La chronique de Frédégaire : les origines troyennes des Francs

Dans un cours récent du Collège de France (26/03/19), Patrick Boucheron évoque les origines troyennes de Rome et montre qu’il ne faut pas opposer la légende traditionnelle de Romulus rassemblant dans un asile des esclaves en fuite et des voleurs pour fonder Rome et la noble légende des origines troyennes proposée par l’Énéide. En effet, Énée n’est pas arrivé à Rome mais s’est arrêté dans la ville proche de Lavinium qui devient ainsi l’origine de Rome, origine fictionnelle célébrée tous les ans en début d’année par un pèlerinage des autorités en ce lieu. Énée vient d’ailleurs et être citoyen romain c’est aussi venir d’ailleurs : de sa « petite patrie » qui peut être fort éloignée de Rome.

Il en serait de même pour l’origine troyenne des francs que l’on trouve pour la première fois en 660 exposée par un auteur que la tradition postérieure a nommé Frédégaire et qui écrit une « Chronique », c’est-à-dire une histoire de l’humanité, époque par époque et en commençant au début. C’est d’abord une compilation de diverses chroniques anciennes dont celle de Saint Jérôme, et de chapitres entiers de l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours. L’œuvre originale de Frédégaire couvre les années 584 à 641 suivie d’une continuation (ou de plusieurs) jusqu’en 768.

On trouve la première apparition de l’origine troyenne des francs dans la reprise de la chronique de Saint Jérôme qui subit quelques transformations [1].

Les origines des Francs

(4) In illo tempore Priamus Helenam rapuit
C’est à cette époque que Priam enleva Hélène
(suit un bref récit de la guerre de Troie)
Exinde origo Francorum fuit.
De là vient l’origine des Francs
Priamo primo regi habuerunt ;
Ils eurent comme premier roi Priam
postea per historiarum libros scriptum est qualiter
puis, comme cela est écrit dans les livres d’histoire
habuerunt regi Friga.
ils eurent comme roi Friga
Postea partiti sunt in duabus partibus.
Ils se divisèrent ensuite en deux
Una pars perrexit in Macedoniam (…)
les premiers s’en allèrent en Macédoine…
(5) Nam et illa alia pars, quae de Frigia progressa est,
Quant à cette autre partie, partie de Phrygie,
ob Olexo per fraude decepti,
trompés par ruse du fait d’Oxelus
tamen non captivati, nisi exinde eiecti,
ils ne furent cependant pas fait captifs ni expulsés
per multis regionibus pervacantis eum uxores et liberos,
des nombreuses régions qu’ils parcouraient avec femmes et enfants.

Electum a se regi Francione nome,
Ils se donnèrent un roi du nom de Francion
per quem Franci vocantur.
et c’est pourquoi on les appelle des Francs
In postremum, eo quod fortissimus ipse Francio in bellum fuisse fertur,
Enfin, ce même Francion se montra si fort à la guerre que,
et multo tempore cum plurimis gentibus pugnam gerens,
ayant longtemps combattu contre divers peuples
partem Asiae vastans,
en dévastant une partie de l’Asie
in Eurupam dirigens, inter Renum vel Danuvium et mare consedit.
allant en Europe, il s’installa entre le Rhin, le Danube et la mer.

Au paragraphe 6 suivant, on voit les Francs s’allier aux Saxons pour s’opposer à l’envahisseur romain.

Post haec nulla gens usque in presentem diem
Depuis ce jour et jusqu’à nos jours il n’est personne
Francos potuit superare,
qui puisse s’élever au-dessus des Francs
qui tamen eos suae dicione potuisset subiugare
ni qui puisse les soumettre sous son pouvoir.

La puissance montante des Francs trouve dans le mythe troyen un moyen d’anoblissement collectif qui va leur permettre de légitimer leur droit d’apparaitre comme les successeurs légitimes des romains, ce qui sera confirmé un peu plus d’un siècle plus tard par le couronnement de Charlemagne comme empereur en 800. Ce mythe troyen, enrichi plus tard, vers 727 par une chronique anonyme, le Liber historiæ Francorum  qui utilise Grégoire de Tours en le complétant, introduit dans la descendance troyenne un certain Pharamond qui est supposé être le premier roi des mérovingiens. Cette mythologie troyenne sera utilisée par les rois de France jusqu’à la Renaissance [2].

La reine Gondeberge : une femme bienveillante, agressée, vengée.

Pour avoir une vision plus précise de la chronique de Frédégaire (et de sa langue qui sera étudiée ensuite), en voici un extrait, le chapitre 51 (p. 305-307 du manuscrit), qui raconte les heurs et les malheurs de la reine Gondeberge [3].

Gundeberga regina, cum esset pulchra aspecto
La reine Gondeberge, qui était jolie à regarder
benigna in cunctis et piaetate plenissema christiana
bienveillante envers tous et tout emplie de piété chrétienne
aelimosinis larga, praecellenti bonitatem eius,
généreuse dans ses aumônes et d’une remarquable bonté,
diligebatur a cunctis.
était aimée de tous.

Homo quidam nomen Adalulfus ex genere Langobardorum
Il y avait un homme, nommé Adalulf, Lombard de naissance
cum in aula palatiae adsiduae obsequium regis conuersaretur
que le service du roi amenait à passer tout son temps au palais.

Quadam uicae ad reginam ueniens
Un jour qu’il venait auprès de la reine
cum in eius staret conspectum Gundeberga regina
et se tenait à portée de son regard, la reine Gondeberge
eum sicut et citeris diligens
qui l’aimait autant qu’un autre,
dixit honeste staturae Adalulfo fuisse formatum.
dit en toute honnêteté qu’Adalulf avait fort belle allure.

Ille haec audiens ad Gundebergam secrecius ait dicens :
L’autre, entendant cela, aborda en secret Gondeberge et lui dit :
« Furmam status meae laudare dignasti,
« Tu as daigné louer la beauté de ma taille,
stratus tui iobe subiungere »
ordonne-moi de venir partager ton lit ». [4]
Illa fortiter denegans eumque dispiciens in faciem expuit.
Celle-ci refusa catégoriquement et, par mépris, lui cracha au visage.

Adalulfus cernens se uitae periculum habere,
Adalulf, se rendant compte que sa vie était en danger,
ad Charoaldo regem protinus cocurrit,
courut directement trouver le roi Charoald
petens ut sigrecius quod ad suggerendum habebat exponeret
et demande à lui expliquer confidentiellement ce qu’il avait à lui apprendre

Locum acceptum dixit ad regem :
Un lieu ayant été fixé, il dit au roi :
« Domina mea, regina tua Gundebarga,
« Ma maitresse, ta reine Gondeberge,
apud Tasonem ducem secrecius tribus diebus locuta est,
a eu, il y a trois jours, un entretien secret avec le duc Taso
ut te uenino interficerit, ipsum coniugatum sublimarit in regnum »
en vue de t’empoisonner, et de l’élever, après l’avoir épousé, sur le trône ».

Charoaldus rex, his mendatiis auditis credens,
Le roi Charoald, prêtant foi à ces mensonges,
Gundobergam in Laumello castro in unam turrem exilio trudit.
condamne Gondeberge à l’exil dans une tour du château de Lomello.

Chlotharius legatus diriens ad Charoaldum regem, inquirens
Clotaire dépêcha des ambassadeurs auprès du roi Charoald, lui demandant
qua de re Gundebergam reginam parentum Francorum humiliasset,
pourquoi il avait abaissé la reine Gondeberge, qui était de parents francs,
ut exilio retrudisset, Charoaldus his uerbis mendaciis
au point de la reléguer en exil. Charoald répondait en reproduisant
quasi uiretatem subsisterint respondebat.
ces propos mensongers comme si c’était la vérité.

Tunc unus ex legataries nomen Ansoaldus
Alors un des ambassadeurs nomé Ansoald
non quasi iniunctum habuisset sed ex se ad Charoaldo dixit :
sans en avoir reçu l’ordre mais de son initiative, dit à Charoald :
« Liberare potebas de blasphemeo causam hanc.
« Tu pourrais te tirer de cette affaire de blasphème
Iube illum hominem, qui huiuscemodi uerba tibi nunciauit,
ordonne à cet homme, qui t’a tenu de tel propos
armare et procedat alius de parte reginae Gundebergae,
de s’armer et que s’en avance un autre, représentant la reine Gondeberge
quique armatus ad singulare certamine.
lui aussi en arme pour un combat singulier.
Iudicium Dei his duobus confligentibus cognuscatur,
Qu’à travers l’affrontement de ces deux hommes le jugement de Dieu fasse savoir
utrum huius culpae repotationes Gundeberga sit innoxia
si Gondeberge est innocente de cette faute qu’on lui prête,
an fortasse culpabelis ».
ou si par hasard elle en est coupable ».

Cumque haec Charoaldo regi et omnibus primatis palatiae suae placuisset,
Cela plut au roi Charoald et à tous les grands de son palais.
iobet Adalulfum armatum conflictum adire certamine,
Il ordonna qu’Adalulf, en armes, vienne se battre,
ut de partae Gundegerbae,
tandis que, représentant Gondeberge,
procurrentibus consubrinis Gundebergam et Aripertum,
selon le choix prévu par Gondeberge et son cousin Charibert
homo nomen Pitto contra Adalulfu armatus adgreditur.
un homme nommé Pitto s’avance en armes contre Adalulf.

Cumque confligissent certamine, Adalufus a Pittone interficetur.
Ils engagèrent le combat et Adalulf fut tué par Pitto.
Gundeberga statim de exilio post anno tercio regressa,
Immédiatement Gondeberge, après trois ans, revient d’exil
sublimatur in regno.
et est élevée sur le trône.

Fin du chapitre 51 du manuscrit 10910 de la BnF, p. 307

« Rien de nouveau sous le soleil » dira-t-on, sauf pour la procédure judiciaire, qui s’est laïcisée.

La langue de Frédégaire

J’ai indiqué par des mots en gras (sans avoir la prétention d’être exhaustif) les mots ou les usages qui se différencient du latin classique [5]. D’une manière générale on observera l’usage fréquent fait des prépositions qui conduira à l’abandon du système casuel.

Dans le premier texte on notera Ob suivi de l’ablatif, fuisse à la place de esse, des participes présents utilisés comme propositions subordonnées. Dans le deuxième texte on verra surtout l’évolution du système des voyelles : e à la place de i, u à la place de o et inversement. En voici quelques exemples :

e pour i : plenissema / plenissima ; culpabelis / culpabilis
i
pour e : sicretius / secretius
inversion des deux : uiretatem / ueritatem
o
pour u : repotationes / reputationes
u
pour o : furmam / formam

Dans la mesure où le lecteur contemporain peut avoir sous les yeux l’excellent latin d’Alcuin ou même d’Érasme, il a l’impression que nous sommes au niveau historiquement le plus bas du latin qui va ensuite remonter pour redevenir au niveau cicéronien. Cette impression est totalement fallacieuse : nous sommes au 7e siècle à un moment où le latin est encore une langue parlée en Gaule par tous les groupes sociaux et en tous les lieux. On ne peut pas parler de “désastre langagier” : tout le monde se comprend et on se comprend d’une génération à l’autre. Les évolutions sont progressives qui vont conduire à la langue romane d’oil dans le nord de la Gaule, et d’oc dans le sud. Les locuteurs ont toujours l’impression de parler la même langue, le latin. Même si ce latin a évolué profondément, il l’a fait progressivement [6].

Ceux qui ont fait la rupture, ce sont les clercs de l’époque de Charlemagne qui comme Alcuin sont nés en Angleterre, pour qui le latin est une acquisition scolaire, qui s’aperçoivent que le latin écrit des vies de saints ne sont pas du bon latin et qu’ils doivent être réécrits (voir un précédent billet sur cette question). Si le latin est redevenu à nos yeux de bonne qualité du fait de la réforme carolingienne, c’est parce qu’il est devenu une langue morte. Ce n’était pas le cas de celui de Frédégaire : il est un des derniers témoins du latin vivant en Gaule.

  1. Le texte latin se trouve dans les MGM (Monumenta Germaniæ Historica), Scriptores rerum Merovingicarum, t. 2, 1888, p. 44-47 ; il existe une traduction française peu précise qui ne s’appuie que sur un manuscrit, mais le plus ancien connu  (fin du 7e ou début du 8e siècle) : Les compilations : texte latin du Ms BnF, lat. 10910. Partie II, traduction et présentation par Nathalie Desgrugillers, Paleo, 2011 ; on trouvera dans Jérôme, Chronique, notes et commentaires par Benoît Jeanjean et Bernard Mançon, PUR, 2004, une traduction de la Chronique de Jérôme ainsi que quatre études sur les Chroniques et chronographies dans l’Antiquité tardive, 4e-6e siècle dont une de Benoît Jeanjean qui montre comment Frédégaire à utilisé en la modifiant la préface de Jérôme. []
  2. Colette Beaune, Naissance de la notion France, Gallimard, 1993, chapitre premier : « Trojani aut Galli ? » []
  3. Texte et traduction issus de : Frédégaire. Chronique des temps mérovingiens (Livre IV et Continuations). Texte latin selon l’édition de J.M. Wallace-Hadrill ; traduction, introduction et notes par Olivier Devillers et Jean Meyers, Paris, Brepols, 2001, p. 135-137. Le livre IV est la partie proprement originale de Frédégaire après l’utilisation de la Chronique de Jérôme (modifiée, voir plus haut), de diverses chroniques anciennes et de l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours []
  4. Devillers et Meyers, pour rendre l’assonance entre status et stratus, proposent de traduire « partager ta paille », Frédégaire, p.136, n. 392 []
  5. Devillers et Meyers dans la Chronique des temps mérovingiens citée en note 3, consacrent les pages 42 à 53 à l’étude du latin de Frédégaire []
  6. Michel Banniard, Le latin mérovingien. État de la question, dans Les historiens et le latin médiéval, textes réunis par Monique Goullet et Michel Parisse, Publications de la Sorbonne, 2001 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.