Mathématiques et latin

L’apprentissage des mathématiques et celui du latin ont des points communs : c’est par exemple ce qui ressort du témoignage du mathématicien Laurent Schwartz dans des souvenirs rédigés sans intention prosélyte explicite en faveur du latin[1]. Il y explique longuement comment il était tellement bon en langues anciennes qu’il a bien failli devenir linguiste ;

« Après cette période riche en questions, je fus pris de passion pour le latin et le grec. Assez tôt enrichies de notions de linguistique et de philologie, ces deux langues eurent mes faveurs de la sixième à la première. À partir de la cinquième et de la quatrième, je travaillais véritablement pour moi, pour mon plaisir. J’aimais tant le latin et le grec que j’en faisais aussi souvent que je le pouvais, indépendamment des exigences scolaires. Si nous avions une explication de texte d’une vingtaine de vers de Virgile, j’en préparais pour mon propre compte soixante ou quatre-vingts. De même, je lisais pour mon plaisir L’Iliade ou L’Odyssée, ainsi qu’Hérodote, et bien sûr Tite-Live, très facile. J’avais naturellement besoin d’un dictionnaire pour m’aider, mais je me débrouillais. Ce que j’appelle « lire » ne consistait pas à parcourir le texte, mais à me l’approprier complètement. Rien ne me restait étranger : genres, cas, déclinaisons, syntaxe. Il ne s’agissait pas pour moi de dominer la classe ou de surpasser le professeur, mais plutôt de dominer le latin et le grec. J’adorais les études. Ce qui comptait n’était pas tant mon succès que le fait que mes études, au sens le plus personnel du terme, me comblaient. J’étais immensément heureux de tout ce que nous apprenions. Je me souviens de mon bonheur à cette époque, des sujets de réflexion que m’inspiraient les différentes disciplines. En classe de première, j’allai jusqu’à écrire un commencement de grammaire grecque ! » Au Concours général, il est premier en thème latin et premier accessit en version latine et sans les conseils de ses proches (scientifiques), « je serais sans doute devenu linguiste ou helléniste et je m’en serais sans doute fort bien accommodé ».

Le témoignage de Laurent Schwartz montre bien la cohérence des apprentissages de toutes disciplines où des règles complexes doivent être appliquées à des cas particuliers. Qu’il s’agisse de règles de grammaire utilisées dans une traduction ou d’application de théorèmes dans des exercices de mathématiques, le même acharnement à ne rien laisser de côté est nécessaire et apporte des satisfactions analogues de dominer une matière. Mais aussi de dominer le monde : Schwartz insiste dans la suite de ses souvenirs, sur la nécessité de la compétition et de l’émulation. Ayant été bon en langues anciennes, il ne pouvait déchoir en mathématiques quand il entre en classe de mathématiques élémentaires.

« J’avais affaire, dans cette nouvelle classe, à forte partie. Les élèves venaient de différentes classes de première, et certains d’entre eux étaient incontestablement plus forts que moi. Il s’agissait de relever un défi. Durant des années, il m’avait « fallu » être le premier en composition. il « fallait » de même que les mathématiques me plaisent. Étudier pour mon plaisir, ainsi que je l’avais fait auparavant pour le latin et le grec, m’était naturel et indispensable. Il s’y ajoutait cependant une dimension nouvelle. Ma carrière était encore complètement indéterminée. Si, malgré la très grande attraction immédiate exercée par les mathématiques, je m’avérais n’être, comme l’avait cru Iliovici [proche de la famille professeur de mathématiques], qu’un élève moyen ou simplement bon, étant donné les dispositions dont j’avais fait preuve pour les lettres classiques, j’aurais été contraint de revenir à mes options antérieures et de renoncer aux mathématiques. J’étais ambitieux et refusais de n’être qu’un mathématicien moyen, alors que je pouvais devenir un helléniste ou un linguiste d’envergure. J’ai donc accompli un effort exceptionnel, sans doute le plus important de mon existence, en déployant une capacité de travail et d’innovation que je n’ai peut-être jamais plus atteinte ensuite. »

Etre bon en math et être bon en latin vont ensemble, c’est d’ailleurs ce qui apparait quand on regarde des analyses faites à partir de l’enquête par panel du ministère de l’Éducation nationale qui à partir de 1995 a permis de suivre un échantillon important d’élèves de la 6e à la terminale (Panel 95).

Pour apprécier la particularité de la destination des latinistes, prenons uniquement les élèves à l’heure (sans redoublement de la 6e à la terminale) dans toutes les classes 5e, 4e et 3e générale au collège, et au lycée seconde de détermination, les trois premières et les trois terminales S, L et ES et examinons la part qu’y représentent les latinistes de 5e quelle qu’aie été leur persévérance en latin après la 5e :

5e 4e générale 3e générale 2de déterm.
34,1 35,8 36,8 44,7

Pourcentage des latinistes de 5e de la 5e à la 2de

Première Terminale
Section S 58,7 64,6
Section L 56,2 61,3
Section ES 49,1 52,7

Pourcentage des latinistes de 5e
en première et terminale

Alors qu’en 5e les latinistes sont un tiers des élèves, leur concentration s’intensifie par cette « distillation fractionnée » que constituent les étapes du système scolaire, pour représenter au lycée plus de la moitié des effectifs dans les sections S, L et ES et s’approcher des deux tiers dans la section S de terminale, celle qui prépare au baccalauréat le plus recherché.

On peut faire l’hypothèse que si les capacités pour faire du latin et des mathématiques sont de même nature, les investissements ne sont pas les mêmes car être brillant en math permet d’envisager l’avenir le plus large mais être brillant en latin n’ouvre pas cet horizon.


[1] Laurent Schwartz, Un mathématicien aux prises avec le siècle, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 42-43.


2 réflexions au sujet de « Mathématiques et latin »

  1. Témoignage similaire de Jacqueline de Romilly dans son long témoignage (après le Journal PPDA : http://vimeo.com/24816585
    Qui nous aime nous rejoigne pour le prochain Festival Européen Latin grec, du 19 au 22 mars 2015 à Lyon sur le thème « Savants, Magiciennes et Devins » où une place sera faite aux scientifiques et mathématiciens. Si vous avez des idées d’interventions ou spectacles (courts), contactez-nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *