Le latin dans le public et le privé : de la réforme de 1902 à aujourd’hui

 

La réforme de 1902 du baccalauréat unifie dans un même baccalauréat de l’enseignement secondaire l’enseignement classique et l’enseignement moderne. Il crée de plus une division du secondaire en deux cycles (6e à 3e puis seconde à classes terminales).

Le décret du 31 mai précise une organisation qui subira des modifications mais qui est restée présente jusqu’en 2020 où les séries sont remplacées par des épreuves de spécialités. Voici le résumé du décret [1]. Continuer la lecture de Le latin dans le public et le privé : de la réforme de 1902 à aujourd’hui

  1. Source : JO du 2 juin 1902, p. 3776 et suivantes, en ligne []

De la Restauration à la Troisième République

Je rappelle que mon propos n’est pas de faire l’histoire de l’éducation pour cette période [1], mais de voir quel a pu être le rôle spécifique du latin dans la constitution d’une opposition entre un enseignement confessionnel et un autre qui ne l’est pas. A cette fin, je me focaliserai sur trois dates importantes : 1850 (la loi Falloux et les opinions de Dupanloup) : 1885 (la querelle liée au livre de Frary La question du latin) et 1889 (l’enquête parlementaire qui conduira à la réforme de 1902 du baccalauréat).

Continuer la lecture de De la Restauration à la Troisième République

  1. voir par exemple : Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, Armand Colin, 1968 []

Des Collèges d’avant la Révolution aux lycées : la cristallisation du lien entre latin et éducation religieuse

Lors du débat sur les groupes de niveau au Collège, le syndicat majoritaire des chefs d’établissement (SNPDEN) a noté par le biais de sa secrétaire nationale Audrey Chanonat que pour appliquer la réforme, les chefs d’établissement devront piocher dans leur marge : « « Si je prends sur ma marge pour les groupes de niveau, je vais devoir faire disparaître le latin », illustre Mme Chanonat. Or, rappelle la lettre du SNPDEN, ces enseignements optionnels « sont, pour l’école publique, (…) une garantie de pouvoir maintenir une offre de formation suffisante face à certains établissements privés » [1].

Une telle idée du rôle du latin lié aux rapports entre public et privé n’est pas nouvelle : lors de la réforme de 1902 qui a unifié le classique et le moderne, cet argument avait déjà utilisé par des spécialistes. Cette réforme de 1902 résulte des travaux d’une commission présidée par Alexandre Ribot dont les procès-verbaux des auditions nous permettent de voir en quels termes la question du latin s’est discutée [2]. L’helléniste Victor Bérard déclare que « le jour où nous n’aurons pas en France un assez grand nombre de gens connaissant l’Antiquité vénérable, nous retomberons bien vite sous la coupe de gens qui, pour des motifs religieux, continueraient à la connaitre et appuieraient leur domination sur ce respect du passé qui est au fond de tous les hommes. […] À côté des avocats du passé, qui toujours auront une énorme influence, il faut qu’il y ait des juges ou, si vous le voulez, des critiques du passé : on aura toujours assez d’avocats de Dieu, opportet haereses esse, il faut quelques avocats du diable. »[3].

De même Ferdinand Brunot, auteur de l’Histoire de la langue française, alors en cours de parution, signale que si l’on diminue l’enseignement du latin, on doit prévoir que « pendant longtemps, un assez grand nombre d’opposants qui se croiront une élite montreront pour les humanités anciennes un amour qui leur fait aujourd’hui tout à fait défaut, mais qui leur donnera un air tout à fait aristocratique. Les établissements ecclésiastiques en profiteront momentanément [4].

Ces auteurs sont défenseurs du grec : au latin lié à l’Église on oppose le grec lié aux origines de la démocratie. Je fais l’hypothèse que pour comprendre la situation actuelle du latin, il faut examiner de près l’évolution historique du rôle de l’Église dans l’enseignement. A cette fin, je vais reprendre une analyse détaillée de l’enseignement du latin focalisée sur ce qui est devenu au fil des ans la question scolaire entendu au sens de la « sécularisation de l’institution scolaire » telle que l’envisage Antoine Prost dans son célèbre ouvrage sur L’enseignement en France, 1800-1967 (Armand Colin, 1968). Nous commencerons par une époque (avant la Révolution) où la question ne se pose pas : l’enseignement est assuré par l’Église. Nous examinerons ensuite ce qu’a fait dans ce domaine la Révolution (les Écoles centrales) puis l’œuvre de Napoléon, les lycées.

***

Avant la Révolution, c’est l’Église qui a la charge de l’enseignement à travers des congrégations religieuses principalement les jésuites et les oratoriens ou encore des ecclésiastiques qui dépendent de l’évêque du lieu. Continuer la lecture de Des Collèges d’avant la Révolution aux lycées : la cristallisation du lien entre latin et éducation religieuse

  1. Le Monde du 26/01/2024 p.10 []
  2. Alexandre Ribot, Enquête sur l’enseignement secondaire, Paris, Chambre des députés, 1899 []
  3. Ribot p. 296 []
  4. Ribot p. 371 []

Le nouveau visage de l’Antiquité au 18e siècle

L’Antiquité s’affranchit du latin au 18e siècle : avant cette période le savoir sur l’Antiquité passait essentiellement par l’intermédiaire de textes écrits, transcrits de générations en générations pendant le Moyen Âge puis imprimés, étudiés par les savants et objets d’enseignement. Au 18e siècle l’Antiquité apparait sous un nouveau visage, composé à partir des vestiges trouvés dans le sol, monnaies, statues, peintures découvertes sous les laves d’Herculanum, ruines observées attentivement, le tout avec un nouveau regard, celui de la beauté en Art et celui de l’analyse rigoureuse.

La confrontation d’une Antiquité mieux connue par une vision experte – qui deviendra ensuite celle de l’archéologie – et d’une évolution des mœurs et des croyances du siècle des Lumières se jouera dans plusieurs domaines. L’art deviendra néoclassique : la beauté mais aussi la moralité deviendront les mots d’ordre de la production artistique et littéraire. La politique de la Révolution s’inspirera des vertus des Anciens. Cela ne sera pas sans conséquences sur l’enseignement du latin comme nous le verrons dans un prochain billet. Continuer la lecture de Le nouveau visage de l’Antiquité au 18e siècle

Des dieux à l’image des rois

« Des dieux à l’image des rois » est le titre d’un article de l’anthropologue Alain Testart qui montre que les dieux sont construits à l’image des sociétés humaines qui les conçoivent [1]. Comme il y évoque peu la situation à Rome, il est possible de reprendre cette question en se demandant si religion et société romaine sont construites à l’image l‘une de l’autre. Continuer la lecture de Des dieux à l’image des rois

  1. Alain Testart, Des dieux à l’image des rois, Les Grands Dossiers des Sciences Humaines 2006/12 (N°5), p. 8 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search