L’actualité de Julien l’Apostat

Julien dit l’Apostat, le livre de Lucien Jerphagnon (1921-2011) est justement célèbre : Paul Veyne qui le préface nous dit qu’il se lit comme un roman, mais comme un roman véridique du fait des qualités scientifiques de son auteur. Expérience faite, il est vrai qu’il est difficile de ne pas être pris par cette succession d’évènements qui constituent la vie de Julien qui a failli être mis à mort à l’âge de 6 ans et qui terminé sa vie sur un champ de bataille à 32 ans. Je vous invite à faire cette expérience : vous y trouverez une bonne dose d’histoire de l’Antiquité et un livre que l’on a du mal à lâcher, donc un livre parfait pour les vacances [1].

Continuer la lecture de L’actualité de Julien l’Apostat

  1. Lucien Jerphagnon, Julien dit l’Apostat, le livre est paru en 1986 au Seuil et a été réédité en poche chez Taillandier dans la collection Texto en 2020 []

L’écriture du royaume de Méroé

Le royaume de Méroé est actuellement à l’honneur au Louvre pour une exposition temporaire « Pharaon des deux terres », notée en sous-titre « L’épopée africaine des rois de Napata ». Géographiquement, la carte minimaliste ci-contre nous permet de voir que ce royaume se situe en Haute-Egypte, dans le Soudan actuel, avec ses deux capitales successives, Napata, à l’époque de la conquête de l’Égypte par un de ses rois, puis Méroé, plus au sud. Cette civilisation, influencée par l’Égypte pharaonique, s’est développée depuis le troisième millénaire : le royaume de Méroé, son dernier représentant, peut être situé entre 300 av. J.C. et 350 après. L’exposition du Louvre nous présente l’épopée d’un roi de Napata nommé Piânkhy (vers -780) qui envahit l’Égypte et crée ainsi la 25e dynastie qui s’écroule quand en -663 Assourbanipal conquiert Thèbes [1].

Continuer la lecture de L’écriture du royaume de Méroé

  1. Dossier pédagogique de l’exposition (PDF), Claude Rilly, L’écriture méroïtique (PDF) Synthèse des principes de l’écriture méroïtique et de son apparition, Section française de la direction des antiquités du Soudan, 2010 []

L’écriture étrusque

Si vous voulez voir les inscriptions étrusques dont il va être fait mention dans ce billet, allez au musée du Louvre, montez au premier étage, laissez la Victoire de Samothrace à votre droite, passez deux salles et entrez dans la salle 662 (plafond : Les oiseaux de Georges Braque) puis dans la salle 663 (avec le plafond de Cy Twombly). Ces salles des antiquités étrusques contiennent de nombreuses inscriptions funéraires, des marques de possession et d’autres catégories d’inscriptions, 115 selon le Catalogue des inscriptions étrusques et italiques du Musée du Louvre réunies par Dominique Briquel [1] qui sera notre guide pour l’examen que nous allons faire de certains de ces objets.

Continuer la lecture de L’écriture étrusque
  1. Picard et Louvre éditions, 2016 []

Le latin (et le grec) au Luxembourg : un cas d’école

Le Grand-Duché de Luxembourg, approximativement de la taille d’un département français, est moins peuplé (635 000 habitants) que la Meurthe et Moselle voisine (734 000 habitants). On y parle le luxembourgeois, le français et l’allemand. Du point de vue scolaire cette diversité linguistique se traduit par l’usage du luxembourgeois de 3 à 5 ans, de l’allemand (6-12 ans) pour l’apprentissage de l’écriture, un cours de français oral (à 6-7 ans) et de français écrit (à 8-9ans). Au secondaire le français et l’allemand sont utilisés.

A la suite d’une procédure d’orientation à la fin du primaire basée sur le niveau et les motivations de la famille, l’élève peut être dirigé vers deux types d’enseignement : l’enseignement secondaire général (ESG) qui oriente vers la vie professionnelle, et l’enseignement secondaire classique (ESC) qui oriente, après un diplôme de fin d’étude, vers les études supérieures et universitaires. Pour l’année scolaire 2020-2021, l’enseignement général comptait 20 049 élèves et le classique 13 774 (59% contre 41%). Le classique est plus féminin (à 55%), le général à peine plus masculin (à 51%) [1].

Il faut noter que le terme « classique » n’a plus le sens d’enseignement avec latin qu’il a eu autrefois mais un sens plus général d’enseignement valorisé par un bon niveau d’études. L’enseignement secondaire se fait sur 7 ans (de la 7e à la première classique) l’âge théorique étant de 12 ans en 7e (où 83% sont à l’heure) et donc de 18 ans en première (où ils ne sont plus que 67% à y être).

Les matières fondamentales de l’enseignement sont : français, mathématiques, géographie, histoire, allemand, anglais, sciences naturelles. A partir de la 3e l’ajout de diverses spécialisations font se répartir les élèves en huit sections qui sont par ordre d’importance décroissante : sciences naturelles et mathématiques 26% (public plus féminin), sciences économiques et mathématiques 22% (plus masculin), sciences humaines et sociales 21%, puis viennent math-info 12% (plus masculin), arts plastiques 9%, langues vivantes 7% (plus féminin), musique 2%, infocom 1% (année 2019-2020).

à partir de la 6e (donc en 2e année de secondaire classique) l’élève doit choisir une option entre anglais, latin et chinois. Le choix de l’anglais est très majoritaire (autour de 90%) de la 6e à la première, le latin variant de 9 à 12%, le chinois autour de 2%. Pour le latin cela correspond à un effectif total de 900 latinistes répartis sur six classes ; ces chiffres sont stables depuis plusieurs années.

Le nombre d’heures de cours est de 6h par semaine la première année (6e), 4,5h la deuxième année (5e) puis 3h les années suivantes. De ce fait le programme de 6e est ambitieux : on veut y faire découvrir l’essentiel de la morphologie et de la syntaxe latines ainsi qu’assimiler un vocabulaire de base. Ce dernier point est essentiel car tout au long de la scolarité, l’usage du dictionnaire ne sera pas autorisé pour les devoirs sur table (et les examens, ce qui entraine des notes explicatives sur certaines particularités syntaxiques). On fait jouer aussi l’étude de la civilisation et de l’étymologie [2].

En deuxième année (5e), les nouvelles acquisitions sont les suivantes :

Continuer la lecture de Le latin (et le grec) au Luxembourg : un cas d’école
  1. Sources statistiques (PDF) pour l’enseignement secondaire général, pour l’enseignement secondaire classique []
  2. Lien concernant les programmes []

Petit manuel de campagne électorale

En 64 av. J.C. Cicéron se présente aux élections consulaires (c’est pendant ce consulat qu’il aura à lutter contre Catilina). Son frère Quintus lui envoie en vue de cet élection un ensemble de conseils connu sous le nom de commentariolum, (c’est-à-dire un diminutif de commentarium, mémoire, recueil de notes, comme les Commentaires de César),  un petit manuel ; petitionis, de candidature, ici de nature électorale devant les comices centuriates.

Au moment de la sortie d’une première édition de ce texte [1] nous sommes en 2017 peu avant la précédente campagne électorale présidentielle qui devait conduire à l’élection d’Emmanuel Macron. Un journaliste du Figaro de l’époque, Éric Zemmour, commente cette parution dans les termes suivants : « (…) en cette année 64 avant J.-C., Cicéron est en campagne électorale à Rome. Il guigne le poste de consul. Son frère lui concocte un petit manuel de campagne électorale, qui s’avère un bijou de cynisme et de lucidité. L’élève endosse un instant les habits du maître. Le cadet devient le mentor. Il écrit un modèle du genre qui n’a pas pris une ride en deux mille ans et qui, au fil des pages, nous rappelle étonnamment quelqu’un, et pas seulement en raison de la rime facile de leurs patronymes. À chaque phrase, à chaque conseil, à chaque recommandation, on ne peut s’empêcher de s’éloigner en pensée de Rome pour voguer vers Paris : le consul se fait président, et derrière Cicéron se glisse notre Macron » [2]. Et Zemmour d’enchainer sur le fait que Macron est un homme nouveau, comme Cicéron, qu’il doit s’appuyer sur le forum, aujourd’hui constitué par l’agora médiatique ; qu’il doit savoir flatter ; qui se réfère à Ricoeur comme Cicéron le faisait à Platon. Son texte finit par cette phrase : « Cachez-moi ce cynisme que je ne saurais voir. Les âmes ingénues pourraient y perdre leurs illusions. Et le système démocratique n’y survivrait pas ».

Aujourd’hui, une telle présentation pose deux questions : est-ce que Éric Zemmour donne une bonne vision du texte de Quintus Cicéron ? Répondons immédiatement que ce n’est pas le cas, mais posons-nous aussi la question de savoir qui fait courir un risque au système démocratique dans la présente élection ?

Continuer la lecture de Petit manuel de campagne électorale
  1. Quintus Cicéron, Petit manuel de campagne électorale.  Marcus Cicéron, Lettres à son frère Quintus, texte latin, révisé, traduit et commenté par François Prost, Les Belles lettres, 2017 []
  2. FigaroVox du 20/12/2017 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search