Situation statistique du CAPES de lettres classiques

Lors du Plan national de formation du 11 octobre 2013, un des Inspecteurs généraux, Bernard Combeau, a donné une des raisons de l’unification des CAPES de lettres classiques et de lettres modernes : il a déclaré que comme il y avait moins de candidats qui se présentaient au CAPES de lettres classiques que de postes proposés, il y avait moins d’admis que de postes nécessaires. Il fallait donc pouvoir proposer à des admis du nouveau CAPES de lettres option lettres modernes, de prendre en charge des cours de latin s’ils étaient en possession de l’option « latin pour lettres modernes ».

Examinons donc cette situation des années récentes en ce qui concerne la statistique du CAPES de lettres classiques.

CAPESClassique1992-2013

Dans l’ensemble de ce billet, les effectifs observés sont donnés annuellement soit par les Notes d’information de la DEP pour le CAPES, soit par les Tableaux de l’Éducation nationale, devenus Repères et Références Statistiques. Toutes les statistiques portent sur l’ensemble CAPES externe et interne.

Le phénomène majeur à retenir est la baisse des candidats qui se présentent à la première épreuve du CAPES (les « présentés » car les inscrits qui ne viennent pas sont nombreux : en 2013 il y avait 350 inscrits et seuls 178 se sont présentés) : ils ont été jusqu’à 900 dans ce cas (en 2001) mais si le nombre de postes a baissé, celui des présentés a baissé plus rapidement au point d’être inférieur aux postes proposés. De ce fait il y a maintenant moins d’admis que de postes.

Avant de rechercher les causes de cette baisse, il faut noter que le fait que les postes ne soient pas tous pourvus faute d’un nombre suffisant de candidats est déjà arrivé de 1997 à 2000 mais on a constaté alors que le nombre de postes, en augmentant, à fait remonter le nombre de candidats. De ce fait de 2002 à 2010, nombre de postes et nombre d’admis peuvent coïncider. S’agit-il d’un phénomène « mécanique », une augmentation des postes augmentant les candidats et réciproquement à la baisse ?

Pour se rendre compte de la réalité de cet effet, prenons la même période  en comparant pour trois disciplines, lettres classiques, lettres modernes et mathématiques l’évolution des postes et des candidats qui se sont présentés (au moins à la première épreuve).

PostesCandidats1992-2014

On constate bien pour les trois disciplines que la montée du nombre de postes de 1992 à 1998 fait monter le nombre de candidats, que la baisse des postes jusqu’en 2011 les fait baisser et que la reprise finale les fait remonter.

On peut donc dire que la situation des lettres classiques n’est pas différente de celle des autres disciplines. Ce qui la différencie c’est le rapport entre le nombre de candidats et le nombre de postes qui fait qu’en fin de période, il y a plus de postes que de candidats (le rapport, sur cette représentation logarithmique est représenté par l’écart entre postes et présentés).

Est-ce le fait de la faiblesse du nombre de postes ? Pour tester cette hypothèse classons, par ordre de sélectivité décroissante pour la session 2013, les disciplines ayant plus de 10 postes offerts.

Discipline______Nombre de__Candidats pour
_______________postes______ un poste

Philosophie                   95                       8,2
SVT                               345                       7,2
Italien                            64                        6,2
Espagnol                      365                       6,0
Documentation         275                       5,6
Phy. Chimie               205                       4,5
Chinois                           15                        4,5
Arts plastiques         245                        4,3
Sc éco. et soc.            148                        4,1
Hist.-Géo.                  780                        4,0
Anglais                      1190                       2,4
Lettres modernes  1100                        2,2
Mathématiques     1405                        1,9
Musique                      145                        1,8
Allemand                   297                        1,5
Lettres classiques    215                        0,8

On voit que le nombre de postes ne joue pas : le chinois avec seulement 15 postes, ayant 68 candidats, a un nombre de postes par candidat égal à 68 /15= 4,5 candidats par poste.

On peut distinguer trois groupes de discipline :
1) plus de 5 candidats par poste : disciplines recherchées. La philosophie, discipline prestigieuse, est la plus sélective,
2) de 2 à 5 candidats par poste : disciplines au profil standard,
3) moins de 2 candidats par poste : disciplines en difficulté pour des raisons diverses. Les mathématiques ne sont plus très attractives car les bons en maths suivent des parcours plus sélectifs ; l’éducation musicale est très concurrencée par les conservatoires ; l’allemand voyait ses parts décroitre mais la situation s’est modifiée du fait de l’apparition des classes « bilangues » ; on trouve enfin en dernière position les lettres classiques qui est de ce fait la discipline la plus en difficulté.

Que conclure ?

Y a-t-il eu une politique malthusienne en ce qui concerne le nombre de postes ? Si l’on regarde le rapport entre lettres modernes, qui touchent toute la classe d’âge, et lettres classiques, qui touchent en moyenne 10% de la classe d’âge [1], on constate que le nombre de postes de lettres classiques n’est pas le dixième de celui des lettres modernes mais fluctue aux alentours de 20% : par exemple pour 2013 il y a 1315 postes pour les lettres modernes et 317 pour les lettres classiques et ceux-ci représentent 317/1315 x 100 = 24,2% (tous CAPES confondus). De plus on constate en regardant le graphique précédent que les évolutions des postes sont très parallèles et reflètent les besoins liés à la pyramide des âges des enseignants. De ce fait il faut répondre qu’il n’y a pas eu de politique malthusienne dans ce domaine.

Alors force est de constater que si la demande des familles reste stable, la perspective d’enseigner le latin et le grec n’est plus attractive. La chose est à prendre en considération avec attention car il s’agit bien d’une « crise des vocations » qui anticipe sur ce qui va se passer dans les années à venir. L’intégration dans un même CAPES est peut-être la solution immédiate aux besoins d’enseignants de latin, mais il faut repenser les finalités de l’enseignement pour qu’elles soient attractives auprès des futurs candidats. L’avenir de la discipline est dans les mains de ceux qui l’enseignent actuellement, non en mettant en cause le manque de postes.

Le prochain billet sera mis en ligne le 10 novembre prochain.

  1. Par exemple en 2013 l’effectif d’une génération d’élève est de 820 000, il y a 502 000 latinistes répartis sur six années soit en moyenne 502 000/6 = 83 666 par an soit 83 666/820 000 x 100 = 10%, proportion qui a peu varié depuis les années 1980 avec quelques pics à 12% []

3 réflexions au sujet de « Situation statistique du CAPES de lettres classiques »

  1. Avez vous examiné quelque part dans votre blog l’évolution du nombre des licenciés en lettres classiques, pour savoir si le réservoir de candidats en grec et latin ne diminue pas. Je lis régulièrement votre carnet, mais j’en rate quand même beaucoup…

    1. Je n’ai pas de sources statistiques facilement accessibles du nombre des licenciés et donc il faut faire avec ce qui est disponible mais il semble évident que s’il y a moins de candidats, c’est que le vivier d’où ils viennent est également en diminution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *