Des dieux à l’image des rois

« Des dieux à l’image des rois » est le titre d’un article de l’anthropologue Alain Testart qui montre que les dieux sont construits à l’image des sociétés humaines qui les conçoivent [1]. Comme il y évoque peu la situation à Rome, il est possible de reprendre cette question en se demandant si religion et société romaine sont construites à l’image l‘une de l’autre. Continuer la lecture de Des dieux à l’image des rois

  1. Alain Testart, Des dieux à l’image des rois, Les Grands Dossiers des Sciences Humaines 2006/12 (N°5), p. 8 []

Luca Pacioli : de Naples à Paris

Luca Pacioli (1445-1509), humaniste mathématicien de la Renaissance, nous rend visite à Paris jusqu’au 8 janvier prochain. Son portrait fait partie de la soixantaine d’œuvres que le musée de Capodimonte de Naples a prêté au Louvre pour l’exposition Naples à Paris [1].

En nous appuyant sur la littérature existante [2] essayons de comprendre ce qui est représenté sur le tableau et plus profondément ce qui est en train de se dérouler sous nos yeux. Continuer la lecture de Luca Pacioli : de Naples à Paris

  1. où toutes les photographies ont été prises  par l’auteur []
  2. Renzo Baldasso, Portrait of Luca Pacioli and Disciple : A New Mathematical Look, The Art bulletin, New York, 92, 2010, p. 83-102  ; Argante Ciocci, Luca Pacioli e la matematizzazione del sapere nel Rinascimento, Bari, Cacucci, 2003 []

Conclusion provisoire

Après 272 billets publiés depuis octobre 2009, date de l’ouverture de ce carnet de recherche, et poussé par la lecture d’une parution posthume de Michel Foucault, Le Discours philosophique, qui montre que faire de la philosophie, ce n’est pas essayer de parler mieux que Descartes, Kant ou Nietzsche mais de parler de notre situation pour en faire le diagnostic, je vais en tenter une conclusion provisoire [1].

Cela peut apparaitre un peu abstrait, mais cela m’a sauté au visage en éclairant ce que j’avais fait jusqu’ici dans ce blog, et ce qu’il me manquait, c’est-à-dire une prise de conscience de la rupture qui a conduit à la situation actuelle de l’enseignement du latin, rupture qui se situe à la fin du 18e siècle avec l’apparition de la modernité.

Ce que j’ai fait jusqu’à présent, il suffit de lire les billets déjà parus pour comprendre qu’il s’agit de décrire la situation d’un point de vue historique, à travers des études de cas, mais aussi la situation présente à travers des enquêtes dans différents pays et des statistiques pour la France. Ce dont je me suis aperçu qu’il manquait, c’est de n’avoir pas explicité les discontinuités d’après la Révolution car la continuité pédagogique, cette force d’inertie de tout système d’enseignement, fait que celui-ci n’évolue que lentement. L’attitude envers l’Antiquité avait changé et cela n’a eu aucune influence sur l’enseignement des lycées napoléoniens ni sur les suivants.

Des discontinuités, il y en a eu un certain nombre et je vais, en me servant d’un rappel du contenu de différents billets (que je signale en note), en donner les étapes avant de mettre l’accent sur la situation depuis la fin du 18e siècle. Continuer la lecture de Conclusion provisoire

  1. EHESS/Gallimard/Seuil, Mai 2023 et signalé par un article de Roger-Paul Droit, « Le Discours philosophique » : Michel Foucault met en lumière la trame secrète de la philosophie, Le Monde, 10 mai 2023 []

La question du latin en Angleterre

La question du latin en Angleterre : ce titre est celui donné par Joseph Texte, un des promoteurs de la méthode comparative dans l’étude des littératures, à un article de la Revue internationale de l’enseignement, paru en 1889 [1]. C’est l’époque où en France la « question du latin » sévit, initiée par le livre de Raoul Frary de 1885 La question du latin [2]. Joseph Texte constate qu’en Angleterre, l’enseignement classique « traverse une crise assez semblable à celle de notre enseignement français » [3] c’est-à-dire que la pression sociale pousse à l’abandon du grec en premier, puis à la diminution du latin pour mettre au point un enseignement « moderne » qui s’ajoute à l’enseignement « classique ». On maintiendra ce dernier pour ceux qui se destinent à l’université. Pour le plus grand nombre qui ne s’y destine pas, le latin servira simplement de gymnastique intellectuelle ; pour ceux qui n’iront à l’école que vers 13 ou 14 ans, ils devront simplement recevoir des leçons d’étymologie.

Pour donner une idée de l’enseignement de cette époque dans les Public Schools à la fin du du 19e siècle : voici le programme de l’une d’entre elle en 1898-1899  [4] :

Le grec a déjà perdu de l’importance, les mathématiques et l’allemand sont présents (ainsi que la religion et l’anglais) mais la place prépondérante est laissée à l’étude des auteurs latins. Continuer la lecture de La question du latin en Angleterre

  1. en ligne : sur Joseph Texte on pourra regarder Antoni Martí Monterde, Edgar Quinet, Joseph Texte et les origines de la Littérature Comparée à Lyon, Revue de littérature comparée 2017/3 (n° 363), pages 291 à 305, en ligne []
  2. Cf. sur ce blog le billet consacré à ce livre []
  3. Joseph Texte p. 503 []
  4. Source : Christopher Stray, Classics in Britain, Oxford, Oxford University Press, 2018, p. 292 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search