La chute de Rome : état de la question

Un Colisée en ruines avec un ciel lourd de menaces : la couverture du livre de Peter Heather consacré à la chute de l’empire romain évoque des images qui sont en résonance avec notre époque où beaucoup ont le sentiment qu’un monde s’écroule sous les coups d’un ennemi intérieur : la financiarisation des activités humaines, et où l’enseignement des langues anciennes semble la dernière butte témoin d’une civilisation gréco-latine en passe de disparaitre sous les coups de nouveaux barbares.____________

La version française de ce livre de 2005 vient de sortir [1] et je voudrais dans ce billet montrer comment cet ouvrage est une réponse à ceux qui cherchent l’origine de la chute de Rome dans des causes diverses. Gibbon au 18e siècle pensait que le déclin de Rome était lié au christianisme qui prêchait  « la patience et de la pusillanimité » et non « les vertus actives qui soutiennent la société »  (cf. un précédent billet sur cette question). Plus près de nous Aldo Schiavone (voir le même billet sur son livre, L’histoire brisée), examine l’importance de la production liée à l’esclavage et conclut que le système d’exploitation servile était une voie sans issue : quand cessa la production d’esclaves par l’arrêt des guerres extérieures, l’histoire s’est alors brisée.

Peter Heather n’a pas trouvé de causes internes à la chute de l’empire romain, ni économique, ni démographique, ni médicale mais, comme il le déclare, il faut « se salir les mains » dans l’histoire évènementielle pour comprendre ce qui s’est passé. De ce point de vue, la lecture du livre est convaincante et les vieilles explications « surplombantes » s’évanouissent quand on voit comment un empire fort a été déstabilisé par un évènement exogène. Car pour bien comprendre la chute de l’empire selon Peter Heather, le mieux est d’en présenter un scénario précis même s’il est un peu complexe. J’espère que ce résumé aidera les futurs lecteurs du livre d’un historien pédagogue qui sait, à la manière de Paul Veyne en France, trouver les exemples contemporains qui éclairent, et qui n’hésite pas à provoquer le sourire du lecteur. Mais l’histoire de la fin commence sur les bords du Danube.

Acte 1 : le Danube dans les années 375 à 380

Sur la carte 5 (p.185) de Peter Heather, j’ai ajouté en rouge la limite de l’empire romain qui correspond au cours du Danube. En 376, deux groupes de Goths (Greuthunges et Tervinges) chacun composé d’une dizaine de milliers de guerriers avec en plus femmes, enfants, bœufs, charriots, se présentent au nord du Danube et demandent l’hospitalité dans le territoire de l’empire. Ils ont en effet été chassés de leurs terres par des bandes de Huns qui habituellement nomadisaient dans la grande steppe eurasienne et qui, pour une raison inconnue, se sont dirigés vers le nord de la Mer Noire.

Les Goths stationnent au bord du fleuve et envoient une ambassade auprès de l’empereur Valens qui était à Antioche. Celui-ci y voit des possibilités de recrutement et donne son accord. Cette manière de faire était cohérente avec des pratiques habituelles de la receptio où des populations entières étaient accueillies : on y recrutait des unités nouvelles pour l’armée et des terres étaient distribuées, ce qui alimentait des perceptions d’impôt. Mais la receptio supposait une situation de domination militaire ce qui n’était pas le cas pour les Goths. En effet, l’empire était soumis à une forte pression militaire de la part de l’empire perse, ce qui mobilisait beaucoup de troupes et en laissait peu dans la région du Danube. Au vu de la situation, un seul des groupes, les Tervinges, fut autorisé à traverser le fleuve. Des otages furent pris et le chef des Tervinges se convertit au catholicisme mais ces mesures n’empêchèrent pas les difficultés de s’accumuler : le groupe ethnique avait été laissé compact en non dispersé comme cela se faisait habituellement, c’était le souhait de la population et l’empereur l’avait accepté par nécessité tactique. Des problèmes de ravitaillement se posèrent, des militaires romains se livrèrent au marché noir et une révolte éclata. Pour s’occuper des Tervinges, on dégarnit le Danube et le deuxième groupe de Goths, les Greuthunges pénétrèrent à leur tour. Les deux groupes d’allient et ils sont rejoints rapidement par des groupes d’Alains et de Huns. Ils s’opposent aux troupes de l’empereur Valens à Andrinople : c’est une défaite pour les romains. Un traité de paix fut signé en 382 où les Goths furent autorisés à s’installer dans la région en tant que groupe ethnique organisé, ce qui était radicalement nouveau.

Un résumé de la situation se trouve dans un commentaire de l’évangile de Luc par Ambroise de Milan qui indique que « Les Huns tombèrent sur les Alains, les Alains sur les Goths et les Taïfales, les Goths et les Taïfales sur les Romains et ce n’est pas encore la fin »  (Peter Heather p. 228). Les paroles de l’évêque étaient prophétiques mais la défaite d’Andrinople n’était que la fin du premier acte qui manifestait que les romains n’avaient pas été en mesure de dominer la situation militaire, pris qu’ils étaient par leur conflit avec l’empire perse.

Acte 2 : le passage du Rhin du 31 décembre 406

Il y eu d’autres invasions, qui furent contrôlées par les romains entre la première invasion Goth et 406 mais le passage sur le Rhin gelé du 31 décembre reste l’évènement le plus connu du fait de ses conséquences désastreuses. Comme précédemment sur le Danube, la migration de Vandales, Alains et Suèves était due la pression des Huns : le nombre des envahisseurs est évalué à 30.000 guerriers ce qui suppose une population totale de 100.000 personnes. Si le Rhin n’avait pas été gelé, il aurait été impossible à une telle masse de guerriers et de population de passer le Rhin et de se livrer ensuite à des destructions massives. Les quelques troupes romaines en garde des frontières furent tout à fait incapables de contenir de pareilles masses de guerriers.

Le pouvoir à Rome était tenu par le général Stilicon mais il manquait de troupes et la résistance romaine locale vint des troupes de Bretagne insulaire qui venaient de proclamer empereur un des leurs sous le nom de Constantin III : cet usurpateur débarqua sur le continent et son autorité fut reconnu par les troupes romaines de Gaule. Il s’attaqua aux Vandales ce qui entraina leur départ vers l’Aquitaine et les Pyrénées.

La carte 8 (p.248) montre les itinéraires des envahisseurs rhénans :

En 409, ils franchissent les Pyrénées et deux ans plus tard la situation est stabilisée : les envahisseurs se partagent l’Espagne et s’installent à demeure, ce qui veut dire qu’ils arrivent à se faire admettre par les habitants car pour les propriétaires fonciers, verser ses impôts à un barbare ou à Rome importe peu dans la mesure où l’ordre, même entaché d’arbitraire, est à nouveau rétabli. Rome réagira avec succès, mais plus tard.

Acte 3 : la prise de Rome en 410 par les Goths d’Alaric

Revenons à l’acte 1 où nous avons laissé deux groupes Goths, les Tervinges et les Greuthunges installés par un traité au sud du Danube avec un statut inhabituel d’immigrés laissés en tant que corps ethnique indivis, ce que les romains ne faisaient jamais mais qui était imposé par leur faiblesse de l’époque. Les incidents se multiplièrent et une révolte plus importante se fit sous l’égide d’un chef, Alaric, qui unifia les deux tributs sous le terme unique de Goths. Ceci se passa en 495 : le but d’Alaric était de se faire reconnaitre comme général romain à part entière ce qui était évidemment inacceptable pour le pouvoir de Constantinople. Après avoir tenté une négociation analogue avec le pourvoir de Rome (situé à Ravenne) et avoir reçu un refus identique, il se déplaça dans la zone géographique située entre l’orient et l’occident et fini par entrer en Italie : il arriva devant Rome dont il fit le siège, toujours pour faire pression afin d’être reconnu comme général romain. Cette pression s’avéra inefficace et Alaric, plutôt par défaut que comme un objectif propre, permit à ses troupes de soumettre à un sac la ville de Rome, ce qui eut lieu en 410. Comme le dit Peter Heather ce fut « l’une des plus policées des mises à sac d’une cité jamais attestée » car les Goths d’Alaric étaient chrétiens et respectèrent les lieux saints de Rome qui devinrent des refuges. Le sac dura trois jours mais si les biens meubles furent raflés, les édifices furent pour la plupart respectés.

On sait l’impact que cet évènement eu sur les consciences de l’époque : Jérôme par ses lettres et Augustin par ses écrits dont la Cité de Dieu, mais du point de vue d’Alaric, c’était un échec car sa pression s’était révélée inefficace. Le pouvoir romain de Ravenne avait préféré sacrifier Rome plutôt que de reconnaitre un statut officiel à un envahisseur.

La situation est donc sombre : les envahisseurs du Rhin dominent l’Espagne, les Goths d’Alaric écument l’Italie, l’usurpateur Constantin contrôle sa province d’origine, la Bretagne insulaire, mais aussi les forces militaires en Gaule. L’armée romaine en Italie ne peut pas marcher sur Alaric de peur de permettre à l’usurpateur d’envahir la péninsule. Mais un rétablissement va se produire.

Acte 4 : le rétablissement effectué par Flavius Constantius

Général en chef, Constantius sut diviser pour régner. En premier lieu il marcha sur Arles, siège de l’usurpateur Constantin dont les divers généraux furent successivement vaincus et qui finalement fut tué. Un autre usurpateur Jovin basé plus au nord prit sa suite et s’allia aux Goths (qui n’étaient plus dirigé par Alaric car il était mort, mais par un nouveau chef). Flavius Constantius dissocia par la diplomatie les deux alliés et s’appuya avec succès sur les Goths contre l’usurpateur Jovin. Ces Goths devenaient des alliés et Constantius les utilisa contre les barbares présents en Espagne qui furent soumis. Après cette victoire, on fit revenir les Goths d’Espagne et Constantius les installa en Aquitaine en 418, leur allouant des terres dans la vallée de la Garonne, entre Toulouse et Bordeaux. Il est probable qu’il n’y eut pas d’expropriation des propriétaires fonciers mais que les terres allouées venaient du patrimoine de l’empire. Les paysans restèrent en place mais les bénéficiaires des revenus fonciers furent maintenant les Goths.

L’installation en Aquitaine des Goths (appelés Wisigoths), peut s’expliquer par le fait que 1000 km séparait cette région de Ravenne, ce qui excluait les pressions brutales sur la capitale. Par ailleurs, cela permettait de surveiller la frontière avec l’Espagne où il restait un travail de pacification à accomplir.

Constantius après ces succès devient empereur en 421 mais mourut cette année-même. Sa succession fut difficile et d’autres invasions suivirent. Cependant nouveau général en chef, Aetius, continue la reconquête de la Gaule : avec l’aide de Huns, il s’attaque aux Burgondes (qui étaient en Belgique), les extermine et installe les survivants près du lac Léman. Il s’attaque aux bandes de paysans révoltés (les Bagaudes) et en 437, le pouvoir romain est entièrement restauré dans le nord de la Gaule.

Acte 5 : nouvelles invasions

1) Les Vandales étaient en Espagne mais la proximité de l’alliance des Wisigoths et des Romains les inquiétait : pour avoir plus de liberté d’action, ils traversent le détroit de Tanger en un mois, en 429, puis un an plus tard, apparaissent devant Hippone, siège d’Augustin. Les troupes romaines d’Afrique sont débordées, car ce n’est pas une armée de campagne mais des troupes destinées à simplement tenir à l’écart les nomades berbères. Des troupes de campagne de l’armée d’Orient sont alors envoyées et elles réussissent à contenir les Vandales et à les installer sur le territoire en conservant les parties les plus fertiles qui alimentaient l’empire en céréales. En 440 une flotte basée en Sicile s’apprête à s’attaquer aux Vandales mais elle est rappelée d’urgence à Constantinople du fait de la menace des Huns.

2) Attila à la tête de ses Huns s’attaque aux troupes romaines d’orient et les vainc par deux fois en 447 mais il trouva plus intéressant de se tourner vers la Gaule qu’il envahit en 451. Les villes tombent : Trèves puis Metz et en juin il est aux portes d’Orléans (le passage devant Paris est controversé). Le général en chef Aetius vient à sa rencontre avec des armées romaines mais aussi à la tête d’une coalition de Burgondes et de Wisigoths d’Aquitaine. La rencontre a lieu aux « Champs catalauniques » et Attila, défait, est contraint de se replier sur la Hongrie.

L’année suivante il s’attaque à l’Italie mais après la prise de Milan, harcelé par les armées d’Aetius, décimé par la maladie, il doit à nouveau se replier : il meurt en 453.

3) citons enfin les Francs, auparavant confinés à l’est du Rhin, qui imposent leur pouvoir à l’ouest et se taillent de nouveaux territoires sur l’ancien sol romain.

Acte 6 final en 476  :  chute de l’empire ; l’empereur est mis à la retraite

On pense souvent que l’empire d’Orient ne soutenait guère celui d’Occident, cela ne semble pas exact et l’interaction entre les forces militaires était grande : par exemple en 468 une imposante armada dirigée par un membre de la famille de l’empereur de Byzance, le général Basiliscus, envisage de débarquer en Afrique pour anéantir les Vandales. Un combat naval haut en couleurs avec utilisation de brulots par les Vandales pour incendier les navires romains est raconté en détail par Peter Heather. Ce fut donc un échec mais désormais Byzance n’avait plus les moyens de mener une nouvelle expédition de secours et à court terme, l’empire d’Occident était perdu. Le pouvoir romain ne contrôlait plus que l’Italie insulaire et ses revenus n’étaient plus suffisant pour s’opposer aux pouvoirs centrifuges des Wisigoths, des Burgondes et d’autres. Il devenait nécessaire d’envisager un futur où les différents pouvoirs locaux, sûrs d’eux-mêmes en n’ayant plus rien à craindre de l’empire d’Orient, s’affirmeraient libres de liens vis-à-vis de l’empire d’Occident.

Le nouveau roi des Wisigoths, Euric, fut le premier à prendre acte de la nouvelle situation : un an après la défaite navale de la flotte byzantine, il se taille un empire (ou plutôt une royauté) allant jusqu’à la Loire au nord. Il atteint les Alpes au sud et conquiert pratiquement toute l’Espagne. Les Burgondes élargissent leur territoire autour du Rhône et de la Saône, les francs occupent le nord de la Gaule.

De l’empire de Rome il ne restait que la péninsule italienne gardée par une armée ou les « alliés » étaient nombreux : leur chef Odoacre, devenu patricien, n’ayant plus d’argent venant de Rome pour payer ses troupes, leur distribua des terres, en particulier au nord où les troupes gardaient les frontières. L’imposition fonctionnant cependant, Odoacre eut assez de ressources pour devenir le chef de fait de toute l’Italie : en 476 il prit acte de la situation en déposant Romulus et en l’envoyant vivre une retraite dorée dans un domaine de Campanie.

Ces deux gestes sont exceptionnels car la pratique habituelle, quand on prenait le pouvoir à Rome, était de tuer l’empereur régnant et de se proclamer empereur : le geste d’Odoacre est différent car il dépose l’empereur, se proclame roi et envoie les insignes de l’empire à l’empereur d’Orient qui lui aussi prend acte de la situation en répondant à Odoacre comme dirigeant de l’Italie. L’empire d’occident n’existe plus : il a laissé la place en quelques décennies à des royaumes indépendants.

L’histoire n’est cependant pas finie en 476 car l’empire d’Orient prospéra au siècle suivant et Justinien réussira à reconquérir l’Afrique du nord, l’Italie et le sud de l’Espagne.

Conclusion

Résumons-nous : la cause de la disparition de l’empire romain est exogène, c’est la venue des Huns qui pousse des peuples divers à demander asile d’abord, puis à envahir ensuite des territoires où la romanisation était accomplie depuis plusieurs siècles. Ces peuples habitaient des régions qui n’avaient pas été conquises par Rome car jugées peu intéressantes mais trois siècles de présence au bord du Rhin, par les rapports multiples de commerce, de raids barbares suivis de contre-offensives, de trafic d’esclaves et d’enrôlement de troupes auxiliaires, avaient contribué à l’unification de petits royaumes en vastes fédérations qui portaient d’ailleurs des noms symboliques comme les Alamans (terme qui signifie « tous les hommes ») ou les Francs.

On peut s’étonner que cette seule poussée hunnique ait pu mettre à bas un empire disposant de ressources et donc d’une administration et d’une armée mais il faut prendre conscience de la nature des ressources. Celles-ci étaient le résultat d’une imposition exclusivement liée à la propriété foncière : si l’impôt devenait trop lourd, les forces productives s’épuisaient à court terme.  D’autre part, si un territoire était envahi, il cessait de concourir à l’impôt et rapidement l’état central n’était plus en mesure d’assurer son rôle de protecteur. L’empire romain était fort mais comme pratiquement la seule production agricole pouvait être imposée et que les rendements étaient faibles, l’équilibre assuré pourtant depuis longtemps était fragile et le cout du recrutement d’unités pour faire face aux besoins dépassa les possibilités de l’empire.

Ce qui semble difficile à envisager, c’est que les membres des élites locales soient passées si facilement d’une allégeance à Rome à une allégeance à des barbares jugés par eux incultes. L’explication est simple : la richesse des élites est liée à la terre et celle-ci ne se déplace pas. Si par ailleurs le nouveau pouvoir ne bouleverse pas les propriétés existantes et assure l’ordre, les riches n’hésitent pas à se soumettre à son imposition.

Mais cette nouvelle situation entraina une modification profonde des élites par exemple en matière d’instruction. Il fallait beaucoup d’argent pour donner l’instruction nécessaire à des enfants car cela nécessitait les services d’un grammairien pendant une dizaine d’année. Le fait de parler un latin « classique » distinguait une personne comme « civilisée » et cette formation était nécessaire pour éventuellement avoir des promotions dans l’administration. Quand ces exigences de bonne culture ne furent plus nécessaires pour servir les rois barbares, l’enseignement classique s’effondra et ne fut plus conservé que par ceux qui avaient besoin de connaitre des textes : les hommes d’Église.

***

On pensait donc déjà à l’époque que la formation classique avait un but de distinction sociale et, comme cette perspective sociologique était évidemment impensable, on retrouve chez Symmaque (mort quelques années avant le franchissement du Rhin), illustre romain attaché à la religion ancienne dont il était pontifex maximus, des arguments qui peuvent sembler très contemporains.  Je cite Peter Heather : « faire des beaux discours n’était qu’un aspect de la question. Au-delà de la langue de ces textes, Symmaque et ses amis prétendaient aussi qu’absorber leur contenu façonnait des êtres humains d’un tout autre calibre, que personne d’autre n’égalait. La grammaire latine, arguaient-ils, était un outil pour développer un esprit logique et précis. Si l’on ne maitrisait pas les modes et les temps, on ne pouvait dire avec exactitude ce que l’on souhaitait dire ou exprimer avec acuité la relation précise entre les choses » (p.34). Aujourd’hui on parlerait de « gymnastique de l’esprit » pour désigner cette attitude.

On comprend mieux de ce fait pourquoi, comme je le disais au départ, la remise en cause contemporaine de l’enseignement du latin est tout à fait liée à la chute de Rome. On notera d’abord que dans l’empire d’Orient où l’on a continué à parler grec, il n’y a pas eu de coupure linguistique radicale ce qui fait que les grecs d’aujourd’hui se sentent toujours en continuité avec leur passé antique et disent parler grec, même si celui-ci a évolué. A l’opposé géographique, du fait des grandes invasions, il n’y a pas dans les pays latins cette continuité de langue ni de civilisation : le concept de Renaissance fut précisément envisagé comme un retour en arrière pardessus la coupure barbare pour retrouver ce qui est le propre de l’homme « civilisé ».

Des phénomènes aussi divers que Charlemagne qui se proclama empereur, que le Saint Empire romain germanique, que le 3e Reich et que l’attrait de la production cinématographique pour la chute de Rome nous rappellent que, par la faute des Huns, nous sommes toujours orphelins de l’empire de Rome.

  1. Peter Heather, Rome et les barbares. Histoire nouvelle de la chute de l’empire, Alma, 2017, 634 p., présenté par Nicolas Weil dans Le Monde du 29/09/17 []

Une réflexion sur « La chute de Rome : état de la question »

  1. Les Goths étaient trop forts… La lecture du débat entre Symmaque et saint Ambroise montre aussi que les symboles nationaux de la religion romaine n’étaient plus soutenus par l’empereur. Le christianisme qu’il défend n’est pas aussi romain que le génie de Rome. On soumet ce dernier au Christ, on doute même de son existence. Rome ne fascine plus comme autrefois, non plus que le latin classique et ses belles qualités logiques. Dorénavant on est impressionné par l’enthousiasme des chrétiens et de leurs visions célestes. On devient mystique. La Rome politique et cicéronienne n’avait plus sa place, on n’avait plus que la Rome religieuse et papale. Il ne suffit peut-être pas de dire qu’on n’a pas pu se défendre contre les Goths à cause des Goths, on ne défendait plus Rome pour l’amour de la patrie, l’empire ne subsistait plus qu’en payant.

    Les Goths étaient eux dans une sorte d’enthousiasme de nouveaux convertis, comme on le voit aussi et mieux avec les Francs chez Grégoire de Tours, Clovis vénère saint Martin et est persuadé qu’il a une influence énorme sur les hommes depuis le Ciel. Il y a un moment où la qualité rationnelle tourne à vide, il faut aussi de l’enthousiasme avec des images grandioses, on ne peut pas agir toute sa vie simplement pour un salaire.

    Rappelons un moment fondamental du débat entre Symmaque et Ambroise : le premier dit, avec toute sa rationalité, que personne ne peut connaître la nature de la divinité, et Ambroise lui répond que les chrétiens pensent la connaître, que discuter à l’infini ne peut pas empêcher les gens d’avoir la foi, ou de désirer suivre le chemin du Christ. Les humains ne sont pas seulement un cerveau, ils ont aussi un coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *