L’accord de proximité en latin (et en grec)

Pour lutter contre le fait que le masculin l’emporte sur le féminin dans les phrases du type « les hommes et les femmes sont beaux », un des arguments donnés en faveur de l’accord de proximité en français est le fait de son existence en latin et en grec. Examinons-donc la situation essentiellement à partir de plusieurs grammaires latines (et d’une grammaire grecque) qui proposent des exemples tirés de la littérature [1] puis nous verrons si ce passage par les langues anciennes peut éclairer la situation pour le français.

Pour y voir clair il faut distinguer le cas des personnes de celui des choses.

Accord de l’adjectif avec des noms de personnes

1) adjectif attribut de deux personnes de même genre.

mene (m) et Triarum (m) dignos (m) existimas
nous juges-tu Triarus et moi-même dignes… ?
Cicéron, De Finibus, 2, 74

L’adjectif attribut dignos est au pluriel, masculin comme les deux personnes visées.

τῆς δὲ μητρὸς (f) καὶ τῆς ἀδελφῆς (f) οὔπω παρουσῶν (f)
comme sa mère et sa sœur étaient encore absentes
Isocrate, Discours éginétique, 10

Ici, même situation mais au féminin.

2) adjectif attribut de deux personnes de genre différent

mihi pater (m) et mater (f) mortui (m) sunt
mon père et ma mère sont morts
Térence, Eunuque, 517-518

L’accord se fait avec le masculin. C’est ce qui se fait en français à l’heure actuelle.

Autres exemples en latin et en grec :

mimos (m) dico et mimas (f), …in agro Campano collocatos (m)
je parle d’acteurs et d’actrices, … installés en Campanie
Cicéron, Philippiques, 2, 39, 101

δέονται, εἴπερ μέλλουσιν ἀγαθοὶ (m) εἶναι, καὶ ἡ γυνὴ (f) καὶ ὁ ἀνήρ (m), δικαιοσύνης καὶ σωφροσύνης
l’homme et la femme, s’ils doivent être vertueux, ont besoin de justice et de sagesse
Platon, Ménon, 73 B

Ὡς εἶδε πατέρα (m) τε καὶ μητέρα (f) καὶ ἀδελφοὺς (m) καὶ τὴν ἑαυτοῦ γυναῖκα (f) αἰχμαλώτους γεγενημένους (m), ἐδάκρυσεν
lorsqu’il vit son père, sa mère, ses frères et sa femme prisonniers, il pleura
Xénophon, Cyropédie, 3, 1, 7

La conclusion principale que ces exemples nous manifestent est que, en ce qui concerne les personnes, l’accord de proximité n’existe pas, ni en latin, ni en grec. L’accord de proximité dans les langues anciennes serait-il une légende ? Non, mais il concerne les choses et non les personnes.

Accord de l’adjectif avec des noms de choses

L’accord de proximité avec des noms de choses n’est pas la règle générale, il peut y avoir usage du neutre si les deux objets sont de genre différent, ou de même genre féminin.

3) adjectif attribut de deux objets de genre différent : usage du neutre

nuntiatus est Formiis portam (f) murumque (m) de caelo tacta (n) esse
on annonça qu’à Formies une porte et la muraille avaient été frappés par la foudre
Tite-Live, 35, 21, 4

huic et genus (n) et fortuna (f) honesta (n) erant
sa naissance et sa condition étaient honorables
Tite-Live, 24, 24, 3

4) adjectif attribut de plusieurs objets de genre féminin : usage du neutre

ni virtus (f) fidesque (f) vestra spectata (n) mihi forent
si votre courage et votre loyauté ne m’étaient pas (choses) parfaitement connues (ou connus, sans chose)
Salluste, Catilina, 20, 2

εὐγένειαί (f) τε καὶ δυνάμεις (f) καὶ τιμαὶ (f) δῆλά ἐστιν ἀγαθὰ (n) ὄντα
il est évident que la noblesse, la puissance, les honneurs sont des biens
Platon, Euthydème, 279 B

5) accord de proximité de l’adjectif attribut

Athenienses, unde humanitas (f), doctrina (f), religio (f), fruges (f), iura (n), leges (f) ortae (f) atque in omnis terras distributae (f) putantur
les Athéniens de qui l’on pense que sont venus la civilisation, la science, la religion, l’agriculture, le droit, les lois
Cicéron, Pour Flaccus, 26,62

ut brachia (n) modo atque humeri (m) ad sustinenda arma liberi (m) ab aqua esse possent
de façon que du moins les bras et les épaules, pour tenir les armes, puissent être tenus hors d’eau
César, Guerre des Gaules, 7, 56, 4

6) accord de proximité de l’adjectif épithète (ou des participes et des adjectifs verbaux)

reliquas (f) merces (f) commeatusque (m) (…) reservant
les autres marchandises et approvisionnements sont mis en réserve
César, Guerre civile, 1, 36, 3

vitam (f) tuam (f) ac studia (n) considero
Je tiens compte de ton mode de vie et de tes gouts
Cicéron, De oratore, 8,32

tota (f) Asia (f) Graeciaque (f)
dans toute l’Asie et toute la Grèce
Cicéron, Contre Verrès, 24, 32

homo aut industria (f) aut opera (f)  probata (f)
Un homme d’un zéle ou d’une activité éprouvés
Cicéron, Contre Verrès, 1, 21, 39

ad frigora (n) atque aestus (m) vitandos (m)
pour se garantir du froid et des chaleurs
César, Guerre des Gaules, 6, 22, 3

Mais l’accord de proximité, même avec des objets inanimés, n’est pas toujours respecté :

7) adjectif épithète en accord avec le terme le plus important

urbem (f) ac portum (m) moenibus validam (f)
Une ville et un port solides par des fortifications
Tite-Live, 24,2,3

8) hors de la langue littéraire, l’accord avec l’ensemble a laissé quelques traces

patrem (m) atque matrem (f) (…) meos (m)
Mes pères et mères
Plaute, Le marchand, 659

circa captas (f) Carthaginem (f) ac Corinthum (f)
[l’époque] aux alentours de la prise de Carthage et Corinthe
Pline, Histoire naturelle, 14, 5, 45

9) notons enfin que l’on trouve des cas de répétition de l’adjectif

uno animo et voce una
d’un seul cœur et d’une seule voix
Tie-Live, 21, 45, 9

Conclusion pour la situation du français

Le principal résultat de l’étude précédente est qu’une différence fondamentale existe entre les règles qui concernent les noms de choses, où l’accord de proximité peut s’appliquer, et celles qui s’appliquent aux noms de personnes où le masculin l’emporte sur le féminin. Cette « domination masculine » n’est pas surprenante puisque nous sommes dans des civilisations patriarcales et qu’il aurait été anachronique que le masculin et féminin eussent été à égalité. Pour ce qui est des choses, l’aspect conventionnel du genre fait que quand il y a différence de genre, c’est le neutre qui est utilisé pour l’adjectif.

Cette distinction peut nous être utile en français pour tenir compte de la protestation face à l’enseignement de la règle « le masculin l’emporte sur le féminin » règle qui est difficilement acceptable quand il s’agit de personnes, mais beaucoup moins quand il s’agit de choses ou l’arbitraire du genre grammatical est un fait qui est accepté (sauf par les anglophones qui se battent avec le français sur ce point).

Dans le cas des personnes, il faut bien prendre conscience que la phrase « les hommes et les femmes sont beaux » relève de la provocation symbolique alors que la phrase « les verres et les assiettes avaient été déplacés » ne choque pas (ou choque beaucoup moins) parce qu’elle concerne des objets de genre arbitraire. Si l’on appliquait l’accorde proximité dans ce cas et si l’on écrivait « les verres et les assiettes avaient été déplacées », on donnerait l’impression de mettre l’accent sur l’objet de genre féminin.

En ce qui concerne les noms de personnes : il faut mettre à égalité le masculin et le féminin, non pas par un accord de proximité arbitraire et sans antécédent en latin ou en grec, mais en prenant la peine d’une répétition, qui pour l’exemple de référence pourrait être : « les hommes sont beaux, les femmes belles ».

Notons enfin que l’on a beaucoup critiqué l’Académie française au moment des premières demandes de féminisation des noms de métier car elle s’était réfugiée, pour son refus de l’époque, sur la théorie linguistique du genre masculin qui n’est pas marqué, alors que le genre féminin l’est et que de ce fait le masculin correspondrait à une sorte de neutre. Pour les noms de métier la neutralité du masculin a été refusée à juste titre car elle est synonyme de domination masculine.

Cependant, pour les noms de choses, cette théorie du genre masculin non marqué devient utile. Si l’on met l’adjectif au masculin, c’est parce que c’est l’équivalent d’un neutre comme en latin ou en grec. L’arbitraire total des genres des choses (hérité du latin pour beaucoup d’objets) fait qu’une prédominance arbitraire ne pose plus de difficulté. Personne ne sera plus choqué quand on précisera qu’en français, et seulement quand il s’agit de choses, le genre masculin l’emporte sur le genre féminin. Le latin ne nous a pas légué de neutre mais des genres pour les choses : que le verre (du masculin vitrum) l’emporte sur l’assiette (du féminin assedita) n’a finalement pas beaucoup d’importance.

***

Merci pour leur aide (sous des formes diverses) à Thomas Frétard, Julie Gallégo, Didier Jodin, Nadia Pla et Cécilia Suzonni.

Post sciptum : on pourra lire un point de vue de linguiste sur l’ensemble des problèmes liés à la féminisation, sur une nouvelle page du site de Jacques Poitou.

  1. Pour le latin et par ordre d’ancienneté : Ernout et Thomas 1951, Bizos 1965, Lavency 1985, Guisard et Laizé 2001, De Give 2011 ; pour le grec : Bizos 1947 []

5 réflexions sur « L’accord de proximité en latin (et en grec) »

  1. SI ce ne sont que des exemples tirés des grammaires (donc soumis in fine au choix arbitraire de l’auteur), qu’en est-il du reste des textes dont nous disposons, littéraires ou autres? Cette recherche n’est pas aisé. En complément, voici un lien vers un article de JV Vernhes pour « Connaissance hellénique »: http://ch.hypotheses.org/2040. En somme, c’est tout de même aussi la dénomination par les grammairiens de « masculin » et de « féminin » qui est inapproprié, et donc la manière d’enseigner la langue, qui structure sans doute davantage notre vision du monde que la langue elle-même.
    On ne peut nier le caractère patriarcal des sociétés romaines et grecques (et de la nôtre), mais considérer le « masculin » comme une sorte d’indéterminé n’est pas totalement faux (d’autant qu’une théorie linguistique, qui n’est qu’une théorie, veut que le genre dit féminin aurait été créé après les genres « masculin » et neutre, donc pour pouvoir distinguer une catégorie spécifique d’êtres animés).
    Personnellement, lorsque je dois écrire « les hommes et les femmes sont beaux », ou toute phrase du même genre (sic!), cela me choque en effet, et je tourne ma phrase différemment, tout simplement.

  2. si l’on peut interroger l’arbitraire du choix des citations… il n’en est pas moins parfaitement pertinent. Etre choqué parce qu’on dit « les hommes et les femmes sont beaux » me paraît un tantinet forcé, cette pudeur de gazelle est quand même franchement nouvelle! et due, peut-être faut-il le dire, à une récente désaffection de l’apprentissage des règles de la grammaire, la française d’abord, la latine et la grecque ensuite. Si l’on sait que le masculin (et non le mâle ou le viril) est une substitution du neutre qui n’existe pas en français, et qu’il s’aligne sur le masculin (et non le mâle ou le viril) dans ces cas là, on a bien moins de problème de conscience, et l’on réserve son énergie à lutter contre la domination des hommes dans les secteurs économiques et politiques, et l’on exige que les lois -qui existent- soient appliquées. Si « les hommes et les femmes sont beaux » doit devenir « les hommes et les femmes sont belles », je ne vois pas ce qui empêcherait d’être « choqué » si l’on est un homme… on a déplacé le problème. Je me joindrais bien à nos compagnons qui devraient exiger qu’on ne parle plus d’eux avec des mots (je dis des ‘mots’ car on en est là!) féminins : une personne, une victime, une vigie, une estafette, une canaille, sa sainteté… j’en passe, j’en passe.
    Et je ne dis rien de l’accord passé à la trappe du féminin avec l’auxiliaire avoir… et là personne ne réagit ?

    1. En réponse à pascaleBM

      Votre commentaire soulève différents points :

      1) les citations : j’ai pris les grammaires citées avec tous leurs exemples (qui se répètent quelques fois). J’ai essayé d’en tirer des règles quand je voyais des régularités et je les ai résumées par des exemples latins et grecs.

      2) il est évident que l’exemple discuté « les hommes et les femmes sont beaux » est forcé et que la motivation de l’opposition à cette formule ne doit pas être disqualifiée avec non pas des noms d’oiseaux mais de quadrupèdes (ou par l’ignorance de la grammaire). L’opposition est politique : quand on refuse que le masculin puisse avoir une valeur générique équivalente à un neutre, ce n’est pas par ignorance, mais par un souci d’égalité qui peut avoir des conséquences dans le langage. On peut d’autant plus discuter les solutions proposées qu’elles s’appuient sur l’idée que l’accord de proximité existe en latin et en grec, ce qui est faux pour les personnes. On peut discuter, mas pas disqualifier : dans le cas de l’adjectif attribut, seule une répétition est égalitaire, du type « les hommes sont beaux, les femmes belles ». La grammaire correspond un état de la langue d’une époque et en reflète les régularités : si les conditions sociales évoluent, cela peut avoir des conséquences sur le langage (et conduire à des modifications de règles).

      3) le genre des mots en français comporte une bonne dose d’arbitraire mais cela aide beaucoup à avoir un langage qui respecte l’égalité : on peut utiliser « les personnes » ou « les individus » ou « les gens ». Louis XIV utilisait à forte doses des expressions où il faisait référence à « Sa Majesté » et parlait ensuite au féminin. « Elle exige que… , Elle demande que, … ; Elle se réjouit que… ». Imitons-la.

      4) absence du féminin avec l’auxiliaire avoir ? J’ai appliqué la règle de l’accord dans ce texte. Avez-vous des exemples imprimés de cas fautifs ?

      1. En réponse à Philippe Cibois

        Je vous remercie d’avoir pris le temps et la peine de me répondre. Je ne voudrais pas alourdir l’échange, mais pour faire vite, la question des citations : c’était une réponse polie, et trop rapide, au commentateur précédent… et non à votre choix! Désolée de n’avoir pas été plus précise.

        En effet, le refus de donner au masculin la valeur générique du neutre, est sidérante dans la mesure où elle relève de l’idéologie. Et plutôt étonnante est la référence des « champions de la modernité » qui nous vendent le latin et le grec…. ça m’amuse quand même un peu! et qui ne se souviennent pas que certaines langues -dont l’anglais, excusez du peu! ne « marquent » aucune appartenance sexuée… beautiful is beautiful! le monde universitaire français se contorsionne pour expliquer, chercher, montrer qu’il faudrait raison garder, et les raisons il les donne. Elles sont de l’ordre du conventionnel, c’est le fondement même de toute société. (ici, je ne vais rejouer ni Rousseau, ni Saussure, ni Aristote (nomos/phusis)). Mais, rapporter -brutalement, violemment- une revendication politico-idéologique à laquelle toute prise de parole devrait se plier, à l’écrit comme à l’oral, est juste une position dogmatique.

        Merci pour Louis XIV…

        Enfin, la question de l’accord avec ‘avoir’ ne concerne pas du tout votre article. Je me suis saisie, sans la moindre transition, il est vrai, d’un point qui me « tarabuste » : il y a de moins en moins de monde, je parle du monde éduqué, qui accorde le féminin placé devant ‘avoir’. Comme, la fonction qu’elle a pris…. faute d’autant plus remarquable, quand il s’agit d’une femme, où nos nouveaux donneurs de règle, pourraient trouver matière à reprendre leurs interlocuteurs. La femme que j’ai remis -entend-on- dans sa fonction… etc… tendez l’oreille, vous allez perdre pied !

        Merci encore de votre réponse.

    2. En réponse à pascaleBM.

      Oh, « choquer » est à prendre simplement au sens de « choquer l’oreille », « ça sonne bizarre », et uniquement parce qu’en réalité ce cas de figure se rencontre assez peu souvent à l’oral, car je crois que, spontanément, on tourne les choses autrement sans y prêter beaucoup d’attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *