L’accent latin est-il musical ou d’intensité ? Une hypothèse

Une coupure nette existe entre spécialistes sur la nature de l’accent en latin. Pour certains l’accent est d’intensité, pour d’autres il est musical.

Voici par exemple quelle est la position de Louis Nougaret en 1948 dans son Traité de métrique latine classique [1] :

Du début de la tradition jusque vers la fin du IIe siècle après J.-C., l’accent du mot en latin est un accent musical, comportant une élévation de la voix sur la syllabe accentuée, mais ne comportant aucune nuance d’intensité. (…) Ce n’est que vers la fin du IIe siècle après J.-C. que l’accent perd peu à peu son caractère musical pour se muer en accent d’intensité (…).  (p. 3-4)

Pour Nougaret donc, l’accent latin à la période classique est fondamentalement mélodique et cette position est perçue par les chercheurs anglo-saxons comme le reflet d’une école française sur cette question : en 1989 Allen W. Sidney dans Vox latina [2] parle d’une position basée sur le musical pitch (c’est-à-dire la hauteur mélodique, comme en grec classique) comme étant le fait de French scholars (p.83).

Déjà, dans un article de 1962, G.C. Lepscky [3] parlait d’une scuola francese qui croit à la nature musicale de l’accent latin contre une scuola tedesca qui voit l’accent comme étant d’une nature intensive (p. 215).

Cependant Lepscky avait déjà tendance à renvoyer dos à dos les deux écoles :

Nous avons la nette impression que beaucoup des incertitudes auxquelles nous nous sommes heurtés dans les présentations précédentes sont dues à un manque d’approfondissement de la notion de base dont on se sert et à un manque de clarté terminologique. Qu’est qu’on entend exactement par « accent musical », « intensif », « musical et intensif en même temps » ? Mais surtout qu’est qu’on entend exactement par « accent » ? Quel est le statut linguistique de cette notion ? (p.231)

Lepscky se livre alors à une analyse approfondie des différentes notions qu’il rencontre et essaie de leur donner un statut précis : la hauteur  (pitch), l’intensité et la durée doivent être définies en termes de phonétique acoustique, ce qui n’est pas assez fait, ce qui explique les difficultés actuelles de compréhension du phénomène de l’accent.

Pour essayer d’y voir plus clair, au moins dans le cas du français, il est possible de se tourner vers les linguistes contemporains (qui pratiquent précisément la phonétique acoustique) et je vais tenter d’exposer leur manière de voir l’accent en utilisant les ressources graphiques d’un logiciel spécialisé.

En 1998, Albert Di Cristo, dans son texte « Intonation in French » [4] commence par rappeler ce que l’on dit traditionnellement de l’accent en français : l’accent porte sur la dernière syllabe du dernier mot (qui ne se termine pas par un e muet) appartenant à un groupe de mots. Il donne les exemples suivants (la syllabe accentuée est mise en majuscules) :

[Crois TU | que c’est BIEN]  –  [Dis LE | à ton jeune FILS]

Il peut y avoir un ou plusieurs accents secondaires comme dans :  [la MA- | jeure parTIE]

Di Cristo étudie ensuite la question de savoir comment se réalise l’accent et là, nous entrons dans une perspective nouvelle :

Tant l’accent primaire que l’accent secondaire lié au rythme, se manifestent généralement en français par une proéminence mélodique (pitch prominence). L’accent primaire cependant, contrairement à l’accent secondaire, se manifeste aussi sur le mode temporel. Ceci veut dire en premier lieu que la syllabe portant l’accent final est allongée et que deuxièmement, la syllabe suivante non accentuée est notablement plus brève que la précédente (p.199).

L’accent français se manifeste donc de deux façons, par une élévation mélodique et par un allongement de durée. L’auteur ne parle pas d’intensité de l’émission de voix mais de hauteur mélodique et de durée.

La question de la durée ne pose pas de problème dès que l’on observe le débit d’une phrase. On voit qu’elle sert à mettre en relief un mot ou un groupe de mot de manière tout à fait consciente comme par exemple dans la phrase : [c’était des amis A – DO – RABLES] où l’on entend bien que l’allongement fait partie de l’accent du mot final.

Reste l’aspect mélodique qui semble étranger à notre perception sauf dans le cas des phrases interrogatives comme [tu VIENS] où l’on entend bien que l’accent est différent en terme de mélodie si la phrase est interrogative (où la mélodie monte), ou si la phrase est un ordre (où la mélodie baisse).

En-dehors de ces cas, on n’a pas la perception habituelle des variations mélodiques de la phrase en français et pour les observer nous allons les visualiser en nous servant du logiciel de traitement de la parole SFS/Wasp [5] développé au département de Speech, Hearing & Phonetic Sciences de l’UCL, University College London .

Pour débuter, prenons une phrase simple, celle qui commence tout conte : « il était une fois ». Écoutons d’abord la phrase :

Il était une fois (2 sec.)

Examinons maintenant les résultats de l’analyse :

IlEtaitUneFois

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Le logiciel Sfs/Wasp propose deux courbes (j’ai superposé sur la deuxième les mots de la phrase en ajoutant les liaisons). La première, en haut, que l’on trouve  dans beaucoup de logiciels, est la représentation du fichier de format wav qui est une décomposition du son en un spectre sonore, somme de fréquences sinusoïdales (ce qui explique la quasi-symétrie par rapport à l’axe horizontal). Cette première visualisation du son permet de repérer facilement les poses de la voix. La deuxième analyse représente la fréquence fondamentale du son, celle, exprimée en Hertz (le la du diapason est à 440 Hz), qui donne la hauteur du son d’un instrument, indépendamment de son timbre qui est donné par les fréquences harmoniques de la fréquence fondamentale.

On peut résumer l’accentuation de la manière suivante : [Il éTAIT une FOIS]. Il y a deux accents mais l’accent principal (la fréquence la plus élevée) ne se trouve pas à la fin de la phrase comme habituellement, mais sur la finale de était. C’est cet accent intermédiaire plus fort qui est la marque de cette prononciation traditionnelle d’ouverture d’un conte et il suffit d’ailleurs de prononcer cette phrase pour que les enfants en bas-âge accourent auprès du locuteur.

Mais, dira-t-on, il s’agit précisément d’une intonation tout à fait spécifique, liée à un contexte tout à fait particulier, l’action de raconter une histoire à des enfants et elle n’est certainement pas générale. Prenons donc d’autres exemples.

Voici en huit secondes, l’annonce d’un bulletin de météo locale de Météo France.

Météo.mp3

Météo France (8 sec.)

Météo3

On repère (en écoutant éventuellement plusieurs fois la phrase) quatre accents principaux : l’heure [dix-sept heures TRENTE ENregistré..], la date [HUIT], puis la date de fin de validité [févriER] et l’annonce du lieu [départeMENT]. L’énoncé contient deux phrases, la première se terminant par un accent secondaire sur [TREIZE] annonçant une suite, la deuxième période étant terminée par une baisse de ton notable sur [de la Seine-et-Marne].

Mettre en relief les éléments spécifiques de l’annonce parait bien normal mais le but de l’opération n’est pas de faire l’analyse stylistique de l’annonce, mais de prendre conscience que l’accent français, la mise en relief, se manifeste essentiellement par des variations mélodiques de ton.

Mais dira-t-on encore, il ne s’agit pas d’une phrase « normale » : elle est trop liée au contexte d’énonciation d’un bulletin enregistré. Voyons donc un autre exemple d’un locuteur qui s’exprime sur une radio d’actualité et la commente.

France Info (8 sec.)

FranceInfo270113-2133

[jean-MARC-AYrault réafFIRME CE SOIR TOUTE la déterminaTION du gouvernement à FAIRE voTER le projet de loi SUR le mariage pour TOUS (respiration) les français dit-IL peuvent CONter…]

On note un accent principal à la fin de la première phrase (repérée par la pause de reprise de respiration, très audible) [mariage pour TOUS] qui exprime le cœur de l’information. Il y a un premier accent sur le nom du premier ministre [jean-MARC AYrault] (avec une liaison entre le deuxième prénom et le début du nom de famille) et des accents secondaires sur des fins de mots [réafFIRME …déterminaTION… voTER] ; des monosyllabes [CE SOIR TOUTE …FAIRE…SUR…IL] et enfin sur le début d’un mot pour le mettre en valeur [CONter]

On voit que même sur le discours d’un professionnel qui « parle normalement », les accents attendus s’expriment sous forme mélodique comme on le repère sur le graphique où l’accent principal de [TOUS] où le dernier [CONter] montent à 180 Hz. : l’accent français d’intensité est musical. Ce n’est pas un paradoxe mais l’expression d’une réalité physique : la fréquence fondamentale est celle qui a le plus d’intensité et ce que nous percevons comme intensité, quand on dit que l’accent français est d’intensité est exact, mais cette intensité s’exprime physiquement par la hauteur.

Cette hauteur est également un élément discriminant entre voix masculines et voix féminines : voici une deuxième voix féminine bien connue des usagers de la SNCF :

SNCF (8 sec.)

SNCF

Alors que les deux voix masculines ont des fréquences comprises entre 80 et 180 Hz, les deux voix féminines se situent entre 125 et 350 Hz. On notera ici que la procédure d’annonce de sécurité fait que des accents sont mis en dehors des cas normaux de fin de mot. Pour le groupe « Voie 2 B », l’accent normal qui devrait être sur la lettre B est mis sur le chiffre deux. Pour « Attention », on voit que le début du mot est mis en relief mais que la fin remonte cependant. La plus forte intensité de la phrase est portée sur le danger le [pasSAGE d’un train] et sur la chose à faire, s’éloigner [de la borDURE du quai].

Comparons avec d’autres langues pour voir si les perceptions subjectives (et objectives) sont les mêmes : soit une annonce faite en français, anglais et espagnol dans le métro parisien :

Métro (9 sec.)

Métro

Ces annonces sont faites par trois voix féminines différentes : on notera que l’accent du français est beaucoup moins marqué que celui de l’anglais (ce que tous les débutants en anglais auront remarqué, puisqu’ils découvrent la notion même d’accent lors de l’apprentissage de cette langue) et que l’espagnol, langue « chantante » à nos yeux, est également bien marquée par son accent.

Voici maintenant du français « chantant » : celui de la Suisse romande. Pourquoi cette impression par rapport au français standard ? Écoutons un entretien où l’interviewé parle de la préparation du carnaval.

Radio Suisse Romande(4 sec.)

RadioSuisseRomande

L’effet d’accent « chantant » se repère surtout sur les mots « sujets » et « doit » qui atteignent des fréquences de 240 Hz rares chez un locuteur masculin de français standard et qui surtout  sortent de la ligne mélodique habituelle de ce locuteur suisse.

Conclusion

Reprenons une partie de la citation de Nougaret sur l’accent latin: « Ce n’est que vers la fin du IIe siècle après J.-C. que l’accent perd peu à peu son caractère musical pour se muer en accent d’intensité». Comme nous venons de voir que pour le français, l’intensité s’exprime par l’élévation mélodique de la voix, il est peut-être nécessaire de remettre en cause cette manière de voir.

La distinction entre accent d’intensité et accent mélodique ne tient pas en français : il s’agit d’une seule et même réalité dont il est simplement difficile de se rendre compte sans instruments spéciaux (sauf dans quelques cas comme l’interrogation ou l’accent de Suisse romande). Ce résultat, acquis par la linguistique contemporaine, permet de proposer l’hypothèse qu’il en était de même en latin où le double aspect a bien été noté mais où il a été situé en termes d’oppositions alors qu’il s’agissait peut-être de la même réalité, l’intensité étant mélodique. Comme les spécialistes français voyaient leur langue « à accent d’intensité » héritière du latin tardif, ils reportaient sur le latin cette caractéristique. Les italiens ou les espagnols n’avaient pas ce sentiment car ils percevaient leur propre accent comme mélodique. D’où cette hypothèse : si l’accent français est d’intensité mélodique, l’accent mélodique et l’accent d’intensité du  latin n’étaient peut-être également qu’une seule et même chose et le français en a hérité à sa manière.

***

Logiciels utilisés :
– enregistrement en ligne ________ MP3 Audio Recorder
– passage du format Mp3 à Wav____ Free Mp3 Wma Converter
– découpage d’un enregistrement___ Direct WAV MP3 Splitter
– analyse de la parole____________SFS/Wasp

Merci à Albert Di Cristo qui m’a mis sur la piste de SFS/Wasp.

Le prochain billet sera mise en ligne le 12 mai 2013

  1. Louis Nougaret, Traité de métrique latine classique, Klincksieck, 1986, 1ère édition 1948 []
  2. Allen W. Sidney, Vox latina : a guide to the prononciation of classical latin, Cambridge, CUP, 1989 []
  3. G.C. Lepscky, Il problema dell’accento latino. Rassegna critica di studi sull’accento latino e sullo studio dell’accento, Annali della scuola normale superiore di Pisa, 31, 1962, p. 199-246 []
  4. in Daniel Hirst, Albert Di Cristo, Intonation Systems, Cambridge, CUP, 1998, p.195-218 []
  5. Speech Filing System / Windows Tool for Speech Analysis, Version 1.53 []

Des humanités scolaires à la lecture sous-titrée des langues

CASfev2013Un rapport récent du Centre d’analyse stratégique (institution qui a succédé en 2006 au Commissariat général au Plan) reprend le problème des langues et cultures de l’Antiquité pour montrer qu’il existe peut-être des solutions pour transformer un parcours actuellement marginalisé en parcours d’excellence. Ce rapport, signé par Jean-François Pradeau, professeur de philosophie, spécialiste de Platon, a été récemment mis en ligne. Son titre est le suivant :

Les « humanités » au cœur de l’excellence scolaire et professionnelle

Son point de départ est le constat fait par le rapport Klein-Soler de l’Inspection générale (Catherine Klein fait d’ailleurs partie du groupe de travail qui a produit le présent rapport) : si beaucoup d’élèves s’initient au latin en 5e, à la fin des études secondaires au moment du bac, ils ne sont plus qu’un nombre très faible et leur niveau manifeste plus une bonne volonté qu’une compétence réelle.

Au niveau du supérieur, l’enseignement des langues anciennes ne peut être que proposé car il n’a plus de caractère d’obligation que pour la préparation de l’agrégation de Lettres modernes (hors évidemment la préparation au concours de Lettres classiques). C’est très dommageable car l’enseignement des langues anciennes permet d’inscrire dans sa profondeur historique notre propre langue.

Pourtant le rapport voit dans la demande sociale actuelle d’Antiquité telle qu’on peut la repérer dans les pratiques culturelles actuelles (films consacrés à l’Antiquité, lecture des philosophes de l’Antiquité), un espoir dont on doit tirer des conséquences éducatives mais aussi professionnelles.

Au niveau du secondaire, le rapport évoque l’option prise en Allemagne de considérer le latin comme une seconde langue (option dont j’ai tenté de voir les effets par une simulation dans un précédent billet) ; il évoque aussi la possibilité au niveau du lycée de créer une série L avec une option de langues et cultures de l’Antiquité obligatoire.

C’est au niveau du supérieur que le rapport rend compte d’expériences précises (comme la licence pluridisciplinaire de Nanterre) qui pourraient être développées et qui ont des conséquences professionnelles : en termes d’insertion professionnelle le rapport cite l’expérience Phénix lancée par une entreprise de conseil dont le responsable pense que les littéraires en général ont des capacités à la fois d’analyse et d’expression qui les rendent aptes à une intégration directe dans des entreprises. À cette fin, dans le cadre de cette opération Phénix, chaque année de grandes entreprises embauchent en CDI des diplômés de master 2 recherche du secteur lettres et sciences humaines.

Cependant le rapport rappelle la spécificité du parcours français de recrutement des élites qui passe par les grandes écoles alors que dans les pays anglo-saxons, ces élites peuvent venir d’une formation littéraire.

Que penser de l’expérience Phénix ?

L’expérience datant de plusieurs années (2007-2012) un certain recul permet de constater que sur les 164 postes obtenus en six ans, on a la répartition suivante par université :

Phenix1

Les universités de Paris centre sont majoritaires, Paris 4 domine avec plus d’un tiers des postes obtenus. En termes de matières, on peut distinguer quatre domaines principaux qui regroupent les 2/3 des masters recherches :

Phenix2

On constate par ailleurs qu’un seul poste est obtenu par l’intermédiaire d’un master de Lettres classiques (Paris 4) : la prédominance de l’histoire concerne principalement l’histoire contemporaine et l’histoire de l’art. L’histoire ancienne (Paris 4) n’obtient que deux postes.

On dont donc constater que l’expérience ne concerne que tout à fait à la marge les langues et cultures de l’Antiquité. Elle est centrée sur le monde contemporain et les universités les plus réputées y sont prépondérantes. Même une démarche volontariste comme celle-ci ne peut aller sans une sélection (de recrutement) et un complément de formation en alternance par le biais du master 2 professionnel « Métiers de l’entreprise » de l’université Paris 4 qui joue de ce fait un rôle privilégié avec un tiers des postes obtenus.

***

Pour sortir l’enseignement des langues et cultures de l’Antiquité de leur marginalité, je fais donc l’hypothèse que des connaissances de latin sont indispensables pour faire des études d’Histoire, de Philosophie (latin et grec) ainsi que pour la préparation aux concours de Lettres modernes, car enseigner le français sans connaitre son rapport au latin est aussi difficile qu’enseigner l’économie sans connaitre l’histoire de l’industrialisation. Dans les deux cas la situation présente est directement dépendante de la situation passée. Dans le cas du latin, si l’ancien français est bien perçu comme nécessaire, le latin l’est autant, non pas pour expliquer l’ancien français (car si on remonte au-delà de l’étape précédente on est conduit à une régression à l’infini), mais pour deux raisons :
– en premier lieu parce que la structure orthographique du français actuel est très largement fonction des doublets latins créés postérieurement à l’ancien français (par ex. caput latin produit chef et capital), ainsi que des modifications latinisantes de diverses époques (par ex. nénufar qui devient nénuphar).
– une seconde raison réside dans le fait, souvent développé dans ce carnet, que les littératures latines et néo-latines sont parti prenantes de notre histoire culturelle.

Je pense cependant qu’il faut élargir la perspective et envisager non seulement le rapport au latin mais la question du rapport aux langues en général.

L’Avenir des langues. Repenser les humanités

Il faut reprendre la perspective de Pierre Judet de La Combe et Heinz Wismann [1] dont je n’avais dans ce carnet qu’évoqué le point concernant l’apprentissage des langues anciennes et non la thèse principale.

C’est à celle-ci qu’il faut revenir [2] : la thèse principale des auteurs est qu’étudier les langues (en premier lieu la langue maternelle) permet d’accéder à des objets historiques, les textes, dont chacun est un rapport à la culture qui l’a produit. Il faut étudier les textes pour eux-mêmes et non pour le code lui-même. Quand on connait une « langue de service » comme l’anglais de communication internationale, on n’apprend pas l’allemand, l’italien ou l’espagnol pour pouvoir converser dans la rue à Berlin, Rome ou Madrid, on l’apprend pour avoir accès à des textes importants et aux époques de l’histoire qui les ont produits.

Cette dimension historique que l’on trouve dans les textes des différentes époques, est indispensable à tout personne qui entend réfléchir sur la situation de son époque. Par exemple, dans un article récent du Monde (06/04/13), l’historien Pascal Ory compare la crise économique, sociale et politique actuelle avec la situation des années 1930. Pour ce faire il évoque le fait que « nos institutions se sont établies contre une partie de la société : ce fut le cas de la Révolution, qui s’est faite contre deux des trois « ordres » de l’Ancien Régime, de la IIIe République, qui s’est construite à la fois contre le monde catholique et le monde ouvrier (…). Cela explique la facilité avec laquelle peut d’effondrer le système quand un évènement exceptionnel survient : en 1940, ainsi, la IIIe République s’est écroulée à la faveur de la défaite, mais aussi parce que toute une partie de la société, au fond, ne s’était jamais vraiment reconnue en elle » et il fait la comparaison avec la situation actuelle où la thématique antipoliticienne réapparait car la Ve République s’est construite sur des corps politiques qui sont en train d’être dévalorisés.

Pour tirer profit d’une analyse de ce type, il faut comprendre la prégnance historique du mouvement ouvrier et du monde catholique, et bien voir que ce dernier a noué des liens forts avec la royauté française. Il faut donc avoir des connaissances historiques mais aussi connaitre les textes fondateurs chrétiens ainsi que les points forts de l’alliance avec les rois de France : le baptême de Clovis (Grégoire de Tours) [3], l’histoire de Charlemagne (Éginhard), le jansénisme (Pascal).

Mais, dira-t-on, un tel programme n’est pas réaliste : on ne peut pas chercher à donner à chaque élève une connaissance non seulement de l’anglais, mais aussi du latin, du grec, de l’allemand, de l’italien et de l’espagnol. Effectivement, il n’est pas possible de viser à une connaissance intime de toutes ces langues mais de même qu’une séance de cinéma a un autre relief quand elle vue en version originale sous-titrée plutôt qu’en version française doublée, on peut avoir la même attitude vis-à-vis des textes. Le sous-titrage des textes doit être préféré à la traduction : dans la mesure où les sous-titres ne remplacent pas la traduction mais visent à la compréhension de la phrase dans la langue originale, il ne faut qu’un minimum de connaissances de la langue pour profiter du sous-titrage. En ce qui concerne le latin (où l’ordre de la phrase nécessite d’utiliser en plus des retraits graphiques), la connaissance de la morphologie et d’une partie de la syntaxe est nécessaire. Pour l’italien et l’espagnol, leur proximité avec le français fait que les seules vraies difficultés de compréhension viennent du vocabulaire et cette difficulté est levée par le sous-titrage. Pour l’allemand, on se retrouve proche du cas du latin mais avec davantage de difficultés de vocabulaire que de syntaxe, l’ordre des mots pouvant être compris par un système de retraits si besoin est.

Par le biais du sous-titrage, il devient possible de se donner un programme ambitieux en termes d’apprentissages linguistiques : l’anglais reste la langue de communication internationale et il faut être capable de la parler. Il devient possible pour ceux qui aspirent à travailler dans le domaine des humanités de lire d’une manière sous-titrée le latin et le grec. Il devient possible également pour la deuxième langue vivante, de la sortir ainsi de l’échec actuel (dont personne ne se soucie) et de lui rendre par cet apprentissage limité du texte sous-titré, une efficacité et un intérêt qui permettra d’ajouter de la même façon une troisième langue. Il serait normal que toute personne cultivée en France soit capable d’avoir ainsi une connaissance, certes limitée, mais de toutes les langues vivantes des pays qui l’entourent. Lire en version originale Dante ou Machiavel, Shakespeare ou Locke, Luther ou Goethe, Las Casas ou Cervantès devient simultanément possible, sans oublier les auteurs modernes.

  1. Pierre Judet de La Combe et Heinz Wismann, l’Avenir des langues. Repenser les Humanités, Paris, Ed. du Cerf, 2004 []
  2. ce que j’ai fait dans le numéro d’Esprit de décembre 2012 []
  3. ici le « Vase de Soissons » []