Statistiques : rentrée 2017 et concours 2018

Les statistiques parues cette année [1] vont nous permettre d’abord de faire le point sur cet indicateur privilégié qu’est le pourcentage d’élèves en première année de latin (pour la rentrée 2017 puisque les statistiques sont publiées avec un délai d’un an). Je proposerai ensuite une réflexion sur l’évolution des concours, Capes et Agreg (mais aussi sur la Certification), toutes procédures qui conduisent à enseigner le latin.

 
Rentrée 2017

Examinons spécifiquement les trois dernières années [2] : l’année 2015 coïncide avec l’annonce de la réforme du collège par Najat Vallaud-Belkacem qui remet en cause les classes bilangues et l’enseignement du latin. Cette annonce a paradoxalement conduit à une augmentation du pourcentage d’élèves mais l’année suivante, 2016 manifestera les effets négatifs de la réforme. En juin 2017, le nouveau ministre Jean-Michel Blanquer, revient en arrière ce qui entraine un nouveau sursaut qui conduit au chiffre de 19,8% pour l’ensemble public et privé (dont on notera les évolutions parallèles).

Pour expliquer le sursaut paradoxal de 2015, il faut se remettre dans la situation de l’époque où la question du latin était largement mise en avant par les médias du fait des protestations vigoureuses des enseignants de latin. Le désir des enseignants de lutter contre la réforme, qui a trouvé un vaste écho, a fait que les campagnes de recrutement d’élèves ont eu un écho positif auprès des parents d’élèves. La rentrée de 2016 a vu les difficultés s’amonceler et la ferveur diminuer mais 2017 a été un sursaut lié aux nouvelles propositions faites par le ministre qui s’appuie sur le rapport Charvet. On peut voir ainsi que l’évolution à court terme dépend bien de la capacité des enseignants à se mobiliser (cette capacité ayant été mise à mal en 2016) : c’est à la fois réjouissant puisque on voit les effets immédiats d’une action, mais inquiétant. En effet, on constate que les langues anciennes restent une « option » et non une « discipline » au sens strict reconnue comme telle avec des horaires financés régulièrement, un statut commun. On peut suggérer au Ministre de prendre exemple sur l’Allemagne ; comme je le signalais dans un précédent billet, le système allemand ne considère pas le latin comme une option facultative mais comme une matière obligatoire, prise optionnellement parmi diverses matières. C’est à présent le cas pour une seconde langue en France en 5e. Il suffirait de changer l’intitulé, « seconde langue vivante » en simplement « seconde langue vivante ou ancienne» et d’y inscrire le latin.

Concours 2018


J’ai repris ici en le complétant un graphique déjà étudié pour les années antérieures [3]. Je rappelle d’autre part que les postes offerts aux concours sont le reflet de l’évolution démographique : les départs à la retraite sont plus ou moins nombreux en fonction de l’importance numérique de la classe d’âge considérée [4].

Rappelons les faits pour le Capes : depuis 2011, le nombre d’admis est inférieur au nombre de postes offerts, de 100 à 150 postes selon les années (115 en 2018). Des postes d’enseignants de latin ne sont donc pas pourvus par des titulaires : ils peuvent ne pas être pourvus du tout où l’être par des personnes n’ayant pas le Capes de lettres classiques. Ce sont ces personnes dont nous allons maintenant examiner la situation à partir d’une circulaire parue au BO du 25 janvier 2018.

Circulaire sur la mise en œuvre de l’enseignement facultatif de langues et cultures de l’Antiquité.

En voici le texte :

« Conformément aux textes en vigueur, le chef d’établissement confie les heures d’enseignement de LCA aux enseignants de lettres classiques qui ont tous reçu la formation nécessaire pour dispenser l’enseignement du français, du latin et du grec. Si l’établissement ne dispose pas d’enseignant de lettres classiques, ces heures peuvent être confiées à un enseignant de lettres modernes, dans la mesure où il a suivi une formation dûment validée dans la/les langue(s) ancienne(s) qu’il doit enseigner et où cette prise en charge a reçu l’accord de l’inspecteur d’académie-inspecteur pédagogique régional de lettres en charge de l’enseignement de LCA ».

« Une certification complémentaire en LCA sera proposée en 2018-2019 aux professeurs de lettres modernes, d’histoire-géographie, de langues vivantes et de philosophie intéressés par la prise en charge de cet enseignement. À l’avenir, seuls les professeurs d’une autre discipline que les lettres classiques ayant été admis à cette certification complémentaire pourront assurer les enseignements de latin et/ou de grec ».

Le premier paragraphe envisage le cas des enseignants de lettres modernes ayant reçu « une formation dûment validée ». Sont principalement dans ce cas les titulaires du Capes de lettres modernes ayant choisi l’option « Latin pour Lettres Modernes » et qui ont été 127 cette année (108 en 2017, 104 en 2016). Ces effectifs sont portés sur le graphique avec la mention « Latin LM » et il faut bien voir que leur importance numérique est supérieure aux admis au Capes de lettres classiques (87 cette année). Pour voir s’ils peuvent valablement être des enseignants de latin, nous allons examiner les sujets proposés et les attentes du jury à leur égard [5].

Le jury déclare :

« Le jury a parfaitement conscience de ne pas s’adresser à des spécialistes de la littérature antique comme doivent l’être les futurs professeurs de Lettres Classiques. Néanmoins, il serait souhaitable que toute personne aspirant à devenir professeur de Lettres, en particulier lorsqu’elle s’inscrit à une épreuve de Latin, ait une connaissance suffisante de la littérature latine. (…) Lors de cette épreuve, le jury souhaite voir apparaître les qualités d’un futur professeur capable d’organiser une situation d’enseignement » . (p. 255-256)

Et pour vérifier cette compétence, voici quelques exemples de sujets proposés à l’oral :

Dans le cadre d’une séquence de latin en classe de cinquième, dont vous préciserez les enjeux, portant sur l’objet d’étude « Vie privée et vie publique – La vie quotidienne », vous analyserez et confronterez l’évocation des bruits de la Ville proposée par Sénèque et celle des bruits de Paris proposée par la gravure.

Dans le cadre d’une séquence de latin en classe de quatrième, dont vous préciserez les enjeux, portant sur l’objet d’étude « La République : histoire et institutions / Les grandes figures politiques de la République », vous analyserez et confronterez la conception du rôle historique de Marc-Antoine que donnent à voir le texte de Suétone et la photographie tirée du film Jules César de Mankiewicz.

Dans le cadre d’une séquence de latin en classe de troisième, dont vous préciserez les enjeux, portant sur l’objet d’étude « Vie familiale, sociale et intellectuelle – Polythéisme et monothéisme », vous analyserez et confronterez la vision des chrétiens proposée par Minucius Felix et celle proposée par le graffite.

Dans le cadre d’une séquence de latin en classe de 1ère, dont vous préciserez les enjeux, portant sur l’objet d’étude « La rhétorique – l’orateur et la puissance de la parole / parole et liberté », vous analyserez et confronterez la figure de l’orateur face au pouvoir dans le texte de Cicéron et la peinture de Drolling.

Dans le cadre d’une séquence de latin en classe de terminale, dont vous préciserez les enjeux, portant sur l’objet d’étude « Interrogations politiques et juridiques – La notion de décadence : le mythe de l’âge d’or et l’idéalisation du passé », vous analyserez et confronterez le texte du Pseudo-Sénèque et le tableau de Picasso en vous interrogeant sur la notion de décadence.

Ce qui est frappant dans ces propositions c’est que tous les niveaux sont envisagés ce qui veut dire que ceux qui sont admis sont jugés aptes à enseigner le latin du collège à la terminale. Il y a donc là une réserve d’une centaine d’enseignants qui peuvent être sollicités.

Certification

Un point reste obscur dans le deuxième paragraphe de la circulaire où il est dit que la certification envisagée sera aussi proposée aux enseignants de lettres modernes : on voit mal en effet pourquoi ceux d’entre eux qui ont obtenu l’option « Latin pour Lettres modernes » (LLM) auraient besoin de cette certification au vu des épreuves auxquelles ils ont satisfait. Je fais l’hypothèse que les enseignants de lettres modernes visés par la certification sont ceux qui n’ont pas passé l’option LLM mais qui ont fait des langues anciennes dans le supérieur, comme leurs collègues d’autres disciplines pour qui la certification est prévue.

Le vademecum du Ministère décrit plus précisément non ce qui est « requis », mais ce qui est « recommandé » :

– être titulaires d’une licence et/ou d’un master de lettres classiques ;
– être titulaires d’un diplôme national (licence, master) comportant des enseignements de latin et/ou de grec validés par des examens et cités sur le relevé de notes du diplôme considéré ;
– être titulaires d’un diplôme universitaire (DU) de langue ancienne ou d’une certification universitaire en langue ancienne ;
– avoir suivi un cursus complet de langue latine ou grecque en licence et être titulaires de certifications universitaires validées par les suppléments au diplôme de licence – ou attestées par le Département de formation pour les cursus antérieurs à la mise en place des suppléments aux diplômes de licence ;
– avoir suivi et obtenu une mineure en trois ans de latin et/ou de grec dans une des Universités qui les délivreront à partir de 2019.
D’autre part la certification peut être acquise par Validation d’Acquis Académiques, extension spécifique à l’éducation nationale de la VAE, Validation des Acquis de l’Expérience. Cette certification sera proposée dans la présente année universitaire.

Réflexion d’ensemble

Il me semble qu’il y a un certain paradoxe à former par le Capes option lettres classiques des enseignants de latin et de grec alors que les besoins en enseignants sont tout différents, dans un rapport de 1 à 10, exactement de 12,3% pourcentage total public + privé pour 2017 des élèves étudiant le latin, à 0,9% pour le grec [6].

La destination d’un Capes est de former les enseignants nécessaires pour les besoins d’une discipline : puisque beaucoup d’étudiants intéressés par l’enseignement du latin se dirigent actuellement vers l’option LLM des lettres modernes, on peut envisager l’échéance où l’option lettres classiques, privée du grec, pourrait se fondre dans l’option LLM éventuellement renforcée.

On criera au scandale mais il faut également regarder l’agrégation (en bas sur le graphique où postes proposés et candidats admis sont pratiquement toujours confondus) et considérer que l’agrégation produit aujourd’hui davantage d’admis que le Capes de lettres classiques.

C’est le seul cas pour l’ensemble des disciplines suivantes classées par rapport aux effectifs agreg/capes :


Pour les lettres modernes, les admis à l’agreg sont 249 ce qui représente 21,4% de l’effectif des admis du capes correspondant. Inversement les 98 admis à l’agreg de lettres classiques représentent 112,6% des 87 admis du capes [7].

Dans la plupart des disciplines, l’Agrégation représente d’abord une recherche d’excellence qui permet éventuellement d’enseigner dans le supérieur mais qui a aussi des avantages en termes de carrière et de salaire. Dans le cas des lettres classiques, elle est dès à présent une filière spécifique largement suffisante pour couvrir les besoins en enseignants de grec.

Diminution des candidats au Capes de lettres classiques, augmentation des candidats à l’option latin des lettres modernes, stabilité de l’agreg de lettres classiques, la situation actuelle semble voir se dessiner un avenir tout à fait envisageable pour l’enseignement du latin et du grec. Comme je l’ai signalé plus haut, s’il y a pression à faire, c’est pour que l’enseignement des langues anciennes entre, en tant que discipline reconnue, comme option dans l’enseignement obligatoire des « langues vivantes ou anciennes » en 5e.

  1. Repères & Références Statistiques 2018, Résultats 2018 Agrégation lettres classiques, Résultats 2018 Capes lettres classiques []
  2. Pour un commentaire sur les années antérieures, examiner sur ce site la rentrée précédente, ainsi que les autres billets répertoriés sous la rubrique Statistiques []
  3. Rapport Charvet en 2018, Capes 2014, Capes 2013 []
  4. cf. mon étude sur le site d’ATC ! []
  5. Sujets et rapports Capes 2018 []
  6. Source R&RS 2018, p. 117 []
  7. Sources Résultats agreg 2018, Résultats capes 2018, public, concours externe et interne []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.