L’affaire belge de l’accord du participe passé avec avoir

Cette tribune récente de Libération (2 septembre 2018), d’Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, deux anciens professeurs de français belges, n’est pas passée inaperçue car elle semble envisager une sécession belge en matière orthographique. Elle a rapidement entrainé deux prises de position dans Le Monde du 8 septembre, l’une demandant « L’abrogation d’une règle incompréhensible et dévastatrice » par Éliane Viennot, l’autre ayant pour titre « renoncer à maîtriser la langue, c’est renoncer à penser » par Romain Vignest. Le débat est ainsi clairement posé de manière habituelle : avant d’aborder le fond de la question, essayons de comprendre ce qui semble s’apparenter à une « affaire belge ».

L’affaire belge

En effet dans la tribune de Libération, il est dit que « la fédération Wallonie-Bruxelles, en accord avec ses instances linguistiques, envisage sérieusement d’instaurer l’invariabilité du participe passé avec l’auxiliaire avoir ». Une question se pose : est-ce un projet ou une décision prise ? Envisager sérieusement dans le texte, souhaiter modifier dans le titre : ce ne sont pas des décisions prises. D’ailleurs, si on fait une recherche avec l’expression « participe passé » sur le site de la fédération Wallonie-Bruxelles, on ne trouve rien ; si on teste « orthographe », on ne trouve que des renvois à la réforme de 1990.

Par contre (sic) si l’on examine le site indiqué par les auteurs à la fin de leur tribune sous la rubrique pour plus d’informations : www.participepasse.info on a accès à un site sans indications d’origine ni d’auteur mais intitulé « Nouvelles recommandations sur les accords du participe passé » avec à la fin écrit en gros « Recommandé par : » suit une liste de site dont le premier est : Le conseil de la langue française et de la politique linguistique de la fédération Wallonie Bruxelles

Si le texte que l’on y trouve est intitulé « pour une réforme de l’accord du participe passé », il s’agit (cela est dit à la fin) d’un texte de 2013 qui synthétise l’état des travaux d’un commission réforme du conseil de la langue française. Un des membres de la commission est Marc Wilmet qui a beaucoup travaillé sur cette question (cf. son ouvrage Le Participe passé autrement, Duculot, 1999) et qui semble jouer un rôle fondamental dans « l’affaire ».

Revenons en effet aux auteurs de la tribune de Libération : les deux auteurs belges Arnaud Hoedt et Jérôme Piron sont des prosélytes de la réforme de l’accord du participe passé avec avoir. Ils ont monté un spectacle, La convivialité où cette question est évoquée : si l’on veut s’en faire une idée, il faut regarder la bande-annonce du spectacle ou lire l’ouvrage qui en est tiré,  La faute de l’orthographe (textuel, 2017). Le spectacle a tourné depuis sa création à Avignon en 2017 sur une cinquantaine de scènes et il est programmé en ce mois d’octobre à Paris au théâtre Montfort (voir l’agenda de leur site).

Marc Wilmet est la première personne remerciée dans leur livre et il est l’inspirateur de leur action : par exemple dans la bande annonce du spectacle il est expliqué, à la suite d’une analyse de Marc Wilmet dans Le Participe passé autrement (p. 17), que le participe passé en moyen français était toujours accordé au complément mais que, quand il vient après, le copiste risque d’oublier de le faire si le complément est séparé du participe passé par une phrase assez longue.

Dans les autres instances qui recommandent les modifications proposées par le site du participe passé on trouve aussi le conseil international de la langue française qui renvoie à un texte également présenté par Marc Wilmet : il s’agit là de « propositions soumises aux autorités gouvernementales ». On retrouve ces propositions sur le lien proposé de l’association belge des professeurs de français.

D’un côté on a donc des propositions (ainsi que des soutiens de sommités en matière de réforme de l’orthographe) et de l’autre on a un site du participe passé qui présente la chose comme faite en proposant même un logo pour marquer les textes pratiquant les recommandations : il s’agit bien de recommandations des auteurs du site et non d’autorités gouvernementales (ou régionales comme en Belgique).

Cette technique du logo pour indiquer que c’est volontairement que des variations par rapport à l’orthographe habituelle ont été effectuées, avait déjà été utilisée pour les réformes de 1990.

En conclusion, on doit constater que nos auteurs belges, soutenus par Marc Wilmet, utilisent l’autorité très forte dont dispose celui-ci en Belgique et jouent sur l’ambigüité d’une situation où la fédération Wallonie Bruxelles est réputée partie prenante de la réforme sans l’avoir approuvée formellement mais sans avoir non plus apporté de démenti. L’opération a été bien menée : elle peut réussir.

Notons que ce ne sera pas la première fois qu’une ambigüité facilite une réforme : en 1988 une dépêche de l’agence France-Presse signalait que 90% des instituteurs souhaitait une simplification de l’orthographe, ce qui entraina un débat intense, puis les réformes de 1990. Or il s’agissait d’une erreur : ce n’était pas 90% des instituteurs en général qui étaient concernés mais seulement 90% des lecteurs qui avait répondu à un questionnaire de L’École libératrice, revue de la profession [1].

Si les péripéties de l’affaire sont assez claires, il faut maintenant examiner le fond du problème de l’accord du participe passé avec avoir, puis prendre position.

Historique de l’accord du participe passé avec avoir

L’histoire du participe passé est bien retracée par Marc Wilmet dans Le participe passé autrement (déjà cité) et dans une communication à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique du 10 janvier 2015 dont il est membre : je résume comme suit.

En latin, le participe passé sert au passif : il peut être utilisé avec avoir comme dans la phrase de Cicéron Inclusum in Curia senatum habuerunt (à Atticus, VI, 2), « ils ont tenu le sénat assiégé », où le participe passé inclusum s’accorde sur le complément d’objet direct senatum.

En latin parlé tardif, habere devient un auxiliaire mais l’accord avec le complément survit : habeo cultellum comparatum sera traduit en ancien français « j’ai un couteau acheté » puis en français moderne « j’ai acheté un couteau ».

L’usage est donc de toujours accorder, quelque soit la place du complément d’objet direct. C’est un usage qui se perd en moyen français quand le complément est placé après mais aussi avant. À la Renaissance les grammairiens et hommes de lettres discutent : le grammairien Jacques Dubois en 1531 veut que l’on écrive « nous avons aimés les hommes » avec aimés au pluriel, comme on accorde en latin. C’est ici qu’intervient Marot très souvent cité sur cette question.

Clément Marot (1496-1544) vit auprès de François 1er où il est apprécié comme poète de la cour. L’atmosphère intellectuelle est celle de la Renaissance qui se traduit par un désir de réforme dans beaucoup de domaines : celui de la langue (ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539), de la littérature, de l’imprimerie, de la religion. Marot participe à la réforme de l’imprimerie en travaillant avec l’imprimeur Geofroy Tory pour l’édition de son poème, l’Adolescence clémentine. François 1er participe également avec intérêt à toutes ces discussions jusqu’à l’Affaire des Placards (1534) où il se sent agressé et réagit vigoureusement contre la Réforme  [2]. Marot est suspecté et préfère s’exiler : il va à Ferrare où il apprend l’italien. Cette langue l’influence (car elle jouissait d’un grand prestige) : il écrit à Marguerite de Navarre, sœur de François 1er.

Pardonne-moi : c’est mon style qui change
Par trop ouïr parler langage étrange [étranger] [3]

L’italien l’imprègne donc et il y trouve une pratique régulière de l’accord du participe passé avec avoir : il donne l’exemple de l’expression Dio noi a fatti que l’on traduit aujourd’hui sans hésiter par « Dieu nous a faits » règle qui selon Ferdinand Brunot n’était pas acceptée par tous à l’époque et en particulier par le grammairien Maigret qui considérait cette pratique comme une incongruité pratiquée par les courtisanes élégantes. Ce dernier souhaitait que l’on écrive « nous nous sommes aimé » [4].

L’expression italienne Dio noi a fatti se trouve dans l’épigramme que Marot adresse « à ses disciples » c’est-à-dire ses amis et admirateurs car il était considéré « comme le premier des poètes de son temps » selon un de ses éditeurs [5].

Voici des extraits de ce texte célèbre (en graphie « aménagée ») [6]

Enfans, oyez une leçon.
Nostre langue a cette façon
Que le terme qui va devant
Volontiers régit le suivant.

Il faut dire en termes parfaits :
Dieu en ce monde nous a faits.
Faut dire en paroles parfaites :
Dieu en ce monde les a faites.
Et ne faut point dire en effet :
Dieu en ce monde les a fait
Ne nous a fait, pareillement,
Mais nous a faits, tout rondement.

L’Italien (dont la faconde
passe les vulgaires du monde)
Son langage a ainsi basti
En disant : Dio noi a fatti.

La « faconde » désigne l’élocution brillante et n’a pas encore de sens péjoratif ; les vulgaires sont évidemment les langues vulgaires. La langue italienne est la référence de la Renaissance et depuis Marot la règle de l’accord avec le complément placé avant s’impose.

L’italien aujourd’hui

Cette règle s’impose en français mais qu’en est-il en italien ? Examinons un célèbre ancien manuel d’italien à l’intention des lecteurs français du sieur de Veneroni (1642-1708) [7]. Il nous dit que « lorsque le participe est après le complément, on les fait accorder ensemble ».
Les livres que j’ai composés, i libri che ho composti.
La lettre que j’ai écrite, la lettera che ho scritta.
On peut dire aussi : i libri che ho composto ; la lettera che ho scritto. Mais il vaut mieux observer la règle ci-dessus.

La règle de cette grammaire parue en 1710 est bien celle relevée par Marot mais l’usage admet l’invariabilité. Qu’en est-il aujourd’hui ? Examinons une grammaire actuelle [8].

Qando è accompagnato dall’ausiliare avere, il participio passato rimane di solito invariato : Maria ha comprato due gonne. Tuttavia, se è preceduto dal complemento oggetto, il participio può concordare con questo in genere e numero : le due gonne che Maria ha comprate (ma è piu commune la forma invariata : ha comprato; la concordanza con il complemento oggetto è però obbligatoria nel caso che questo sia rappresentato dai pronomi lo, la, li, le : Maria ha visto due gonne e le ha comprate. Quand il est conjugué avec l’auxiliaire avoir, le participe passé reste habituellement invariable : Marie a acheté deux robes. Toutefois, s’il est précédé du complément d’objet, le participe peut s’accorder avec lui en genre et en nombre : les deux robes que Marie a achetées (mais la forme invariable est plus commune : a acheté) ; l’accord avec le complément d’objet est cependant obligatoire quand celui-ci est sous la forme des pronoms le, la, les : Maria a vu deux robes et les a achetées.

L’usage aujourd’hui est donc (sauf l’exception mentionnée) que la manière la plus commune de faire est de ne pas accorder, mais on peut le faire.

Étudions maintenant ce que dit l’autorité en la matière, L’Accademia della Crusca. Cette Académie est née cinquante ans avant l’Académie française et joue vis-à-vis de l’orthographe le même rôle que celle-ci en France. Elle fut fondée à Florence par des lettrés qui se donnaient pour but de codifier la langue. Sur son site on peut lire que le problème du participe passé est un des points les plus épineux de la syntaxe italienne. Pour le participe passé conjugué avec avoir, quand le complément d’objet est placé avant, l’hésitation se fait entre l’invariabilité du participe passé : la maison que j’ai acheté et son accord : la maison que j’ai achetée.

L’Académie souligne que la possibilité de choix existe depuis toujours sur ce point et que les restrictions que l’on trouve ici ou là dans des grammaires sont infondées. Elle appuie son avis sur plusieurs citations d’un auteur, Manzoni, dont le roman I Promessi Sposi (Les Fiancés) est étudié par tous les élèves italiens, et dans lequel on trouve des cas d’invariabilité ou d’accord.

Par ailleurs, l’Académie envisage un cas qui remet en cause en Italien le choix fait par Marot (mais contesté on l’a vu par le grammairien Jacques Dubois). Comme en latin, on peut encore aujourd’hui accorder en Italien le participe passé quand le complément d’objet est placé après, manière de faire complètement exclue en français.

– accordo del participio d’un verbo composto con l’ausiliare avere col complemento oggetto posposto (« ho scelto le migliori opere » – « ho scelte le migliori opere »: nettamente prevalente, e quindi anche preferibile, la prima soluzione) – accord du participe passé d’un verbe utilisant l’auxiliaire avoir avec un complément d’objet situé après (« J’ai choisi les meilleures œuvres » – « J’ai choisies les meilleures œuvres » : la première solution est nettement plus répandue et est donc préférable

Cette hésitation des scripteurs entre les deux formes est révélatrice de la dépendance forte de l’italien par rapport à la langue latine. Cette hésitation était présente en français comme on l’a vu, mais aussi en italien à l’époque de Marot. Comme le souligne l’Académie, la liberté de choix existe depuis toujours (da sempre) ce qui veut dire que Marot a tiré sa règle de l’usage de la cour de Ferrare qu’il a fréquenté [9], ce qui est un échantillon de locuteurs assez restreint et donc fautif pour pouvoir le généraliser.

Résumons : en Italie on hésite dans tous les cas (complément placé avant ou après le verbe avoir) les autorités disent qu’on a toute liberté d’accorder ou non. Qu’en est-il dans l’usage que l’on observe en français ?

L’usage en français

A l’âge classique, Grévisse [10] note l’usage de règles différentes qui conduisent à l’invariabilité du participe dans certains cas :

Toutes les misères / Que durant notre enfance ont enduré nos pères (Corneille, Cinna, I, 3). La veneration que j’ay toûjours eu pour les Ouvrages qui nous restent de l’Antiquité (Racine, Iphigénie, préface). La bonne chère que j’ai fait chez elle (Marivaux, Sincères, VII)

Pour l’époque contemporaine, Nina Catach citait le cas du Général de Gaulle qui aurait dit dans un de ses discours « La peine que j’ai pris » [11]. Par ailleurs la liste des auteurs réputés qui ne suivent pas la règle est longue. Grévisse [12] donne les exemples suivants :

Et quelle guerre as-tu fait à ton âge (Giono)
Ceux d’entre eux qu’ils ont cru les plus sages. (Gaxotte)
Quelles heures il avait vécu ! (Mauriac)
Une vie que tu aurais voulu belle (Maurois)
Les combats qu’elle a eu à soutenir (Proust)
Les images de cette sorte, on nous en a tant montré (Duhamel)
Ces sangs qui s’étaient cru adversaires (Malraux)

Dans sa communication, Wilmet cite beaucoup de cas trouvés
– chez des hommes politiques :

 « … les conclusions qu’ils m’ont remis le 9 avril… » (François Mitterrand), « …les démarches que nous avons aussitôt entrepris… » (Jacques Chirac), « C’est une décision que j’ai pris seul » (Nicolas Sarkozy),

– chez des chanteurs :

Jamais de la vie on ne l’oubliera, / La première fille qu’on a pris dans ses bras… » (Georges Brassens). « Ça c’est l’histoire / De Melody Nelson, / Qu’à part moi-même personne / N’a jamais pris dans ses bras… » (Serge Gainsbourg). « Les pauvres ont besoin de l’Église, / C’est un peu là qu’ils sont humains, / Brûler leur Dieu est la bêtise / Qu’ont déjà commis les Romains » (Michel Sardou).

– dans la presse :

 « Les ouvrages qu’il a écrit sont moins des références que des pistes » (Le Monde, 1er juin 2007, p. 9) ou « Et les boulevardiers se sont accaparés Feydeau » (Le Nouvel Observateur, n° 2409, 6 janvier 2011, p. 85).

Que conclure sinon qu’il ne s’agit plus d’orthographe mais de langue. Tantôt on fait l’accord, tantôt on ne le fait pas. A l’oral cela s’entend quand le participe passé se termine par une consonne (comme dans pris ou fait). On peut même faire l’hypothèse qu’il s’agit de variation stylistique : quand le général de Gaulle évoque la peine qu’il a pris. Il met l’accent sur sa décision : la peine que moi j’ai pris plus que sur la peine prise. Peu importe : la conclusion est que cette variabilité constatée chez des auteurs de renom, des hommes politiques éduqués, des chanteurs ayant le gout des mots, une presse de qualité, n’est pas due à des « fautes » mais à une pratique de la langue différente de la norme enseignée dans les grammaires.

Conclusion

La conclusion est que nous vivons une évolution de la langue parallèle à celle des italiens et ce depuis la Renaissance : Marot n’avait pas saisi la complexité de la situation italienne. Comme le dit l’Académie della Crusca : la possibilité de choix existe et les restrictions que l’on trouve ici ou là dans des grammaires sont infondées. Il faut donc demander que l’Académie française dise de même (voire même pétitionner à cette fin auprès d’elle ou à défaut auprès du Premier ministre pour qu’il se saisisse de la question, comme en 1990).

On comprendra donc que recommander l’invariabilité du participe passé avec avoir comme c’est le cas de nos auteurs belges est ne pas suivre la langue telle qu’elle se parle : il faut simplement donner la liberté à tous d’accorder ou non, comme en italien, da sempre.

  1. Jacques Leconte et Philippe Cibois, Que vive l’orthographe, Le Seuil, 1989, p. 69 []
  2. Susan Baddeley, L’orthographe française au temps de la Réforme, Genève, Droz, 1993 []
  3. Epitre XLVI à Marguerite de Navarre cité in Jean-Luc Déjean, Clément Marot, Fayard 1990, p.251 []
  4. Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française, Tome II Le XVIe siècle, 1967, p. 469 []
  5. Épigramme CIX in Clément Marot, Œuvres complètes, IV, les épigrammes, C.A. Mayer ed., Slatkine reprints, 1999 []
  6. Marc Wilmet communication déjà citée []
  7. Maitre italien, Avignon, Offray fils, 1800, p. 209 []
  8. Maurizio Dardano e Pietro Trifone, La Nuova Grammatica della lingua italiana, Milano, Zanichelli, 1997, p.326 []
  9. sic, j’anticipe la conclusion []
  10. Le bon usage, 16e ed.,Bruxelles, De Boeck, 2016, p. 1269 []
  11. communication orale []
  12. Le bon usage, édition de 1980, cité par J. Poitou []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.