Mordicus

Robert Delord vient de publier aux Belles Lettres le livre ci-contre intitulé Mordicus, mais avec un sous-titre qui correspond bien au contenu du livre : Ne perdons pas notre latin ! C’est un livre écrit à la première personne où le témoignage est très présent et souvent très savoureux mais qui défend le latin, peut-être mordicus, mais surtout avec des arguments qui portent.

Ce livre devrait être lu par tous les enseignants de LCA qui y trouveront d’abord des idées pour leur propre enseignement, mais aussi des arguments à opposer à des personnes réticentes, que ce soit des collègues ou des parents, mais surtout de bonnes raisons de se conforter dans leur choix. C’est aussi un livre qui peut être lu par un public large qui est quelquefois décontenancé par les soutiens réactionnaires des langues anciennes.

Ce qui rend ce livre attachant, c’est que l’on y découvre un enseignant de latin qui noue avec ses élèves une relation forte, exemplaire de ce que doit être la relation pédagogique et ceci du fait de la permanence du groupe de latinistes sur plusieurs années, du fait des voyages sur les terres de l’Antiquité (Italie mais aussi Espagne et à une époque Tunisie), du fait que les textes anciens confrontent à des sujets tels que la sexualité (et l’homosexualité) mais aussi le politique. Ces sujets restent d’actualité et les élèves de Robert Delord en discutent avec lui ce qui montre la relation de confiance qui s’est instaurée dans le groupe. Mais voyons les choses plus en détail.

Situation du latin

La première moitié du livre est consacrée à un historique de l’enseignement du latin : il débute au moment de la première généralisation de l’enseignement c’est-à-dire au milieu du 19e siècle. C’est le moment où des groupes sociaux autres que les élites (qui faisaient du latin depuis toujours) accèdent à l’enseignement primaire, puis pour les classes moyennes, à l’enseignement secondaire où se développe un enseignement sans latin. Ceci conduit en 1902 à la création des quatre sections A, B, C et D, les trois premières comportant du latin et la dernière non. Sont ensuite rappelées les différentes étapes qui réduiront progressivement le rôle des langues anciennes.

A partir de 2002, Robert Delord évoque son propre parcours d’enseignant, en particulier en 2016 où il y eut, à gauche, le désir de démanteler les langues anciennes jugées « inutiles, élitistes et socialement discriminantes ». Au final, les horaires furent réduits et la ministre Najat Vallaud Belkacem voulu instaurer un Enseignement pratique interdisciplinaire (EPI) qui auraient pu ouvrir pour tous les élèves une confrontation avec les LCA. Le conflit est retracé et documenté avec des références précises (et cela vaut d’ailleurs pour l’ensemble du livre) jusqu’à son évolution actuelle avec le nouveau ministre Jean-Michel Blanquer.

Le livre examine ensuite la question des effectifs et constate que pour une langue enseignée en option, les effectifs des latinistes se maintiennent à un environ un demi-million d’élèves ce qui montre bien que le latin intéresse encore. Mais la situation du latin c’est au sens propre la manière dont il est enseigné aujourd’hui et là l’évolution est considérable par rapport à une époque où, dans les années 1960, le but de l’enseignement était la simple traduction des auteurs classiques avec un apprentissage précoce des déclinaisons. Du simple fait de la réduction drastique des horaires, ce temps est révolu et le but de l’enseignement a changé : des textes progressifs permettent de prendre confiance en soi, d’autres textes que les auteurs classiques sont déchiffrés : inscriptions tombales, monnaies, cadrans solaires et autres inscriptions monumentales qui font découvrir un patrimoine local. De plus le numérique, par les ressources qu’il offre permet de découvrir le monde antique et d’introduire dans l’enseignement une dimension ludique pour travailler tant sur la langue que sur la civilisation.

Robert Delord affronte résolument la question de l’élitisme tant reproché au latin : il constate que dès Cicéron il est déjà présent et que l’apprentissage du latin correct était le fait des élites romaines qui utilisaient grammaticus et rhetor à cette fin. Cet enseignement a perduré jusqu’au début du 20e siècle mais la massification de l’enseignement à fait qu’un enseignement destiné au début de ce siècle à une élite peu nombreuse des grandes villes a changé de nature quand il a été enseigné comme aujourd’hui dans 93% des collèges de France. Son aspect facultatif fait que cet enseignement devient objet de choix, qu’il n’est plus sélectif : il permet aux familles qui cultivent les valeurs de la culture d’y retrouver les éléments auxquelles elles sont attachées (et qui savent que c’est par les maths que se fait aujourd’hui la sélection de l’élite) mais il permet aussi à d’autres familles qui se sentaient exclues de la culture d’y trouver un moyen pour y accéder. Celles-ci sont particulièrement sensible au fait que cette possibilité leur soit offerte même dans un collège situé en zone défavorisée.

La reconquête du français

Le latin peut être une aide pour mieux comprendre la structure de la phrase en français : le système des cas fait qu’en latin, la fonction grammaticale d’un mot est visible ce qui n’est pas le cas en français (sauf dans l’opposition que / qui ou me / moi et équivalents). Faire l’analyse d’un texte latin est un apprentissage des fonctions des mots et permet de maitriser des concepts comme le complément d’objet direct. En français, langue non casuelle, les structures de la phrase ne sont pas visibles mais doivent être déduites : peu d’élèves au collège y arrivent. D’autre part, par le biais de l’étymologie, l’élève latiniste peut enrichir son vocabulaire et comprendre à fond les innombrables expressions latines du français. Enfin, l’exercice de traduction, qui a profondément changé de sens par rapport au passé où elle n’était qu’une épreuve scolaire, devient un exercice où toutes les qualités intellectuelles sont requises. Un texte latin propose des indices qui doivent entrainer des hypothèses d’analyse mais celles-ci sont à vérifier par leur cohérence avec d’autres indices. Ceci fait, il reste à trouver les mots justes et ceci est un exercice formateur en français car cela mobilise des connaissances de toutes sortes, linguistiques et culturelles, que les élèves latinistes peuvent acquérir par ce biais.

Le latin, à la croisée des savoirs

L’apprentissage du latin permet des rapprochements avec les langues romanes mais aussi dans certains cas avec des langues germaniques en mobilisant éventuellement certains aspects de la grammaire comparée des langues indo-européennes : le livre montre avec virtuosité quelques exemples qui aident au rapprochement des langues et des cultures. Il montre également comment le même esprit de rigueur fonctionne dans la traduction et les mathématiques. Il rappelle enfin l’utilisation du vocabulaire latin en physique, en chimie et dans les sciences de la vie.

Le latin, bien commun

Robert Delord, dans cette dernière partie utilise ses vastes connaissances concernant l’utilisation de l’Antiquité dans les médias modernes pour nous montrer sa présence, depuis longtemps dans des films, aujourd’hui dans des séries et plus généralement dans l’imaginaire collectif comme le manifeste son usage dans la publicité. Le gout de l’Antiquité est très vif chez les élèves par l’enchantement qu’il procure si on le fait revivre devant leurs yeux : « ce que les élèves attendent du cours de latin, c’est Jurassic Park : ils souhaitent voir s’animer devant leurs yeux cette Antiquité qui les fait tant rêver » se donne-t-il comme programme.

Enfin, s’intéresser à l’Antiquité, c’est permettre un décalage dans le temps et dans l’espace (à l’occasion de voyages de classe) qui permet d’acquérir un regard critique sur notre société en découvrant la manière dont des thèmes antiques sont actuellement vécus, qu’il s’agisse de la citoyenneté, de l’esclavage, de l’impérialisme. Par le biais de l’étude de la religion romaine, on peut examiner le problème, toujours présent, de la représentation des dieux. Sur les questions sociales, la sécession de la plèbe est toujours d’actualité. Dans la dernière phrase de son livre, Robert Delord résume bien l’attrait de l’Antiquité et son rôle actuel : « Si le latin attise encore et toujours la curiosité des élèves, c’est bien parce qu’il permet, grâce au prisme fascinant de l’Antiquité, de trouver sa place dans le monde contemporain ».

***

J’espère que ce résumé vous donnera envie de lire ce livre : vous ne le regretterez pas car c’est la première fois depuis longtemps qu’un ouvrage sur cette question émane de quelqu’un qui est sur le terrain, mais qui maitrise parfaitement toute la problématique de la question du latin.

Commentaires

Il me reste cependant à en donner deux commentaires qui sont un prolongement des discussions évoquées dans cet ouvrage. En premier lieu je voudrais tenter d’expliquer, à ma manière de sociologue, les raisons qui poussent les personnes de gauche à lutter contre l’enseignement du latin spécialement dans le milieu de l’Éducation nationale où on trouve ceux qui « veulent la peau de latin ».

Le point de départ de mon argumentation réside dans la découverte que la situation de l’enseignement du latin en France est tout à fait exceptionnelle par rapport à trois pays proches, l’Italie, l’Espagne et la Belgique qui sont soit de langue française pour la Wallonie soit de langue romane pour les deux autres. Or l’enseignement du latin dans les classes terminales de l’enseignement secondaire y atteint des proportions beaucoup plus fortes qu’en France (4%) puisqu’elles sont de 16% en Espagne, 14% en Italie et pour la Belgique 17% en Flandres et 12% en Wallonie.

Un tel écart est lié à l’histoire de ces différents pays qui ont été pris dans le tourbillon de l’histoire européenne depuis la Révolution française par le biais des conquêtes napoléoniennes. Un aspect important de politique interne de tous ces pays, c’est la relation à l’Église catholique : en France elle est très conflictuelle pendant la Révolution, stabilisée par le concordat de Napoléon, mais redevient conflictuelle pendant la troisième république, et est stabilisée à nouveau par la séparation de l’église et de l’état et la loi sur la laïcité de 1905.

Je fais l’hypothèse que la situation conflictuelle française a fait au 20e siècle que le latin a été identifié avec l’Église catholique : en témoigne cette déclaration de l’helléniste Victor Bérard qui en 1902 (au moment de la création des séries avec latin et sans latin du bas) déclare :

« Le jour où nous n’aurons pas en France un assez grand nombre de gens connaissant l’Antiquité vénérable, nous retomberons bien vite sous la coupe de gens qui, pour des motifs religieux, continueraient à la connaitre et appuieraient leur domination sur ce respect du passé qui est au fond de tous les hommes. […] À côté des avocats du passé, qui toujours auront une énorme influence, il faut qu’il y ait des juges ou, si vous le voulez, des critiques du passé : on aura toujours assez d’avocats de Dieu, opportet haereses esse, il faut quelques avocats du diable [1]. »

L’Église catholique a perdu de son influence en France : il n’y a plus que 4% de pratiquants réguliers, mais là où elle est plus forte, c’est-à-dire dans l’enseignement confessionnel, le latin est davantage enseigné puisque 8% en font encore en terminale contre 3% pour le Public.

En Italie, où la proportion de catholiques pratiquants est encore aujourd’hui de 47%, s’il y a eu un conflit avec l’Église, il toucha la question des États pontificaux et fut résolu définitivement par leur disparition en 1870 acceptée par le Pape lors des accords du Latran de 1929. Dans ce pays, même les athées convaincus ont de bonnes relations avec l’Église (Cf. Don Camillo et Peppone). En Italie enfin, le lycée classique est toujours compris comme une filière d’excellence.

En Espagne, malgré son lien avec le franquisme, l’influence de l’Église catholique reste forte puisque 23% des espagnols se déclarent toujours catholiques pratiquants. Enfin, dans un pays comme la Belgique qui s’est créé en 1830 en associant la Flandre et la Wallonie qui étaient de langues différentes mais qui étaient catholiques, contre les Pays-Bas qui étaient protestants, l’influence de l’Église catholique reste forte : 21% se déclarent catholiques pratiquants en Wallonie et cette proportion est plus forte en Flandre (Cf. Les flamandes de Jacques Brel) et le latin s’y porte bien [2].

En France, la lutte de la Gauche est tellement associée à la lutte contre l’influence de l’Église, dont le latin est jugé faire partie, qu’il a même fallu inventer le concept de « deuxième gauche » pour caractériser des gens qui partageaient avec elle les valeurs d’émancipation mais qui n’étaient pas antireligieux comme Michel Rocard ou la revue Esprit. Le cas exemplaire d’opposition au latin est celui de Pierre Bourdieu qui fait du latin un élitisme mais qui l’utilise à très hautes doses pour son compte personnel de sociologue (Cf. Le latin de Bourdieu).

Il faut aussi ajouter que beaucoup de gens à gauche sont opposés au latin mais ont oublié l’origine anti-religieuse de leur opposition. Ils ont eu besoin de ce fait, quand la relation à l’Église s’est pacifiée (après la « querelle scolaire » de 1984 et sauf pour le respect de la « loi naturelle »), d’un argument de substitution. Ceci s’est passé quand en 1968, la série C (mathématiques) du bac a pris le pas définitivement sur la série A littéraire. La sélection se faisant maintenant par les mathématiques, le latin fut déclaré élitiste, à la suite de Bourdieu qui parlait lui de « gaspillage ostentatoire » et pour qui la science seule avait une légitimité. Un tel phénomène de besoin de nouvelles motivations pour maintenir en l’état une réalité sociale n’est pas rare et la motivation du latin comme gymnastique de l’esprit en est un bon exemple, motivation qui fut inventée au 19e siècle quand l’admiration pour les anciens, qui était la motivation principale dans l’Ancien régime, disparut du fait des excès de la Révolution faits au nom de la vertu romaine [3].

***

Mon deuxième commentaire est une vraie question : je comprends tout à fait l’apport que l’étude du latin peut apporter à la compréhension de la phrase française et en quoi l’apprentissage du COD va bien plus loin que ce que peut faire la notion de prédicat. Mais la raison profonde de la connaissance nécessaire du complément d’objet direct est qu’elle permet d’accorder correctement le participe passé conjugué avec avoir. Or, cette règle n’est pas une codification de l’usage car, tant à l’oral qu’à l’écrit l’accord ne se fait pas toujours, mais vient d’une décision de l’Académie française qui a cru, sur les indications de Marot, qu’il fallait imiter la manière italienne de faire. Comme je l’ai montré précédemment, la pratique en italien est la liberté d’accorder ou non : s’il y a une réforme à faire, c’est bien cette liberté qu’il faut promouvoir. En attendant ce jour, il reste que la compréhension qu’apporte le latin peut être utile mais c’est en quelque sorte une raison purement utilitaire.

  1. Latin et politique. Quatrième partie : la réforme de 1902 []
  2. Sources : Situation du latin, France, Repères et références statistiques 2018, Espagne, Italie, Belgique. Pratique religieuse : France Ifop 2010, Italie, Doxa 2014, Espagne CIS 2019, Wallonie Orela/Ipsos 2016 []
  3. Sources : évolution des séries du bac, Bourdieu, gymnastique de l’esprit []

2 réflexions sur « Mordicus »

  1. Pas d’accord avec votre dernière remarque : la connaissance du complément d’objet direct est nécessaire en tant qu’il s’oppose à l’attribut du sujet : parce qu’en dépend l’éventuel accord du participe ou l’accord de l’attribut du sujet, mais surtout – et plus fondamentalement encore – parce qu’en dépend la compréhension de ce qui complète le verbe ou le sujet, ce qui est totalement différent. Bref, c’est un enjeu majeur pour l’intelligence élémentaire de la phrase !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.