L’enseignement du latin en Belgique

Pour comprendre la situation de l’enseignement du latin en Belgique, il faut avoir une idée du système éducatif dans son ensemble. Celui-ci est proche dans les deux communautés linguistiques flamande et francophone (fédération Wallonie-Bruxelles) [1]. L’enseignement secondaire en Flandre a un effectif de 440 000 élèves en 2016 (soit du même ordre que l’effectif de l’académie de Versailles : 500 000 élèves en 2016) ; pour la fédération Wallonie-Bruxelles l’effectif est de 355 000 élèves en 2015 (académie de Lille 368 000). Sur l’ensemble de la Belgique l’enseignement secondaire en flamand concerne donc 55,3% des élèves et l’enseignement en français 44,7%.

Comme en France, la Belgique connait l’opposition entre l’enseignement public et l’enseignement privé (majoritairement catholique) mais les proportions sont inversées : en France le secondaire public représente 78,2% des élèves, en Flandre l’enseignement privé catholique regroupe 72,8% des effectifs du secondaire et 60,8% pour la fédération Wallonie-Bruxelles. Les autres réseaux d’éducation sont en Flandres l’enseignement de la communauté flamande 19,5%, l’enseignement des provinces et des communes 7,6%, enseignement libre «autres » 0,1% ; pour la fédération Wallonie-Bruxelles, les autres réseaux sont : l’enseignement de la communauté francophone 23,5% et l’enseignement des provinces et des communes 15,7%. On constate donc tant en Flandre qu’en Wallonie (et Bruxelles) la prépondérance de l’enseignement catholique qui en moyenne regroupe les deux tiers des élèves.

Tous ces enseignements sont subventionnés mais il existe des établissements qui ne le sont pas et qui sont en très faible proportion (comme le hors-contrant en France) [2].

L’enseignement est obligatoire de 6 à 16 ans à temps complet et éventuellement à temps partiel jusqu’à 18 ans. L’enseignement primaire dure 6 années, de 6 à 12 ans. On notera qu’en France si l’enseignement primaire dure 5 ans, le secondaire se fait en 7 ans : en Belgique le secondaire ne dure que 6 ans ce qui fait que la durée totale est la même.

L’enseignement secondaire comporte 6 niveaux divisés en 3 degrés de 2 ans. Le premier degré (de 12 à 14 ans) est conçu comme une période d’orientation à l’intérieur duquel apparait déjà une différenciation entre élèves, opposition notée en Wallonie « forme commune » 92% contre « forme différenciée » 8% et en Flandre « A » 85% et « B » 15%. Signalons dès à présent que c’est à ce niveau que se posent actuellement en Wallonie le problème de la présence ou non de l’enseignement du latin. Cette situation a été créée en 1970 avec une réforme analogue à celle de la France qui avait renoncé aux filières classiques et modernes qui existaient également en Belgique (avec pour les latinistes de 6 à 9 heures de latin). Cette réforme dite de l’enseignement « Rénové » a fait que le latin était proposé à tous à titre de discipline d’essai, l’option en tant que telle ne s’ouvrant qu’après ce premier degré de deux ans.

Il a donc fallu repenser l’enseignement du latin et en réduire les ambitions avec la diminution de l’horaire et donc abandonner le thème latin. Les cours sont élaborés autour de séquences qui intègrent une dimension culturelle de civilisation.

Une réforme des années 1990 a fait du latin une matière enseignée au choix de l’établissement de 0 à 4 heures par semaine (où plutôt en Belgique de 0 à 4 « périodes » de 50 mn actuellement).

Avant de décrire la situation actuelle de l’enseignement du latin, présentons les 2e et 3e degré de l’enseignement secondaire où la différenciation entre les filières va en s’accentuant.

Au deuxième degré du secondaire (14 à 16 ans), il existe une filière d’enseignement général (51% en Wallonie, 47% en Flandre) ; une filière « Technique et Art » majoritairement technique (29% en Wallonie, 31% en Flandre) ; une filière « professionnelle » (20% en Wallonie, 22% en Flandre).

Au troisième degré du secondaire (16 à 18 ans), l’élimination de la filière générale se poursuit (40% en Wallonie, 36% en Flandre, avec une croissance des filières « Technique et art » (35% en Wallonie, 35% en Flandre) et « professionnelle » (25% en Wallonie, 29% en Flandre)

Il n’y a pas d’examen de fin d’études secondaires et le système universitaire est régi selon le système européen L-M-D (avec cette différence que le niveau licence est nommé « Bachelier »).

En résumé, le système belge est peu différencié selon les régions linguistiques : d’une manière assez semblable à ce qui s’est fait en France, l’enseignement secondaire s’est unifié mais c’est par le jeu des filières que se fait la sélection. La grande différence est le poids réciproque de l’enseignement public et de l’enseignement confessionnel mais, comme en France, les lignes générales sont les mêmes pour tous les enseignements subventionnés avec peut-être plus de liberté qu’en France donnée aux différents réseaux d’enseignement (« communauté linguistique », enseignement catholique, enseignement des régions et des communes).

L’enseignement du latin

Flandre

Premier degré (12-14 ans).

En première année, on ne connait pas le nombre d’élèves qui auraient suivis le latin à titre de discipline d’essai. Mais dès la 2e année on peut donner les chiffres suivants (année scolaire 2016-2017) : option latin : 9 258 ; option latin- grec : 2 068 soit au total 11 326 pour un total d’élève pour ce premier degré de 54 946 soit 21% des élèves dans la section A où cette option est possible, chiffre comparable à la situation française en 5e.

Deuxième degré (14-16 ans)

Latin : 12 790 ; latin-grec : 1 724 ; soit au total 14 514 élèves sur 62 780 de la filière générale soit une proportion de 23%

Troisième degré (16-18 ans)

Toutes options comportant du latin : 8 825 soit 17% de la filière générale

Si le point de départ à 13 ans est en pourcentage analogue à la situation française, on note le meilleur maintien de l’option au fil de la scolarité car en France l’option latin de Terminale S n’a conservé que 7,6% des élèves, en L 6,0% et en ES 3,4% (2016-2017).

Wallonie (et Bruxelles)

Au premier degré de l’enseignement secondaire (12-14 ans), du point de vue statistique, la question n’est pas claire et on ne connait pas le nombre d’élèves qui auraient suivi le latin à titre de discipline d’essai. Tout ce que l’on peut dire c’est que le nombre d’heures dévolues au latin peut aller de 0 à 4 périodes.

Au deuxième degré (14-16 ans), les élèves peuvent prendre une option latin de 4 périodes et ils sont 12 669 sur 62 911 de la section générale à le faire soit 20%.

Au troisième degré (16-18 ans) la situation est identique en nombre d’heures et ils sont 5 542 sur 44 496 soit 12%.

En conclusion et malgré quelques différences, la situation des deux régions linguistiques est assez proche et se traduit par rapport à la France à un meilleur maintien de l’option avec une différence d’heures significatives (4 périodes pendant 4 ans après une initiation possible de 0 à 4 périodes dans les deux premières années du secondaire). Rappelons qu’en France dans les années 1950 le nombre d’heures était à peu près équivalent puisqu’en section classique on faisait 5 heures de latin en 6e et que l’enseignement se continuait jusqu’à la première (où l’on en faisait 3 heures). On comprend que le programme en Belgique puisse encore être ambitieux.

La visée finale des programmes

Les « Compétences terminales » visées  sont de haut niveau  [3] : elles sont rédigées précisément en termes de « compétences » parce qu’en Belgique comme dans de nombreux pays, c’est en ces termes que sont définis les objectifs (dont un « socle de compétences »). Les savoirs linguistiques à obtenir sont les suivants :

– la flexion nominale et verbale, à l’exception des particularités ;
– la valeur fondamentale des cas, ainsi que l’expression du lieu et du temps, limitée aux tournures régulières ;
– les constituants de base de la phrase complexe :
– les subordonnants polyvalents : ut, cum, et quod suivis de l’indicatif et du subjonctif ;
– les formes nominales du verbe et leurs emplois : l’infinitif et la proposition infinitive, les participes et l’ablatif absolu, le gérondif et l’adjectif verbal ;
– l’emploi du pronom personnel de la 3e personne (se / eum) et du pronom relatif ;
– les emplois fondamentaux du subjonctif :
– le subjonctif à valeur modale ;
– le subjonctif de dépendance syntaxique ;
– le subjonctif de l’opposition pertinente avec certains subordonnants : ut, cum, quod, si, qui ;
– un vocabulaire de base sélectionné d’après la fréquence d’apparition des mots dans les textes en latin classique lus dans les classes, sans exclure les mots qui se recommandent par leur intérêt historique ou culturel.
N.B. La lecture des textes sensibilisera l’élève à l’originalité des moyens d’expression de la langue latine : ordre des mots, éléments de métrique et de stylistique.

Champs d’application

– lecture et traduction de textes choisis parmi les œuvres des auteurs suivants : Apulée, Catulle, César, Cicéron, Horace, Juvénal, Lucrèce, Martial, Ovide, Pétrone, Plaute, Pline le Jeune, Properce, saint Augustin, Salluste, Sénèque, Suétone, Tacite, Térence, Tibulle, Tite-Live, Virgile ;

– en fonction des textes abordés et dans une démarche interdisciplinaire,

– exploration de sujets tels que : les grands courants de la pensée romaine, les périodes de l’histoire romaine, les principales institutions, le cadre géographique du monde méditerranéen antique, la société romaine, les genres littéraires, l’art romain …
– confrontation avec d’autres productions (musique, peinture, théâtre, cinéma …).

– complémentairement, lecture d’autres textes des littératures latine, grecque et modernes, éclairant et élargissant l’examen des problèmes traités.

Savoirs linguistiques et champs d’application peuvent vraiment être mis en œuvre dans une option où on peut faire du latin pendant 4 heures ou presque par semaine pendant 6 années. On note cependant qu’un auteur est spécifique, c’est saint Augustin, de même dans les textes grecques où l’on retrouve les auteurs attendus, mais aussi les textes évangéliques : cette prégnance du monde catholique est spécifique et j’y reviendrai en conclusion.

Le problème de la réforme de l’enseignement du latin

Cette réforme concerne actuellement le premier degré (12-14 ans). Dans l’enseignement catholique, un programme d’initiation est prévu qui correspond bien aux objectifs fixés d’être une véritable initiation et non une première étape d’apprentissage [4]. Il n’en est pas de même pour le programme du premier degré de la communauté francophone [5] : il s’agit, rappelons-le, des deux premières années de l’enseignement secondaire où le latin est présenté non à titre d’option mais comme une discipline d’essai. Cependant, dans le programme indiqué,  cet enseignement est prévu pour se faire sur 4 périodes par semaine mais il est précisé que « ces pistes didactiques pourront facilement être adaptées par l’enseignant auquel serait attribué un nombre inférieur de périodes ».

En fin du document cité, des pistes didactiques sont présentées qui servent donc pour l’initiation, sur la vie quotidienne, l’école, les jeux publics à Rome, Spartacus. Ces pistes sont à examiner pour se rendre compte de ce qu’est l’enseignement du latin à ce premier stade d’apprentissage [6]. Beaucoup d’activités sont proposées aux élèves. Quelques mots sont proposés au départ avec seulement deux cas (nominatif et accusatif) de la première déclinaison, le vocabulaire s’enrichit rapidement et à la dernière séquence les trois premières déclinaisons et l’ablatif absolu ont été étudiés et des textes d’Eutrope, de Florus et du de viris sont proposés pour une vraie traduction.

Pour une année d’initiation, on voit que le programme est ambitieux alors que selon les programmes officiels, « l’initiation au latin est désormais une activité complémentaire qui s’inscrit dans le cadre d’un soutien au cours de français ».

On voit poindre ce qui semble bien être une contradiction entre la norme officielle et la pratique : ces cours sont pratiqués comme une véritable initiation qui pose les bases d’un apprentissage ultérieur et non comme une activité complémentaire au cours de français. C’est ce qui motive la tentative de réforme actuelle dite du « Pacte d’excellence » [7]. Il s’agit de créer (comme en France et en Italie) un tronc commun pour les trois premières années du secondaire et donc de repousser les filières à l’âge de 15 ans. Le latin aurait encore sa place mais serait réduit à une période de 45 mn en première année, deux en deuxième année et aucune en troisième.

Il semble que le débat porte actuellement sur la première année où cette séquence de latin serait proposée à tous et non plus en option. Retrouve-t-on la visée qui était celle de la réforme de Najat Vallaud-Belkacem en France il y a peu ? Les motivations sont les mêmes : c’est au nom de l’excellence pour tous qu’elle est faite, pour lutter contre la discrimination sociale effectuée au nom d’une pratique « distinctive », comme le latin en est l’exemple canonique (aux yeux de Bourdieu).

L’origine du présent billet se trouve là : les responsables de deux associations de professeurs de langues anciennes ont organisé à Liège le samedi 17 mars dernier leur assemblée générale et ont souhaité avoir ensuite des conférences portant sur des régions voisines. Christian Laes, de l’université d’Anvers, a exposé la situation en Flandre (et je me suis inspiré de son exposé pour les aspects statistiques de l’enseignement en Flandre), notre collègue Augustin d’Humières a présenté le travail bien connu qu’il fait avec ses élèves de grec à Maux, en milieu défavorisé : comment ceux-ci, motivés par l’enseignement reçu, reviennent soutenir les plus jeunes, participent à des forums d’orientation et à des activités théâtrales, ce qui manifeste bien qu’avec les langues anciennes on peut être bien loin de l’élitisme.

Pour mon compte j’ai présenté une conférence sur la question de la distinction, reprenant des thèmes souvent présentés dans ce carnet de recherche et j’ai développé ce que je pense être la question fondamentale liée à la distinction : sa prise de conscience est principalement le fait de personnes qui se sont sentis exclues des filières de l’excellence culturelle [8]. La solution n’est pas de supprimer l’enseignement du latin mais de faire en sorte qu’une initiation soit proposée à tous et que cet enseignement forme un tout et ne soit pas considéré comme la première étape d’une option ultérieure. C’est possible par exemple si on étudie comme corpus le seul latin du français.

Aux racines de la situation actuelle

Indépendamment de la réforme en cours, les lecteurs français peuvent être surpris de la place encore importante dont l’enseignement du latin jouit en Belgique comme nous l’ont montré les statistiques étudiées plus haut. Il faut réfléchir sur l’origine de cette différence qui à mon avis peut être expliquée en examinant l’histoire.

Au 16e siècle, à l’époque de Charles Quint, l’actuel territoire des Pays-Bas, de la Belgique et du Luxembourg formaient les Pays-Bas espagnols. La Réforme calviniste devient très active dans les provinces du Nord qui font sécession à la fin du siècle et forment les Provinces-Unies. Dans les provinces du sud (Pays-Bas autrichiens), la Contre-réforme catholique a été elle aussi très active dans toutes ces régions qui allaient devenir la Belgique en 1830. Dans les Pays-Bas autrichiens, la partie nord parlait des dialectes proches du néerlandais et la partie sud des dialectes wallons ou picards qui sont de langue romane. Dans les siècles suivants, il y eut unification progressive des dialectes autour du néerlandais au nord et du français au sud. Aujourd’hui de ce fait, l’opposition entre les Pays-Bas et la Belgique actuelle est plus de nature religieuse que linguistique.

L’opposition actuelle entre flamands et wallons (la « question communautaire ») a ses origines dans l’opposition linguistique et l’opposition sociale qui s’est greffée sur elle mais n’est pas de nature religieuse : la religion catholique est fortement présente tant en Flandre qu’en Wallonie et fait partie de la mentalité commune.

Si comme en France l’appartenance au catholicisme est en forte baise du fait de la sécularisation des mœurs, il n’y a pas eu en Belgique d’équivalent d’une lutte entre l’Église catholique et la 3e République. Au 20e siècle on en retrouve encore l’écho dans les querelles de l’enseignement libre jusque sous le septennat de Mitterrand, ce que l’on appelait alors la question scolaire.

Ces évènements historiques ont un impact sur la perception du latin : en France, l’enseignement du latin est certes l’héritier de l’enseignement humaniste mais le latin a longtemps été aussi la langue utilisée par l’Eglise catholique. Au 19e siècle encore, les Républicains insistaient sur l’importance d’avoir un enseignement non confessionnel du latin pour lutter contre son utilisation par l’Église. Il en reste une résistance profonde à gauche vis-à-vis du latin, gauche qui par contre apprécie le grec, langue des créateurs de la démocratie. En Belgique, l’héritage latin chrétien ne pose pas de problèmes comme on l’a vu dans les textes soumis à l’étude où l’on trouve saint Augustin et les textes des évangiles.

Ceci explique probablement pourquoi le latin a pu se maintenir à un niveau beaucoup plus élevé en Belgique qu’en France où sa connotation religieuse sous-jacente et non-dite entraine des oppositions discrètes alors qu’en Belgique, le problème ne se pose pas.

Cependant, en France comme en Belgique, c’est au niveau social que l’enseignement du latin est critiqué dans la logique de la distinction mais, tant en France qu’en Belgique, le latin est perçu maintenant même au plus haut niveau politique comme faisant partie de la culture d’excellence et c’est son plus sûr atout.

***

Merci aux collègues belges rencontrés à Liège : Christian Laes, professeur à l’université d’Anvers ; Fabienne Paternotte, présidente de la Fédération royale des professeurs de grec et de latin et  Paul Pietquin qui enseigne la didactique des langues anciennes à l’université de Liège (et qui m’a par ailleurs introduit à la compréhension de la situation belge actuelle).

  1. source statistique pour la communauté flamande ; source statistique pour la communauté francophone []
  2. Comme la Schola Nova, une école ou l’enseignement du latin vivant est pratiqué []
  3. source Compétences terminales []
  4. Source initiation au latin []
  5. Source premier degré francophone []
  6. la première rencontre avec le latin se fera par l’écoute d’une chanson tirée du film Astérix et Cléopâtre []
  7. Source Pacte d’excellence []
  8. mon texte est disponible en ligne []

2 réflexions sur « L’enseignement du latin en Belgique »

  1. Cher Monsieur,

    Sauf erreur de ma part, Il me semble que vous vous basez uniquement sur le programme de La Communauté française (« officiel ») pour votre exposé et non sur celui du Segec (programme de l’enseignement catholique, majoritaire comme vous l’avez souligné pourtant…).Je vous invite à en prendre connaissance (enseignement.catholique.be) pour vous rendre compte que la réalité que vous décrivez comme ambitieuse est bien différente et correspond plutôt au deuxième degré… Le premier degré est bien un cours d’initiation destiné à soutenir le cours de français. J’ajouterai qu’actuellement, une période de cours compte toujours et obligatoirement 50 minutes. L’idée des 45 minutes est toujours à l’étude.

    1. Chère Madame,

      Effectivement le programme Initiation au latin, balises pour l’enseignement des langues anciennes au 1er degré est beaucoup moins ambitieux que celui de la Communauté française : c’est véritablement une initiation qui utilise des supports extérieurs (TIC, Musées, Film), qui indique un répertoire de mots limités de 143 occurrences et qui ne parle pas de déclinaisons ni de conjugaisons à mémoriser. Il utilise cependant la notion de compréhension sans traduction qui risque d’encourager une pratique où l’on devine le sens plus qu’on ne le construit.

      Le problème est de savoir quelles sont les pratiques. Le programme d’initiation est-il correctement suivi dans l’enseignement catholique ? Inversement, dans l’enseignement de la communauté francophone, le programme ambitieux est-il transformé en une véritable initiation ? Ce sont des enquêtes de terrain qui seraient à faire.

      En tout état de cause, je vous remercie beaucoup de vos remarques : j’ai modifié mon texte en conséquence (ainsi que pour les « périodes »).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *