Street Art et Antiquité

À Paris dans le sixième arrondissement, au coin du Boulevard Saint-Michel et de la rue Serpente, on peut voir cette fresque du duo d’artistes espagnols PichiAvo (Pichi né en 1977, Avo en 1985), et ce jusqu’en septembre prochain. Selon les auteurs, Poseidon et une néréide seraient présents pour rendre hommage à la Seine proche et Nikè, déesse de la victoire marquerait le triomphe de la culture (bien que derrière les panneaux on fasse le deuil de la vieille librairie Boulinier).

Examinons quelques-unes de leurs autres productions pour voir si le thème de l’Antiquité est présent ce qui est le cas si on regarde le catalogue de leurs productions dont cet échantillon : [1]

Continuer la lecture de Street Art et Antiquité
  1. Source : site des auteurs []

Les chiffres romains : passé, présent, avenir

Au début du mois de mars dernier, la polémique enfle dans des médias à propos d’une décision du musée Carnavalet qui aurait décidé d’éliminer les chiffres romains de ses textes de présentation. Il semblerait cependant que deux mesures seulement soient en cause : utilisation des seuls chiffres arabes dans des cartels de présentation destinés à des publics jeunes ou handicapés mais aussi numérotation des siècles dans le parcours général du musée.

Avant de s’inscrire dans le débat sur l’avenir des chiffres romains, il faut peut-être faire le point de la situation et examiner d’où ils viennent, comment ils ont été utilisés depuis Rome et quels en sont les usages actuels indépendamment des prescriptions dont ils sont l’objet.

Continuer la lecture de Les chiffres romains : passé, présent, avenir

Villa des Mystères : un débat conflictuel

Découverte à proximité de Pompéi au début du 20e siècle puis fouillée dans les années 30, la Villa des Mystères doit son nom à une fresque représentant des personnages de taille humaine sur les murs d’une pièce d’environ sept mètres sur cinq. Très tôt en effet, on a voulu y voir une forme d’initiation à un rite dionysiaque et cette position est toujours argumentée par exemple par Gilles Sauron dans un ouvrage de 1998 [1].

Un débat est né de plusieurs textes de Paul Veyne dont un livre intitulé La Villa des Mystères à Pompéi qui n’y voit qu’une décoration faite à l’occasion d’un mariage [2].

 

La question est si peu tranchée que par exemple les rédacteurs d’un numéro hors-série de la revue Beaux Arts consacré à Pompéi en 2020, présentent la Villa des Merveilles avec en sous-titre « Une fresque, deux interprétations ». Chaque scène présentée est suivie de deux commentaires : « Selon Gilles Sauron » ; « D’après Paul Veyne ».

S’il n’est pas possible de trancher entre des interprétations antagonistes, il l’est cependant de présenter les éléments du débats que sont les scènes de la fresque qui d’ailleurs a été restaurée récemment ce qui fait que les reproductions gagnent en netteté [3]. J’essaierai ensuite d’approfondir la nature conflictuelle du débat.

 

Continuer la lecture de Villa des Mystères : un débat conflictuel
  1. Gilles Sauron, La grande fresque de la villa des Mystères à Pompéi, Picard, 1998 []
  2. Paul Veyne, La Villa des Mystères à Pompéi, Gallimard, 2016. Antérieurement, « La fresque dite des Mystères à Pompéi » dans Paul Veyne, François Lissarrague, Françoise Frontisi-Ducroux, Les Mystères du gynécée,  Gallimard, 1998 []
  3. Elles sont issues pour leur grande majorité du site officiel de Pompéi pompeii sites []

L’Histoire Auguste

L’Histoire Auguste relatant la biographie d’empereurs romains à partir d’Hadrien et s’achevant avant la période de la tétrarchie initiée en 285 par Dioclétien, examinons-en les empereurs les plus connus dans la frise chronologique suivante qui commence à Auguste :

Suétone, dans sa Vie des douze Césars était parti de César et avait traité des vies d’empereurs jusqu’à Domitien, ce qui correspond au début de la première ligne de la frise. L’Histoire Auguste traite de la deuxième ligne mais la comparaison s’arrête là car Suétone est un auteur bien situé historiquement tandis que l’Histoire Auguste est due à six auteurs totalement inconnus : il y a là un problème et beaucoup d’autres que nous suivrons  à partir de l’introduction faite par André Chastagnol dans son édition bilingue [1].

Un élève de l’éminent spécialiste d’histoire romaine du 19e siècle Theodor Mommsen, Hermann Dessau, montre en 1889 que les six auteurs présumés de l’Histoire Auguste n’en font qu’un, dont on ignore le nom et qui vécu à la fin du 4e siècle, entre 390 et 400. Prenons un exemple de sa méthode : soit le cas d’un certain Toxotius qui selon l’Histoire Auguste vivait vers 240. Ce patronyme est totalement inconnu à cette époque mais est connu dans les lettres de saint Jérôme qui cite en effet Julius Toxotius qui a été le mari d’une veuve chrétienne et qui était mort en 380. Dessau cite plusieurs exemples de ce type de patronymes inconnus de l’époque où ils sont censés vivre dans l’Histoire Auguste mais connus à la fin du 4e siècle. Il en conclut que le véritable auteur de l’Histoire Auguste était un lettré qui vivait dans les milieux aristocratiques de Rome où saint Jérôme avait ses entrées.

Continuer la lecture de L’Histoire Auguste
  1. André Chastagnol, Histoire Auguste, Édition latin-français, Robert Laffont, 1994, coll. « Bouquins » []

À propos du projet Français et culture antique

Le 8 décembre dernier sur BFM TV, Jean-Michel Blanquer annonce « que l’on va développer l’apprentissage du latin-français notamment pour les élèves en réseau d’éducation prioritaire en 6e à titre expérimental ». L’annonce a pris tout le monde de court mais dans une lettre du 24 décembre dernier, le ministre a saisi le Conseil supérieur des programmes (CSP) pour lui demander de réfléchir à la création d’un enseignement facultatif « Français et culture antique » en classe de 6e.

Continuer la lecture de À propos du projet Français et culture antique
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search