La prononciation du latin (1) : l’enseignement

3 décembre 2011
Par

« Il est temps de mettre fin à l’anarchie qui règne dans la plupart de nos établissements du second degré. »

Cette déclaration énergique n’est pas due à un quelconque homme politique horrifié par ce qui se passe dans les collèges ou les lycées actuels mais se trouve dans le très officiel (et très posé en général), Bulletin Officiel de l’Education nationale : il s’agit d’une circulaire du 27 aout 1960 : « instructions concernant l’enseignement du latin dans les classes de premier cycle » [1] et ce constat est suivi d’une fougueuse injonction : « La prononciation restituée s’impose ».

En effet dans les années 60 l’anarchie règne en matière de prononciation du latin où trois types de prononciations se rencontrent :

- dans les lycées on prononce souvent le latin « à la française ». Cette prononciation est toujours présente dans la vie courante où l’on parle d’un curriculum vitae en prononçant le v de vitae comme dans « vital » et où Caesar se prononce tout simplement César et Cicero, sauf à la finale, comme Cicéron. C’était l’époque où les potaches riaient de phrases comme « Caesar misit legatos alacrem eorum » où ils prononçaient la finale comme « à la crème et au rhum » ce qui s’explique par la prononciation de um comme dans homme. C’est encore le cas quand on parle en français du curriculum de quelqu’un.

- dans les Eglises catholiques, la messe était encore dite en latin et celui-ci était prononcé à l’italienne. Dans le Notre Père en latin, « qui est in caelis », était prononcé kwi es in tchélis et le « dominus vobiscum » dominous vobiscoum. Cependant le Concile Vatican 2 des années 60, en permettant la liturgie en langue vulgaire, va faire disparaitre le latin de la plupart des messes.

- quant à la prononciation restituée, elle était pratiquée dans les universités et dans un certain nombre de lycées.

Nous allons suivre l’histoire de sa montée en puissance à travers le texte de Jules Marouzeau La prononciation du latin [2] . En effet, Jules Marouzeau (1878-1964), eut une grande influence sur cette question du fait de sa position de professeur de latin à la Sorbonne (1925-1951) où il forme beaucoup d’universitaires. Il s’intéresse à l’enseignement très tôt (1913 : La crise des études classiques en France) et son action est renforcée par le fait que dès 1920 il est directeur d’Etudes à l’Ecole des Hautes-Etudes, que dès 1923 il fonde la Société des études latines et qu’il publie à partir de 1928 L’Année philologique. En 1945 il devient membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Suivons-le sur cette question : il rappelle d’abord l’histoire de la prononciation « française » du latin (évolution que nous avons étudiée dans un précédent billet : du latin parlé tardif au protofrançais) qui conduit dit-il « à un compromis entre un latin mort et un français désuet » (p. 12)

« C’est ce compromis que nous avons religieusement conservé, prononçant um comme om à la fin des mots (hominum), mais comme on à l’intérieur (numquam) ; un comme un dans tunc, mais comme on dans unde ; qu comme kw dans qua, comme ku dans qui et comme k dans quoniam ; articulant des consonnes qui ne s’entendent plus en français (comp. lat. Venus et fr. venu[s], lat. finis et fr. fini[s], lat. abit et fr. habi[t]) ; tantôt nasalisant les voyelles voisines de m et n (semper), tantôt ne les nasalisant pas (agmen) ; et, tout à coup, par une dernière inconséquence, conservant pour agnus, signum, une prononciation presque conforme à la latine, mais que justement n’autorise pas celle du français (agneau, signal). » (p. 12)

Ce mélange hétéroclite de points de vue n’est plus possible depuis l’avènement des études de linguistiques et de philologie, initiées pour le latin par des gens comme Gaston Paris ou Michel Bréal (voir les billets correspondants sur leur attitude ou leur pédagogie). Au début du 20e siècle, des spécialistes comme Ferdinand Brunot enseignent une prononciation restituée et la réforme semble en bonne voie. Mais si une propagande était faite en sa faveur, les réactions sont fortes et la guerre de 1914 suspend tout.

Pour la période d’entre les deux guerres, Jules Marouzeau signale l’action efficace de la Société des études latines (dont il est le fondateur) qui a une large influence en faveur de la prononciation restituée mais il signale aussi les conflits entre professeurs et inspecteurs, ou entre professeurs d’un même établissement qui sont partagés sur ce qu’il faut faire, attachés qu’ils sont à la tradition (française) mais soucieux cependant de vérité philologique.

A titre de témoin de cette schizophrénie, voici la première page d’une grammaire de 1934 : Ch. Maquet, M. Roger, G. Cagnac, Cours moyen de langue latine. Grammaire expliquée, Hachette, qui est encore en usage dans les années 50.

On y voit bien que sous le nom de « prononciation romaine » se trouve une présentation qui possède beaucoup des traits de la prononciation restituée, mais il est dit en-dessous : « nous prononçons aujourd’hui le latin à peu près comme le français ». Quant à la phrase en petits caractères « la prononciation ecclésiastique, qui est la prononciation italienne, se rapproche de la prononciation ancienne du latin » qui ne correspond nullement à la réalité, elle est peut-être une réminiscence de l’opinion d’Érasme qui dans le de recta latini graecique pronuntiatione (1528) ne dit pas que la prononciation italienne est la meilleure, mais qu’elle moins dégradée qu’ailleurs.

Comment prononçaient les Latins

C’est le titre de la page 21 de Marouzeau et ce n’est pas une question, mais une affirmation. C’est ce qui va être montré dans les pages 21 à 27 de l’ouvrage : la démonstration s’appuie essentiellement sur des citations des auteurs latins eux-mêmes, sur la transcription du latin en grec, sur les imitations des cris des animaux, sur les mots dérivés du latin qui attestent d’une prononciation.

Prenons quelques exemples :

- Quintilien nous explique que le son u du upsilon grec n’existe pas en grec mais qu’inversement les grecs pour transcrire le u (prononcé ou) du latin écrivent konsoul (Plutarque) ou kentouriones (Polybe) et le coucou est appelé cucculus,

- Quintilien encore, nous dit que le k est inutile en latin puisque le c exprime toujours cette valeur, quelle que soit la lettre qui suit ; Plutarque écrit en grec Kikeron ; dans des inscriptions latines on trouve des graphies comme pake pour pace ou dekembres pour decembres,

- la prononciation du ti de ratio comme dans rationnel est incohérente avec l’étymologie que propose Virgile du mot Latium : ce lieu est appelé ainsi, quoniam latuisset tutus in oris, parce qu’il s’était déplacé sur ses bords, bien caché. (Aen. VIII, 322),

- ae est une diphtongue : Caesar est transcrit en grec Kaisar d’où le Kaiser de l’allemand,

- saint Augustin signale que lege a la même prononciation en latin et en grec.

« Ces règles peuvent se formuler en quelques lignes: j et v n’existent pas, non plus que le son z hors des mots grecs, ni le son gn du français « agneau » ; u se prononce ou ; ae, oe, au, eu, diphtongues réelles, se prononcent en diphtongues ; c, g, t se prononcent toujours comme devant a ; m, n s’articulent après voyelle ; h est aspirée au début des mots. » (p. 29-30)

L’argument à ses yeux le plus fort que donne Marouzeau pour finir, c’est celui de la vérité historique :

« Qui n’est pas sensible à un argument de cette sorte ne mérite pas qu’on se mette en peine de lui en offrir d’autres. L’histoire des temps passés est assez encombrée d’erreurs, d’ignorances et de doutes, assez pauvre de certitudes, pour que, quand nous pouvons mettre la main sur une vérité, nous nous devions de ne pas la laisser échapper. Puisque nous connaissons la prononciation qui a été celle des Latins, inutile de chercher plus avant d’autres raisons de la pratiquer ; cette raison-là suffit. » (p. 31)

Après Marouzeau

L’injonction de la circulaire de 1960 « La prononciation restituée s’impose » a été efficace : cette prononciation s’est effectivement imposée progressivement dans l’enseignement du latin au collège et au lycée. Elle était déjà présente dans l’enseignement supérieur et avait été vue comme une issue pour les partisans du latin vivant : lors d’un congrès international pour le latin vivant tenu à Avignon en septembre 1956, la prononciation restituée a obtenu l’approbation générale. [3]

Cependant les difficultés liées à la diversité des prononciations selon les langues d’origines des locuteurs ne sont pas résolues pour autant et même la prononciation restituée ne fait pas encore l’unanimité : comme le signale Françoise Waquet, [4] lors d’un colloque de didactique du latin à Rome en 1987 un responsable présenta les choses comme suit :

Quod ad pronunciationem attinet
En ce qui concerne la prononciation
vos omnes precor hic adstantes
je vous conjure tous ici présents
ne hanc rem tangatis spinosam.
que vous ne touchiez pas à cette question épineuse.

Illi qui defendunt Romanam pronunciationem aut Ecclesiae hac
Que ceux qui défendent la prononciation romaine ou celle de l’Eglise
utantur quoniam Romae sumus.
l’utilisent puisque nous sommes à Rome

Qui autem pronunciationem restitutam defendunt hanc adhibeant.
Que ceux qui défendent la prononciation restituée utilisent celle-ci

Quod nostra interest est tantum intellegi inter nos
ce qui nous intéresse est seulement de nous comprendre entre nous.

***

Tout n’est pas réglé puisque les questions de la quantité et de l’accent n’ont pas été évoquées : quant à la question du chant en latin elle sera traitée dans un prochain billet.

Aujourd’hui la prononciation restituée n’a plus vraiment d’adversaires car la vérité historique s’est imposée : elle s’impose effectivement quand on étudie le latin d’un point de vue philologique ou simplement historique, mais la présence de centaines d’expressions latines utilisées en français pose cependant une question. En effet, commencer par utiliser au premier stade d’initiation la prononciation restituée, c’est rendre étranger à l’élève ce qu’il connait déjà en partie puisque le français prononce ces expressions latines « à la française ». Ne vaudrait-il pas la peine de commencer l’initiation au latin par l’utilisation des ressources morphologiques qu’offrent les expressions latines, comme je l’ai montré précédemment dans ce carnet aux leçons 1 à 12 ? La pédagogie suppose toujours de progresser lentement : une première année d’initiation tournée vers le latin du français, avec sa prononciation française, permettrait la découverte d’un latin proche de l’élève et le motiverait par l’étude précise de ressources linguistiques toujours utilisées. Les bases de la morphologie étant ainsi étudiées, le passage à un autre univers, celui du latin de l’histoire, pourrait être ensuite envisagée.

NB : pour pouvoir laisser un commentaire en fin de billet, cliquer ici.

  1. B.O. 1960 n° 23 quater (8-9-60) p.41 []
  2. Jules Marouzeau, La prononciation du latin : histoire, théorie pratique, Les Belles lettres, 1955 (4e ed.) []
  3. Revue de la Franco-Ancienne, n°119, novembre 1956, p.224 []
  4. Françoise Waquet, Parler latin dans l’Europe moderne. L’épreuve de la prononciation, Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée T. 108, N°1. 1996. p. 279 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Faits de langue, Finalités, Histoire, Motivations, Pédagogie

3 commentaires pour “ La prononciation du latin (1) : l’enseignement ”

  1. [...] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } enseignement-latin.hypotheses.org – December 17, 6:58 [...]

  2. [...] La prononciation du latin (1) : l'enseignement | La question du latin En effet dans les années 60 l'anarchie règne en matière de prononciation du latin où trois types de prononciations se rencontrent : – dans les lycées on prononce souvent le latin « à la française ». Cette prononciation est … Source: enseignement-latin.hypotheses.org [...]

  3. [...] La prononciation du latin (1) : l’enseignement | La question du latin [...]

Laisser un commentaire

juillet 2014
L Ma Me J V S D
« juin    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Carnets de recherche