Qui est l’auteur du Satyricon ?

Qui est l’auteur du Satyricon ? La réponse traditionnelle est que le nom de l’auteur fasse référence à Petronius personnage consulaire proche de Néron que l’on trouve cité dans Tacite [1] où celui-ci, appelé elegantiae arbiter, arbitre du bon gout de l’entourage de Néron, mais aussi erudito luxu, spécialiste en plaisirs, entraina des jalousies et fut amené à se suicider. Nous serions donc à l’époque de Néron qui régna de 54 à 68. Cette manière de voir est aujourd’hui remise en cause et nous allons voir en détail de quelle manière en étudiant les nombreuses ressemblances entre le texte du Satyricon et ceux d’auteurs qui ne sont pas de l’époque de Néron mais du 2e siècle, à l’époque de Trajan, Martial, Tacite et Pline le Jeune. On verra pour terminer que ce changement d’auteur modifie le regard que l’on doit porter sur ce texte.

Martial

Martial a composé ses Épigrammes vers à la fin du premier siècle ou au début du second, et l’on constate de nombreuses ressemblances à la fois avec les thèmes abordés et même le vocabulaire utilisé avec le Satyricon.
– Par exemple, au chapitre 27, avant le diner, la scène se passe aux bains où Trimalchion joue à la balle. A toutes fins utiles, un eunuque se tient auprès de lui avec une matellam argenteam, un pot de chambre en argent. En voici le mode d’emploi :

Trimalchio digitos concrepuit,
Trimachion claqua des doigts
ad quod signum matellam spado ludenti subiecit.
A ce signal, l’eunuque lui approcha le pot pendant qu’il jouait

Or, dans les épigrammes de Martial on trouve une scène très semblable avec les mêmes péripéties : un eunuque qui sait qu’au claquement de doigt (digiti crepantis) il est chargé de soulager la vessie de son maitre [2].

René Martin [3] qui cite ce fragment en donne d’autres exemples dont celui-ci :

– A l’entrée de chez Trimachion (chap. 28), une pie accueille ceux qui entrent :
pica uaria intrantes salutabat
une pie tachetée saluait ceux qui entraient.

Chez Martial, Livre 14, Ep. 76 on a :
Pica loquax certa dominum te uoce saluto
Une pie bavarde : je te salue mon maitre d’une voix assurée.

– Le nom même de Trimachion semble avoir été créé à partir d’un personnage de Martial (Livre 3, Ep. 83, 33) qui utilise le nom d’un débauché du nom de Malchion. Trimalchion l’est trois fois plus.

Tacite

Si on compare des extraits du Dialogue des orateurs de Tacite avec le début du Satyricon, on repère à la fois des similitudes de thèmes comme dans Martial mais aussi des similitudes de vocabulaire (soulignés par des flèches ci-dessous).

On retrouve, proposés aux étudiants, les mêmes thèmes de débat juridiques qui portent sur des cas très hypothétiques qui ne correspondent absolument pas à ce qui fait l’objet de dispute au forum. On y retrouve un plagiat thématique où sont présents les tyrans, les vierges, comment lutter contre la peste, le tout dans une emphase verbale qui se veut ridicule.

Mais qui a plagié qui ? Pour ce qui est de Martial, on pourrait défendre l’idée qu’un auteur du 2e siècle a plagié le Satyricon qui daterait du siècle précédent puisque les deux textes jouent sur la dérision. Mais pour Tacite, ce n’est plus possible : la seule chose réaliste, c’est qu’un humoriste s’est servi d’un texte sérieux antérieur pour l’inclure dans un roman comique.

Pline le Jeune

Voici un exemple d’un texte célèbre de Pline plagié par le Satyricon, mais René Martin en donne beaucoup d’autres exemples. C’est un extrait du récit de Pline lors de l’éruption du Vésuve (Ep. 6, 20)

Regressi Misenum curatis utcumque corporibus
Revenus à Misène et ayant plus ou moins soignés nos corps
_____suspensam dubiamque noctem spe ac metu
_____une nuit indécise et hésitante entre l’espoir et la crainte
exegimus
nous passons

Dans le Satyricon, après le naufrage du chapitre 114, le navire est échoué et nos héros ont beaucoup de mal à persuader le poète Eumolpe d’abandonner son exercice de versification presque terminé.

Hoc opere tandem elaborato (…),
Ce travail enfin fait
cibisque naufragio corruptis utcumque curati
nous étant soignés plus ou moins avec de la nourriture abimée par le naufrage
tristissimam exegimus noctem
nous passons une nuit très triste

Ce n’est certainement pas Pline qui aurait été cherché ses thèmes et son vocabulaire dans le Satyricon, mais bien plutôt la très bonne connaissance des lettres de Pline qui a permis ce pastiche.

Une autre ressemblance avec Pline vient d’être mise à jour par Ulrike Roth [4] qui met en relief la manière dont plusieurs esclaves sont affranchis dans le cœur même du récit du diner chez Trimalchion.

Dans une lettre à l’empereur Trajan (Ep.10, 105), Pline demande l’autorisation de donner la citoyenneté romaine à trois affranchis dont les noms nous sont donnés. Comme ce sont des affranchis d’un certain C. Valerius, ils portent le nom et le prénom de leur maitre suivi de leur cognomen spécifique. Il s’agit de C. Valerius Aper, de C. Valerius Dionysius et de C. Valerius Astraeus, ce que l’on peut traduire par : le sanglier, l’homonyme du dieu du vin, celui qui vient des étoiles.

Or dans le récit du diner de Trimalchion, on trouve trois affranchissements (sans procédure formelle comme cela pouvait se faire du moment que cela était fait en public) :

1) au chapitre 40 arrive un sanglier (aper)portant un bonnet d’affranchi : un voisin explique au narrateur que, présenté lors d’un précédent repas, il fut renvoyé libre par les convives et porte donc depuis le signe de son affranchissement (ce qui est une parodie de l’affranchissement du gladiateur vaincu mais gracié).

2) au chapitre suivant, un esclave nommé Dionysos qui chante des chansons à boire s’approche de Trimalchion et l’importune par sa voie suraigüe. Pour s’en débarrasser avec noblesse, Trimalchion lui dit :

Dionyse, inquit, liber esto
Dionysius, dit-il, soit libre
Puer detraxit pilleum apro
L’enfant enleva le bonnet d’affranchi au sanglier
capitique suo imposuit
et se le mit sur la tête.

3) aux chapitres 53 et 54 des acrobates se produisent avec un enfant qui finit par tomber d’en haut sur Trimalchion :

in uicem enim poenae
au lieu de la peine attendue
uenit decretum Trimalchionis
vint un décret de Trimalchion
quo puerum iussit liberum esse,
par lequel il ordonna que l’enfant soit libre
ne quis posset dicere
pour qu’on ne puisse pas dire
tantum uirum esse a seruo uulneratum
qu’un tel homme puisse avoir été blessé par un esclave.

Le sanglier, Dionysos, le « tombé du ciel » : la similitude avec la lettre de Pline est un nouvel élément qui nous met à nouveau dans l’entourage de Pline où l’on réutilise ses textes à des fins parodiques.

On trouvera également dans un billet de Stéphane Ratti sur le carnet de recherche Anabases [5] d’autres rapprochements entre le Satyricon et Pline le Jeune.

Enfin René Martin, en comparant le Satyricon avec des écrits bien datés de Juvénal en arrive à la conclusion que le roman aurait été publié vers 118 avec un auteur nommé Pétrone cité par Tacite en 117 avec la mention (et non le cognomen) arbitrer. Qui peut se dissimuler sous ce nom d’auteur ? Il en fait le portrait-robot : il faut que ce soit un homme de lettre, d’une vaste culture, capable de pasticher les grands auteurs grecs et latins ; il faut qu’il connaisse le milieu des affranchis, mais plus profondément qu’il soit capable d’en utiliser correctement le langage ; il faut enfin qu’il soit capable de se moquer de tout mais en produisant des textes poétiques du plus haut niveau.

Il existe un candidat pour jouer ce rôle et il nous est fourni par Pline lui-même (Ep. 8, 1) quand il nous parle d’un de ses secrétaires, un lettré qui est aussi son lector, un affranchi qui lui est très lié, avec lequel il travaille mais aussi se délasse. Qui plus est, il s’appelle Encolpe, comme le narrateur du Satyricon.

René Martin ajoute, dans un autre article postérieur [6], qu’Encolpe faisait partie du cercle de Pline le Jeune, qu’il connaissait le milieu des affranchis car il en faisait partie ; que comme lector de Pline il avait une pleine connaissance des lettres. Cependant il met en avant la diversité des styles dans le Satyricon et émet l’hypothèse que plusieurs personnes se sont attelées à la tâche pour le produire. C’est en effet un écrit dont la principale caractéristique est, par un détournement de textes connus, de provoquer chez les lecteurs lettrés l’amusement par des pastiches ; ou l’admiration par la création d’œuvres parodiques comme cette imitation de la Pharsale de Lucain qui occupe les chapitres 119 à 124 (ce qui représente environ 5% du total actuel). Comme de plus de nombreux poèmes de divers styles s’y rencontrent, tout ceci plaide pour un auteur collectif dans l’entourage de Pline le Jeune qui, sous le pseudonyme de Petronius Arbiter, aurait produit un jeu littéraire qui comporte tous les genres. On y trouve de l’épique, du lyrique, de l’expression triviale ou au contraire très recherchée. On y trouve une critique de l’enseignement à la manière de Tacite, on s’y moque de Pline et de sa bienveillance vis-à-vis de ses affranchis, on imite Martial, Lucain, Situs Italicus et, selon Stéphane Ratti, on y trouve même des parodies de textes chrétiens [7].

Quelle attitude avoir devant le Satyricon ?

On interprétait jusqu’à présent le Satyricon comme l’œuvre de Petronius, haut dignitaire débauché de l’époque de Néron qui, à propos des affranchis du diner chez Trimalchion montrait sa morgue de classe. Si l’on admet maintenant qu’il est le travail d’un auteur (collectif ou non) proche de Pline le Jeune, lettré, connaissant de l’intérieur le milieu des affranchis et dont le but est fondamentalement d’amuser d’autres lecteurs lettrés, cela doit changer notre propre perspective de lecteur. Pour bien lire ce texte, il faut se placer dans la perspective de son auteur et, même si on n’y adhère pas, au moins la connaitre et en tenir compte.

Pierre Grimal, dans sa présentation des Romans grecs et latin pour la collection de la Pléiade (Gallimard, 1958, le Satyricon en étant le premier chronologiquement), met en rapport le fait qu’à l’époque impériale, la littérature abandonne les genres tournés vers le bien et les aléas de la cité pour se centrer, du fait du relâchement de la pression sociale, sur l’homme individuel dont les aspirations et la vie personnelle deviennent un objet d’intérêt. Le Satyricon est un roman d’aventures entre des individus qui se séparent, se retrouvent et se disputent pour la possession d’un adolescent car la trame du discours est libertine. Cela permet des digressions de toute sorte, pastiches littéraires, récits dans le récit, (comme pour la matrone d’Ephèse dont La Fontaine plus tard fit une fable un peu fade), dont le but est d’accrocher tout lecteur,  avec en parallèle une lecture possible au deuxième degré pour des lettrés qui sauront apprécier les allusions diverses.

Roman libertin destiné à avoir une nombreuse postérité, il permet aux lecteurs d’aujourd’hui d’accéder, disons-le, à des accès de franche rigolade sur les sujets toujours d’actualité que sont le sexe et l’argent.

***
Appendice
Le latin scientifique existe encore (suite)

En consultant les deux articles de René Martin dans la Revue des études latines, j’ai vu qu’ils étaient tous les deux précédés d’un résumé en latin (nommé Epitome) mais que d’autres articles avaient leur résumé dans d’autres langues. Pour en savoir plus, je suis retourné dans le volume de 1992 de la Revue où l’on trouve dans les instructions aux auteurs la mention suivante : « Pour élargir l’audience internationale de la Revue, chaque auteur présentera également un résumé en latin ». Effectivement, dans ce volume tous les articles ont leur Epitome.

Dans le volume de l’année 2000, les instructions aux auteurs ont évolué : chaque article « est accompagné d’un résumé en latin (ou en anglais) » : si l’on regarde le résultat on constate que sur douze résumés, sept sont en latin, trois en anglais et deux en allemand. En 2010 la consigne évolue et quatre langues autres que le latin sont proposées (allemand, anglais, espagnol, italien), ce qui sera suivi d’effet puisque l’anglais devient majoritaire (6/12) devant le latin (3/12), l’allemand (2/12) et l’italien (1/12). On verra 10 ans après en 2020 où nous en sommes : on peut faire l’hypothèse que même dans ce lieu saint des études latines, l’anglais deviendra encore plus majoritaire et que le latin aura quasiment disparu. Les résumés de la revue ne feront que suivre (et pour les mêmes raisons), en quelques décennies, l’évolution internationale repérée dans un précédent billet à propos non pas de résumés mais de textes de revues de botanique du 16e au 20e siècle comme reproduit ci-dessous.

  1. Annales Livre 16, chap. 16, par. 18 et 19 []
  2. Epigrammes, Livre 3, Ep. 82, 15 []
  3. René Martin, Qui a (peut-être) écrit le SATYRICON ?, Revue des études latines, 78 (2000), p. 139-163 []
  4. Ulrike Roth, Liberating the Cena, The Classical Quartely, 2017, (66.2), p. 614-634 []
  5. Le monde du Satyricon et la maison de Pline le Jeune []
  6. René Martin, Le Satyricon est-il un livre à plusieurs mains ?, Revue des études latines, 80 (2010), p. 206-217 []
  7. Relire le Satyricon. Pline le Jeune et les chrétiens, cibles du roman secret d’un affranchi cultivé []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.