Hic Harold rex interfectus est : Hastings 14 Octobre 1066 (2/2)

Si la bataille d’Hastings est à l’origine du royaume d’Angleterre, elle fit aussi du duc de Normandie un prince puissant en France et c’est là l’origine lointaine de la Guerre de Cent Ans. La Tapisserie consacre à la bataille sa deuxième partie et va assurer « le châtiment du parjure ».

Le roi Édouard, dit le Confesseur parce qu’il était très pieux, n’avait pas d’enfant (où n’avait peut-être pas voulu en avoir par souci de chasteté) et la couronne d’Angleterre devait donc revenir à un membre de sa famille. Ce pouvait être Guillaume, ce qu’Édouard avait prévu à l’origine, mais aussi Harold. Guillaume, pour prévenir cette dernière éventualité,  en avait fait son homme lige après l’avoir libéré en payant sa rançon : un serment solennel permit à Guillaume de libérer Harold.

Édouard est inhumé à Westminster à la scène 26 et tout semble terminé mais, coup de théâtre, la scène 27 fait un retour en arrière qui va relancer l’action.

Scène 27 [1]

Hic Eadwardus rex in lecto alloquit[ur] fideles. La graphie « Eadwardus » n’est pas une erreur mais une des graphies utilisées à l’époque ; alloquit avec l’oubli de la flexion déponente est le symptôme de la réticence du latin tardif (et donc du latin médiéval) à utiliser cette forme irrégulière et à lui préférer d’autres formes, comme parabolare à la scène 9 [2]. « Ici le roi Édouard, dans son lit, s’adresse à ses fidèles », il leur dit (ce que nous disent d’autres textes), qu’il veut que ce soit Harold qui lui succède et non Guillaume comme prévu à l’origine. Ce revirement s’explique par la grande popularité d’Harold auprès de ses pairs comme va le confirmer la scène 29 après la scène 28 qui termine le retour en arrière.

Scène 28

Et hic defunctus est. « Et ici, il est mort » : le roi est mort mais vive le roi ! Ce sera Harold.

Scène 29

Hic dederunt Haroldo coronam regis. « Ici ils donnèrent à Harold la couronne royale » : « ils », ce sont des membres d’une assemblée de nobles qui préfèrent Harold proche et rassurant, au lointain et inquiétant Guillaume.

Scène 30

Hic residet Harold rex anglorum. « Ici siège Harold, roi des Anglais » : après le couronnement, Harold siège sur son trône. Mais Harold a-t-il violé son serment ? La question divise alors les chancelleries et c’est une question de droit : en droit normand Guillaume est le premier désigné donc il est l’héritier légitime ; selon le droit anglais, Harold est cependant aussi héritier légitime puisque le dernier désigné. Certes Harold a introduit une dimension religieuse supérieure au droit en jurant sur des reliques mais il se référait à une décision du roi : si le roi change d’avis ensuite, le serment devient caduc. La Tapisserie, dans une orientation finalement assez favorable à Harold, le présente comme le légitime roi d’Angleterre. Une telle présentation ne peut s’expliquer que par le fait, qu’après la conquête, Guillaume a tenté de se rallier l’opinion anglaise en allant le plus loin possible dans une interprétation favorable à Harold. Il y a désaccord  juridique ? Le jugement de Dieu tranchera : c’est ce qui va se passer dans un combat loyal entre chevaliers [3]. Avec cependant une présence suspecte dans la scène suivante.

Scène 31

Stigant archiep[iscopu]s. « L’archevêque Stigant » : on notera l’abréviation du titre par le trait supérieur. La présence de cet archevêque apporté comme caution religieuse à Harold est suspecte : Stigant a été suspendu puis excommunié pour non-respect des règles canoniques lors de sa nomination [4]. Ce n’est pas le seul signe défavorable.

Scène 32

Isti mirant stellam. « Ceux-ci regardent une étoile avec étonnement » : il s’agit d’un passage de la comète de Halley dont la tapisserie nous donne la première image connue et qui fut visible en Angleterre d’Avril à Mai 1066.

La  comète est considérée ici, selon l’attitude inquiète des spectateurs, comme un signe défavorable. Cette inquiétude se répercute dans la scène suivante.

 Scène 33

Harold. Sous son nom, on le voit sur son trône, inquiet, écoutant attentivement un messager fébrile qui vient peut-être de Normandie. La tension monte.

Scène 34

  Hic navis anglica venit in terram Willelmi ducis. « Ici un navire anglais arriva sur la terre du duc Guillaume » : si Harold a des messagers, Guillaume en possède aussi qui viennent l’informer. Les service secrets sont à l’action mais on va bientôt passer aux choses sérieuses.

Scène 35

Hic Willelm dux iussit naves edificare. « Ici le duc Guillaume ordonna de construire des navires ». Réunion d’état-major en Normandie : entouré de son demi-frère Odon, évêque de Bayeux et d’un architecte naval, la logistique du débarquement est mise au point.

Scène 36

Hic trahunt naves ad mare. « Ici ils tirent les navires vers la mer ». Si le raccourci semble rapide entre cette scène et la précédente, c’est que la Tapisserie, entre les deux inscriptions, montre les étapes de la construction : abatage des arbres, préparation des bordages, assemblage des bateaux, rivetage et même contrôle du bordage.

Scène 37

Isti portant armas ad naves et hic trahunt carrum cum vino et armis. « Ceux-ci portent des armes aux navires et ici ils tirent un charriot avec du vin et des armes ». Le débarquement se prépare, on charge les armes (et le vin).

Scène 38

+Hic Willelm dux in magno navigio mare transivit et venit ad Pevenesæ. « Ici le du Guillaume traversa la mer sur grand navire et arriva à Pevensey » : scène capitale pour Guillaume (marquée par une croix en début de texte). La flotte a été estimée à 700 navires : troupes et chevaux sont débarqué sur la page de Pevensey (sud de l’Angleterre, proche de Hastings)

Scène 39

Hic exeunt caballi de navibus. « Ici les chevaux sortent des navires » : leur débarquement est délicat mais la cavalerie normande va jouer un rôle décisif lors du combat.

Scène 40

Et hic milites festinaverunt Hestinga ut cibum raperentur. « Et ici les chevaliers se hâtèrent vers Hastings pour saisir des vivres ». Les problèmes d’intendance sont fondamentaux. Voici probablement celui qui en était chargé :

Scène 41

Hic est Wadard. « Ici est Wadard ». Il organise ce qui va suivre : l’intendance et la confection d’un grand repas.

Scène 42

Hic coquitur caro et hic ministraverunt ministri. « Ici on cuit la viande et les serviteurs servirent ». Notons la ligature du n et du t, présente également dans la scène suivante.

Scène 43

Hic fecerunt prandium et hic episcopus cibum et potum benedicit. « Ici ils prirent leur déjeuner et ici l’évêque bénit la nourriture et la boisson ». L’évêque est Odon, le demi-frère de Guillaume, évêque de Bayeux, déjà montré (mais non nommé) à la scène 35.

Scène 44

Odo ep[iscopu]s, Rotbert, Willelm. « L’évêque Odon, Robert, Guillaume » : c’est le conseil de guerre entre Guillaume et ses deux demis-frères, Odon l’évêque et Robert comte de Mortain.

Scène 45

Iste iussit ut foderetur castellum at Hestenga ceastra. « Celui-ci ordonna de creuser (pour édifier) un fortification dans le camp d’Hastings » [5]. Les chroniques du temps nous disent que le bois des fortifications a été apporté de Normandie. Guillaume veut une tête de pont solide.

Scène 46

Hic nuntiatum est Willelmo de Harold[o]. « Ici on annonce à Guillaume (des nouvelles) de Harold ». Du point de vue de l’écriture, notons l’oubli du o pour de haroldo : l’ancien-français « de » qui ne nécessite plus une déclinaison du mot, s’est substitué au « de » latin. Notons aussi la portion congrue affectée à la terminaison en o de Willelm : s’agit-il d’une correction après relecture ? Il y en a d’autres.

Les services secrets font leur travail : les chroniques nous disent que dans le nord de l’Angleterre, Harold a été vainqueur d’une invasion norvégienne et qu’ayant appris le débarquement de Guillaume, il est revenu à Londres à marche forcé. Il est donc proche maintenant.

Scène 47

Hic domus incenditur. « Ici on incendie une maison » : il faut dégager tout ce qui pourraient faire obstacle aux mouvements de cavalerie.

Scène 48

Hic milites exierunt de Hestenga et venerunt ad prelium contra Haroldum rege{m]. Le e de rege n’a pas de trait : on peut se demander, au vu de cet exemple si les tirets qui marquent un m absent ne sont pas, là aussi, des corrections après relecture.

« Ici les chevaliers sortirent de Hastings et allèrent au combat contre le roi Harold ». Guillaume et ses troupes investissent le champ de bataille : on notera que comme indiqué, Harold n’est pas traité de parjure mais est désigné par son titre royal, pourtant contesté.

Scène 49

Hic Willelm dux interrogavit Vital si vidisset exercitum Haroldi. « Ici le duc Guillaume demande à Vital s’il a vu l’armée de Harold » : Vital est un éclaireur à cheval, il vient faire son rapport.

Scène 50

Iste nuntiat Haroldum regem de exercitu Willelmi ducis. « Celui-ci informe le roi Harold à propos de l’armée du duc Guillaume » : scène symétrique de la précédente mais cette fois dans le camp anglais.

Scène 51

Hic Willelm dux alloquitur suis militibus ut prepararent se viriliter et sapienter ad prelium contra anglorum exercitum. « Ici le duc Guillaume s’adresse à ses chevaliers pour qu’ils se préparent avec courage et sagesse au combat contre l’armée des Anglais » : la harangue avant la bataille a été prononcée et le combat peut s’engager.

Scène 52

 Hic ceciderunt Lewine et Gyrd fratres Haroldi regis. « Ici tombèrent Leofwin et Gyrth, frères du roi Harold » : ce sont les premiers morts tombés au combat.

On notera le D barré du nom de Gyrth qui correspond au th anglais, indice supplémentaire, comme la présence de mots en vieil anglais vue plus haut, que la Tapisserie a été faite en Angleterre.

Scène 53

Hic ceciderunt simul angli et franci in prelio. « Ici Anglais et Français tombèrent ensemble au combat » : cette égalité ne correspond pas à ce que représente la Tapisserie où visiblement les Normands sont en difficulté.

Scène 54

Hic Odon ep[iscopu]s baculum tenens confortat pueros. « Ici l’évêque Odon tenant un bâton encourage les jeunes (combattants) » : revoici l’évêque de Bayeux, mais cette fois au cœur du combat et il y est fort actif. Comme son statut ecclésiastique lui interdit de verser le sang, il assomme simplement ses adversaires avec une masse d’arme. Les « jeunes » ont bien besoin d’encouragement car le bruit court que Guillaume est mort.

Seule l’image d’origine peut nous faire apparaitre ce qu’ont pu être les corrections du texte après relecture. Visiblement ici  les lettres tat pueros en bas de l’image ont fait l’objet d’un ajout.

Scène 55

Hic est dux Wilelm. Le signe après le e pourrait être un ligature du l et du m. « Ici est le duc Guillaume » : pour montrer qu’il n’est pas mort et que seul son cheval a été tué, Guillaume est contraint de relever son casque pour que ses hommes le reconnaissent.

Scène 56

Hic franci pugnant et ceciderunt qui erant cum Haroldo. « Ici les Français combattent et ceux qui étaient avec Harold tombèrent » : la vue de Guillaume vivant a galvanisé les siens dont la contre-attaque s’avère décisive.

Scène 57

Hic Harold rex interfectus est. « Ici le roi Harold fut tué » : c’est le signal de la débâcle.

Scène 59

Et fuga verterunt angli. « Et les Anglais prirent la fuite » : ainsi finit la bataille d’Hastings. Le jugement de Dieu, à défaut d’un recours devant un tribunal ecclésiastique, a donné clairement la couronne d’Angleterre à Guillaume.

La conquête de l’Angleterre par des Normands a encore aujourd’hui des conséquences très visibles : les nobles Normands qui parlaient français (ou plus exactement normand) se sont installés nombreux dans leur nouveau pays, y ont fait souche (après avoir dépossédé de ses biens l’ancienne noblesse). Le peuple parlant l’ancien anglais a été soumis la pression du français qui a été langue officielle de la cour jusqu’au 15e siècle.

L’anglais a été modifié particulièrement en ce qui concerne son vocabulaire : le français a introduit des doublons (comme ox/beef), des substitutions ou un vocabulaire spécifique comme dans le champ politique ou judiciaire (count, duke, peer, court, crime, judge, chancellor, government, nation). Les mots d’origine française représentaient 22% des mots du vocabulaire à la fin du Moyen Âge. On estime aujourd’hui que 51% du vocabulaire de l’anglais est d’origine romane [6].

Du point de vue politique, le jugement à porter sur les conséquences de la bataille d’Hastings fait débat : certains anglais y voient l’origine d’une nation moderne sortie de ses guerres intestines mais d’autres y voient encore une agression de normands rapaces (dont la Sicile fut aussi la proie). Doit-on penser que le brexit est une réponse à Hastings ?

Annexe

Voici le texte complet avec les conventions suivantes : les abréviations liées à des tirets supérieurs sont marquées par une étoile, les restitutions dues à une omission par des crochets, les ligatures sont séparées et les majuscules sont utilisées en tête des noms propres.

1 Edward rex
2 ubi Harold dux Anglorum et sui milites equitant ad Bosham
3 ecclesia
4-5 hic Harold mare navigavit et velis vento plenis venit in terram* Widonis comitis.
6 Harold
7-8 hic apprehendit Wido Haroldum* et duxit eum ad Belrem et ibi eum tenuit
9 ubi Harold & Wido parabolant
10 ubi nuntii Willelmi ducis venerunt ad Widonem*
Turold
11 nuntii Willelmi
12 hic venit nuntius ad Wilgelmum ducem
13 hic Wido adduxit Haroldum ad Wilgelmum Normannnorum ducem
14 hic dux Wilgelm cum Haroldo venit ad palatium* suum*
15 ubi unus clericus et Aelfgyva
16 hic Willem dux et exercitus eius venerunt ad montem* Michaelis
17 et hic transierunt flumen Cosnonis hic Harold dux trahebat eos de arena
18 et venerunt ad Dol et Conan fuga vertit
Rednes
19 hic milites Willelmi ducis pugnant contra Dinantes
20 et Cunan claves porrexit
21 hic Willelm dedit Haroldo arma
22 hic Willelm venit Bagias
23 ubi Harold sacramentum fecit Willelmo duci
24 hic Harold dux reversus est ad Anglicam terram
25 et venit ad Edwardu[m] regem
26 hic portatur corpus Eadwardi regis ad ecclesiam sancti* Petri apostoli*
27 hic Eadwardus rex in lecto alloquit[ur] fideles
28 et hic defunctus est
29 hic dederunt Haroldo coronam* regis
30 hic residet Harold rex Anglorum
31 Stigant archiepiscopus*
32 isti mirant stellam
33 Harold
34 hic navis Anglica venit in terram Willelmi ducis
35 hic Willelm dux iussit naves edificare
36 hic trahunt naves ad mare
37 isti portant armas ad naves et hic trahunt carrum cum vino et armis
38 hic Willelm dux in magno navigio mare transivit et venit ad Pevenesæ
39 hic exeunt caballi de navibus
40 et hic milites festinaverunt Hestinga ut cibum raperentur
41 hic est Wadard
42 hic coquitur caro et hic ministraverunt ministri
43 hic fecerunt prandium et hic episcopus cibum et potum benedicit
44 Odo episcopus* Rotbert Willelm
45 iste iussit ut foderetur castellum at Hestenga ceastra
46 hic nuntiatum est Willelmo de Harold[o]
47 hic domus incenditur
48 hic milites exierunt de Hestenga et venerunt ad prelium contra Haroldum rege[m]
49 hic Willelm dux interrogavit Vital si vidisset exercitum* Haroldi
50 iste nuntiat Haroldum regem* de exercitu Wilelmi ducis
51 hic Willelm dux alloquitur suis militibus ut prepararent se viriliter et sapienter ad prelium contra Anglorum exercitum*
52 hic ceciderunt Lewine et Gyrd fratres Haroldi regis
53 hic ceciderunt simul Angli et Franci in prelio
54 hic Odon episcopus* baculum* tenens confortat pueros
55 hic est dux Wilelm
56 hic Franci pugnant et ceciderunt qui erant cum Haroldo
57 hic Harold rex interfectus est
58 et fuga verterunt Angli

Signalons également trois hors-textes : sous la scène 10 se tient un certain Turold, de petite taille inconnu par ailleurs, à la hauteur de la scène 18 on voit apparaitre Rennes sous le nom de Rednes et au-dessus de la scène 55 apparaissent les lettres etius

Vocabulaire

Noms de personnes (79 occurrences) : ce sont les acteurs du texte : les plus cité sont Harold (21 occurrences) et Guillaume (19). Harold, en plus de sa forme non marquée Harold (10), est décliné en Haroldum (4), Haroldo (5), Haroldi (2). Pour Guillaume, il y a beaucoup de variantes orthographiques : la plus citée est Willelm (7) déclinée en Willelmi (4) et Willelmo (2), mais on trouve aussi Wilgelm, Wilgelmum (2), Wilelm, Wilem et Willem.

Le roi Edouard est cité 4 fois sous deux groupes avec des initiales différentes : Edward, Edwardu[m] d’une part et Eadwardus, Eadwardi d’autre part. Le redoutable évêque Odon est cité sous les deux formes de Odo et Odon. Guy, le rançonneur d’Harold est cité 5 fois : Wido (3), Widonem et Widonis.

Puis viennent un certain nombre d’acteurs : Aelfgyva la femme giflée par un moine, Conan (ou Cunan) duc de Bretagne, Lewine et Gyrd frères d’Harold, Vital éclaireur de Guillaume et Wadard son intendant, Robert son demi-frère (noté Rotbert), Stigant (Archevêque de Canterbury) et un inconnu Turold. On trouve enfin deux saints :  Saint Michel qui a son mont (Michaelis) et Saint Pierre à Westminster (Petri).

Noms géographiques : Anglica, Anglicam, Bagias (Bayeux), Belrem (Beaurain), Boscham (port du Sud de l’Angleterre), Cosnonis (le Couesnon), Dol, Hastings sous diverses graphies : Hestenga (2), Hestinga ; Pevensæ (Pevensey), Rednes (Rennes).

Noms d’habitants : Angli (2), Anglorum , Dinantes (Habitants de Dinant), Franci (2), Normannorum.

Mots outils (ni verbes, ni noms) par ordre de fréquence décroissante (123 occurrences) : hic 40, et 26, ad 16, ubi 5, in 5, de 5, ut 3, cum 3, contra 3, iste 2, isti 2, eum 2, eius, eos, at, ibi, qui, se, si, simul, suisuis, suum*.

Formes verbales (70 occurrences): adduxit, alloquitur 2, apprehendit, benedicit, ceciderunt 3, confortat, coquitur, dederunt, dedit, defunctus, duxit, edificare, equitant, erant, est 6, exeunt, exierunt, fecerunt, fecit, festinaverunt, foderetur, incenditur, interfectus, interrogavit, iussit 2, ministraverunt, mirant, navigavit, nuntiat, nuntiatum, parabolant, porrexit, portant, portatur, prepararent, pugnant 2, raperentur, residet, reversus, tenens, tenuit, trahebat, trahunt 2, transierunt, transivit, venerunt 4, venit 7, vertit, verterunt, vidisset.

Formes nominales ou adverbiales (102 occurrences) : apostoli*, archiepiscopus*, arena, arma, armas, armis, baculum, caballi, caro, carrum, castellum, ceastra, cibum 2, claves, clericus, comitis., coronam*, corpus, domus, ducem 2, duci, ducis 4, dux 10, ecclesia, ecclesiam, episcopus, episcopus*2, exercitu, exercitum* 2, exercitus, fideles, flumen, fratres, fuga 2, lecto, magno, mare 3, milites 4, militibus, ministri, montem*, naves 3, navibus, navigio, navis, nuntii 2, nuntius, palatium*, plenis, potum, prandium, prelio, prelium 2, pueros, rege[m], regem, regem*, regis 3, rex 4, sacramentum, sancti*, sapienter, stellam, terram 2, terram*, unus, velis, vento, vino, viriliter.

On remarquera à propos du remplacement d’un m final par un tiret sur la lettre précédente (7 cas), que l’on observe des graphies complètes ou abrégées pour terram. Pour regem, on a les trois cas : absence, lettre présente, abréviation, ce qui, comme nous l’avons noté, suggère une tendance à la non-notation de l’accusatif, comme en latin tardif.

Le texte comporte près de 370 occurrences qui appartiennent à environ 140 racines différentes, ce qui en fait un corpus à la fois raisonnable en taille, avec un vocabulaire plutôt facile et une absence de difficultés syntaxiques : l’étudier avant de se rendre à Bayeux permettra à des élèves de comprendre en profondeur la mise en scène de la Tapisserie.

Le texte seul dans la graphie d’origine est disponible à l’adresse suivante : Tapisserie de Bayeux Texte seul. Ce document reproduit les différentes scènes présentées dans ce billet ainsi que celles du précédent (lui-même modifié).

  1. Réalisation des textes des scènes : Nicole Cibois []
  2. Veikko Väänänen, Introduction au latin vulgaire, Klincksieck, 2012, p.76 et 82 []
  3. Pierre Bouet, La Tapisserie de Bayeux, une œuvre pro-anglaise ? dans Pierre Bouet, Brian Levy et François Neveux,  La Tapisserie de Bayeux, l’art de broder l’histoire, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004 []
  4. Pierre Bouet, Hastings 14 octobre 1066, Texto, 2014 []
  5. Le mot ceastra est un mot de l’ancien anglais désignant les restes en pierre de forts romains et désigne une ville ou une place forte : Richard Marsden, The Cambridge Old English reader, Cambridge, CUP, 2004 []
  6. Serge Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge, Paris, PUF, 2004, p. 210-217 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *