Le Japon grec

Le rapprochement du Japon et du grec opéré par Michael Lucken (professeur de japonais à l’Inalco) est déconcertant et pourtant il pourrait avoir une racine historique que nous allons essayer de comprendre. En effet, c’est par l’intermédiaire du bouddhisme et des représentations du Bouddha inspirées du monde grec que les japonais ont pensé qu’ils avaient un lien avec ce monde. L’auteur du Japon grec fait le point sur les croyances japonaises dans ce domaine mais plus largement va nous montrer à la fois l’influence des grecs anciens dans tous les domaines mais aussi essayer de comprendre cette attitude qui, si elle est contemporaine de l’ouverture du Japon à l’Occident, n’a pas été vécue sous le mode de l’imposition de l’extérieur d’une culture, mais sous le mode d’une appropriation profonde.

Mais je commencerai par une (fausse) énigme : de quelle revue savante est extraite cette liste de titres (n°4 – 1956) ?

– Le déchiffrement du Linéaire B mycénien
– Notes sur l’unité de l’Antigone de Sophocle
– L’analyse par Thucydide de la politique à Athènes
– Χάρις, ὀρθότης et ὠφελία : quelques réflexions de fond sur la théorie de l’art de Platon
– Τά αὐτοῦ πράττειν : la théorie de la justice chez Platon
– Une remarque sur la critique de l’hédonisme par Aristote
– La femme chez Horace
– Lucrèce rapporté par les textes anciens
– Le développement de la sculpture sur le fronton des temples grecs
– Cinq φιλόλογοι : pages de mon journal à Harvard
– Rapport sur la réunion triennale du comité de liaison des sociétés classiques britanniques (1955).

Comptes rendus

Guthrie, W. K. C., The greeks and their Gods ; Merkelbach, Reinhold, Untersuchungen zur Odysee ; (…) Ernout, A. Morphologie du latin ; (…) Bartoccini, R., Le pitture etrusche di Tarquinia (18 comptes rendus en tout).

Il s’agit de Seiyō koten kenkyū, c’est-à-dire des Études classiques occidentales dont le premier numéro date de 1953 : tous les auteurs ont des noms japonais. Cet exemple (donné en annexe par l’auteur), nous montre bien le haut niveau d’appropriation auquel sont parvenus les chercheurs japonais. Il y aurait « davantage de professeurs de grec dans l’enseignement supérieur au Japon qu’en Grande-Bretagne » depuis les années 1990 [1]. Mais examinons d’abord le récit d’origine.

La conquête d’Alexandre et ses suites

Je rappelle ici ce que j’avais présenté dans un précédent billet consacré à l’Art gréco-bouddhique : l’empire d’Alexandre après sa conquête de l’empire achéménide (560-530) correspond à l’est à l’Iran actuel, l’Afghanistan et allait jusqu’à l’Indus. Des colonies grecques d’anciens soldats forment en 250 av. J.C. un royaume gréco-bactrien qui devient gréco-indien. L’influence grecque est forte dans la région et les Bouddhas de Bamiyan qui furent dynamités en 2001 gardent la trace de cette influence hellénique.

L’idée que dans la peinture japonaise bouddhique on pouvait voir une influence grecque, lointaine parce que passant par l’Inde, a été émise par des occidentaux quand ceux-ci ont pu à nouveau pénétrer au Japon à la fin du 19e siècle. L’art japonais fut d’ailleurs beaucoup apprécié puisqu’il devint une mode, le japonisme.

Michael Lucken montre en détail comment cette idée d’une influence grecque sur leur culture a été reprise par les élites japonaises qui s’en sont servie pour lutter contre le sentiment d’être des imitateurs de l’Occident pour tout ce qui concernait le développement scientifique et industriel du pays. Avoir le sentiment que leur tradition artistique s’appuyait sur la tradition grecque leur a permis de s’affranchir de la domination symbolique européenne étant entendu que par ailleurs le bouddhisme leur donnait un ancrage asiatique.

Le développent de l’étude de la culture classique gréco-latine

Le Japon avait eu un premier contact avec la culture grecque lors de l’arrivée des Jésuites au 16e siècle : ceux-ci réussirent en quelques années à convertir de grandes masses. Leur enseignement philosophique lié à la philosophie de Tomas d’Aquin utilise beaucoup Aristote qui par ce biais est introduit au Japon. Mais au bout de 50 ans, le prosélytisme religieux est interdit et le christianisme est persécuté car il est un concurrent trop direct du bouddhisme.

Depuis cette époque, fermé à la culture européenne (sauf sur un port tenu par les hollandais), le Japon s’est trouvé au milieu du 19e siècle soumis à une pression de plus en plus forte, y compris militaire, qui l’ont contraint à s’ouvrir à la culture occidentale. Il a alors reçu des professeurs étrangers pour enseigner la philosophie (et de ce fait les grands auteurs de l’Antiquité), mais il a aussi envoyé des étudiants dans les grandes universités occidentales. Donner de l’importance à la tradition grecque a été aussi une manière de s’affranchir du modèle chinois alors prépondérant. Le résultat a été que l’importance de la culture classique au Japon est bien plus forte que symétriquement, l’importance de la culture japonaise en Europe, qui si elle a provoqué des modes dans le domaine des arts n’a pas donné une place si importante aux orientalistes. Par exemple, entre 1890 et 1940, période où le culte de l’antiquité gréco-romaine fut la plus forte au Japon, le nombre moyen de publications sur ce sujet a été de plus de 300 par an.

Avant 1880, connaitre la culture classique est nécessaire pour pouvoir dialoguer en profondeur avec des occidentaux qui apportent les outils d’un développement national. Après cette date et l’introduction de l’idée que le Japon a un lien avec la Grèce par l’intermédiaire des suites de la conquête d’Alexandre dans le continent indien, la relation change. De purs consommateurs de la science occidentale, les japonais s’approprient la culture grecque et en font un ressort de leur épanouissement intellectuel.

De 1925 à 1945 le prestige de l’Antiquité a été mis au service de l’idéologie nationaliste mais des auteurs hostiles à cette ligne politique ont utilisé l’opposition entre Rome et la Grèce pour appuyer leur politique antifasciste. A la différence de l’Inde où les études classiques qui avaient été mises à contribution par Nehru qui y avait été très bien formé, ont été oubliées après l’indépendance car trop liées au colonisateur, au Japon, qui n’a jamais été colonisé, les études classiques ont connu un développement renforcé.

Après 1945 la défaite a signé l’arrêt de l’admiration d’un Platon homme d’ordre et on assiste à la constitution de deux courants de pensée et de recherche : l’un, conservateur, se réfugie dans l’érudition tandis que l’autre étudie, dans une perspective de gauche, des thèmes comme l’esclavage ou la démocratie.

En 1949 est créée le Société classique du Japon et on a vu plus haut la qualité des études parues à partir de 1950. Au début des années 1960 l’université de Kyoto possède quatre chaires liées à l’Antiquité : littérature grecque et latine, philosophie antique de l’Europe, histoire antique de l’Europe, droit romain. Il y a au total 114 titulaires antiquisants dans les 34 universités du Japon. Une collection analogue au Loeb ou au Budé comprend actuellement plus de 130 volumes.

L’appropriation de la culture grecque

Dans la dernière partie du livre, Michael Lucken prend divers exemples pour montrer quelle relation se joue aujourd’hui entre la tradition classique européenne et l’apport japonais.

En architecture, comme dans beaucoup de pays du monde, l’architecture néoclassique avec ses colonnes et ses frontons a fait fureur. Certains architectes japonais novateurs ont voulu s’en déprendre en incluant des éléments d’architecture traditionnelle japonaise, mais pas complètement car l’influence grecque reste forte.

Dans le domaine de la philosophie, le stoïcisme antique a souvent été mis en rapport avec le code moral des guerriers (samurai). Dans les deux cas on retrouve des caractéristiques communes : d’être d’abord des manières de vivre, des principes plutôt que des théories philosophiques. De cette prise de conscience de similitudes, en particulier sur la question du rapport à la mort, les intellectuels japonais ont tiré cette idée qu’ils étaient là à égalité avec les stoïciens anciens. Sur cette question, ils n’ont pas tiré leur savoir de l’Antiquité occidentale mais du fond commun de la nature humaine universelle.

En ce qui concerne le rapport au corps, le Japon a dès 1912 participé aux Jeux Olympiques (dont c’était la 5e édition) et le canon grec s’est rapidement imposé comme idéal de beauté du corps.

La tragédie grecque fut pour les metteurs en scène des années 1970 l’occasion d’une confrontation avec le théâtre traditionnel . Une certaine proximité avait déjà été repérée dès le 19e siècle par des auteurs occidentaux mais elle fut mise en relief par des mises en scène qui, avec des décors contemporains, ont pratiqué un décalage souvent chargé d’allusions politiques orientées politiquement à gauche.

La conclusion de l’auteur devant l’ampleur qu’a pris en un siècle l’imprégnation de la culture gréco-romaine, est double. Il note d‘abord que comprendre la pensée grecque nécessite le même genre de travail que d’acquérir la maitrise des sciences exactes et que c’est la même motivation de fierté nationale qui a permis aux japonais d’acquérir une haute compétence dans les deux domaines. Par ailleurs, l’importance donnée à la Grèce doit aussi s’expliquer par une opposition aux rivaux proches, la Chine et la Corée.

A la fin de son livre, Michael Lucken évoque la figure de Mishima (1925-1970) auteur japonais féru de culture grecque dont une grande partie de la production littéraire a été traduite et appréciée en Occident mais qui qui a terminé sa vie par un suicide traditionnel. Devenu un « Apolon tragique » Mishima a vécu comme beaucoup de japonais cette attirance pour une pensée philosophique unifiante venue de la Grèce, comme une dimension complémentaire de sa culture d’origine, non comme sa négation.

***

Actualité récente du Japon au musée Guimet

Une exposition vient de se tenir au musée Guimet qui présentait une collection d’estampes illustrant la route du Tokaido, itinéraire côtier reliant Edo (aujourd’hui Tokyo) capitale du pouvoir politique de l’époque, à Kyoto résidence de l’empereur (cet itinéraire est aujourd’hui bien connu pour être celui du train à grande vitesse Shinkansen Tokaido).

Ces estampes ont été réalisées par Hiroshige (1797-1858) et éditées en 1833-1834 c’est-à-dire avant l’ouverture du Japon à l’Occident en 1868 (ère Meiji). Cependant, l’influence occidentale est déjà présente au Japon par le biais des Hollandais qui sont autorisés à utiliser un port. Cette influence passe dans le dessin par l’utilisation de la perspective occidentale et l’importation de Bleu de Prusse qui est très utilisé dans toutes les estampes.

Du fait de l’utilisation de cette perspective occidentale, il n’est pas étonnant que les estampes japonaises, celles d’Hiroshige et celles de Hokusai (1760-1849) aient eu un immense succès en occident à la fin du 19e siècle et influencèrent des artistes comme Van Gogh (Japonaiserie), Degas (qui imite certaines perspectives graphiques d’estampes) ou Monet. Le Japonisme est à la mode également dans les arts décoratifs ainsi que dans la littérature et la musique (Madame Butterfly)

Notons encore que La Vague d’Hokusai date de la même époque et a connu un vif succès (qui perdure toujours) : Debussy s’en inspire pour écrire son poème symphonique La Mer [2]. Cette estampe d’Hokusai est encore très couramment utilisée dans le graphisme commercial contemporain.

Des éléments culturels japonais ont de ce fait été appropriés par l’Occident comme la culture gréco-romaine l’a été à la même époque par le Japon. Il a suffi de la présence d’un simple trait culturel dans les deux cas : de très incertaines influences grecques dans les bouddhas japonais d’un côté, une simple utilisation d’une manière occidentale de traiter la perspective de l’autre.

  1. Michael Lucken, Le Japon grec. Culture et possession, Gallimard, 2019, p. 117 []
  2. Nelly Delay, Dominique Ruspoli, Hiroshige Invitation au voyage, Ed. À PROPOS, 2012 []

Une réflexion sur « Le Japon grec »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.