Traverser les Alpes avec Hannibal

Après les centaines d’auteurs qui ont tenté de découvrir par où était vraiment passé Hannibal pour traverser les Alpes, peut-on faire confiance à quelqu’un qui dans son livre, paru en 2009, nous propose sa solution [1] ? Mais l’auteur est un archéologue reconnu : on lui doit les fouilles menées en Isère sur le lac de Paladru   et il a utilisé ses connaissances sur les peuples rencontrés par Hannibal, comme les Allobroges, pour relire le récit de Polybe, privilégié parce qu’écrit au plus proche des évènements.

La solution proposée par l’auteur repose sur sa connaissance des pratiques des peuples gaulois de l’époque mais aussi sur un principe de réalité : on ne promène pas une armée de 38 000 fantassins, 8 000 cavaliers et 37 éléphants sur des sentiers de montagne. Hannibal a été conduit à utiliser des itinéraires biens connus avec des pistes suffisamment larges pour pouvoir faire marcher de front les hommes et les cavaliers de sa troupe.

Trois itinéraires connus dans l’antiquité nous sont présentés par la Table de Peutinger réalisée plusieurs siècles ensuite mais qui est un bon témoin de l’état des savoirs antiques [2].

Rappelons que la Table de Peutinger présente les itinéraires d’une manière non cartographique mais superpose au mieux les itinéraires pour réduire la hauteur de la table.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Pour mieux repérer les itinéraires, un site permet de les reporter sur une carte actuelle :

Les romains occupaient la côte et attendaient les carthaginois avec leurs alliés Taurins dans la région éponyme de Turin. Hannibal choisit donc une voie plus au nord qui est détaillée dans la Table de Peutinger :

Les transcriptions et équivalents actuels sont donnés
par Aimé Bocquet p.94-95
(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

En termes de cartographie contemporaine, l’itinéraire est le suivant :

Le franchissement des Préalpes se fait par les Échelles où Hannibal est mis en mauvaise posture dans le défilé par les Allobroges (Polybe livre III, chap. 50-51). Il prend leur place forte, Chambéry et rétablit la situation. Il progresse ensuite sans difficultés dans la Combe de Savoie jusqu’au site actuel d’Albertville (ad Puclicanos). Il prend ensuite la vallée de la Tarentaise : dans l’étape entre Moutiers (Darantasia) et Aime (Aximam) un nouveau défilé est le lieu d’une nouvelle attaque (Polybe III,53), cette fois par les Centrons.

Cette bataille cite un endroit aujourd’hui repérable : il s’agit d’un emplacement rocheux cité comme suit :

οὕτως ὥστ´ ἀναγκασθῆναι τὸν Ἀννίβαν
C’est pourquoi Hannibal fut contraint

μετὰ τῆς ἡμισείας δυνάμεως
avec la moitié de ses forces

νυκτερεῦσαι περί τι λευκόπετρον ὀχυρὸν
de passer la nuit  appuyé contre une roche à nu, dont la position était forte [3].

La traduction de leukopetron doit d’autant plus être discutée que ce mot ne se trouve, semble-t-il, que dans Polybe (ici et en X, 30, 5). L’étymologie doit donc être utilisée et le terme leukos en grec comme dans la racine indoeuropéenne leuk- [4] désigne ce qui est blanc, brillant, étincelant. Un rocher leukos est donc facilement repérable, sans beaucoup de végétation, blanc brillant. Et il l’est encore aujourd’hui, visible depuis le village de Centron :

La partie gauche du cliché étant une carrière en activité, il faut examiner la partie droite qui est d’origine : dénudée, blanchâtre, peut-être mieux mise en relief quand elle est éclairée par le soleil ou quand elle n’était pas noircie par la pollution et donc plus proche en apparence de la carrière actuelle.

Continuons la route antique et abordons la montée proprement dite du col du Petit-Saint-Bernard à partir de Bourg-Saint-Maurice situé à 850m jusqu’au col à 2 180m avec une pente moyenne de 8% (voir le profil des différentes étapes dans Aimé Bocquet p. 165).

La route ancienne est encore visible (et utilisable) comme après le village de Saint-Germain :

où ci-dessous, avant d’arriver au col, entre l’Hospice du Petit-Saint-Bernard et le col. Dans cette auge glaciaire, la route ne pose pas de problèmes, même pour faire passer des cavaliers ou des éléphants.

Voici maintenant le col lui-même, il est facilement repérable car la pente s’y infléchit pour redescendre vers l’Italie. La limite de partage des eaux est repérée aujourd’hui par la borne frontière franco-italienne mais un cercle de pierres de 70m de diamètre (appelé aujourd’hui cromlec’h) marque également l’emplacement. Il semblerait néolithique mais les recherches archéologiques n’ont pas permis d’en fixer l’époque. Était-il présent à l’époque de la 2e guerre punique ? On ne peut pas le dire, mais ce qui est sûr c’est que de tout temps l’emplacement précis du col a été repéré : il est vaste et permet à une troupe nombreuse de bivouaquer pendant deux jours (Polybe, III, 53, 9). Une mansio, un gite d’étape officiel y sera construit plus tard (on peut en voir les restes).

C’est ici que se situe le discours d’Hannibal qui a fait couler beaucoup d’encre, certains auteurs mettant en avant la rhétorique nécessaire d’un discours reconstitué, d’autres cherchant dans le discours des éléments d’identification des lieux.

Examinons le discours rapporté par Polybe 70 ans après les évènements qui a plus de chances de contenir des éléments d’origine que celui de Tite-Live composé deux siècles plus tard.

La neige s’amassait déjà sur les sommets car on approchait du coucher des Pléiades [voir ci-dessous l’annexe sur ce terme]. Constatant que la troupe était découragée à la fois à cause de ses souffrances passées et à cause de celles qui étaient encore attendues, Hannibal la rassembla et s’efforça de l’exhorter, en profitant de sa seule ressource pour cela, à savoir la vue claire et nette de l’Italie, laquelle est située au pied des montagnes susdites, de telle sorte que, si on contemple les deux, les Alpes paraissent être disposées comme une acropole pour l’ensemble de l’Italie.
C’est pourquoi, leur indiquant les plaines du Pô et leur rappelant, en bref, le dévouement des Gaulois qui les habitaient, leur désignant en même temps l’emplacement de Rome elle-même, il redonna quelque courage à ses hommes (54,1-3).

Voici l’ensemble du panorama vers le versant italien :

On repère une vallée, celle de la Doire de Verney qui prend sa source sous le Monte Ouille, qui est alimentée également par le lac Vernay et qui coule ensuite dans une vallée plus encaissée qui permet de rejoindre Aoste via Courmayeur. Du côté des sommets, on voit à gauche le Monte Ouille et plus loin le Mont-Blanc.

Reprenons cette partie de gauche plus en détail :

On voit le Mont-Blanc à droite mais le sommet du Monte Ouille à gauche ressemble vraiment à une construction humaine et, (c’est une hypothèse personnelle et non d’Aimé Bocquet), on peut se demander si cette apparence de fortin n’a pas conduit Hannibal à employer le terme de citadelle, d’acropole.

Pour ce qui est des plaines du Pô où habitent des gaulois opposés au romains, les Insubres chez qui il arrivera quelques jours plus tard (56,3), ces plaines sont aussi virtuelles que la direction de Rome qui n’est qu’un élément de rhétorique car elle n’est envisageable qu’en indiquant la direction de la vallée qui effectivement peut conduire à Rome. D’ailleurs comme le col est orienté Nord/Sud avec le versant italien au Nord, indiquer la vraie direction de Rome, qui se trouve au sud-ouest, reviendrait presque à indiquer une direction du côté d’où l’armée vient, ce qui ne serait pas très mobilisateur.

Source IGN Geoportail

Quant à la « vision claire et nette » de l’Italie, le terme employé ἐνάργεια fait plutôt référence à une clarté logique qu’à une description physique : nous sommes dans une rhétorique qui veut montrer que le fait que l’on redescende du côté italien permet d’anticiper le futur proche de la plaine du Pô, ce qui va arriver dans les chapitres suivants, et de Rome, ce qui n’arrivera pas.

***

On lira dans le livre d’Aimé Bocquet tout le reste : une description archéologique des Allobroges, le parcours complet d’Hannibal dans les Alpes et la critique des autres options suivies par divers auteurs dont un  passage par le col du Clapier. Je conclurai par le résumé de sa démarche :

J’aborderai l’énigme d’Hannibal dans les Alpes par une démarche pluridisciplinaire qui, à ma connaissance, n’a jamais été tentée – une troisième voie en quelque sorte entre des textes sujets à bien des interprétations et les érudits de la montagne : en regroupant le maximum de connaissances sur la géographie, la géologie, la toponymie, les climats et la végétation, en les associant intimement à l’archéologie afin de mieux lire les textes antiques (p. 81).

Le contrat a semble-t-il été rempli et ce billet n’aura été, en suivant Aimé Bocquet,  qu’une visite guidée sur le col en utilisant des clichés que j’ai pris sur place.

Annexe sur le coucher des Pléiades

Actuellement, sous les latitudes moyennes comme en Italie ou dans les Alpes, certaines étoiles sont visibles toute l’année (comme la Grande Ourse), d’autres ne sont visibles qu’en hiver (comme Orion avec ses trois rois Mages alignés) tandis que d’autres ne sont visibles qu’en été (comme les trois belles du ciel d’été : Deneb, Altaïr et Véga). À l’époque d’Hannibal, les Pléiades étaient visibles en été et invisibles en hiver  : comment situer le moment où elles disparaissent ? Qu’est-ce que le coucher des Pléiades ?

Si l’on regarde, comme les anciens qui n’étaient pas gênés par l’éclairage nocturne, la position des Pléiades pendant leur période de visibilité, on s’aperçoit que leur position dans le ciel se modifie de jour en jour. Pour les anciens, vers la fin de l’été, elles se trouvaient près de l’horizon du côté de l’est et de jour en jour elles disparaissaient dans le soleil levant.

Vers 300 avant J.-C. (car les dates évoluent dans le temps), cette période se situait fin octobre début novembre [5].

Inversement le lever consistait à voir apparaitre la constellation avant le lever du soleil et ce dans la deuxième quinzaine du mois de mai. Hésiode dans Les travaux et les jours dit (aux vers 383-384) qu’il faut commencer les moissons au lever des Pléiades et le labourage à leur coucher. Dans l’Antiquité le coucher des Pléiades est considéré comme le début de l’hiver.

  1. Aimé Bocquet, Hannibal chez les Allobroges, Montmélian, La Fontaine de Siloé, 2009 []
  2. Sur cette question cf. sur le présent carnet, le billet qui lui est consacrée []
  3. Traduction des Belles Lettres, Polybe, Histoires, Livre III, Les Belles Lettres, 2004 que j’utiliserai également dans la suite []
  4. R. Grandsaignes d’Hauterive, Dictionnaire des racines des langues européennes, Larousse, 1948 []
  5. James Evans, Histoire et pratique de l’astronomie ancienne, Les Belles Lettres, 2016, cite la date astronomique précise du 5 novembre p. 223 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.