Raban Maur, la querelle des images et l’art contemporain

La Bibliothèque nationale de France a récemment donné carte blanche à Jan Dibbets, figure importante de l’art contemporain, pour accompagner des manuscrits d’une œuvre de Raban Maur (780-856) consacrée aux Louanges de la Sainte Croix [1]. Il faut préciser que la forme de ces poèmes est très particulière : il s’agit de 28 carrés de lettres, avec autant d’hexamètres dactyliques qu’il y a de lignes, surchargés de formes géométriques colorées (comme dans la présentation de l’exposition ci-contre) ou de dessins. Ces formes ou ces dessins recouvrent des lettres qui forment de nouveaux textes à l’intérieur des précédents comme nous le verrons plus en détail.

Le but de l’exposition est de montrer des parallélismes avec des œuvres d’auteurs contemporains comme le montre l’exemple ci-dessous qui met en rapport une page du manuscrit de Raban Maur à gauche et une œuvre de Franz Erhard Walther (né en 1939 à Fulda) à droite.

La tentative de Dibbets est-elle une réussite ? On peut légitimement se poser la question car beaucoup de mises en parallèle ne sont pas convaincantes, mais elle a eu le mérite d’attirer l’attention sur l’œuvre de Raban Maur : il faudra également étudier la question de son insertion dans la querelle des images qui opposait alors l’Orient à l’Occident. Demeure-t-il quelque chose de cette querelle aujourd’hui ? Nous tenterons d’y répondre.

Les Louanges de la sainte croix

Né en 780 sous le règne de Charlemagne, Raban Maur, élève d’Alcuin, devient en 822 abbé de l’abbaye de Fulda. Après le traité de Verdun qui en 843 divise l’empire, il devient conseiller de Louis le Germanique qui le nomme archevêque de Mayence où il meurt en 856. Alors qu’il n’était encore que moine à Fulda, il rédige ses Louanges de la sainte croix : il s’agit de manuscrits ornés qui furent envoyés en hommage au Pape, à l’Empereur, à d’autres abbayes (Saint-Martin de Tours ou Saint-Denis) et qui eurent un très grand succès. Comme le dit Michel Perrin qui a édité le texte et étudié son iconographie, les manuscrits furent envoyés comme « cadeau d’entreprise » aux puissants dont Raban Maur avait besoin de l’appui [2].

Chaque copie du manuscrit supposait non seulement des copistes mais aussi des peintres en miniatures comme le montre cet échantillon pris parmi les 28 pages du manuscrit.

Deux pages ont un format différent, la première, qui représente le Christ et la dernière où l’on voit Raban prosterné devant la croix :

Examinons cette dernière image pour en étudier maintenant les textes :

Les 43 lignes sont composées de 35 lettres et chaque ligne forme un hexamètre dactylique [3]. Voici les premières dans la transcription et la traduction de Michel Perrin :

Omnipotens virtus, majestas alta, Sabaoth
Majesté toute puissante, haute vertu, Sabaoth,

Excelsus Dominus, virtutum summe creator
Seigneur du ciel, créateur suprême des vertus

Formator mundi hominum te vere Redemptor,
Tu as véritablement façonné le monde et racheté les hommes,

Tu mea laus, virtus, tu gloria cuncta, salusque,
Tu es l’objet de ma louange, tu es puissance, gloire et salut

Tu rex, tu doctor, tu es rector, care magister,
Tu es le roi, le docteur, le chef, le maitre cher à mon cœur,

Tu pastor pascens, protector verus ovilis.
Le pasteur qui nous mène aux pâturages, le vrai protecteur du troupeau.

Écrivons à nouveau les vers mais en majuscules et sans séparation et en allant plus loin dans le texte (en ne présentant l’ensemble des lettres que pour les premiers).

A partir du vers 4 commence, isolé dans le manuscrit par une couleur différente un texte nouveau en forme de croix qui isole des lettres des vers existants pour former un nouveau texte. Le même texte se lit sous forme horizontale au vers 17 et continue plus bas.

Il s’agit d’un vers très condensé qui peut être lu à l’envers (palindrome) :

Oro te Ramus aram, ara sumar et oro
O bois, je t’implore, toi qui es autel, et j’implore d’être emporté sur ton autel

On notera que pour obtenir des vers ayant tous le même nombre de lettres, Raban est amené à procéder à quelques abréviations : par exemple au vers 4 pour le mot virtus, la dernière syllabe tus est remplacée par le signe t ; et de même au vers 7 le u de que est omis.

En bas de la page, un personnage, Raban, est en adoration devant la croix. Sur sa représentation peut se lire, toujours à l’intérieur des hexamètres de la ligne, le texte suivant  dont les caractères sont plus grands que les autres :

Rabanum memet clemens rogo, Christe, tuere, O pie judicio
O Christ, dans ta clémence et ta sainteté, je t’en prie, protège-moi, Raban, au jour du Jugement.

L’iconographie de Raban Maur en son temps

Le livre premier des 28 manuscrits est suivi d’un livre deux ou Raban donne des commentaires en prose sur chacune des pages précédentes : il nous permet de comprendre que beaucoup de figures géométriques (qui ont fait la joie de Dibbets) sont des constructions très savantes sur les nombres. En dehors de ces constructions, ce qui est représenté en premier, c’est la croix, un Christ (en croix) dont les bras étendus dépassent le cadre du dessin et embrassent le monde entier, les anges (chérubins et séraphins), les quatre évangélistes et 25 dessins géométriques à base de croix. A l’extérieur du texte, avant ou après on trouve des représentations humaines : le dédicataire au début et l’auteur à la fin.

Si l’on jette un coup d’œil rapide sur la situation de l’image chrétienne avant les carolingiens on constate les faits suivants.

Face à l’imagerie envahissante des dieux antiques, les premiers chrétiens, dans la logique des interdictions d’image du judaïsme, n’envisagent pas de représentations imagées associées au nouveau culte chrétien. Celui-ci procède par symboles communautaires (la fraction du pain) et par le fait de mener une vie morale spécifique. Cependant, autour des années 200 on trouve dans les catacombes des représentations du Bon Pasteur, évocation du Christ qui se sacrifie pour ses brebis comme ici dans la catacombe de Calixte du début du 3e siècle.

Plus tard à Ravenne au 6e siècle on retrouve ce thème de l’agneau pascal (à San Vitale) en haut de la voute de l’abside. La vue d’ensemble suivante nous montre les thèmes utilisés : thèmes de l’Ancien Testament (Moïse, Abraham, Abel et Melchisédech) mais aussi le Christ entouré d’anges et de personnages réels (St Vital et l’évêque Ecclésius) et, très imposants, la représentation du pouvoir Justinien d’un côté Théodora de l’autre (comme on pourra le voir plus en détail sur le billet de ce carnet consacré à Ravenne).

Le Christ de l’abside domine un globe terrestre et tend la couronne du martyr à St Vital. Le Christ dominant le monde, c’est le thème byzantin du Christ pantocrator, maitre de tout.

Au 6e et au 7e siècle se développe le culte des icônes en Orient (avec en parallèle en Occident le culte des reliques). En Orient on en vient à considérer certaines images « non faites de main d’hommes » auxquelles on attribue une puissance miraculeuse ce qui contribuera à la Querelle des images (730-843) puis au Concile de Nicée II de 787 [4].

En Occident le pape Grégoire le Grand vers 600 impose la politique suivante en réponse au zèle d’un évêque qui avait détruit un cycle de vie de saints : on ne doit pas adorer les images, mais il ne faut pas les détruire car elles peuvent avoir une valeur didactique pour les gens simples.

Le Concile de Nicée II, qui met fin pour un temps à la Querelle des images en Orient par la victoire des partisans des images est contemporain de Charlemagne : les légats du Pape Hadrien avaient participé au Concile puisque on voulait que celui-ci soit œcuménique, valable pour l’ensemble de la chrétienté. Le premier rapport écrit qui est fait du concile souffre d’une mauvaise traduction puisqu’il dit que l’on doit adorer les images. Les grecs n’avaient pas dit cela et ne parlait d’adoration que pour Dieu et de simple vénération pour les images. L’effet à la cour de Charlemagne est désastreux et Théodulfe d’Orléans rédige un texte polémique destiné à exprimer la pensée de Charlemagne, les libri carolini. A la fin de la préface, on n’hésite pas pour parler du Concile d’évoquer un « synode  tout à fait inepte (ineptissimus) ( …) et qui a négligé tout propos de bon sens (pedestris sermonis modum) » [5]. On trouvera en annexe le texte et la traduction de cette fin de préface.

Le Pape Hadrien n’approuve pas une telle prise de position politique de Charlemagne et celui-ci ne publie pas le pamphlet. Théodulfe doit se contenter dans sa chapelle épiscopale de Germiny près de Saint-Benoit-sur-Loire de faire des images selon ses principes : on peut toujours y voir des chérubins adorant l’Arche d’Alliance.

Charlemagne est la puissance montante en occident et son alliance avec le Pape se traduira en 800 par son couronnement comme empereur à Rome par le pape Léon III.

On comprend mieux, au vu de ces péripéties que Raban Maur ait fait un ouvrage d’adoration de la sainte croix qui ne soit pas dans le style des icônes mais qui en reste plutôt au symbolisme de la Croix, même si le Christ est présent lui aussi. Ses tours de forces littéraires ont suscité l’admiration : on peut espérer qu’une nouvelle exposition, celle-ci entièrement consacrée à Raban Maur, permette de rendre justice à son exubérance littéraire et graphique.

Retour à l’art contemporain

Cependant, si Dibbets apprécie Raban Maur, c’est qu’il a bien senti que dans la perspective de celui-ci, dans son désir de relier l’abstraction des images à des textes, il y avait une rupture avec les représentations d’images réalistes qui allaient envahir l’art occidental, de l’art roman jusqu’aux impressionnistes. L’insistance de Raban Maur sur le symbole de la croix a une certaine cohérence avec l’opposition aux images des iconoclastes.

Le passage à l’art abstrait, que beaucoup datent de Kandisky relève lui aussi de tendances iconoclastes selon Alain Besançon, auteur d’une histoire intellectuelle de l’iconoclasme [6].

Dans ce Jaune-Rouge-Bleu de 1925, le refus des images y est évident mais la transcendance recherchée se trouve dans la nécessité intérieure de l’artiste qui utilise l’abstraction pour trouver l’âme du monde telle qu’elle peut être découverte par le peintre. Nous sommes au source de l’art contemporain où le refus des images est devenu un dogme mais où la synchronie avec la pulsion du monde à laquelle croyait Kandinsky se transforme souvent en synchronie avec les pulsions propres du créateur : le tri des résultats est parfois à faire (mais Dibbets est du bon côté).

***

Annexe : fin de la préface des libri carolini

Nos denique Esaiae vaticinio docti, qui dicit,
Pour nous enfin, instruits par la prophétie d’Isaïe qui dit :
haec via, ambulate in ea, non declinabitis ab ea,
v
oici la voie, marchez en elle et ne vous en écartez
neque ad dexteram neque ad sinistram
ni à droite ni à gauche
et doctoris gentium praedicatione admoniti,
et mis en garde par la prédication du Docteur des Gentils [St Paul]
qui nos viam regiam tenere instituit,
qui nous enseigne de suivre une voie royale
______imagines in ornamentis ecclesiarum
_____dans nos églises les images propres à les orner
_____et memoria rerum gestarum
_____et à rappeler les actions passées [le faits mémorables]
habentes,
conservant

et solum Deum adorantes
et adorant Dieu seul
et eius sanctis opportunam venerationem exhibentes,
et démontrant envers lui une vénération convenable
nec cum illis frangimus,
nous ne brisons pas [les images] avec ceux-ci [les iconoclastes]
nec cum istis adoramus,
nous ne les adorons pas avec ceux-là [ceux de Nicée II]
sed illius ineptissimae synodi scripturam,
mais [nous rejetons] le texte de ce synode tout à fait inepte
quae non solum illa loquutione caret
qui non seulement  est privé de tout discours
qua
par lequel
_____parva summisse,
_____les petites choses d’une manière abaissée,
_____mediocria temperate,
_____les moyennes avec mesure,
_____magna granditer
_____les grandes avec élévation,
proferuntur,
sont présentées

[évocation de la phrase de Cicéron, L’orateur XXIX, 101 : Is erit igitur eloquens, ut idem illud iteremus, qui poterit parua summisse, modica temperate, magna grauiter dicere]

sed etiam pedestris sermonis modum negligit,
mais encore a négligé un mode de discours de bon sens
abnuentes, institutoris nostri, sermonis videlicet Dominici,
en rejetant la leçon de notre maitre, c’est-à-dire du Seigneur
nitimur fieri usquequaque sequaces.
nous-même nous appuyant sur cet enseignement et le suivant en tout

Quoniam igitur et patrum anathematizantium filios,
C’est pourquoi, quant aux fils des pères anathémisés [les participants du concile ?]
et filiorum anathematizantium patres,
et quant aux pères des fils anathémisés [les iconoclastes ?]
mixtim in praefata synodo hebetudinis continentur discursus,
quant aux stupidité mêlées au texte du premier synode
mixtam utriusque reprehensionem noster,
et à celles que visent notre réfutation de celui-ci
favente Domino, digeret stilus,
avec l’aide de Dieu  notre stylet y mettra de l’ordre
nihil indiscussum, nihil intactum,
ne laissant rien sans discussion, rien de non envisagé
nihil silentii cavernis obstrusum praeteriens:
rien laissé de côté dans le silence d’une caverne
nisi forte quod aut difficultas inordinati sermonis
sauf peut-être si quelque difficulté de ce texte confus
nostro intellectui impertire negaverit,
n’a pu parvenir à notre intelligence
aut
ou que
_______puerilis dicti ineptiam,
______à l’ineptie de ce texte puéril.
reverentia cohibente,
tenu par le respect,
noster sermo persequi despexerit.
notre discours désespère de s’attacher,

Source : Libri Carolini, Monumenta Germaniae Historica, Concilia, 2, suppl. 1, en ligne

Traduction (modifiée) : Jean-Louis Schefer, L’hostie profanée : histoire d’une fiction théologique, POL, 2007

  1. Make it new. Conversations avec l’art médiéval. Carte blanche à Jan Dibbets, Exposition BnF, 6 novembre 2018 – 10 février 2019 []
  2. Trois livres de Michel Perrin ont été utilisés : par ordre chronologique Louanges de la Sainte Croix Raban Maur, traduction et présentation par Michel Perrin, Paris, Berg international, Amiens, Trois cailloux, 1988  qui est une présentation d’ensemble ; une édition critique In honorem sanctae crucis, cura et studio M. Perrin, Turnhout, Brepols, 1997 et enfin Michel Perrin, L’iconographie de la Gloire à la sainte croix de Raban Maur, Turnhout, Brepols, 2009 dont nous utiliserons les illustrations []
  3. Michel Perrin précise que la scansion est celle pratiquée par les contemporains et non celle des classiques []
  4. Gervais Dumaige, Nicée II, ed. de l’Orante, 1978 ; François Bœspflug, Nicolas Lossky, Nicée II : 787-1987, Cerf, 1987 []
  5. Jean-Louis Schefer, L’hostie profanée : histoire d’une fiction théologique, POL, 2007, qui propose des extraits des libri carolini []
  6. Alain Besançon, L’image interdite, folio essais, 1994 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.