Le Japon grec

Le rapprochement du Japon et du grec opéré par Michael Lucken (professeur de japonais à l’Inalco) est déconcertant et pourtant il pourrait avoir une racine historique que nous allons essayer de comprendre. En effet, c’est par l’intermédiaire du bouddhisme et des représentations du Bouddha inspirées du monde grec que les japonais ont pensé qu’ils avaient un lien avec ce monde. L’auteur du Japon grec fait le point sur les croyances japonaises dans ce domaine mais plus largement va nous montrer à la fois l’influence des grecs anciens dans tous les domaines mais aussi essayer de comprendre cette attitude qui, si elle est contemporaine de l’ouverture du Japon à l’Occident, n’a pas été vécue sous le mode de l’imposition de l’extérieur d’une culture, mais sous le mode d’une appropriation profonde.

Mais je commencerai par une (fausse) énigme : de quelle revue savante est extraite cette liste de titres (n°4 – 1956) ?

– Le déchiffrement du Linéaire B mycénien
– Notes sur l’unité de l’Antigone de Sophocle
– L’analyse par Thucydide de la politique à Athènes
– Χάρις, ὀρθότης et ὠφελία : quelques réflexions de fond sur la théorie de l’art de Platon
– Τά αὐτοῦ πράττειν : la théorie de la justice chez Platon
– Une remarque sur la critique de l’hédonisme par Aristote
– La femme chez Horace
– Lucrèce rapporté par les textes anciens
– Le développement de la sculpture sur le fronton des temples grecs
– Cinq φιλόλογοι : pages de mon journal à Harvard
– Rapport sur la réunion triennale du comité de liaison des sociétés classiques britanniques (1955).

Comptes rendus

Guthrie, W. K. C., The greeks and their Gods ; Merkelbach, Reinhold, Untersuchungen zur Odysee ; (…) Ernout, A. Morphologie du latin ; (…) Bartoccini, R., Le pitture etrusche di Tarquinia (18 comptes rendus en tout).

Continuer la lecture de Le Japon grec

Mordicus

Robert Delord vient de publier aux Belles Lettres le livre ci-contre intitulé Mordicus, mais avec un sous-titre qui correspond bien au contenu du livre : Ne perdons pas notre latin ! C’est un livre écrit à la première personne où le témoignage est très présent et souvent très savoureux mais qui défend le latin, peut-être mordicus, mais surtout avec des arguments qui portent.

Ce livre devrait être lu par tous les enseignants de LCA qui y trouveront d’abord des idées pour leur propre enseignement, mais aussi des arguments à opposer à des personnes réticentes, que ce soit des collègues ou des parents, mais surtout de bonnes raisons de se conforter dans leur choix. C’est aussi un livre qui peut être lu par un public large qui est quelquefois décontenancé par les soutiens réactionnaires des langues anciennes.

Ce qui rend ce livre attachant, c’est que l’on y découvre un enseignant de latin qui noue avec ses élèves une relation forte, exemplaire de ce que doit être la relation pédagogique et ceci du fait de la permanence du groupe de latinistes sur plusieurs années, du fait des voyages sur les terres de l’Antiquité (Italie mais aussi Espagne et à une époque Tunisie), du fait que les textes anciens confrontent à des sujets tels que la sexualité (et l’homosexualité) mais aussi le politique. Ces sujets restent d’actualité et les élèves de Robert Delord en discutent avec lui ce qui montre la relation de confiance qui s’est instaurée dans le groupe. Mais voyons les choses plus en détail.

Continuer la lecture de Mordicus

L’enseignement du latin (et du grec) en Espagne

Dans sa Défense de l’enseignements des classiques grecs et latins parue en 2003, Francisco Rodríguez Adrados qui fut longtemps président  de la Sociedad Española de Estudios Clásicos raconte que lors de sa scolarité secondaire dans les années 1940, l’enseignement du latin (et du grec en théorie) était obligatoire pour tous, pendant cinq des sept années qui conduisent à l’équivalent du baccalauréat, le bachillerato [1]. Comme en Italie et en France, l’enseignement secondaire espagnol sera fractionné ultérieurement en deux cycles et la part du latin et du grec y sera réduite mais certainement moins qu’en France.

Continuer la lecture de L’enseignement du latin (et du grec) en Espagne
  1. Francisco Rodríguez Adrados, Defendiendo la enseñanza de los clásicos griegos y latinos. Casi unas memorias (1944-2002), Madrid, Ed. Clásicas, 2003 []

La méthode d’Ératosthène : suite

Reprendre la méthode d’Ératosthène s’est fait d’une manière très explicite dès le 17e siècle comme en témoigne cet ouvrage de l’érudit néerlandais Willebrord Snell ou Snellius (1580-1626) qui fait paraitre en 1617 l’ouvrage ci-contre où il se présente comme « l’Ératosthène batave » qui veut montrer par son De Terrae ambitus vera quantitate  la dimension réelle de la circonférence terrestre [1] . A cette fin, il utilise un procédé, la « triangulation » qui consiste à remplacer l’appréciation difficile de longues distances par celle beaucoup plus aisée d’angles reliant des édifices de hautes tailles dans des villes à différents endroits du pays de façon à former des triangles contigus.

Continuer la lecture de La méthode d’Ératosthène : suite
  1. N. D. Haasbroek, Gemma Frisius, Tycho Brahe and Snellius and their triangulations, W. D. Meinema N. V., Delft, 1968, pdf en ligne []

La chronique de Frédégaire : les origines troyennes des Francs

Dans un cours récent du Collège de France (26/03/19), Patrick Boucheron évoque les origines troyennes de Rome et montre qu’il ne faut pas opposer la légende traditionnelle de Romulus rassemblant dans un asile des esclaves en fuite et des voleurs pour fonder Rome et la noble légende des origines troyennes proposée par l’Énéide. En effet, Énée n’est pas arrivé à Rome mais s’est arrêté dans la ville proche de Lavinium qui devient ainsi l’origine de Rome, origine fictionnelle célébrée tous les ans en début d’année par un pèlerinage des autorités en ce lieu. Énée vient d’ailleurs et être citoyen romain c’est aussi venir d’ailleurs : de sa « petite patrie » qui peut être fort éloignée de Rome.

Il en serait de même pour l’origine troyenne des francs que l’on trouve pour la première fois en 660 exposée par un auteur que la tradition postérieure a nommé Frédégaire et qui écrit une « Chronique », c’est-à-dire une histoire de l’humanité, époque par époque et en commençant au début. C’est d’abord une compilation de diverses chroniques anciennes dont celle de Saint Jérôme, et de chapitres entiers de l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours. L’œuvre originale de Frédégaire couvre les années 584 à 641 suivie d’une continuation (ou de plusieurs) jusqu’en 768.

On trouve la première apparition de l’origine troyenne des francs dans la reprise de la chronique de Saint Jérôme qui subit quelques transformations [1].

Continuer la lecture de La chronique de Frédégaire : les origines troyennes des Francs
  1. Le texte latin se trouve dans les MGM (Monumenta Germaniæ Historica), Scriptores rerum Merovingicarum, t. 2, 1888, p. 44-47 ; il existe une traduction française peu précise qui ne s’appuie que sur un manuscrit, mais le plus ancien connu  (fin du 7e ou début du 8e siècle) : Les compilations : texte latin du Ms BnF, lat. 10910. Partie II, traduction et présentation par Nathalie Desgrugillers, Paleo, 2011 ; on trouvera dans Jérôme, Chronique, notes et commentaires par Benoît Jeanjean et Bernard Mançon, PUR, 2004, une traduction de la Chronique de Jérôme ainsi que quatre études sur les Chroniques et chronographies dans l’Antiquité tardive, 4e-6e siècle dont une de Benoît Jeanjean qui montre comment Frédégaire à utilisé en la modifiant la préface de Jérôme. []