Faux et usage de faux chez les carolingiens. L’enquête de Lorenzo Valla

Le faux en question, c’est la Donation de Constantin, document utilisé principalement par les papes pour soutenir leur primauté par rapport aux empereurs. En effet, dans les premiers siècles de l’Église romaine, l’empereur byzantin perd progressivement de son influence sur l’Italie ce qui permet aux papes d’exercer une souveraineté temporelle sur l’Occident face aux princes barbares qui s’estiment cultuellement inférieurs à lui. À partir du moment où l’Empire est instauré en Occident par Charlemagne, les empereurs et les princes vont vouloir exercer une domination en matière religieuse, par exemple en plaçant leurs proches à la tête d’un évêché. À l’époque de Lorenzo Valla (1407-1457), le pape Eugène IV cherche à assurer son pouvoir temporel au moins à Rome mais, en préparation de la lutte contre les turcs, il veut assurer sa domination sur les princes d’Italie. La Donation de Constantin est donc utilisée par les papes pour renforcer leur pouvoir. Ce texte affirme en effet :[1]

Continuer la lecture de Faux et usage de faux chez les carolingiens. L’enquête de Lorenzo Valla

  1. Texte latin en ligne dans une édition critique de Horst Fuhrmann, dans MGH, Monumenta Germaniae Historica, Fontes Iuris germanici, 1968 []

Lingua franca

On parle souvent de lingua franca pour désigner un langage permettant la communication entre locuteurs de langues différentes. Le latin a longtemps joué ce rôle pour la communication scientifique et aujourd’hui on le dit de l’anglais. Mais ce terme, employé si souvent aujourd’hui [1] que désigne-t-il précisément ?

La lingua franca est d’abord, selon Guido Cifoletti [2] une langue d’échange qui fut utilisée sur le pourtour de la méditerranée de l’apogée de l’empire Ottoman jusqu’à la conquête de l’Algérie en 1830. Au Moyen Âge le terme francs est une désignation dont l’origine remonte à l’empire carolingien mais qui va désigner les croisés (comme en témoigne l’expression royaume franc de Jérusalem) qui utilisaient plusieurs langues romanes. Au 16e siècle il désigne une situation linguistique nouvelle : l’italien est une langue d’échange et de prestige et un pidgin à base d’italien a pu être pratiqué pour des fins commerciales sur le pourtour de l’ensemble de la méditerranée. Il fut utilisé d’une manière stable surtout dans les états barbaresques (c’est-à-dire correspondant aux régences d’Alger, Tunis et Tripoli). Il deviendra un sabir au moment de la colonisation.

Continuer la lecture de Lingua franca

  1. en français, davantage qu’en anglais []
  2. Guido Cifoletti, La lingua franca barbaresca, Roma, Il Calamo, 2004 []

Actualité politique des Vindiciae contra tyrannos (2)

Il peut sembler peu réaliste de chercher une actualité à un texte comme les Vindiciae qui semble tellement lié au contexte des guerres de religion que son intérêt ne peut être qu’historique. Deux raisons militent cependant pour le juger actuel.

1) En premier lieu, la réflexion sur l’aspect politique du comportement humain, ce que l’on appelle aujourd’hui la théorie politique, se fait à propos de comportements comme le « vouloir vivre ensemble » ou au contraire l’hostilité, la confiance ou la défiance, la bonne ou la mauvaise foi, c’est-à-dire des comportements dont on doit dire qu’ils sont permanents dans la civilisation issue des grecs et des romains. Les problèmes politiques de la guerre civile à Rome terminée par le règne d’Auguste ne sont pas foncièrement différents de ceux de toute guerre civile, concept toujours en activité aujourd’hui. On dira que le progrès existe aussi en ce domaine et l’on jugera des conceptions politiques à l’aune de nos conceptions actuelles : comme elles s’imposent à nous, il est inévitable que nous ayons un point de vue en termes d’apparition, de progrès, de retard, d’innovation, mais il faut être conscient que cette vision, pilotée par le présent, peut être fallacieuse.

Une comparaison avec l’art peut nous aider à comprendre la spécificité de la théorie politique : on admet assez communément qu’il n’y a pas de progrès en art mais que pour autant la pratique artistique évolue, qu’il y a des écoles, des filiations et que chaque époque se crée ses formes d’art. De même que le rapport à la matière, aux sons, aux images permet à toute époque de créer des mondes artistiques, de même le rapport politique, assez invariant, permet à chaque époque de se construire son monde politique, différent du précédent mais répondant aux mêmes questions.

Continuer la lecture de Actualité politique des Vindiciae contra tyrannos (2)

Vindiciae contra tyrannos (1)

À bas les tyrans ! pourrait être une manière contemporaine de traduire ce titre d’un texte latin [1] daté de 1579 et donc paru à l’époque des guerres de religion, quelques années après le massacre de la Saint-Barthélemy de 1572. Il est publié sous le pseudonyme de Stephanius Junius Brutus masquant un collectif d’auteurs français [2] et il va tenter de déstabiliser les tyrans de l’époque en leur lançant des Vindiciae, des réclamations en justice.

S’y ajoute peut-être la connotation de vengeance, car le terme a, en français au moins, perdu son sens d’origine de litige pour le sens dérivé de vindicte, tel qu’on le retrouve dans la vindicte populaire où l’idée de vengeance est cependant présente.

« Contre les tyrans, nous demandons justice », est une manière plus précise de rendre les Vindiciae contra tyrannos. Le sous-titre précise le but du livre :

Continuer la lecture de Vindiciae contra tyrannos (1)

  1. texte latin []
  2. Blandine Kriegel, La République et le Prince moderne, PUF, 2011, p. 239 []