Hic Harold mare navigavit… Une série en latin médiéval ? (1/2)

La Tapisserie de la Reine Mathilde à Bayeux comporte un texte latin assez simple pour être mis sous les yeux de débutants, mais avant d’examiner l’ensemble de la Tapisserie, il faut faire étudier le texte lui-même car sa lecture serrée n’est possible que si l’attention n’est pas captée par l’image (à cette fin j’ai fait un montage qui ignore drastiquement les représentations graphiques). Cette étude permettra de voir quelques aspects du latin médiéval, reflet du latin tardif qui a conduit aux langues romanes. N’étudier que le texte latin, c’est en outre mettre l’accent sur la construction du récit, la mise en place de l’intrigue, les rebondissements, c’est ce livrer à l’analyse littéraire de ce qui se présente comme l’équivalent contemporain d’une production cinématographique ou d’une série télévisée.

Première saison donc, « une rançon remboursée avec un serment ».

Scène 1  [1]

Des deux mots ici présents, celui de droite, Rex, est facilement intelligible, même par un débutant. Celui de gauche l’est moins mais le devient si l’on signale l’usage de deux V contigus pour transcrire le W. Il s’agit donc d’un nom, Edward, Édouard en français. Nous sommes en présence d’un roi Édouard qui est à l’origine de toute l’intrigue. Il suffit de savoir que ce roi régnait sur l’Angleterre depuis 1042 et que la question qui se pose ici est celle de sa succession : à qui est-elle promise ?

Scène 2

Ubi Harold dux anglorum et sui milites equitant ad Bosham : les mots sont séparés par deux ou trois points ou un blanc, mais pas d’une manière systématique : certains mots sont collés les uns aux autres. La graphie majuscule du U latin est le V (que l’on retrouve encore sur des inscriptions modernes) ; le mot ubi va souvent être rencontré au début de plusieurs scènes : « Là où ». Suit un nom et un titre : dux. La dernière lettre du nom de Harold est un d sous forme de minuscule onciale . Harold est duc en Angleterre : du fait de ses relations familiales, il pourrait être l’héritier de la couronne d’Angleterre.

Les mots suivants doivent être découpés : et sui milites et non ejus comme en latin classique, on repère là l’influence de l’usage du français. « Harold et ses soldats » equitant ad Boscham, « vont à cheval vers Boscham », en Angleterre, ville du duc Harold,

Scène 3

Ecclesia : dont on nous présente l’église.

Scènes 4 et 5

Hic Harold mare navigavit et velis vento plenis venit in terram Widonis comitis. « Ici (sous-entendu « on voit que ») Harold navigua sur la mer et en raison des voiles gonflées par le vent, il arriva sur la terre du conte Guy ». On repère des conventions d’écritures comme le double trait d’union pour passer d’une ligne à l’autre et le trait horizontal au-dessus du A de terra () pour indiquer l’accusatif [2]. Dans le nom propre Widonis, on retrouve le double V, le D sous forme de minuscule onciale ; le nom propre Wido (Guy) est décliné au génitif, « du comte Guy », la gutturale W étant transcrite par G.

Un premier épisode se noue ici : traversant la manche, Harold atterrit sur les terres du comte Guy, ce qu’il n’avait pas prévu.

Scène 6

Harold est représenté sous son nom.

Scènes 7 et 8

Hic apprehendit Wido Haroldum et duxit eum ad Belrem et ibi eum tenuit. Wido (Guy) est ici au nominatif, c’est lui qui arrêta Harold qui est à l’accusatif (la barre qui tient lieu de signe de l’accusatif est croisée avec le signe V). « Ici Guy arrêta Harold et le conduisit à Beaurain et l’y retint [prisonnier] ».

Scène 9

Ubi Harold & Wido parabolant. Le signe avant VVIDO est une abréviation issue de la sténographie latine (les « notes tironiennes ») et représente le « et » [3]. Parabolare est un terme venant de l’influence du latin ecclésiastique qui en vient à être synonyme de loqui [4]

« Où Harold et Guy parlent » : des choses se négocient entre eux, mais le texte ne dit pas qu’il s’agit d’une rançon que Guy va exiger pour la libération d’Harold.

Scène 10

Ubi nuntii Willelmi ducis venerunt ad Widonem (comme plus haut, l’accusatif est noté par une barre sur la lettre finale de Widone) Turold. Le hors-texte Turold nous présente un petit personnage qui tient la bride d’un cheval, on n’en sait pas plus sur lui. « Où les messagers du duc Guillaume arrivèrent auprès de Guy » : le personnage principal apparait seulement maintenant. Il s’agit du duc de Normandie, Guillaume (bientôt « Guillaume le conquérant »). Il s’agit de négocier la rançon. Si Guillaume veut payer cette rançon c’est parce que lui et Harold, du fait des liens familiaux, sont des successeurs possibles d’Édouard, le roi d’Angleterre présenté à la première scène. Il pourra ainsi mieux contrôler Harold.

Scène 11

Nuntii Willelmi. Les messages de Guillaume sont présentés.

Scène 12

+Hic venit nuntius ad Willgelmum ducem. On notera la croix en début de phrase qui marque une entrée en scène de Guillaume (dont l’orthographe est légèrement modifiée) : « ici un messager arriva près du duc Guillaume ».

Scène 13

Hic Wido adduxit Haroldum ad Wilgelmum normannnorum ducem. La rançon lui ayant été payée, « Guy conduit Harold auprès de Guillaume, duc des Normands ».

Scène 14

Hic dux Wilgelm cum Haroldo venit ad palatium suum. « Ici le duc Guillaume arriva à son palais en compagnie de Harold ». La réception est somptueuse. On pourrait croire à une fin heureuse des aventures d’Harold mais la scène suivante relance l’action.

Scène 15

Ubi unus clericus et Aelfgyva. Unus à pris un sens proche de l’article indéfini : « Où [sont] un clerc et Aelfgyva » : ce que ne dit pas le texte mais que voit le spectateur est que le clerc est en train de gifler une jeune fille. Les avis des spécialistes sont partagés sur cette « Aelfgyva » mais ce qui est certain c’est que cet évènement devait être connu des contemporains de la Tapisserie et qu’il pourrait être à l’origine de l’expédition guerrière qui va se dérouler en Bretagne.

Scène 16

Hic Willem dux et exercitus eius venerunt ad montem Michaelis. « Ici le duc Guillaume et son armée arrivèrent au Mont-[Saint-] Michel ».

Scène 17

Et hic transierunt flumen cosnonis. Hic Harold dux trahebat eos de arena : on attendait ex arena mais le de arena se rapproche de l’usage du français. « Et ici ils traversèrent le fleuve Couesnon ». Pour passer en Bretagne, il faut franchir ce fleuve à la mauvaise réputation mais les sables mouvants sont également là. « ici le duc Harold tirait ces [hommes] hors du sable ». Harold est montré en posture de héros ce qui fortifie la relation qu’il a avec Guillaume.

Scène 18
Et venerunt ad Dol et Conan fuga vertit. « Et ils arrivèrent à Dol et Conan prit la fuite » Conan est le duc de Bretagne : la lutte entre lui et Guillaume s’exacerbe. Sous le terme Rednes, Rennes, on voit une description du château de Rennes.

Scène 19

Hic milites Willelmi ducis pugnant contra Dinantes. « Ici les chevaliers du duc Guillaume combattent contre Dinan », littéralement contre les « dinantiens » c’est à dire les habitants de Dinan [5]. Miles se traduit souvent au Moyen-Âge par « chevalier », ce que suggère l’image.

Scène 20

Et Cunan claves porrexit : on notera l’erreur sur le nom de Conan. « Et Conan tendit les clés », c’est à dire qu’il se rendit et fit sa soumission à Guillaume. Celui-ci utilisera les forces bretonnes dans sa conquête de l’Angleterre.

Scène 21
Hic Willelm dedit Haroldo arma. « Ici Guillaume donna les armes à Harold » : il s’agit d’une scène d’adoubement ce qui fait que Harold devient l’homme lige de Guillaume. La pression se fait de plus en plus forte.

Scène 22

Hic Willelm venit Bagias : on notera l’erreur graphique sur le C de Hic. « Ici Guillaume arriva à Bayeux ». C’est probablement là que va se situer la scène suivante, celle du serment, clé de l’intrigue.

Scène 23

Ubi Harold sacramentum fecit Willelmo duci. « Où Harold fit un serment au duc Guillaume » : il n’est pas dit en quoi consistait ce serment mais l’image indique qu’il fut prêté non sur les Écritures saintes mais sur des reliques, ce qui à l’époque était encore plus efficace. Les spectateurs de la Tapisserie savaient eux que le serment portait sur le fait qu’Harold s’engageait à respecter le choix du roi d’Angleterre, Édouard (celui de la scène 1) qui voulait que ce soit Guillaume son successeur alors qu’Harold était bien placé dans la succession. Ayant libéré Harold en payant sa rançon, l’ayant valorisé lors des combats, en ayant fait son homme lige, Guillaume a réussi à lui faire jurer de lui laisser la place sur le trône d’Angleterre. Si Harold ne respecte pas son serment sur les reliques, il devient parjure et donc passible de représailles, d’une guerre juste aux yeux de la noblesse des deux rives de la Manche.

Scène 24

Hic Harold dux reversus est ad anglicam terram. « Ici le duc Harold retourne vers l’Angleterre » : lié par son serment, Harold est désormais libre de retourner sur ses terres en Angleterre.

Scène 25

et venit ad Edwardu[m] regem ; la barre habituelle du signe de l’accusatif a été oubliée sur le u. « et il vint auprès du roi Édouard ».

Scène 26

hic portatur corpus Eadwardi regis ad ecclesiam Sanc[t]i Petri Ap[osto]li : on notera l’ajout d’un a dans le nom d’Édouard, l’usage d’abréviations pour sancti et apostoli indiquées par une barre supérieure. « Ici le corps du roi Édouard est porté à l’église Saint-Pierre Apôtre ». les évènements s’accélèrent : le roi Édouard meut le 5 janvier 1066 et est enterré à Westsminster.

Harold va-t-il respecter son serment et laisser Guillaume prendre sa succession ? Réponse dans la prochaine saison : « le châtiment du parjure ».

L’image de la scène 26 (cliquer sur l’image pour l’agrandir) nous permet de voir à gauche l’ancienne église romane avec sa nef à deux niveaux dominée par quatre clochetons. Le cortège funèbre va de la résidence royale à l’abbaye de Westminster (reconstruite en gothique depuis et toujours utilisée par la couronne britannique), il est accompagné par des enfants sonnants des clochettes et suivi de sept clerc tonsurés [6].

  1. les numérotations des scènes correspondent à des inscriptions se situant au-dessus de la Tapisserie elle-même. Réalisation des textes des scènes : Nicole Cibois []
  2. Pierre Bouet, Les inscriptions latines de la Tapisserie de Bayeux, chapitre 7 de : La Tapisserie de Bayeux : l’art de broder l’histoire, Actes du Colloque de Cerisy-la-Salle, octobre 1999, publ. par Pierre Bouet, Brian Levy et François Neveux, Caen , Presses universitaires de Caen, 2004 []
  3. cf. sur le présent carnet, le billet La sténographie en latin : les notes tironiennes []
  4. Veikko Väänänen, Introduction au latin vulgaire, Klincksieck, 2012, p.82 []
  5. aujourd’hui les dinnanais []
  6. Source de l’image et du commentaire : Sylvette Lemagnen, La Tapisserie de Bayeux. Une découverte pas à pas, Bayeux, Orep éditions, 2016 []

2 réflexions au sujet de « Hic Harold mare navigavit… Une série en latin médiéval ? (1/2) »

  1. Optimus labor utillissimus ad linguam fovendam latinam apud pueros eam incipientes quo certe usurus sum. Utinam citissime in lucem prodatur pars altera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *