Textes techniques latins (5) La centuriation

L’intrigue de la première bucolique est basée sur un problème d’expropriation car pour installer ses vétérans, Auguste chasse les anciens occupants de nombreuses régions. Il s’en explique dans ses Res gestae [1] :

_____Millia civium Romanorum sub sacramento meo fuerunt
circiter quingenta
Environ cinq cent milliers de citoyens romains me furent assermentés
Ex quibus deduxi in colonias aut remisi in municipia sua
de ceux-ci j’en ai établi dans des colonies ou renvoyés dans leurs municipes
stipendis emeritis
leur service achevé
millia aliquanto plura quam trecenta
un peu plus de trois cent mille
et iis omnibus
et à tous ceux-ci
agros adsignavi
j’ai assigné des terres
aut pecuniam pro praemis militiae dedi
ou j’ai donné de l’argent comme récompense de leur service aux armées (3,3)

Dans la région de Mantoue, les propriétaires, comme Tytire et Melibée sont expulsés pour permettre de fonder la colonie : certains cependant, en général ceux qui ont pris le parti du vainqueur peuvent obtenir de rester sur place. Tytire lui implore le prince qui par un  « pascite, ut ante, boves, pueri : submittite tauros », faites paitre comme avant vos vaches, enfants, élevez vos taureaux, lui donne le droit de rester.

Les opérations de fondations de colonies, c’est-à-dire d’octroi de terres à des vétérans par exemple, concernent des populations très importantes (300.000 personnes dans le cas d’Auguste) et supposent donc une logistique très précise. Il s’agit, dans un territoire conquis ou confisqué, de tracer des lots de terrain en nombre considérable, ensuite de les attribuer à des individus et d’en garder trace dans un cadastre enregistré pour résoudre toutes les contestations ultérieures.

Nous avons dans le corpus des arpenteurs romains des textes qui nous permettent de voir comment étaient opérées ces répartitions [2] : il en reste quelques traces encore visibles dans la région de Valence.

Les territoires à diviser sont disposés comme un camp militaire où à partir d’une borne centrale, la division principale est tracée d’Est en Ouest : c’est le decimanus maximus. Perpendiculairement à cet axe, on trace le cardo maximus. orienté Nord-Sud. Au départ, il faut donc s’orienter correctement : Hygin le gromatique en précise la manière de faire en signalant qu’il est fautif de vouloir viser le lever du soleil puisqu’il change de position chaque jour :

 IX. (1) Optimum est ergo umbram hora sexta deprehendere
le mieux est donc de prendre l’ombre à la sixième heure
et ab ea limites inchoare,
et à partir de là d’initier les limites
ut sint semper meridiano ordinati ;
de façon qu’elles soient toujours orientées selon le méridien
sequitur deinde ut et orientis occidentisque linea huic normaliter conveniat.
il s’ensuit donc que la ligne orient-occident se trouve avec celle-ci à l’équerre
(2) Primum scribemus circulum in loco pIano in terra,
pour commencer traçons un cercle au sol en terrain plat
et in puncto eius sciotherum ponemus,
et nous plaçons en son centre une tige [3]
cuius umbra et intra circulum aliquando intret :
dont l’ombre entrera dans le cercle à un certain moment
certius est enim quam orientis et occidentis deprehendere.
ce qui est plus sûr en effet que de prendre [la ligne] de l’orient et de l’occident
(3) Attendemus quemadmodum a primo solis ortu umbra cohibeatur.
nous observerons comment, à partir du lever du jour, l’ombre est contenue [réduite]
Deinde cum ad circuli lineam pervenerit,
Ensuite quand la ligne parviendra au cercle
notabimus eum circumferentiae locum.
nous marquerons ce point de la circonférence

Similiter exeuntem umbram e circulo attendemus,
de la même façon, nous observerons l’ombre quand elle sort du cercle
et circumferentiam notabimus.
et nous marquerons la circonférence
(4) Notatis ergo duabus circuli partibus
auront été marqués ainsi deux point du cercle
intrantis umbrae et exeuntis loco,
au point d’entrée et de sortie de l’ombre
rectam lineam a signo ad signum circumferentiae ducemus,
d’un point à l’autre de la circonférence nous tracerons une ligne droite
et mediam notabimus.
et nous marquerons son milieu
Per quem locum recta linea exire debebit a puncto circuli.
par ce point il faudra élever une ligne droite à partir du centre du cercle
(5) Per quam lineam kardinem dirigemus,
C’est par cette ligne que nous orienterons le cardo
et ab ea normaliter in rectum decimanos emittemus.
et par celle à l’équerre nous ferons partir en ligne droite les decimani
Et ex quacumque ejus lineae parte normaliter interverterimus,
et de quelque point de cette droite que nous repartions à l’équerre
decimanum recte constituemus.
nous orienterons correctement le decimanus

Voici les différentes étapes de la technique mise en œuvre :

A partir de la borne de point de départ, il faut prolonger la ligne du decimanus maximus : pour ce faire les arpenteurs utilisent ce qu’ils appellent une groma. Cet objet a pu être reconstitué avec son mode d’utilisation :

Source : dessin de G. Moscara cité dans Gérard Chouquer, François Favory, De arte mensoria, « Du métier d’arpenteur ». Arpentage et arpenteurs au service de Rome, Histoire & Mesure, 1993, VIII-3/4, p. 279.

Il s’agit d’une croix montée sur une potence ayant des fils à plomb suspendus aux extrémités. En visant deux fils à plomb opposés on constitue visuellement un alignement qui permet à distance de faire positionner des jalons plantés dans le sol, tandis que sur l’autre axe, on vérifie l’alignement orthogonal.

Cet instrument ne permet de construire que des alignements à angle droit mais c’est ce dont on a besoin pour monter un camp ou pour créer des surfaces rectangulaires qui seront des lots de terre.

Une fois les jalons de l’alignement au decimanus maximus plantés dans le sol, on mesure la longueur du carré de base avec un instrument de mesure des longueurs nommé pertica (perche) qui avait une longueur de 10 pieds soit environ 3 m (pour une valeur du pied de 29,57 cm). Le carré de base avait une longueur de 20 actus de 120 pieds : pour mesurer un actus il suffisait donc d’alterner deux perches six fois chacune pour obtenir cette longueur [4].

Longeur d’un carré de base = 20 actus = 20 x 120 pieds
soit un équivalent de 20 x 120 x 29,57 cm soit 709,68 m c’est-à-dire environ 710 m

En surface, ce carré s’appelle une centuria (centurie), la référence à 100 venant du fait que la surface ainsi constituée correspond à 100 fois l’unité de mesure des surfaces, le jugerum (jugère, arpent) dont le nom dérive du joug, ce qui peut être labouré en un temps donné.

On forme ainsi un quadrillage de centuries, chacune ayant sur une borne son numéro compté à partir de la borne d’origine.

Le quadrillage soit être fait avec soin :

XI. (2) Decimanum m. autem et kardinem optimi mensores agere debebunt
Des arpenteurs les meilleurs devront faire le decimanus maximus et le cardo maximus
idem et quintarios ad singula cludere,
et de même fermer à chaque fois les quintarii
ne quis error operi fiat,
afin qu’il n’y ait pas d’erreur dans l’ouvrage
quod post amplum actum emendare sine rubore difficile est.
car il est difficile de corriger l’erreur sans honte pour un espace plus grand
 (3) Quod si aut ferramenti vitium aut conspiciendi fuerit,
car s’il y avait un défaut de ferramentum ou de visée
vana contemplatio in uno quintario statim paret
une fausse visée apparait aussitôt avec un seul quintarius
 et tolerabilem habet emendationem.
et elle a une correction possible.

Fermer les quintarius signifie, à l’extrémité de 5 centuries, revenir à son point de départ en refaisant les alignements et en vérifiant que dans la visée du 4e côté, on vise bien à nouveau sur le point de départ. Les erreurs peuvent apparaitre lors de la mise en station de la groma dont la verticalité du dispositif (appelé ferramentum) peut être erronée. De plus la lecture de l’alignement peut être perturbée par le vent qui fait osciller les fils à plomb.

Pour une colonie donnée, les centuries tracées peuvent être en grand nombre : un exemple donné dans le texte envisage la centurie 35 à droite du decimanus maximus et de numéro 47 au-delà du cardo maximus, sans dire qu’il s’agissait des dernières. Cela suppose que l’on a avancé dans une direction de 47 x 710 m soit environ 33 km dans un sens et de 35 x 710 m soit 25 km dans l’autre. Et il ne s’agit que d’un quadrant du quadrillage. Le texte dit que l’on peut installer trois hommes par centurie et qu’il y a déjà au moins 35 x 47 soit 1645 centuries dans ce quadrant, on peut déjà y installer environ 5000 colons [5] .

Il faut ensuite attribuer les portions de centuries aux colons : ceci se fait par tirage au sort :

XlV. (1) Agro limitato,
Le terrain étant délimité
accepturorum comparationem faciemus ad modum acceptarum,
nous effectuons la comparaison entre ceux qui doivent recevoir et les superficies à recevoir
quatenus centuria capere possit aestimabimus,
nous estimerons combien une centurie peut en prendre
et in sortem mittemus.
et nous tirerons au sort.

Traces à Valence

On peut voir encore aujourd’hui à l’est de la ville de Valence, les restes d’une centuriation qui avait pris pour base comme decimanus maximus, non pas la direction Est-Ouest, mais une ligne approchante basée sur la route qui relie Valence à Chabeuil. Ce qui fait dire que les alignements actuels, soulignés par un trait noir sur la deuxième carte, sont des traces de centuriation vient du fait que la largeur entre routes est de 710 m, la valeur du côté d’un carré de base de centuriation.

Montage effectué à partir du graphique p.207 de John Bradford, Ancient landscapes : studies in field archaeology, Westport, Greenwood press, 1980 (première édition 1957).

On comparera avec l’original :

***

Rappel des autres billets consacrés à des textes techniques latins :

1) Vitruve et la pompe à incendie
2) Compter sur ses doigts à Rome
3) Frontin, les aqueducs de Rome
4) La réforme du calendrier

  1. Res gestae divi Augusti, édition de John Scheid, Les belles lettres, 2007 []
  2. Les arpenteurs romains. Tome I. Hygin le gromatique. Frontin, édition de Jean-Yves Guillaumin, Les belles lettres, 2005 []
  3. σκιοθηρον cadran solaire []
  4. Oswald A. W. Dilke, Les arpenteurs de la Rome antique, Sophia Antipolis, APDCA, 1995, p.83 []
  5. Les arpenteurs romains p.206 []

Une réflexion au sujet de « Textes techniques latins (5) La centuriation »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *