meilleur professeur l’année suivante. Je ne vous impute pas cet éventuel « manque de maturité », mais bien au système actuel qui installe, à mon sens, une psychologie « familiale » dans les écoles en lieu et place de la formation des idées.
      Quoi qu’il en soit, je suis allé hier à une réunion de latinistes à Bruxelles. Nous étions 17 à PARLER LATIN pendant 3 heures, puis nous sommes allés au restaurant jusqu’à 11h.du soir, toujours en parlant latin. Mes anciennes élèves ont créé à Louvain-La-Neuve une INSULA LATINA, où elles attirent même des assistants de l’Université. Il faut dire aussi qu’elles sont jolies… mais le latin lui aussi attire, et je vous félicite de l’avoir rappelé.
      Vivat sermo noster hodiernus Latinus! Vale!

  22. bonjour,
    Je suis en 5e et je vais passer en 4e sauf que je ne veux pas faire Latin de peur qu’il y ait trop de devoirs donc plus de stress pour Moi ( je stress beaucoup des devoirs et des contrôles ) et plus de contrôles ( sachant que les contrôles de Latin sont toujours surprises, qui porte sur tout le chapitre donc 5 ou 6 pages qui nous a dicté entièrement, et qu’il faut tout apprendre par cœur !) et le prof nous met 2h de colle si on a en-dessous de la moyenne.
    Si ça augmente beaucoup la moyenne je veux bien mais si c’est pour me l’abaisser Non merci, et j’ai peur que mes horaires soient abusés déjà que cette année à cause du Latin je fait toujours des 8h-16h.
    Et si je n’en fait pas, il faudrait que je convainque ma mère ce qui n’est pas facile.
    Merci de me répondre,
    Cordialement.

    1. Il faut expliquer à votre mère que faire du latin en apprenant par cœur des pages dictées n’est pas une bonne méthode. Tout le monde sait bien que ce qui est appris par cœur est vite oublié : un véritable apprentissage passe par une imprégnation progressive des textes et de la civilisation, en s’appuyant sur les traces que le latin a laissé dans le français.
      Une telle méthode ne servira qu’à vous dégouter du latin alors que le but de cet enseignement est de vous faire découvrir la richesse du monde antique et sa présence toujours visible aujourd’hui.
      Il vaut mieux ne pas faire de latin que le faire dans ces conditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *