Curia Confoederationis Helveticae

Pourquoi cette inscription latine au fronton du Palais fédéral de Berne quand on dispose déjà de quatre langues nationales : l’allemand, le français, l’italien et le romanche ? Répondre à cette (fausse) question nous conduira à examiner les spécificités linguistiques  de la Suisse et à comprendre pourquoi elle en partage certaines avec la Belgique (comme septante et nonante).

Le Palais fédéral de Berne regroupe les institutions fédérales de la Suisse : le gouvernement (appelé Conseil fédéral) et les deux chambres dont le Conseil national qui représente la population (comme en France l’Assemblée nationale) et le Conseil des États où chaque canton à deux élus, quel que soit sa taille (comme le Sénat aux USA).

Ce rapprochement avec les États-Unis n’est pas fortuit car la constitution suisse s’est inspirée des institutions de ce pays. On imagine souvent la Suisse comme un vieux pays dont l’idéal démocratique a inspiré les réflexions politiques du siècle des Lumières. Ce n’est pas faux mais il ne faut pas croire à la légende de Guillaume Tell : des communautés montagnardes germanophones ont, au cours du Moyen Âge, formé des accords et progressivement le nombre de cantons liés entre eux a augmenté jusqu’à treize en 1513.

Ces cantons restent majoritairement germanophones et les territoires francophones sont indépendants de la confédération : Genève, ville de Calvin, reste une cité indépendante jusqu’à la Révolution française qui unifie l’ensemble du territoire suisse. C’est Napoléon qui dote la confédération d’une constitution et c’est de cette époque que date le franc suisse.

Après la défaite de Napoléon et le Congrès de Vienne qui définit la nouvelle Europe, la confédération suisse atteint à peu près son état actuel avec les germanophones qui représentent 70% de la population, les francophones 23%, les italophones 5% et les suisses de langue romanche 2% [1]. Après les révolutions de 1830, la société suisse se démocratise mais la majorité protestante veut imposer des mesures anticatholiques ce qui entraine une sorte de guerre de sécession de la part des cantons catholiques qui envisagent de s’allier avec l’Autriche. La réaction est militaire, comme aux USA, mais beaucoup moins meurtrière. Une nouvelle constitution est votée en 1848 qui choisit Berne comme capitale fédérale (encore à l’imitation du district fédéral de Washington).

La forte hétérogénéité linguistique de la confédération ne recoupe heureusement pas les différences religieuses : on parle français dans la ville de Calvin et, en pays germanophone, on est catholique à Lucerne ou réformé à Zurich . Cependant, on appliqua le cujus regio, ejus religio aux faits de langue : ce sont les cantons qui décident des choix en matière de langues officielles ce qui fait que les frontières linguistiques sont bien définies et stables (et que l’on peut se servir d’une rivière, la Sarine pour désigner, quand on est en Suisse romande, les régions germanophones en parlant « d’outre-Sarine »).

Cette diversité des langues posa un problème aux constructeurs du Palais fédéral en 1902. On n’avait visiblement pas la place de faire cohabiter les trois dénominations de Bundeshaus, Palais fédéral et Palazzo federale et c’est pourquoi l’inscription latine fut choisie. Nous sommes en 1902 à une époque où le latin n’a plus aucune chance d’être utilisée comme langue internationale [2]. On a tourné la difficulté en restant dans le style antique qui est celui du palais fédéral comme le sont en France l’Assemblée nationale ou aux USA le Capitole.

Les problèmes linguistiques aujourd’hui

La territorialité de la langue fait que l’on doit s’adapter à la langue locale : dans un train qui va de Lausanne à Zurich, les avis sont d’abord énoncés en français, puis après le passage de la frontière linguistique, ils sont donnés en allemand. Au conseil fédéral, qui représente la population, chacun peut s’exprimer dans sa langue mais comme les germanophones représentent les trois-quarts de la population, un système de traduction est prévu.

Dans les instances scientifiques nationales, comme l’Académie des sciences, il en est de même et là aussi l’allemand est majoritaire (mais il n’y a pas de traduction simultanée). De ce fait, et pour rétablir l’égalité, beaucoup de scientifiques s’expriment en anglais ce qui a le double mérite de s’ouvrir à la science internationale et de mettre tout le monde à égalité. On assiste même à la création de sociétés savantes suisses dont le titre officiel est anglais  (comme la Swiss Systematics Society).

Pour les besoins de l’économie la pratique de l’anglais s’est développée dans toute la suisse avec cette crainte que dans les cantons germanophones, l’enseignement de cette langue se fasse au détriment de l’apprentissage du français.

Les particularité linguistiques de l’allemand parlé en Suisse alémanique sont réelles, acceptées par tous et même valorisées. En ce qui concerne le français en Suisse romande, il est caractérisé par un accent spécifique [3] et par de nombreuses différences de vocabulaire [4] dont la plus célèbre est la présence des mots septante et nonante dont je vais tenter d’expliquer l’origine.

Septante et nonante

Ce qui est énigmatique, et qu’il faut donc essayer de comprendre, c’est que l’usage de septante et nonante soit aussi présent dans la partie francophone de la Belgique en Wallonie. La territorialité des frontières linguistiques est là aussi très forte. A Annemasse, très proche de la frontière, les échanges chez les commerçants se font avec soixante-dix et quatre-vingt-dix et à quelques kilomètres, du côté Suisse, un tel usage vous qualifie comme frontalier français (qui a visiblement des difficultés d’adaptation).

La cause immédiate de cette situation est évidemment le système scolaire ou septante et nonante est enseigné en Suisse et en Belgique mais non en France. Mais d’où vient cette différence ? Il faut remonter en arrière et l’Atlas linguistique réalisé an début du 20e siècle par Gilliéron et Edmont nous permet de comprendre que ces termes (ci-dessous, nonante mais la diffusion de septante est identique) étaient utilisés à cette période dans tous l’est de la France et les régions voisines [5].

Au vu de cette carte qui correspond donc au début du 20e siècle, on comprend pourquoi c’est aujourd’hui la scolarisation qui maintient ces termes en Suisse et en Belgique et qu’ils ont disparu en France où a été imposé l’usage de soixante-dix et quatre-vingt-dix.

Mais la question est cependant repoussée : d’où viennent ces deux systèmes de numérotation qui semblent se partager l’espace francophone ? Étudions en premier lieu le système de numérotation dans son origine latine.

L’origine latine de septante et nonante

Le système latin est à base dix : si en français on a l’impression que les noms de nombre de onze à seize sont spécifiques, ils ne sont que l’évolution de termes latins qui ajoutent des unités à la base dix : undecim, duodecim, tredecim, quattuordecim, quindecim, sedecim. Les dizaines évoluent aussi sur la base dix : viginti, triginta, quadraginta, quinquaginta, sexaginta, septuaginta, octoginta, nonaginta. Les nombres septante et nonante sont bien liés étymologiquement au latin comme les mots d’origine ecclésiastique la septuagésime qui désigne une période liturgique et la Septante qui désigne une traduction de la Bible hébraïque en grec (faite par soixante-dix traducteurs)

Au point où nous en sommes, ce ne sont pas les termes septante et nonante qui posent problème, mais plutôt l’usage du français standard avec soixante-dix, quatre-vingts et quatre-vingt-dix où l’on progresse de vingt en vingt. Cet usage n’a pas sa source dans le système latin, même s’il utilise des mots d’origine latine.

L’extension en France du système à base vingt

Selon l’historien allemand Karl Menninger [6], l’origine de cet usage serait à rechercher dans les langues celtiques où il est présent  (on en trouve une trace en anglais avec le mot score qui peut désigner une vingtaine). Cependant, le gaulois n’en a pas laissé de traces et aucune mention ne s’en trouve en ancien français avant le 11e siècle où il apparait dans le nord de la France. Il s’étend ensuite et on en trouve de nombreuses attestations comme l’hôpital des Qinze-Vingts fondé par Saint-Louis ou dans la littérature, où le terme de six-vingts se trouve dans Le Bourgeois Gentilhomme (Acte 3, scène 4).

Il semble que ce soit les conquérants Normands de langue celtique  qui aient introduit le système à base vingt dans la numérotation française. Les Normands étaient non seulement des envahisseurs mais aussi des marchands et leur usage linguistique s’est introduit par le biais des comptes. Selon Menninger, le système à base vingt est si profondément enraciné dans les conceptions primitives de l’homme qu’aussitôt qu’un point de départ lui est donné, il prend racine. Vingt est en effet la somme des dix doigts de mains et de pieds.

Quoi qu’on pense de cette explication « primitiviste », force est de constater que le système à base vingt (de 60 à 100) s’impose dans le deuxième millénaire en France. Le grammairien Vaugelas (1585-1650) un des premiers académiciens, est très explicite sur ce point dans ses Remarques sur la langue française de 1647 à l’article « Septante, octante, nonante » :

« Septante, n’est français qu’en un certain lieu où il est consacré, qui est quand on dit la traduction des septante, ou les septante interprètes, ou simplement les septante, qui n’est qu’une même chose. Hors de là, il faut toujours dire soixante-dix, tout de même que l’on dit quatre-vingts, et non pas octante, et quatre-vingt-dix, et non pas nonante. »

On trouvera des remarques analogues chez le grammairien Gilles Ménage dans ses Observations sur la langue française de 1675 [7]. L’Académie française suit cette option et par exemple dans la huitième édition de 1935 les rubriques  soixante et quatre-vingt donnent en premier l’usage actuel et signalent ensuite l’usage local de septante et nonante :

« On disait autrefois et on dit encore en certains pays et en certaines provinces : Septante, septante et un, septante-deux. »
« On dit encore en quelques régions de la France et en certains pays de langue française : Octante. »
« On dit encore en quelques régions de la France et en certains pays de langue française : Nonante, nonante et un, nonante-deux, etc. »

On comprend bien que la scolarisation qui se généralise au 19e siècle et qui lutte contre les patois ait pu éliminer les formes anciennes de septante et nonante mais il reste à comprendre pourquoi elles ont résisté plus longtemps dans l’est de la France.  Une hypothèse est que ces régions ont été tardivement incorporées au royaume de France (Franche-Comté 1678, Lorraine 1766) ou sont, pour les régions du Sud-est de la France, d’aires de langue d’oc ou de francoprovençal, plus résistantes au français de l’administration française.

Cas analogues

Autre exemple analogue à septante/nonante : dans son Atlas du français de nos régions [8], Mathieu Avanzi donne plusieurs exemples de termes qui, comme septante et nonante, ne se trouvent plus qu’en Belgique et en Suisse comme le « porreau ». Selon le Dictionnaire Suisse Romand ce terme survit cependant à l’oral en Lorraine, en Franche-Comté, en Suisse romande, dans l’Ain, le Rhône, la Loire, l’Isère, le Velay et l’Ardèche .

L’influence parisienne se vérifie aussi pour le « diner », invention datant du début du 19e siècle pour désigner le repas du soir alors que le sens traditionnel désigne celui du midi. L’ancien sens a été éliminé en France et ne subsiste qu’en périphérie. On a une situation analogue avec le terme « cru » qui signifie humide ou froid dans le même secteur est de la francophonie : de la Picardie à la Savoie [9].

Spécificités du suisse romand

À la lettre B du Dictionnaire Suisse Romand examinons des mots qui sont spécifiques de la Suisse romande mais qui sont  de création récente :

Bâcher : cesser son activité.
Baffer : gifler.
Bancomat : distributeur automatique de billets.
Bleu : permis de conduire (de la couleur du permis suisse).
Bouclement : clôture des comptes, d’un budget.
Branche : matière, discipline (à l’école, à l’université).

Mais sont utilisés aussi des mots et des usages qui viennent de l’aire francoprovençale (cf. carte) dans laquelle la Suisse romande est incluse : tous ces mots se trouvent également dans le Dictionnaire du français régional de Savoie [10].

Baboler : balbutier, bafouiller.
Barjaquer : parler à tort et à travers, sans réfléchir.
Bouille : récipient cylindrique servant au transport du lait.
Bruchon : petite brindille.

Le francoprovençal, comme les parlers de langue d’oil et de langue d’oc, sont des langues romanes, donc issues d’un latin modifié au moment de l’implantation des royaumes barbares dont les élites qui parlaient une autre langue ont appris le latin pour les besoins de leurs contacts avec les élites gallo-romaines.  On voit sur cette carte que l’aire francoprovençale se situe au cœur de la domination du royaume burgonde du 5e siècle.

Pour agrandir, cliquer sur la carte

***

Le latin de la Curia Confoederationis Helveticae nous a conduit aux spécificités linguistiques de la Suisse et de là aux spécificités du suisse romand par rapport au français standard. Cela nous a permis d’éclairer le cas de septante/nonante dont on a vu qu’ils étaient directement issus du latin. Le système à base vingt de soixante-dix et quatre-vingts dix est une forme plus récente (peut-être issue d’une langue celtique) qui a progressivement été éliminée par l’expansion du français standard soutenu par l’Académie française au sommet et par l’école à la base. Partis d’un latin datant de 1902, nous sommes remontés jusqu’au latin du 5e siècle : raconter l’histoire à l’envers n’est en général guère possible sauf pour les phénomènes linguistiques dont l’évolution laisse des traces interprétables.

Je ne vous dis pas « Adieu » comme en Suisse romande, car cette formule de congé ne s’adresse qu’à des gens que l’on tutoie, ce que je ne me permettrais pas.


Merci à Alice Cibois, chargée de recherches au Muséum d’histoire naturelle de Genève pour ses renseignements sur les pratiques linguistiques des scientifiques suisses.

  1. Marie-Jeanne Heger-Étienvre (dir), La Suisse de 1848. Réalités et représentations, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2005, p. 39 []
  2. cf. mon billet sur la question de l’anglais []
  3. cf. mon billet sur la question de l’accent suisse []
  4. cf. le Dictionnaire suisse romand, Genève, éditions Zoé, 2004 []
  5. Source : Jean Le Dû, Lectures de l’Atlas linguistique de la France, de Gilliéron et Edmont, Paris : Comité des travaux historiques et scientifiques, 2005, p. 69 []
  6. Karl Menninger, Number Words and Number Symbols. A Cultural History of Numbers, New York, Dover Publications, 1969, p. 64-68 []
  7. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7850q/f518.item []
  8. Mathieu Avanzi, Atlas du français de nos régions, Paris, Armand Colin, 2017 []
  9. pour ces différents termes voir le Dictionnaire Suisse Romand []
  10. Anita Gagny, Dictionnaire du français régional de Savoie, Paris, Ed. Bonneton, 1993 []

2 réflexions sur « Curia Confoederationis Helveticae »

  1. Très intéressant votre article. La langue française répandue dans tous les coins de la francophonie, a espace pour d’énormes variations. J’ai trouvé curieux le fait que dîner est une dénomination à l’ancienne pour le repas du midi. Voilà que c’est exactement ce sens qu’on donne au Québec à ce mot, et on utilise souper pour le repas du soir. Merci de ce magnifique article!

    1. En réponse à Julio Torres

      Merci de votre commentaire : je pense que c’est assez logique que diner et souper au Québec correspondent à l’ancienne pratique car le départ vers le nouveau monde s’est fait avant l’apparition du nouvel usage.
      Je ne connais pas l’histoire linguistique du Québec : ce serait intéressant d’étudier la question. Peut-être avez-vous des lectures à me conseiller ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.