Comment l’Empire romain s’est effondré

La « chute de l’Empire romain » est un genre littéraire bien établi depuis le classique de Gibbon Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain (écrit au 18e siècle et traduit au 19e en français par Guizot) jusqu’au tout récent livre de Peter Heather, Rome et les barbares. Histoire nouvelle de la chute de l’empire évoqué dans un billet de ce carnet. Roger-Pol Droit qui rend compte du livre ci-contre dans le Monde du 4 janvier ironise sur le fait que chaque époque a sa vision de la chute de Rome en fonction de ses préoccupations propres. Gibbon évoquait la faillite de l’élite due au christianisme ; les travaux du 20e siècle mettent l’accent sur l’économie ; ceux du 21e sur les changements climatiques et la peur des épidémies ce qui est le cas du présent livre de Kyle Harper sous-titré « le climat, les maladies et la chute de Rome. Il conclut donc « A chaque siècle son effondrement ». Le trait caustique est-il justifié ? Ce sera le but du présent billet d’y répondre [1].

Pour bien comprendre ce livre, il faut faire référence à son titre d’origine The Fate of Rome qui ne met pas immédiatement l’accent sur la chute de Rome mais sur son destin, son sort, sur l’influence de la Fortune au sens ancien qui faisait que l’on passait de la prospérité à la misère et réciproquement sans que les actions des acteurs y soient pour beaucoup.

Le rôle du climat

Pour Gibbon dans Histoire du déclin… la période la plus heureuse de l’histoire du monde se situe dans l’Empire du 2e siècle, sous les Antonins : Trajan, Hadrien, Marc-Aurèle. C’est sous Trajan que l’Empire est à son apogée territoriale. Un témoin de l’époque en témoigne, Aelius Aristide qui prononce en 144 son Éloge de Rome :

Tel est le nombre des cargos qui arrivent, apportant toutes les marchandises de toutes provenance à chaque belle saison et à chaque retour de l’automne, que la cité ressemble à un centre d’activité commun à toute la terre [2].

Rome est au centre du monde et son succès économique est complet : sa démographie est florissante, ce que note également Aristide :

Qui en effet, voyant tant de cimes occupées, tant de pâturages urbanisés dans les plaines et un si vaste territoire réuni sous le nom d’une seule cité, pourrait en avoir fait une contemplation exacte ? (6).

Dans son chapitre 2, Les jours heureux, Harper décrit longuement cette prospérité de Rome à travers ses conquêtes, sa démographie et émet l’hypothèse que l’expansion économique et démographique est liée à une situation très favorable du climat de l’époque liée à un phénomène astronomique appelé l’Optimum climatique romain, situation d’un climat chaud, humide et stable, favorable à l’agriculture.

Aujourd’hui, nous sommes familiers avec la notion de réchauffement climatique mais nous le mettons en rapport avec les activités humaines. Le réchauffement à l’époque romaine a une toute autre origine puisqu’il est uniquement d’origine astronomique. Avant d’aller plus loin précisons de quoi il s’agit (le premier graphique n’est pas dans le livre de Harper).

Le climat a une histoire naturelle

A l’échelle des temps géologiques, on sait que différentes glaciations ont eu lieu : leurs apparitions et leurs disparitions dépendent de la position du soleil par rapport à la terre, elle-même dépendante de plusieurs paramètre de l’orbite terrestre qui, variant régulièrement mais indépendamment les uns les autres, avec des rythmes de plusieurs dizaines de milliers d’année à plusieurs centaines,  tantôt rapprochent la terre du soleil et augmentent sa température, tantôt l’éloignent et entrainent son refroidissement.

A une échelle historique des paramètres cycliques beaucoup plus rapides (11 ans, 90 ans, 200 ans) sont produits par les variations de l’activité du soleil lui-même. On sait par exemple que tous les onze ans, il y a un maximum de taches solaires.  Pour bien comprendre le phénomène, examinons notre situation actuelle en visualisant les écarts à la température moyenne induits par chacun de ces cycles, leur somme, et les données observées.

Prenons deux exemples : au tout début, en 1880, les effets de la variation sur 11 ans et sur 90 ans sont nuls et leur somme (en bleu) avec la période de 200 ans se réduit à cette dernière (-0,16 degré) ;  quant au palier des années 1960 à 1980, il s’explique par le fait que les périodes de 90 et de 200 ans s’y croisent et donc s’annulent.

La somme des trois composantes produit des écarts négatifs dont le plus bas niveau se trouve peu après 1900 ; le niveau remonte ensuite pour atteindre un palier des années 1960 aux années 1980 . On constate que pour cette période les évolutions observées (en rouge) sont proches de cette courbe : le réchauffement suit l’activité du soleil. Cependant, à partir des années 1980, il n’en est plus de même et on voit apparaitre les effets du réchauffement dû aux activités humaines : les variations observées sont alors largement supérieures au réchauffement lié au soleil[3].

Si l’on examine maintenant, en suivant Harper, l’évolution de l’énergie apportée par le soleil depuis le début de l’ère chrétienne, on a la situation suivante qui montre l’écart par rapport à la situation actuelle prise comme moyenne :

La partie droite du graphique correspond à ce qui était présenté au graphique précédent, c’est-à-dire au réchauffement qui a suivi le « petit âge glaciaire » qui a duré jusqu’au milieu du 19e siècle (où,
au 17e siècle, la mer de glace descendait jusque dans la vallée et menaçait des habitations). Auparavant, du 10e au 14e siècle on constate la présence d’un optimum climatique mais cette alternance de périodes chaudes et froides s’est répétée auparavant avec l’optimum climatique romain dans lequel se trouve le deuxième siècle, « jours heureux de Rome », mais qui est suivie dans l’Antiquité tardive par une période plus froide [4].

Le climat est aussi à l’origine des grandes migrations venues de l’Asie qui vont être fatales à Rome : l’optimum climatique romain qui correspond à une pluviosité abondante sur le pourtour méditerranéen entrainepar contre de la sécheresse pour les latitudes élevées en Asie. La migration des Huns vers l’Ouest en est la conséquence et, comme on le sait, la chute de Rome commença par l’entrée dans l’Empire de peuples voisins poussés par les Huns [5].

Mais le climat n’est pas le seul élément naturel qui va jouer un rôle, il y a aussi les épidémies.

Les épidémies

Kyle Harper en cite plusieurs mais il signale d’abord que le mode de vie romain était particulièrement propice au développement des maladies contagieuses et ce pour deux raisons :

-absence d’hygiène : certes les romains ont des aqueducs qui fournissent l’eau courante, des bains, des égouts et des latrines publiques mais les égouts servaient surtout à évacuer les eaux de pluie plus que les déchets et, comme le signale Alain Malissard, des tas d’immondices se trouvaient aux carrefours [6]. Il y avait en outre beaucoup d’animaux (domestiques ou rongeurs).

– les facilité de déplacement entrainent aussi la propagation des maladies et en particulier les rats s’embarquent facilement dans les bateaux et propagent rapidement les épidémies.

Harper donne beaucoup de détails sur chacune des épidémies observées toujours appelées « peste » par les contemporains mais que nous pouvons différencier aujourd’hui grâce à la conjonction de la recherche archéologique et de l’étude de l’ADN des cadavres découverts. Les épidémies arrivent fréquemment : paludisme en 43 av. J.C., anthrax dans de nombreuses villes d’Asie dit Galien en 148 ap. J.C. Sous Marc-Aurèle, en 165, ce que les contemporains appelaient une peste (et les historiens la peste antonine) était une épidémie de variole qui laisse une immunité aux survivants : la mortalité a été importante mais l’ordre social a été maintenu. L’armée romaine a cependant perdu de 15 à 20% de ses troupes et il fallu procéder à la conscription d’esclaves et de gladiateurs. La population a subi elle une mortalité proche, de 10 à 20%. Comme l’épidémie ne s’est poursuivie ensuite que sous une forme endémique, la population est revenue rapidement à son niveau antérieur et un des résultats de l’épidémie a été le fait que de nombreuses élites locales ont été appelées à Rome. L’Empire a survécu, mais il a été ébranlé. Comme l’a dit Marc-Aurèle dans son journal « Il faut toujours considérer les choses humaines comme éphémères et de bien peu de prix » [7].

En 542 la peste (au sens moderne du terme) apparait à Constantinople : elle fait des milliers de mort par jour : tout est profondément désorganisé, la vie sociale s’effondre. On estime que le taux de mortalité a été de 50% (on retrouvera cette proportion dans la peste noire du Moyen Âge). Cette épidémie a duré deux siècles avec des périodes de rémission. La population romaine a chuté dans de très fortes proportions et n’a jamais récupéré : de 30 millions avant la peste, la population est passée à 15  millions puis à 10 millions deux siècles plus tard. A la fin du 6e siècle, la population de la ville de Rome était entre dix mille à quinze mille personnes, c’est-à-dire, comme le dit Harper (p.348), « à peine auraient-elles rempli un angle du Colisée ».

Aux conséquences de la peste s’est ajouté en 536 une année sans soleil. Les contemporains ont été frappés par le fait que le soleil était bien là comme d’habitude, mais qu’il n’apportait pas de chaleur, ce qui entraina la perte des récoltes. L’explication du phénomène est récente et se trouve dans des carottes de glace où l’on a trouvé les traces d’un évènement volcanique ayant eu lieu dans l’hémisphère nord qui a envoyé dans la stratosphère un nuage de poussière qui a obscurci les rayons solaires entrainant une chute de la température moyenne de 2,5°. Une autre éruption ayant eu lieu sous les Tropiques cinq années plus tard fit encore plus chuter la température de la décennie 536-545.

La conjonction de la peste et du refroidissement de l’âge glaciaire n’a pas entrainé immédiatement l’effondrement de l’Empire car des zones de vitalité ont subsisté tandis que des régions ont dépéri. En Occident, la chute a été violente : au Nord de la Loire l’ordre romain s’est effondré, au Sud, au début du 6e siècle on voit des traces d’occupation des villae mais il ne s’en construit pas de nouvelles mais le trafic des marchandises continue.

L’épidémie, survenant en même temps que le refroidissement du petit âge glaciaire de l’Antiquité tardive a laissé aux contemporains l’impression justifiée que le monde arrivait à sa fin. Le thème de l’apocalypse, en milieu chrétien, s’ajoute à sa dimension eschatologique. La conquête de l’Islam, mouvement prophétique eschatologique vint alors ravir les provinces orientales de l’Empire.

Conclusion

Reste la question départ posée par le critique du Monde : cette mise en avant des facteurs climatiques et épidémiologiques n’est-elle qu’une conséquence de l’importance prise aujourd’hui par ces questions dans le cadre du réchauffement climatique ou de l’apparition de nouvelles endémies comme le virus Ebola ? Pour parler plus crument, les historiens de l’Antiquité cherchent-ils simplement à être à la mode ? Il faut distinguer.

Il faut noter tout d’abord que les recherches actuelles sur l’histoire du climat ont été multipliées pour comprendre le réchauffement actuel et que l’histoire ancienne en est profondément modifiée. D’autre part les recherches actuelles sur l’ADN et son histoire ont apporté à l’archéologie ancienne des outils nouveaux. C’est la conjonction de ces deux démarches qui a donné à Kyle Harper une vision améliorée de l’histoire de l’Empire à partir de sa situation confortée par un climat favorable au 2e siècle jusqu’à ses difficultés et à son effondrement dans certaines régions sous les coups de l’épidémie de peste et du refroidissement au 5e et 6e siècle.

Ce livre n’explique pas la fin de l’Empire romain, il permet de comprendre la multiplicité des causes qui ont permis de passer de l’état d’une terre prospère, riches en biens et en personnes, ce qu’était encore l’Antiquité tardive, à des situations très diverses, tantôt au maintien d’une situation où le commerce et une économie monétaire subsistent toujours (péninsule ibérique, Italie, sud de la Gaule), tantôt à une situation d’effondrement où plus aucune monnaie n’a plus cours (nord de la Gaule, Bretagne), tantôt à une situation prospère dans le Levant.

Ce livre, qui ne refuse pas la technicité sur les changements climatiques et les épidémies m’a personnellement permis de comprendre le passage à des situations d’extrême  pauvreté dans ce qui allait devenir le royaume des francs : il nous invite aussi à prendre conscience que nous-mêmes, comme les romains, sommes dépendants du climat [8].

  1. Kyle Harper, Comment l’Empire romain s’est effondré. Le climat, les maladies et la chute de Rome, La découverte, 2018, 544 p. []
  2. En l’honneur de Rome, (11). Traduction Laurent Pernot, Éloges grec de Rome, Les Belles Lettres, 1997 []
  3. Sources : Elisabeth Nesmes-Tibes, Gérard Thuillier, Histoire solaire et climatique, Belin, 2000 et données NASA pour les variations observées []
  4. Graphique tiré de Harper, p337 avec ajouts []
  5. voir le billet sur la question []
  6. Lire sur cette question Alain Malissard, Les Romains et l’eau, Les Belles Lettres, 2002 []
  7. Marc-Aurèle, Pensées, 4, 47 []
  8. comme la civilisation disparue des Nazcas du Pérou, célèbres pour ses géoglyphes gigantesques, civilisation disparue du fait de la sécheresse vers 800 ap. JC, c’est à dire à des dates proches du petit âge glaciaire de l’Antiquité tardive. Voir sur cette civilisation une émission récente diffusée sur La 5 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.