Latin et politique. Première partie : de Pétrarque aux Jésuites (en passant par Thomas Münzer)

On trouve au 180 de la rue Saint-Martin (Paris 2e), cette inscription latine, omnia sunt communia, sur l’extérieur d’une galerie, slogan « partageux » puisqu’il affirme que tout est à tous. Ce slogan a été d’actualité le 10 octobre dernier à Poitiers lors d’une manifestation violente puisque la même expression a été taguée sur le Baptistère Saint-Jean de la ville (cliché 1, cliché 2).

DSCN1716Omnia

Continuer la lecture de Latin et politique. Première partie : de Pétrarque aux Jésuites (en passant par Thomas Münzer)

Latin et étymologie

Une des raisons que l’on donne en faveur de l’apprentissage du latin est l’aide pour la connaissance de la langue française par le biais de l’étymologie : dans le présent billet je vais montrer les limites de cette aide, puis tenter de montrer sur un exemple tiré des expressions latines du français ce qu’il est possible cependant de proposer d’un point de vue pédagogique.

Le sens d’un mot : étymologie transparente ou active ?

Les mots de la langue ont un usage présent mais en même temps ils portent l’empreinte de leur passé qui est repéré par l’étymologie. Ce rapport au passé est bien généalogique, il trace les étapes suivies par le sens d’un mot, mais il ne donne pas le sens actuel du mot. Comme les linguistes l’ont bien montré, le sens d’un mot est donné par la manière dont il s’oppose à d’autres mots, non par son étymologie.

Prenons un exemple : le terme « maintenir » en français moderne évoque l’idée de stabilité d’un dispositif assuré par une intervention extérieure, ce que confirme l’usage actuel de la maintenance (en français ancien, le sens est plus large et comprend aussi l’idée de protection assurée, comme en témoigne la devise célèbre de Guillaume d’Orange « Je maintiendrai »). Continuer la lecture de Latin et étymologie

Débat sur les finalités du latin au collège

Pour renouveler l’enseignement du latin, de petits groupes d’enseignants de langues anciennes se sont regroupés dans une association nationale, la Cnarela et se sont constitués en groupe de pression pour faire évoluer les objectifs de l’enseignement mais aussi pour en débattre comme on le verra plus loin à propos d’une rencontre déjà ancienne à Angers.

Cnarela : Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes. Les associations régionales regroupent près de la moitié des enseignants de langues anciennes, ce qui rend leur coordination très représentative et reconnue comme telle par le Ministère qui en fait un interlocuteur privilégié. Ces associations produisent des bulletins qui associent des réflexions et des conseils sur les problèmes réglementaires (actualité des circulaires, des normes administratives) et sur l’action à mener pour défendre les classes de langues anciennes ; des citations de textes parus ailleurs (prises de positions et témoignages) et une partie pédagogique : étude de textes, dossiers, etc., qui sont disponibles pour tous les enseignants.

Continuer la lecture de Débat sur les finalités du latin au collège

Origine et devenir scolaire des latinistes

Les latinistes sont nombreux en 5e, environ un quart des effectifs mais on sait que beaucoup abandonnent en entrant au lycée. Pour savoir ce qu’ils deviennent (et aussi quelles sont les caractéristiques de ceux qui choisissent le latin) nous allons utiliser l’enquête par panel du ministère de l’Éducation nationale qui à partir de 1995 a permis de suivre un échantillon important d’élèves de la 6e à la terminale (Panel 95). Cette procédure du Panel 95 consiste à choisir tous les élèves nés un certain jour de l’année et à les suivre d’établissements en établissements, qu’ils soient dans le public ou dans le privé, qu’ils redoublent ou non, jusqu’à leur sortie du système scolaire secondaire. En plus de la « carrière » de l’élève, on dispose de renseignements le concernant ainsi que sa famille.

Si l’on considère que l’on a 1000 latinistes en 5e (ils sont 27,7% des effectifs du Panel), on voit qu’il n’en reste plus que 63 en terminale (dont 40 en terminale S, 18 en Lettres et 5 en ES). Si les trois quarts des latinistes de 5e sont encore présents en 3e, le passage au lycée entraine une chute importante des effectifs, chute croissante au fil des trois années.

Evolution des latinistes, base 1000 en 5e

5e

4e

3e

2de

1re

Term

1000

853

740

157

92

63

Continuer la lecture de Origine et devenir scolaire des latinistes