Marcus Junius Nypsius arpenteur romain : Fluminis varatio

Un quatrième tome des « arpenteurs romains » vient de sortir aux Belles Lettres, mis au point par Jean-Yves Guillaumin. Il présente deux auteurs : Agennius Urbicus qui étudie des controverses sur les terres et Marcus Junius Nypsius qui traite de huit problèmes de construction géométrique sur le terrain [1]. Nous examinerons en détail le premier problème proposé par M. Junius Nypsius qui consiste pour un arpenteur à mesurer la largeur d’un cours d’eau suffisamment large pour ne pas pouvoir être mesuré directement par l’instrument habituel de mesures linéaires, la pertica (perche) de 10 pieds soit environ 3 m [2].

Continuer la lecture de Marcus Junius Nypsius arpenteur romain : Fluminis varatio

  1. Les arpenteurs romains Tome IV. Agennius Urbicus, Marcus Junius Nypsius, texte établi et traduit par Jean-Yves Guillaumin, Les Belles Lettres, 2021 []
  2. on trouvera des indications sur l’arpentage dans un précédent billet consacré à la centuriation []

Échos du Plan national de formation du 16 novembre 2021

Certaines interventions faites lors du Plan national de formation du 16 novembre 2021 nous incitent à la réflexion. Cette journée était l’occasion du lancement par des ministres européens d’une « alliance éducative pour l’enseignement des langues anciennes » dont on pourra trouver le détail sur le site d’Arrête ton char !. Je voudrais me centrer sur deux interventions qui semblent au cœur d’une définition actuelle de ce que peut être l’enseignement des LCA

Pourquoi est-il urgent de réadopter les Anciens ?

Cette interrogation de Pierre Judet de la Combe (que l’on pourra lire en ligne), a occupé la première place au cours de la matinée : ceci conforte son rôle comme caution théorique des orientations actuelles du Ministère. Cela avait été déjà le cas en 2001 quand Jack Lang, alors ministre de L’Éducation nationale avait chargé Heinz Wismann, philosophe et philologue, directeur d’étude à l’EHESS d’un rapport d’orientation sur l’avenir des études classiques en France. Un changement politique avait interrompu le processus et H. Wismann avait écrit en 2004, avec P. Judet de la Combe, L’avenir des langues qui tenait lieu de rapport (et dont j’ai rendu compte dans un précédent billet). C’est cette pensée qui assigne un rôle à l’enseignement des langues anciennes, complétée aujourd’hui par une nouvelle réflexion que nous allons étudier en détail.

Continuer la lecture de Échos du Plan national de formation du 16 novembre 2021

Un demi-siècle de Statistiques du Ministère sur l’enseignement du latin (et du grec)

La première publication de statistiques du ministère de l’Éducation nationale date de 1966. Il s’agit d’un ouvrage de 11,5 cm sur 17,2 avec une reliure en moleskine, brillante comme un agenda pour en faire ressortir le caractère annuel. Il est inspiré, c’est dit dans la préface, des tableaux de l’Economie nationale de l’INSEE dont la première édition est sortie sous le même format en 1956.

Cette édition datée de 1966 (qui traite de la rentrée 1964) est peu prolixe sur l’enseignement du latin et du grec : on n’y trouve qu’une page (p.86) où l’enseignement classique est distingué de l’enseignement moderne, uniquement pour l’enseignement public et pour les seules classes de la 5e à la 3e. Dès l’édition suivante de 1967 (rentrée 1965) un chapitre « langues » apparait où l’on trouve le nombre total d’élèves étudiant le latin (337 039) mais uniquement pour l’enseignement public. Malgré l’absence du privé, c’est de cette année scolaire 1965 que je ferai partir l’analyse des statistiques qui iront jusqu’à l’édition de ce qui s’appelle maintenant les Repères et Référence statistiques édition 2021 pour la rentrée 2020. On y constate que les élèves étudiant le latin dans le public sont de 307 367 (p. 115) ce qui laisserait penser qu’il n’y a guère eu de modifications depuis la rentrée 1966.

Le but de cette étude va être, par l’intermédiaire d’un graphique, d’essayer de comprendre les évolutions du latin, du grec tant dans le public que le privé par rapport à l’évolution globale de la population susceptible d’étudier ces langues.

Continuer la lecture de Un demi-siècle de Statistiques du Ministère sur l’enseignement du latin (et du grec)

Affectio societatis

Affectio societatis, cette expression latine a surgi au beau milieu d’un article du Monde du 29 juillet 2021. Il s’agissait d’une série d’été qui sur plusieurs jours examinait comment se faisaient (en général plutôt mal) les successions des entrepreneurs comme les Lagardère ou les Pinault. Dans le cas présent il s’agit de la succession d’un fabricant de laine, Louis Mulliez (1877-1952). Les descendants ont décidé de travailler ensemble, de former une Association familiale Mulliez qui regroupe les « cousins » qui sont actionnaires et dirigent de nombreuses sociétés comme Auchan, Leroy Merlin, Boulanger, Décathlon, Kiabi, etc. Cette association est un pacte d’actionnaire qui stipule que seuls les descendants du fondateur peuvent détenir des titres des sociétés de la famille et qu’ils n’ont pas le droit de les vendre sauf à des membres de la famille. Pour maintenir l’ensemble il existe une commission affectio societatis chargée d’assurer la cohésion du groupe : elle fait travailler dix personnes à temps plein pour donner les moyens au groupe de continuer en réfléchissant sur l’avenir et en formant les plus jeunes.

« Attachement à l’entreprise » : c’est la traduction donnée par la famille au nom de cette commission affectio societatis. Il s’agit de renforcer le désir de travailler ensemble pour le bien de la société. Cette expression, qui est utilisée dans le vocabulaire juridique trouve sa source dans le Digeste de Justinien [1].

Continuer la lecture de Affectio societatis
  1. Sur le Digeste, cf. le billet sur ce site : L’invention du droit en Occident (2/2). De la République à l’Empire []

Un débat séculaire sur le latin : comparaison France – Italie

Dans mon précédent billet, je disais vouloir rendre compte du fait que l’enseignement du latin en France se situait au plus bas niveau européen en ce qui concerne l’enseignement secondaire terminal. Si nous prenons le cas de la Terminale, on voit sur le graphique ci-dessous, que la rénovation pédagogique des lycées de 1992 (restructuration des séries A, B, C en L, ES et C qui a limité le choix du nombre d’options) a fait chuter de moitié les proportions de latinistes en terminale de près de 8% en 1987 à 3,8%, la valeur en 2019 (la chute en seconde de 1992 est répercutée en 1993 en première et en 1994 en terminale).

 

Résumons les valeurs relevées dans les pays européens où j’ai pu trouver des indications sur la situation en fin d’enseignement secondaire : [1]
Italie 19,7% [2]
Suisse 17,2%
Belgique (Flandres) 17%
Espagne 16%
Belgique (Wallonie) 12%
France 3,8%.

Pour rendre compte de l’opposition si forte entre les deux pays extrêmes que sont la France et l’Italie, il faut entrer dans le détail de leur histoire scolaire dont je vais montrer les particularités dans un environnement européen marqué par les mêmes tendances de progression de l’instruction depuis le 19e siècle.  

Continuer la lecture de Un débat séculaire sur le latin : comparaison France – Italie
  1. dans les billets suivants : Italie, Suisse, Belgique, Espagne []
  2. cette proportion est obtenue en ajoutant au lycée classique (5,8%) les classes de lycée scientifique avec latin (13,9%) source []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search