Art gréco-bouddhique

Le Musée Guimet [1] propose une exposition sur le thème de Revoir Bamiyan réalisée par le plasticien Pascal Convert. Bamiyan est la ville d’Afghanistan où se trouve la falaise qui abritait les Bouddhas géants (55m et 38m) détruits par les Talibans six mois avant la destruction des Twin Towers le 11 septembre 2001. En2016 Pascal Convert a effectué des relevés photographiques d’une grande précision de la falaise où se trouvent les niches des Bouddhas disparus mais aussi des centaines de cavernes qui abritaient des milliers de moines bouddhistes entre le 3e et le 7e siècle. Il a en outre réalisé un film qui permet de situer la falaise par rapport à la ville de Bamiyan.

Source : Musée Guimet. CarteBlanche à Pascal Convert

Pour comprendre pourquoi on parle d’art gréco-bouddhique dans cette région, il faut examiner les statues avant leur disparition.

Dans ce montage des deux Bouddhas [2] on voit que le drapé non symétrique des statues, évoquant un déhanchement qui donne du mouvement au corps, rappelle le style de la sculpture grecque de l’Antiquité  [3].

On trouvera au Musée Guimet dans la salle consacrée aux sculptures provenant d’Afghanistan de nombreuses autres pièces qui montrent l’influence de la statuaire classique comme ce Génie aux fleurs du 4e-5e siècle (Monastère de Tapa-Kalan à Hadda).

Pour rendre compte de cette influence grecque il faut évidemment remonter à la conquête d’Alexandre.

La conquête d’Alexandre et ses suites

Alexandre s’empare de l’empire achéménide fondé par Cyrus le grand (560-530) : comme le montre la carte de sa conquête  [4] (à laquelle j’ai ajouté les frontières et les pays actuels pour fixer les idées), cet empire correspond à l’Iran actuel, à l’Afghanistan et allait jusqu’à l’Indus et à son affluent l’Hyphase où les soldats d’Alexandre refusèrent d’aller plus loin (Pakistan actuel).

Pour consolider sa domination sur la province de Bactriane (dans l’Afghanistan actuel), Alexandre y laisse de nombreux soldats démobilisés qui y formèrent des colonies importantes comme à Kandahar. Il en est de même, plus au nord dans la province de Sogdiane (Ousbékistan).

Après la mort d’Alexandre en 323, les séleucides, ses successeurs dans la région, réussissent à conserver l’appui de ces colonies grecques et conservent la Bactriane, la Sogdiane et l’Arie (plus au sud) dans l’orbite de leur empire. Cependant en 250 av. J.C., ces colonies prennent leur indépendance et forment un royaume gréco-bactrien qui désormais tente de s’étendre en direction de l’inde (et de ce fait est appelé par les historiens gréco-indien : c’est l’époque où le bouddhisme commence à se répandre en Inde soutenu par le roi Ashoka). Leurs souverains produisent des monnaies où le nom du roi est écrit en grec d’un côté et avec un alphabet indien de l’autre. Ces royaumes ne survivent pas à diverses poussées d’envahisseurs Parthes et Kouchan (venant de Chine) à l’avènement de notre ère [5].

 L’influence grecque est donc solidement implantée dans la région : les envahisseurs venus du nord (les kouchans) écrivent en grec sur leur monnaie qui prend un poids d’or identique à celui de la monnaie romaine (nous sommes au premier siècle de notre ère) [6]. Les contacts avec l’empire romain sont attestés comme en témoignent les Res gestae d’Auguste (chap.30) [7] :

Ad me ex India regum legationes saepe missae sunt
On m’envoya souvent des Indes des ambassades de rois

nunquam uisae ante id tempus apud quemquam Romanorum ducem.
qui n’avaient jamais été vues auparavant chez un quelconque chef romain.

 Properce, qui écrit à la même époque, évoque à la 3e élégie de son livre 4 le sort d’une amante séparée de son amant par ses missions en Bactriane :

Te modo uiderunt iteratos Bactra per ortus
Il y a peu Bactres t’a vu à nouveau en Orient

 Un siècle plus tard, selon l’Histoire Auguste (Vie d’Hadrien,XXI, 14), il est dit d’Hadrien (qui règne de 117 à 138) que :

Reges Bactrianorum legatos ad eum, amicitiae petendae causa, supplices miserunt
Les rois des bactriens lui envoyèrent des ambassadeurs suppliants pour implorer son amitié

Cette influence romaine est particulièrement nette si on compare le Génie aux fleurs (vu plus haut) à l’Antinoüs Vertumne de l’époque d’Hadrien (Louvre).

Ce qu’il faut retenir, c’est que les liens forts, liés à un substrat de colons laissés par Alexandre, ont été entretenus à différentes époques par des contacts économiques et politiques qui ont fait que l’influence gréco-romaine s’est maintenue, y compris lors de l’apparition du bouddhisme.

 La date d’érection des grands Bouddhas de Bamiyan est controversée : les dates de construction vont du 2e au 7e siècle. L’absence de visage des deux statues ne semble pas liée à des destructions provoquées par  l’Islam qui apparait dans la région au 9e siècle mais au fait que les visages étaient des éléments mobiles très décorés [8].

***

Je laisse conclure Pascal Convert avec l’image qu’il donne de la falaise. On y voit la niche vide du grand Bouddha à gauche, celle du petit à droite : « les trous qui constellent la falaise sont autant de bouches ouvertes qui témoignent ».

L’exposition à lieu au Musée Guimet jusqu’au 28 janvier 2019

  1. 6 Place d’Iéna, 75116 Paris []
  2. origine des deux clichés : PierreCentlivres, Vie, mort et survie des Bouddhas de Bamiyan (Afghanistan), Livraisons d’Histoire et d’Architecture,17/2009 []
  3. Tarzi, Z., L’architecture et le décor rupestre des grottes de Bamiyan, 1977 []
  4. Source []
  5. Paul Bernard, l’Afghanistan, de la conquête achéménide aux royaumes indo-grecs, Catalogue de l’exposition « Afghanistan », Musée Guimet, 2002 []
  6. Mario Bussagli, L’art du Gandhara, 1996 []
  7. sur les Res gestae cf. sur ce carnet Res gestae : le rapport moral et financier d’Auguste []
  8. Pierre Centlivres, Les Bouddhas d’Afghanistan, 2001 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.