Rapport Charvet-Bauduin (1/2) : quel enseignement des LCA ?

La renaissance des Langues et cultures de l’Antiquité : tel est l’objectif du rapport demandé par Jean-Michel Blanquer et remis récemment par Pascal Charvet, ancien inspecteur général, linguiste et helléniste, et par David Bauduin, inspecteur d’Académie (Rapport sur la valorisation des LCA disponible en ligne). Les titres des auteurs sont importants : l’un est un spécialiste réputé du domaine, les deux sont du sérail. Ceci veut dire que même si toutes leurs préconisations ne sont pas suivies d’effet, l’esprit de ce rapport doit inspirer les enseignants de LCA, les motiver et conduire à un renouveau.

Je ne peux que recommander la lecture des 177 pages du rapport mais je vais insister dans ce premier billet sur le point 6 qui concerne le contenu de l’enseignement.

Quel enseignement des LCA ?

Il n’y a pas à réviser les programmes. L’enseignement doit être progressif ou plus exactement comme on dit ailleurs [1] en employant une belle image, spiralaire : il faut repasser plusieurs fois sur des notions déjà vues mais en approfondissant à chaque fois.

A propos des enseignants, le rapport dit que « les temps difficiles qu’ont traversés les langues et cultures de l’Antiquité, marqués par un sentiment d’abandon institutionnel, ont paradoxalement eu le mérite de souder les enseignants et de les amener à prendre en main leur autonomie didactique. » (p. 99) Les enseignants de LCA sont donc en état « d’autonomie didactique » : quel beau compliment, car les temps furent durs mais le soutien des associations de la profession a été fondamental (et reconnu par le rapport) et la liberté a été à ce prix. Mais il faut maintenant réfléchir sur les finalités : quel est le but des LCA ? Ce sont ces principes généraux qui donnent un sens à l’enseignement que les auteurs veulent présenter.

Le passage de la terminologie de « langues anciennes » à « langues et cultures de l’Antiquité » qui date de 2007 a marqué un changement de perspectives : le but maintenant est de permettre aux élèves de découvrir, par un enseignement adapté à chaque âge, le lien fort qui unit notre temps, notre langue, notre culture au passé antique dans ses aspects littéraires, artistiques, scientifiques.

Le but n’est pas seulement de donner des connaissances mais de développer des postures, des attitudes, des savoir-faire, qui rendent l’élève apte à comprendre des situations historiques mais qui le rendent également apte à traduire des perceptions d’un monde dans l’autre.

L’objectif final de l’enseignement ne doit plus être la version dont l’objectif est « de manifester, de manière démonstrative, que la structure grammaticale du texte original a été perçue, en calquant mécaniquement ses allures, dans un français de composition » (p. 106).  L’objectif doit être la traduction au sens fort du terme, c’est-à-dire la confrontation de deux univers différents dont il faut rapatrier non seulement les contenus linguistiques mais les environnements culturels de l’un dans l’autre en assumant des choix d’interprétation.

J’essaye d’imaginer ce que concrètement cela peut signifier par exemple au collège où il faut à la fois maintenir le contact avec la langue et en même temps initier à des dossiers archéologiques, confronter à des problèmes historiques, juridiques, littéraires. Il faut abandonner l’ancienne pratique qui consistait à faire travailler les déclinaisons et à offrir en récompense une étude de civilisation. On peut donc imaginer pour des débutants un texte latin simple construit à cet effet dont la structure casuelle serait rendue visible par des couleurs et dont un sous-titrage serait présenté. Le thème évoqué par ce texte serait exploré ensuite par des recherches documentaires et conduirait ensuite à un travail final où le texte serait traduit mais aussi expliqué et confronté au présent.

Un texte étudié peut être construit à ce effet : le rapport critique l’usage dogmatique qui a été fait des textes authentiques en début d’apprentissage. On peut se servir au début de textes fabriqués et, pour aider à la compréhension d’auteurs, on peut envisager des aménagements et des appareillages de ces textes (p.107).

Comme le disent les auteurs, l’étude de la langue est indispensable car langue et culture sont en symbiose. L’objectif ne doit pas en être un « contrôle magistral mais une connaissance fonctionnelle ; non pas une maitrise de tous ses détails, mais une appréciation de ses ressources ; non pas l’apprentissage d’un lexique étendu mais la familiarité avec des concepts-clés et des options significatives du discours ; non pas la lecture autonome d’un texte latin ou grec, mais la compréhension subjective d’une langue et d’un système. » (p. 105)

La traduction n’est pas un exercice de vérification de la compréhension, ce doit être une activité en soi, sur un texte préalablement compris, afin (pour reprendre le langage des traducteurs), de produire un texte plus près de la cible (la langue et la culture d’aujourd’hui) que de la source (la langue et la culture antique) [2]

Enfin, les textes latins étudiés ne sont pas seulement ceux retenus quand on n’envisageait que la tradition littéraire. La latinité ne se réduit pas à quelques siècles précisément parce que les anciens eux-mêmes les jugeaient classiques. Comme le disent les auteurs : « Cicéron bien sûr, mais pourquoi pas Érasme ? L’épopée bien sûr, mais pourquoi pas les graffitis, les traités techniques, les recueils de lois ou les épitaphes ? » (p. 109). J’ajoute que des textes latins de l’époque moderne non traduits à ce jour peuvent faire l’objet d’une recherche coopérative de traduction comme dans le projet libros. On notera aussi que Grec et latin peuvent être enseignés ensemble.

Les auteurs ont des ambitions plus vastes encore qui relèvent de ce qu’ils appellent les « études classiques » qui étudient la culture antique et médiévale et qui seraient le catalyseur des perspectives des sciences humaines dans la formation : il s’agit d’aider l’élève à lui faire comprendre comment « des structures naturelles, sociales et psychologiques s’articulent pour former la complexité du réel » (p.100).  Il s’agit là de l’annonce d’un projet de module de culture générale humaniste concernant la future réforme du lycée (p. 122-124).

***

Je reviendrai dans un avenir proche sur les questions sociologiques et statistiques que comporte le rapport.

  1. en grammaire comme j’aurai l’occasion d’en parler bientôt []
  2. sur les comparaisons de traduction, cf mon billet Comparer les traductions (1) qui étudie en détail plusieurs traductions du début de la première Bucolique []

Une réflexion sur « Rapport Charvet-Bauduin (1/2) : quel enseignement des LCA ? »

  1. Beaucoup des idées émises ici reçoivent mon assentiment. J’aurais envie de dire : peu importe le « pédagogisme », du moment qu’on « fasse » du latin et qu’on en fasse beaucoup; qu’on rappelle son importance énorme, et que l’appétit revienne en mangeant.
    Mais je me permets d’insister sur le latin parlé. Mon expérience dans ce domaine me permet d’affirmer sans douter que c’est cela qui me donne (ainsi qu’aux élèves, bien sûr !) l’accès à des centaines de pages latines passionnantes, comme si elles étaient en anglais ou en italien. Tel est bien l’enjeu : le contact direct, et non une transpiration de deux mois sur un texte de 19 lignes, avec la certitude que l’étude suivante mettra autant de temps et causera autant de peine…
    Je ne peux que conseiller à tous ceux que cela intéresse de venir voir comment nous procédons en ce sens à Schola Nova.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.