Ambroise créateur du chant engagé

Nous sommes à Milan capitale de l’Empire d’Occident au 4e siècle. Rappelons quelques faits à propos de l’évêque connu depuis sous le nom de saint Ambroise [1]. Il est né en 340 : quelques années plus tard en 313, Constantin met fin aux persécutions des chrétiens et Théodose en 380 fait du christianisme la religion d’état. Pendant sa vie, Ambroise (mort en 397) sera confronté à des empereurs de convictions religieuses différentes : outre Julien l’Apostat il connut des empereurs catholiques ou ariens [2].

Ambroise est né à Trêves où son père était Préfet du prétoire des Gaules donc un personnage très important, il fait ses études à Rome où il accomplit le cycle traditionnel, grammaire avec les grands auteurs dont Cicéron, rhétorique et droit. Sa formation manifeste son appartenance à l’élite sociale qui lui donne une sureté de lui qu’il utilisera avec habileté tout au long de sa vie. Ambroise commence une carrière administrative vers 25 ans et après divers postes est nommé à Milan à 30 ans comme Gouverneur. Trois ans plus tard (en 373) l’évêque meurt et les évêques de la province se réunissent dans la basilique métropolitaine pour tenter de lui trouver un successeur. Les débats sont incertains et la foule envahit la basilique avec l’intention de peser sur les délibérations : Ambroise intervient comme gouverneur et parvient à rétablir l’ordre par la seule vertu de son éloquence, sans devoir utiliser la force publique. A travers son attitude, la foule comprend qu’elle a en face de lui l’homme efficace qui sera prendre en charge la situation difficile où la lutte entre catholiques et ariens fait rage : la foule proclame « Ambroise évêque ! ». Ce n’est pas une élection mais un coup de force populaire que refuse Ambroise. Cependant les évêques confirment le choix populaire et Ambroise finit par accepter alors que certes issu d’une famille chrétienne, il n’est pas encore baptisé. Il l’est rapidement puis sacré évêque.

Sans formation théologique antérieure, il s’appuie sur les écritures qu’il commente en s’inspirant de la philosophie néoplatonicienne qu’il avait étudié auparavant et des méthodes de l’exégèse allégorique de Philon d’Alexandrie (qui, en plus du sens littéral de la Bible, y voyait un sens spirituel). Pour arriver à cette synthèse entre foi et philosophie, Ambroise lit beaucoup et sa méthode de lecture silencieuse est remarquée par saint Augustin car Ambroise se démarque de la lecture à haute voix (ou murmurée) qui était la pratique habituelle :

cum legebat, oculi ducebantur per paginas
Quand il lisait, il parcourait les pages des yeux
et cor intellectum rimabatur,
et c’est son cœur qui interprétait
uox autem et lingua quiescebant.
sans parler, sans bouger la langue

Augustin continue « Souvent nous étions présents – l’entrée était libre et la coutume voulait qu’on n’annonce pas les visiteurs. Nous l’observions lire en silence, toujours pareil. Qui aurait osé s’en prendre à quelqu’un d’aussi concentré ? Après un long moment assis là, nous le quittions en supposant que dans ce peu de temps qu’il trouvait pour réparer ses forces intellectuelles, reposé de l’agitation des affaires d’autrui, il ne voulait pas être davantage diverti » [3].

Les nombreuses lectures d’Ambroise rendent ses prédications efficaces puisqu’elles réussissent à convaincre Augustin de se faire baptiser. C’est Ambroise qui le baptise dans la nuit de Pâques 387 (Augustin a 33 ans, Ambroise en a 40). C’est peu avant cette époque que se situe « le conflit des basiliques ».

Le conflit des basiliques

En 386, l’impératrice Justine, arienne, veut qu’une des basiliques de Milan soir rétrocédée à un évêque arien ce qu’Ambroise refuse car on ne peut tolérer que l’on enseigne que Jésus n’est pas Dieu. Pendant la semaine sainte de 386, la basilique où se trouvent Ambroise et son peuple est assiégée par la troupe : Ambroise célèbre les offices mais pour lutter contre le découragement et l’ennui de ses fidèles, il invente ce que Patrick Boucheron appelle un chant de vigilance ou de résistance [4] sous la forme d’hymnes qui resteront dans la liturgie catholique comme premiers textes non explicitement bibliques.

Ce qui caractérise ces hymnes c’est leur composition formelle extrêmement simple ce qui permettra à la foule des fidèles de les mémoriser facilement et de les chanter à pleine voix en deux chœurs qui se répondent dans la cathédrale., En même temps ces hymnes sont très riches du point de vue du langage théologique et sont donc appréciés par les élites. C’est cette réussite sociale de l’alliance d’une forme et d’un fond dans lesquels toutes les couches sociales se retrouvent que nous allons étudier de près.

Soit le début de l’hymne 4 d’ailleurs cité par Augustin lui-même dans ses Confessions (IX,32)

Deus creator omnium
Dieu créateur de tout
polique rector, vestiens
et guide du ciel, tu revêts
diem decoro lumine,
le jour d’une belle lumière
noctem soporis gratia
la nuit du charme du sommeil [5].

Il s’agit d’un hymne du soir au Dieu créateur de la nuit qui apporte le repos et chasse les frayeurs mais aussi au Dieu rédempteur qui aide à repousser les tentations. La strophe finale est une proclamation militante contre la théologie arienne :

Christum rogamus et Patrem
Nous prions le Christ et le Père
Christi Patrisque Spiritum
et l’Esprit du Christ et du Père.
Unum potens per omnia
Unique puissance sur toute chose
fove precantes, Trinitas
soutiens ceux qui te prient, Trinité.

Cette invocation trinitaire mise en relief par le dernier mot Trinitas, semble banale dans la liturgie chrétienne contemporaine mais est bien une prise de position contre les ariens qui introduisaient des inégalités entre les personnes divines.

Examinons maintenant la structure de l’hymne : chaque vers est composé de 8 syllabes qui respectent la scansion classique de l’iambe (une syllabe courte, une syllabe longue )

De us | cre a | tor om | ni um
po li | que rec | tor ves | ti ens
di em | de co | ro lu | mi ne,
no ctem | so po | ris gra | ti a

Cependant au premier vers de la 2e strophe on a :
_____Ar tus | so lu | tos ut | qui es
où le 3e pied est fait de deux syllabes courtes.

Fontaine note (cf. note 5, p. 82-92) les faits suivants :
– l’usage de l’iambe est classique : on le trouve chez Horace dans ses Epodes 14 et 15.
–  cette structure simple (une syllabe courte, une syllabe longue) se rapproche des rythmes équivalents de la chanson populaire.
– Ambroise soumet des hymnes à une très grande régularité : huit strophes. Chaque strophe comporte quatre vers. Chaque vers comporte (presque) toujours huit syllabes.
– l’accent du vers (en 2e syllabe) est utilisé pour créer un rythme régulier qui à la limite peut ignorer l’accent du mot lui-même basé sur les quantités syllabiques qui étaient ignorées dans le langage populaire. Ambroise fait ainsi la synthèse entre la métrique classique (des élites) et la chanson rythmée (du peuple) : c’est cette synthèse qui a fait le succès des hymnes et leur pérennité.
– la musique utilisée pour les hymnes pouvait être des musiques émanant de la tradition de l’Église d’Orient plus probablement que des mélodies de chansons populaires, pratique parfois utilisée en particulier par les ariens.

On imagine bien ces chants rythmés chantés à pleine voix et en alternance par les deux moitiés de l’assistance qui à la fois instruisaient le peuple par des mots simples, souvent tirés de l’écriture, et par des idées utiles pour sa vie de chrétien. L’effet de cohésion sociale de ce chant engagé impressionna l’impératrice qui renonça. Mais ce ne fut pas la seule incursion d’Ambroise dans la vie politique.

Le catholicisme se veut une religion populaire depuis les origines, les apôtres ayant été choisis dans le peuple et non dans les élites mais, comme dans le cas d’Ambroise, les cadres se trouvent rapidement être souvent issus des élites et il fallait tenir compte des deux points de vue. Au cours des siècles, la distinction entre cantiques (populaires) et chants liturgiques (grégoriens) s’est maintenu jusqu’à aujourd’hui où les cantiques se sont mis au gout du jour d’une musique rythmée proche des standards de la musique profane.

L’affaire de Thessalonique

Thessalonique est une ville importante de Macédoine : en aout 390, à la suite d’une émeute, le gouverneur de la province est tué par la foule révoltée. L’empereur Théodose réagit en convoquant le peuple dans le cirque, le fit cerner par la troupe et ordonna de massacrer tous les habitants qui s’y trouvaient. Il y eu 7000 victimes, hommes femmes et enfants. La nouvelle connue à Milan, Ambroise indique à Théodose que par un tel acte il s’est mis en dehors de la communion de l’Église et qu’il doit reconnaitre sa faute pour être réconcilié avec l’Église. Théodose cède et est réintégré dans l’Église au Noël suivant.

Notons bien que nous sommes à une époque où, après l’ère des persécutions, les relations entre l’Église et l’État sont en train de se mettre en place : l’exemple d’Ambroise qui tient tête à l’Empereur servira au Moyen Âge à Milan pour servir de ressource idéologique lors des luttes communales (Cf. aussi l’empereur Henri IV à Canossa en 1077), ce que nous verrons dans un prochain billet.

***

Les lecteurs habituels de ce carnet de recherche auront certainement remarqué que j’abordais assez régulièrement des thèmes concernant l’histoire du christianisme (comme dans le présent billet) où évidemment le latin ou le grec sont présents. Un tel intérêt (et j’espère une certaine compétence pour le faire dans un esprit non-confessionnel) ne sont pas le fruit du hasard mais d’une histoire personnelle : ceux que cela intéresserait trouveront dans la rubrique actualité la présentation d’un livre sur cette histoire intitulé Adieu à l’Église.

  1. ce portrait est une mosaïque du 5e siècle située dans le Basilique St Ambroise de Milan []
  2. Cf. Maurice Testard, Saint Ambroise de Milan, Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n°51, décembre 1992. pp. 367-394 []
  3. Confessions VI, 3, traduction de Frédéric Boyer, Les Aveux, POL, 2009 []
  4. Patrick Boucheron, cours au Collège de France du 25 janvier 2016 []
  5. Texte dans Jacques Fontaine (dir.) Ambroise de Milan. Hymnes, Cerf, 1992 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *