Locke : Epistola de tolerantia

Comme le souligne Jean-Fabien Spitz dans son introduction à la Lettre sur la tolérance (1686) [1], on attendrait, dans un texte de Locke sur un tel sujet, une argumentation philosophique qui arrime la liberté religieuse sur les droits fondamentaux de la personne humaine. Ce n’est pas le cas, car ce texte, dans une optique analogue pour beaucoup de point à celle de Hobbes, met au cœur de sa réflexion le rôle de l’État.

Plusieurs faits liés à l’histoire de l’Angleterre motivent ce choix : en premier lieu, le fait que la succession de souverains catholiques ou non à la tête du royaume, a entrainé des basculements de l’Église en Angleterre qui a dû suivre ces allers et retours (1531 Henri VIII rompt avec Rome ; 1553, Marie Tudor rétablit le catholicisme ; 1559 Elizabeth Ière retourne à la réforme anglicane) : vers 1689, Locke est lié à son protecteur Shaftesbury qui fait campagne pour empêcher l’accession au trône du frère de Charles II qui est catholique. La seconde motivation est le fait que la guerre civile récente a été provoquée ou du moins accompagnée par les revendications de sectes dissidentes. Locke doit donc affirmer d’abord le principe que, contrairement aux catholiques et aux sectes dissidentes qui revendiquent de la part de l’État une politique basée sur leurs convictions, le rôle de l’État n’a que des fins profanes et que s’il s’aventure à imposer des croyances religieuses, il fait un acte contre nature. En effet seule une foi personnelle peut être agrée par la divinité : une croyance imposée par la force de la loi est sans valeur religieuse.

Pour chacun des extraits suivants, on trouvera le texte latin, sa présentation interlinéaire indentée, sa traduction française [2]

L’État n’a pas à s’occuper de ce qui concerne la religion

Respublica mihi videtur societas hominum solummodo ad bona civilia conservanda promovendaque constituta.
Bona civilia voco vitam, libertatem, corporis integritatem et indolentiam, et rerum externarum possessiones, ut sunt latifundia, pecunia, supellex, etc.
Harum rerum ad hanc vitam pertinentium possessionem justam omni universim populo et singulis privatim subditis, sartam tectam servare offÏcium est magistratus civilis, per leges ex aequo omnibus positas; quas si quis contra jus fasque violare vellet, illius comprimenda est audacia metu poenae; quae consistit vel in ablatione vel imminutione eorum bonorum, quibus alias frui et potuit et debuit. Quum vero nemo parte bonorum suorum sponte mulctatur, nedum libertate aut vita; ideo magistratus ad poenam alieni juris violatoribus infligendam vi armatus est, toto scilicet subditotum suorum robore.
Quod vero ad bona haec civilia unice spectat tota magistratus jurisdictio, et in iis solis curandis promovendisque terminatur et circumscribitur omne civilis potestatis jus et imperium, nec ad salutem animarum aut debet aut potest ullo modo extendi, sequentia mihi videntur demonstrare.

Respublica mihi videtur societas hominum
L’Etat me semble être une société d’hommes
solummodo
uniquement
_____ad bona civilia conservanda promovendaque
_____en vue de la conservation et de la promotion des bien civils
constituta.
constituée

Bona civilia voco
Par bien civils j’entends
vitam, libertatem, corporis integritatem et indolentiam,
la vie, la liberté, l’intégrité et la non-souffrance du corps
et rerum externarum possessiones,
ainsi que la possession de biens extérieurs
ut sunt latifundia, pecunia, supellex, etc.
que sont les terres, l’argent, le mobilier, etc.

_______________Harum rerum
_______________de ces choses
____________________ad hanc vitam
____________________pour cette vie
_______________pertinentium
_______________pertinentes
__________possessionem justam
__________la juste possession
__________omni universim populo
__________à tout le peuple en général
__________et singulis privatim subditis,
__________et à chaque sujet en particulier
_____sartam tectam servare
_____de conserver le maintien [et de mettre] à couvert
officium est magistratus civilis,
Le devoir du magistrat civil est
_____per leges ex aequo omnibus positas;
_____par des lois imposées également à tous (…)

_____Quod vero
_____que vraiment
__________ad bona haec civilia unice
__________ces biens civils uniquement
_____spectat tota magistratus jurisdictio,
_____la juridiction du magistrat a entièrement en vue
_______________et in iis solis curandis promovendisque
_______________à ces seuls [bien] à conserver et à promouvoir
__________terminatur et circumscribitur
__________ et que [cette juridiction] a un terme et est circonscrite.

_______________omne civilis potestatis jus et imperium,
_______________Tout droit et souveraineté de pouvoir civil
_______________nec
_______________ne
____________________ad salutem animarum
____________________au salut des âmes
_______________aut debet aut potest
_______________doit ni ne peut
_______________ullo modo extendi,
_______________d’aucune façon s’étendre
sequentia mihi videntur demonstrare. [3]
La suite me semble démontrer

Il me semble que l’Etat est une société d’hommes constituée à seule fin de conserver et de promouvoir leurs biens civils.
J’appelle biens civils la vie, la liberté, l’intégrité du corps et sa protection contre la douleur, la possession de biens extérieurs tels que sont les terres, l’argent, les meubles, etc.
Il est du devoir du magistrat civil d’assurer au peuple tout entier et à chaque sujet en particulier, par des lois imposées également à tous, la bonne conservation et la possession de toutes les choses qui concernent cette vie.  (…)
Tout ce qui va suivre me semble démontrer que toute la juridiction du magistrat concerne uniquement ces biens civils et que le droit et la souveraineté du pouvoir civil se bornent et se limitent à conserver et à promouvoir ces biens-là seulement, et qu’ils ne doivent ou ne peuvent en aucune façon s’étendre au salut des âmes.

C’est contradictoire de contraindre à une croyance religieuse

cura animarum non potest pertinere ad magistratum civilem: quia tota illius potestas consistit in coactione. Cum autem vera et salutifera re1igio consistit in interna animi fide, sine qua nihil apud Deum valet; ea est humani intellectus natura, ut nulla vi externa cogi possit. Auferantur bona, carceris custodia ve1 cruciatus poena urgeatur corpus, frustra eris, si his suppliciis mentis judicium de rebus mutare ve1is.

cura animarum non potest pertinere ad magistratum civilem :
la charge des âmes ne peut relever du magistrat civil
quia tota illius potestas consistit in coactione.
parce que tout son pouvoir consiste en coercition
Cum autem vera et salutifera,
Mais comme la vraie religion qui apporte le salut
religio consistit in interna animi fide
consiste dans la foi intérieure de l’âme
sine qua nihil apud Deum valet;
sans laquelle rien ne vaut pour Dieu
ea est humani intellectus natura,
il est de la nature de l’intelligence humaine
ut nulla vi externa cogi possit. [4]
qu’aucune force externe ne peut la contraindre

le soin des âmes ne saurait appartenir au magistrat civil parce que tout son pouvoir consiste dans la contrainte. Mais comme la religion vraie et salutaire consiste dans la foi intérieure de l’âme, sans quoi rien ne vaut devant Dieu, telle est la nature de l’entendement humain qu’il ne peut être contraint par aucune force extérieure.

Le danger du comportement sectaire

tectius sane, sed et periculosius reipublicae malum est eorum, qui sibi suaeque sectae hominibus peculiare aliquod praerogativum contra jus civile arrogant, verborum involucris ad fucum faciendum aptis occultum.

_____tectius sane, sed et periculosius reipublicae
_____beaucoup plus caché, mais beaucoup plus dangereux pour l’Etat
malum est
il existe un mal
_____eorum,
_____venant de ceux
_____qui sibi
_____qui pour eux
__________suaeque sectae hominibus peculiare
__________ainsi qu’aux gens de leur secte particulière
__________aliquod praerogativum contra jus civile
__________quelque prérogative contre le droit civil
_____arrogant,
_____s’arrogent
_______________verborum involucris
_______________par des enrobages de mots
_______________ad fucum faciendum aptis
_______________aptes à faire illusion
__________occultum.
__________cachée [5]

un mal certainement plus caché et plus périlleux pour l’État est constitué par ceux qui s’arrogent, pour eux-mêmes et pour ceux de leur secte, un privilège particulier et contraire au droit civil, qu’ils couvrent et masquent par des discours spécieux.

La cause des guerres c’est le refus de la tolérance

Non opinionum diversitas, quae vitari non potest, sed negata diversa opinantibus tolerantia, quae concedi poterat, pleraque quae in orbe Christiano nata sunt de religione jurgia et bella produxit

Non opinionum diversitas,
ce n’est pas de la diversité des opinions
quae vitari non potest,
qui ne peut être évitée
sed negata diversa opinantibus tolerantia,
mais la tolérance niée à ceux qui soutiennent des opinions diverses
quae concedi poterat,
qui pouvait être accordée
_____pleraque
_____la plupart
__________quae in orbe Christiano nata sunt de religione
__________qui sont nées dans le monde chrétien sur la religion
_____jurgia et bella
_____des litiges et des guerres
produxit [6]
qui a produit

Ce n’est pas de la diversité des opinions, qui ne peut être évitée, mais du refus de la tolérance qui aurait pu être accordée à ceux qui soutiennent des opinions diverses, que sont nées et que se sont produites la plupart des luttes et des guerres de religion dans le monde chrétien.

***

La tolérance selon Locke

Pour Locke, la tolérance est finalement synonyme d’une attitude qui devrait être commune à tous les groupes sociaux et qui est de refuser l’exclusivisme. Quand on est à la tête d’un État ou d’une confession, la tolérance consiste à ne pas vouloir imposer son mode de pensée aux autres groupes sociaux, c’est refuser de pratiquer ce que l’on appelle aujourd’hui l’ethnocentrisme. De même que Hobbes pensait que dans l’état de nature, l’homme est un loup pour l’homme, Locke constate au niveau collectif des états, des confessions, des églises, que chacun des groupes cherche aussi par tous les moyens, y compris violents, à imposer son mode de croyance. Pour éviter ce phénomène, c’est un État neutre au point de vue confessionnel qui est nécessaire : État neutre mais non pas inactif pour empêcher les tentatives d’exclusion, les appels à la dissidence politique.

Cette attitude de tolérance que les États devraient avoir, invalide la politique de conquête au nom de la religion, telle qu’elle est souvent pratiquée : Locke construit un apologue où il décrit un petit groupe de chrétiens arrivant démuni dans un pays païen. On manque de tout, on appelle à l’aide les habitants du lieu, ils sont aidés. Le groupe chrétien se développe et quand il devient fort il exige la conversion des païens et pratiquent ainsi l’extorsion. De te fabula narratur ajoute Locke citant explicitement le cas de l’Amérique où les indigènes sont dépouillés de leurs droits [7].

Le latin de Locke

Reprenons d’abord la couverture pour en décrypter le sens :

Epistola de Tolerantia
ad Clarrissimum Virum T.A.R.P.T.O.L.A.
Scipta a P.A.P.O.I.L.A.
Goudae apud Justum Ab Hoeve
CIƆ IƆC LXXXIX

Qui est le destinataire illustre de cette Lettre sur la tolérance, qui en est l’auteur ? Commen lire la date d’édtion ?

Le premier sigle se décrypte [8] de la manière suivante : Theologiae Apud Remonstantes Professorem Tyrannidis Osorem, Libertatis Amantem, c’est-à-dire « à un professeur de théologie remontrant, ennemi de la tyrannie et amoureux de la liberté », il s’agit de Philippe Van Limborch, ami de Locke. Un « remontrant » est un membre du courant du même nom, fondé au 16e siècle et qui porte ce nom du fait d’une protestation solennelle faite par ce courant auprès du pouvoir politique pour obtenir plus de tolérance précisément.

Le deuxième sigle peut se lire : Pacis Amico, Persecutionis Osore, Johanne Lockio Anglio ; « par un ami de la paix et un ennemi de la persécution, John Locke, Anglais ». La lettre est publiée en Hollande à Gouda en 1689, ce qui explique que Locke aie dissimulé son identité : en effet, la Glorious Revolution qui a chassé le catholique Jacques II au profit de Guillaume d’Orange ne date que d’un an et Locke vient de rentrer en Angleterre après son exil en Hollande. Il peut ne pas être encore certain de la pérennité du nouveau régime et prend de ce fait des précautions lors de la parution de la Lettre. Rappelons que la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV ne date que de 1685 : du côté du Roi Soleil, la tolérance n’est pas de mise et Locke n’est pas certain que Jacques II,  réfugié en France, ne sera pas restauré avec son appui.

Évoquons maintenant le système de numération pour la date : reprenons le système de la numération romaine étudié à partir d’une abaque [9] :
CIƆ = 1000
IƆC se décompose en IƆ = 500 + C=100 soit 600
LXXXIX = 89
La date correspondante est 1689 [10].

Que peut-on dire du latin de Locke :
1) le vocabulaire : il utilise quelques mots rares à l’époque classique comme solummodo seulement [11] ; il donne un sens moderne à des mots anciens comme précisément pour tolerantia qui signifie à l’époque classique endurance et non tolérance, parce que tolero a gardé le sens premier de porter, supporter.

2) la structure de la phrase : elle est parfois tout à fait conforme à la pratique de l’anglais ou du français comme dans :

cura animarum non potest pertinere ad magistratum civilem:
la charge des âmes ne peut relever du magistrat civil
quia tota illius potestas consistit in coactione.
parce que tout son pouvoir consiste en coercition
Cum autem vera et salutifera,
Mais comme la vraie religion qui apporte le salut
religio consistit in interna animi fide
consiste dans la foi intérieure de l’âme
sine qua nihil apud Deum valet;
sans laquelle rien ne vaut pour Dieu
ea est humani intellectus natura,
il est de la nature de l’intelligence humaine
ut nulla vi externa cogi possit. [12]
qu’aucune force externe ne peut la contraindre

mais elle peut garder la structure latine classique appuyée sur le verbe  à la fin comme ici où on peut dire que la structure est « régressive » en ce sens que le début de la phrase est à la fin dans la traduction :

_______________Harum rerum
_______________de ces choses
____________________ad hanc vitam
____________________pour cette vie
_______________pertinentium
_______________pertinentes
__________possessionem justam
__________la juste possession
__________omni universim populo
__________à tout le peuple en général
__________et singulis privatim subditis,
__________et à chaque sujet en particulier
_____sartam tectam servare
_____de conserver le maintien [et de mettre] à couvert
officium est magistratus civilis,
Le devoir du magistrat civil est
_____per leges ex aequo omnibus positas;
_____par des lois imposées également à tous (…)

Conclusion

On ne peut pas dire aujourd’hui que le message de Locke aie perdu de son actualité en ce sens que, sauf dans les démocraties bien établies, les groupes qui veulent imposer leur manière de voir par la violence sont nombreux et ces groupes doivent être neutralisés pas la loi selon Locke. Il ne faudrait pas croire cependant que Locke nie toute possibilité de remise en cause d’un pouvoir : si celui-ci devient tyrannique, il peut être renversé par la force (et nous avons là aussi des exemples récents). Le dernier paragraphe du second traité du gouvernement où Locke explique ses vues sur l’État [13] se conclut ainsi :

Si ceux qui détiennent l’autorité perdent leur droit à l’exercer par leur inconduite, ce pouvoir fait retour à la société (…) ; dès lors, le peuple possède un droit d’agir en souverain et de conserver le législatif pour lui-même ; il peut aussi instituer une nouvelle forme de gouvernement ou, tout en conservant l’ancienne forme, le remettre entre de nouvelles mains, suivant qu’il le juge à propos (p. 175-176).

C’est bien ce qui s’est passé en 1688 où le parti whig que soutenait Locke est allé cherché le mari de la fille de l’ancien roi Jacques II, Marie, mariée à Guillaume d’Orange qui régnait sur la Hollande et qui vinrent tous les deux occuper conjointement le trône d’Angleterre (Glorious Revolution).

A un échelon inférieur à l’état, au niveau des groupes restreints  (associations, entreprises, administrations), imposer son point de vue par la force et non par la discussion reste cependant fréquent et là aussi le message de Locke n’a pas perdu son actualité. On doit rappeler qu’il n’est pas plus légitime de vouloir renverser un pouvoir par une manœuvre non démocratique, que ce soit au sein d’un conseil d’administration ou dans la rue.

  1. John Locke, Lettre sur la tolérance, GF-Flammarion, 1992, p.11-12 []
  2. texte latin et traduction venant de l’édition suivante : John Locke, Lettre sur la tolérance, Édition critique de Raymond Klibansky, Traduction de Raymond Polin, PUF, 1995, coll. Quadrige. []
  3. p.11 []
  4. p.12 []
  5. p.79 []
  6. p.95 []
  7. p.60 []
  8. cf. l’introduction de Spitz, p.100 []
  9. que j’ai mis à jour en précisant les unités utilisées dans l’abaque []
  10. 2011 serait CIƆ CIƆ XI []
  11. attesté dans Gaffiot uniquement pour Ulpien et un Pseudo Quintilien []
  12. p.12 []
  13. John Locke, Le second traité de gouvernement, édition de Jean-Fabien Spitz, PUF, 1994 []

Une réflexion au sujet de « Locke : Epistola de tolerantia »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *