La Table de Peutinger

La Table de Peutinger est un document qui a des points communs avec la Tapisserie de Bayeux quant à son format puisqu’il s’agit d’un parchemin qui fait presque sept mètres de long pour 33 cm de hauteur. C’est une copie d’un document plus ancien qui a été faite vers 1200 (donc postérieurement à la Tapisserie de Bayeux). Elle doit son nom à l’humaniste qui en fut le propriétaire, Conrad Peutinger (1465-1547).

Le livre récent de Richard Talbert [1] va nous permettre de comprendre ce qu’est cet objet, ce qu’on y trouve et quel pouvait être le rôle de l’original.
Pour en avoir une première vision, une visite à un site où on peut la voir s’impose, par exemple celui (tout en latin) de la Bibliotheca Augustana d’où est tirée la partie occidentale de la vue générale :

Talbert dans son titre parle de Carte à la place du nom traditionnel de Table. Il s’agit bien d’une représentation du monde romain sous forme de carte, mais d’une carte tout à fait spéciale puisqu’elle ne vise pas une représentation des formes d’un territoire. Au centre, la partie indiquée comme l’Italie est représentée non sous la forme traditionnelle d’une botte, mais comme une longue bande de terre cernée d’un mince trait bleu représentant la Méditerranée au sud et l’Adriatique au nord ; le golf de Tarente est visible à droite ainsi que la Sicile entre l’Italie et l’Afrique. Nous sommes donc dans une représentation conventionnelle dont le but est de pouvoir mettre en relief l’étendue de l’empire romain allant de l’Espagne (feuillet manquant actuellement mais reconstitué ici) à l’Inde (largement à droite, voir le site), sous la forme d’une bande étroite. Il restera à comprendre la finalité de cette représentation et c’est toute la thèse de Talbert.

Pour mieux comprendre la Table, examinons-en la partie centrale, (Pars VI sur le site) centrée sur Rome :

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Rome y est représentée par une figure symbolique sur un trône avec couronne, sceptre et globe, et autour de Rome rayonnent des traits qui correspondent à des voies romaines : comme il ne s’agit pas d’une carte « orientée » au sens actuel, on ne parlera pas de nord et de sud mais de gauche ou de droite.

Vers le bas à droite de Rome on voit la via ostensia (Via Hostensia sur le manuscrit) qui conduit à Ostie (Hostia) symbolisée par deux tours comme souvent dans la Table mais avec un port monumental placé sur l’autre rive du Tibre, qui pourrait représenter le port de Trajan construit au début du 2e siècle.

En remontant à droite, on voit la voie Appienne, surmontée d’un X qui est le nombre de milles romains qui sépare Rome de la première étape nommée Bobellas, l’actuelle Frattocchie située à 16 km du centre de Rome ce qui, avec un mille romain de 1582 m, est assez exact. Pour suivre un itinéraire on peut s’aider d’une base de données associée au livre de Talbert qui fait un grossissement sur chaque étape, par exemple Bobellas.

Continuons à suivre l’itinéraire de la via Appia : l’étape suivante est Aricia, proche de la précédente (3 milles romains) mais située dans les Monts Albains à 400 m d’altitude. On voit que l’étape est simplement marquée par un décrochement de la ligne suivi d’un nom, sans autre indication ni signe décoratif. On arrive ensuite à Sublanuvium  (marqué Svblanvbio), actuelle agglomération de Lanuvio marquée par un dessin symbolique.

En continuant cet itinéraire qui correspond donc aux étapes d’un voyageur, on descend ainsi dans le sud de l’Italie et on peut poursuivre jusqu’en Grèce par Brindisi. On trouvera sur une autre partie du site du livre une superposition des itinéraires avec une carte actuelle (annexe).

On trouvait sur les voies romaines des bornes milliaires qui pouvaient jouer un rôle analogue en indiquant les distances aux villes voisines mais leur fonction semble plus d’être le symbole de l’affirmation d’un pouvoir, qu’un panneau indicateur.

L’Itinéraire d’Antonin, datant du 3e ou du 4e siècle [2], permet de retrouver certaines étapes citées plus haut avec des longueurs en milles plus ou moins cohérentes : (source) : Aricia  16 ; Tribus tabernis 17 ; Api foro 10 ; Terracina 18, etc. Toutes ces étapes se trouvent dans la Table de Peutinger (mais Api foro n’est pas noté et correspond à un simple décrochement de la ligne comme on peut le voir ci-dessous noté par un rond vert).


Fonction de la Table de Peutinger

Cette redondance des sources manifeste que ces étapes étaient bien connues : pourquoi alors cet itinéraire d’Antonin et cette Table de Peutinger ? On pourrait dire que cette région est le cœur des itinéraires romains mais partout dans l’empire, les étapes sont connues localement et il suffit de se renseigner sur place sur l’étape suivante.

A quoi pouvait donc servir un document de 7 m de long : ce n’est certainement pas pour être mis dans son sac et consulté en cours de route, ce qui est plutôt une préoccupation contemporaine que romaine. Cependant, avoir des itinéraires est ce qui est requis du commandement par Végèce dans son Epitoma rei militaristraité de l’art militaire (Livre 3, chapitre 6  cité par Talbert p.142) :

Primum
En premier lieu
_____itineraria omnium regionum,
_____les itinéraires de toutes les régions
_____in quibus bellum geritur,
_____dans lesquelles la guerre est entreprise
plenissime debet habere perscripta
il [le général] doit avoir par écrit très complètement

ita ut
afin que
_____locorum intervalla non solum passuum numero
_____les distances entre les lieux, non seulement par le nombre de pas
_____sed etiam viarum qualitate
_____mais aussi par la qualité des routes
perdiscat,
il connaisse exactement

_____conpendia deverticula montes flumina
_____les raccourcis, les détours, les montagnes, les rivières
_____ad fidem descripta
_____décrits pour qu’on s’y fie
consideret,
qu’il examine

usque eo,
Plus encore
_____ut sollertiores duces
_____que les généraux les plus habiles
__________itineraria provinciarum,
__________des itinéraires des provinces
__________in quibus necessitas gerebatur,
__________dans lesquelles une crise doit être gérée
__________non tantum adnotata sed etiam picta
__________non seulement notés par écrit mais même représentés graphiquement
_____habuisse
_____possèdent
firmentur,
il est sûr

ut
afin que
_____non solum consilio mentis
_____non seulement par un processus mental
_____verum aspectu oculorum
_____mais visuellement
viam profecturus eligeret.
devant se mettre en route ils choisissent leur chemin

Dans ce texte sont donc distingués les itineraria perscripta (écrits) et les itineraria picta (représentés) : la Table de Peutinger n’est pas une représentation graphique des itinéraires utile pour un militaire, ni un plan logique comme peut l’être un plan de moyens de transports d’aujourd’hui.

Beaucoup d’éléments indiquent que le but de la Table n’est pas utilitaire :
– le choix du format qui compresse toutes les régions,
– le fait que Rome soit au centre,
– la présence de lieux et de routes qui sont incompatibles chronologiquement,
– l’absence de certaines routes directes,
– le fait que le latin et non le grec soit employé dans la partie orientale de l’Empire.
Par contre ou trouve d’autres éléments qui ne sont pas présents dans une perspective utilitaire : des éléments physiques mais aussi culturels : peuples et villes.

L’hypothèse de Talbert (Chapitre 5) est que la Table était située dans l’abside d’une pièce de réception impériale, analogue à celle du palais de Dioclétien à Split, avec un trône au milieu et la présentation tout autour de la pièce de l’orbis terrarum soumis à la domination romaine des colonnes d’Hercule à l’Inde. La Table n’était pas faite pour être d’abord être vue de près. Pas plus que les détails de la Colonne de Trajan qui ne peuvent être vus du sol. Comme ce monument, la Table avait  une mission de propagande.

Les choix faits pour la Table coïncident avec ceux faits par la Tétrarchie dioclétienne du début du 4e siècle où Rome joue un rôle central et où les voyageurs du monde entier, du fait de la paix romaine, voient leur sécurité assurée. Même les humbles spectateurs de la Table peuvent avoir la satisfaction de voir leur région représentée.

L’édit du maximum de 301 de Dioclétien célèbre d’ailleurs cet esprit universel qui doit s’appliquer (Talbert, p.152) :
non civitatibus singulis ac populis adque provincii, sed universo orbi
non [seulement] pour des cités particulières, ou des peuples ou des provinces, mais pour l’univers entier

On notera aussi que la représentation de Rome au centre de la Table avec un sceptre un globe en main est cohérent avec la découverte récente [3] des signa imperii de l’empereur Maxence.

***

Une carte dans le monde romain a un rôle symbolique et non pratique : pour nous en rendre compte, lisons le discours d’un enseignant, Eumène le rhéteur, prononcé en 298 à Autun « pour la réparation des écoles », qui évoque les bienfaits pour les élèves de l’utilisation d’une carte  à l’époque de la Tétrarchie [4].

Videat praeterea in illis porticibus juventus
Que la jeunesse puisse voir en outre sur ces portiques
et cotidie spectet omnes terras et cuncta maria
et qu’elle puisse  tous les jours examiner toutes les terres et chaque mer
et quidquid invictissimi principes urbium gentium nationum
toute ville, peuple, nation que nos princes très invincibles
aut pietate restituunt
soit ont restauré par affection
aut virtute devincunt
soit ont conquis par leur valeur
aut terrore devinciunt.
soit ont dominé par la peur.

Siquidem illic,
Puisque, ici,
_____ut ipse vidisti, credo,
_____comme toi-même [le destinataire du discours] les as vues je crois
_____instruendae pueritiae causa,
_____pour instruire la jeunesse
_____quo manifestius oculis discerentur
_____pour que par ce biais soit appris d’une manière plus évidente par les yeux
_____quae difficilius percipiuntur auditu,
_____ce qui est plus difficile à comprendre par l’oreille
_____omnium cum nominibus suis locorum situs spatia intervalla
_____la position de tous les endroits avec leur nom, leur étendue et les distances
_____qui les séparent

descripta sunt,
il y a des descriptions

quidquid ubique fluminum oritur et conditur,
où tout fleuve nait et où il s’efface
quacumque se litorum sinus flectunt
comment se forment les courbes des rivages
qua vel ambitu cingit orbem vel impetu inrumpit Oceanus.
comment l’océan entoure la terre de son mouvement ou la force par son assaut.

Ibi fortissimorum imperatorum pulcherrimae res gestae
qu’ici les glorieux exploits de nos empereurs très valeureux
per diversa regionum argumenta
exemplifiés en divers régions
recolantur,
soient rappelés

dum calentibus semperque venientibus victoriarum nuntiis
tandis qu’arrivent perpétuellement des messagers en sueur annonçant des victoires
revisuntur
que soient revus
gemina Persidos flumina
les fleuves jumeaux de la Perse
et Libyae arva sitientia
les champs assoiffés de Libye
et convexa Rheni cornua
les rives convexes du Rhin
et Nili ora multifida ;
et les multiples bouches du Nil.

dumque sibi
et que
_____ad haec singula intuentium animus
_____par ce biais chacun ce ceux qui regarde avec admiration :
adfingit
se représente

aut sub tua, Diocletiane Auguste, clementia ,
ou, sous ta clémence, Dioclétien Auguste,
Aegyptum furore posito quiescentem
l’Egypte convalescente ayant abandonné sa folie

aut te, Maximiane invicte,
ou toi, Maximien invaincu
perculsa Maurorum agmina fulminantem
lançant la foudre sur les troupes terrassées des maures

aut sub dextera tua, domine Constanti,
ou sous ta droite, Empereur Constance
Bataviam Britanniamque sqalidum caput silvis et fluctibus exerentem
la Batavie et la Bretagne élevant leur tête souillée sur les forêts et les flots

aut te, Maximiane Caesar, Persicos arcus pharetrasque calcantem.
ou toi, Maximien César [Galère], piétinant  les arcs et les carquois des perses

Nunc enim, nunc demum
Car maintenant, maintenant précisément
juvat orbem spectare depictum,
il est agréable d’observer le monde représenté
cum in illo nihil videmus alienum.
puisque nous n’y voyons rien qui nous soit étranger.

L’orbem depictum, la carte du monde, qui permet à  Eumène d’évoquer les hauts faits de la Tétrarchie et son idéologie de domination du monde entier,  est un instrument de propagande, comme l’original de la Table de Peutinger.

  1. Richard J. A. Talbert, Rome’s World. The Peutinger Map Reconsidered, Cambridge, Cambridge Universtiy Press, 2010 []
  2. Raymond Chevallier, Les voies romaines, Picard, 1997, p. 56-57. Talbert p.139-140 []
  3. 2005, voir par exemple []
  4. Source ainsi que  Talbert p.137-139 []

2 réflexions au sujet de « La Table de Peutinger »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *