Salutem tibi dat

Si au 18e siècle on veut abandonner l’usage des inscriptions latines sur les monuments, le 20e siècle n’y a pas toujours renoncé : nous sommes à Dunkerque, face à la gare, détruite pendant la dernière guerre, reconstruite en 1955.  On s’adresse encore aux arrivants en latin, non que l’on suppose que les voyageurs puisse décrypter le texte mais parce qu’il faut que le lieu, reconstruit, retrouve de la noblesse.

Les nombreuses dates ont la signification suivante : en 1646, Condé prend la ville, en 1652 elle redevient espagnole, en 1658, Turenne la reprend et la remet aux anglais. La Révolution est évoquée par 1793, puis vient la guerre de 1914-1918. L’année 1962 marque le tricentenaire du port.

Au-dessus des flots suggérés, on a l’inscription Salutem tibi dat. À l’arrivée dans la gare,  Dunkerque salue les voyageurs, ou plus exactement,

Nostra late pollens
Civitas navibus
Ferratisque viis

Nostra civitas, notre cité ; late pollens, largement puissante ; navibus ferratisque viis, par les navires et les voies verrées ;  salutem tibi dat, t’adresse le salut.

La via ferrata italienne désigne plutôt des circuits où l’alpiniste peut s’assurer par le biais de tiges métalliques comme on en trouve dans les Dolomites et maintenant dans d’autres circuits mais, dans une gare, il n’y a pas d’ambiguïtés.

Tentons une traduction :

Elle te salue,
notre cité,
on ne peut plus puissante
de ses navires et de ses chemins de fer.

On notera que l’inventeur du métropolitain, Fulgence Bienvenüe, quand il avait donné une devise latine à son invention, avait entièrement joué sur le registre de l’antiquité : ici le prosaïsme l’emporte et des collégiens pourront voir ainsi comment on peut parler de chemins de fer, en latin, dans une gare SNCF.

Prochain rendez-vous le 29 aout.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *