La méthode d’Ératosthène : suite

Reprendre la méthode d’Ératosthène s’est fait d’une manière très explicite dès le 17e siècle comme en témoigne cet ouvrage de l’érudit néerlandais Willebrord Snell ou Snellius (1580-1626) qui fait paraitre en 1617 l’ouvrage ci-contre où il se présente comme « l’Ératosthène batave » qui veut montrer par son De Terrae ambitus vera quantitate  la dimension réelle de la circonférence terrestre [1] . A cette fin, il utilise un procédé, la « triangulation » qui consiste à remplacer l’appréciation difficile de longues distances par celle beaucoup plus aisée d’angles reliant des édifices de hautes tailles dans des villes à différents endroits du pays de façon à former des triangles contigus.

Continuer la lecture de La méthode d’Ératosthène : suite
  1. N. D. Haasbroek, Gemma Frisius, Tycho Brahe and Snellius and their triangulations, W. D. Meinema N. V., Delft, 1968, pdf en ligne []

La chronique de Frédégaire : les origines troyennes des Francs

Dans un cours récent du Collège de France (26/03/19), Patrick Boucheron évoque les origines troyennes de Rome et montre qu’il ne faut pas opposer la légende traditionnelle de Romulus rassemblant dans un asile des esclaves en fuite et des voleurs pour fonder Rome et la noble légende des origines troyennes proposée par l’Énéide. En effet, Énée n’est pas arrivé à Rome mais s’est arrêté dans la ville proche de Lavinium qui devient ainsi l’origine de Rome, origine fictionnelle célébrée tous les ans en début d’année par un pèlerinage des autorités en ce lieu. Énée vient d’ailleurs et être citoyen romain c’est aussi venir d’ailleurs : de sa « petite patrie » qui peut être fort éloignée de Rome.

Il en serait de même pour l’origine troyenne des francs que l’on trouve pour la première fois en 660 exposée par un auteur que la tradition postérieure a nommé Frédégaire et qui écrit une « Chronique », c’est-à-dire une histoire de l’humanité, époque par époque et en commençant au début. C’est d’abord une compilation de diverses chroniques anciennes dont celle de Saint Jérôme, et de chapitres entiers de l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours. L’œuvre originale de Frédégaire couvre les années 584 à 641 suivie d’une continuation (ou de plusieurs) jusqu’en 768.

On trouve la première apparition de l’origine troyenne des francs dans la reprise de la chronique de Saint Jérôme qui subit quelques transformations [1].

Continuer la lecture de La chronique de Frédégaire : les origines troyennes des Francs
  1. Le texte latin se trouve dans les MGM (Monumenta Germaniæ Historica), Scriptores rerum Merovingicarum, t. 2, 1888, p. 44-47 ; il existe une traduction française peu précise qui ne s’appuie que sur un manuscrit, mais le plus ancien connu  (fin du 7e ou début du 8e siècle) : Les compilations : texte latin du Ms BnF, lat. 10910. Partie II, traduction et présentation par Nathalie Desgrugillers, Paleo, 2011 ; on trouvera dans Jérôme, Chronique, notes et commentaires par Benoît Jeanjean et Bernard Mançon, PUR, 2004, une traduction de la Chronique de Jérôme ainsi que quatre études sur les Chroniques et chronographies dans l’Antiquité tardive, 4e-6e siècle dont une de Benoît Jeanjean qui montre comment Frédégaire à utilisé en la modifiant la préface de Jérôme. []

Qui est l’auteur du Satyricon ?

Qui est l’auteur du Satyricon ? La réponse traditionnelle est que le nom de l’auteur fasse référence à Petronius personnage consulaire proche de Néron que l’on trouve cité dans Tacite [1] où celui-ci, appelé elegantiae arbiter, arbitre du bon gout de l’entourage de Néron, mais aussi erudito luxu, spécialiste en plaisirs, entraina des jalousies et fut amené à se suicider. Nous serions donc à l’époque de Néron qui régna de 54 à 68. Cette manière de voir est aujourd’hui remise en cause et nous allons voir en détail de quelle manière en étudiant les nombreuses ressemblances entre le texte du Satyricon et ceux d’auteurs qui ne sont pas de l’époque de Néron mais du 2e siècle, à l’époque de Trajan, Martial, Tacite et Pline le Jeune. On verra pour terminer que ce changement d’auteur modifie le regard que l’on doit porter sur ce texte.

Continuer la lecture de Qui est l’auteur du Satyricon ?
  1. Annales Livre 16, chap. 16, par. 18 et 19 []

Ératosthène mesure la circonférence terrestre

Nommé directeur de l’illustre bibliothèque d’Alexandrie vers 245 avant J.-C., Ératosthène a mené des travaux scientifiques au sein du temple dédié aux Muses, le Muséum, où, avec d’autres savants, le culte consistait à faire de la recherche pour la plus grande gloire des rois d’Égypte (les lagides), eux-mêmes successeurs des généraux d’Alexandre.

On ne dispose pas de texte de lui mais sa méthode pour mesurer la circonférence terrestre nous est connue par Cléomède qui enseignait la philosophie stoïcienne de la nature au premier ou deuxième siècle après J.-C. Une des versions de son texte grec nous étant fournie avec une traduction latine, nous la donnerons après une traduction française [1]. Nous essaierons ensuite de refaire l’expérience aujourd’hui et elle est assez simple à faire.

Continuer la lecture de Ératosthène mesure la circonférence terrestre
  1. - texte grec : Cleomedis Caelestia, ed. Robert Todd, Leipzig, B.G Teubner, 1990 ;
    – traduction française : Théorie élémentaire / Cléomède, teste présenté, traduit et commenté par Richard Goulet, Vrin, 1980 ;
    – traduction anglaise : Cleomedes’ lecture on astronomy, a translation of The Heavens with an introduction anc commentary by Alan C. Bowen and Robert B. Todd, Berkeley, UCP, 2004 ;
    – traduction latine de la Renaissance sur Gallica []

Raban Maur, la querelle des images et l’art contemporain

La Bibliothèque nationale de France a récemment donné carte blanche à Jan Dibbets, figure importante de l’art contemporain, pour accompagner des manuscrits d’une œuvre de Raban Maur (780-856) consacrée aux Louanges de la Sainte Croix [1]. Il faut préciser que la forme de ces poèmes est très particulière : il s’agit de 28 carrés de lettres, avec autant d’hexamètres dactyliques qu’il y a de lignes, surchargés de formes géométriques colorées (comme dans la présentation de l’exposition ci-contre) ou de dessins. Ces formes ou ces dessins recouvrent des lettres qui forment de nouveaux textes à l’intérieur des précédents comme nous le verrons plus en détail.

Le but de l’exposition est de montrer des parallélismes avec des œuvres d’auteurs contemporains comme le montre l’exemple ci-dessous qui met en rapport une page du manuscrit de Raban Maur à gauche et une œuvre de Franz Erhard Walther (né en 1939 à Fulda) à droite.

La tentative de Dibbets est-elle une réussite ? On peut légitimement se poser la question car beaucoup de mises en parallèle ne sont pas convaincantes, mais elle a eu le mérite d’attirer l’attention sur l’œuvre de Raban Maur : il faudra également étudier la question de son insertion dans la querelle des images qui opposait alors l’Orient à l’Occident. Demeure-t-il quelque chose de cette querelle aujourd’hui ? Nous tenterons d’y répondre.

Continuer la lecture de Raban Maur, la querelle des images et l’art contemporain
  1. Make it new. Conversations avec l’art médiéval. Carte blanche à Jan Dibbets, Exposition BnF, 6 novembre 2018 – 10 février 2019 []