Un point de vue original sur Jésus de Nazareth

En ce mois de décembre propice aux illuminations de Noël, (et peut-être aux questions des élèves sur ce sujet), il est rafraichissant d’avoir sur la vie de Jésus de Nazareth le point de vue d’un historien intransigeant quant à ce qui relève de l’histoire et ce qui relève de la croyance : il s’agit de Daniel Marguerat qui vient d’écrire le livre ci-contre  [1]. Le paradoxe, c’est qu’il s’agit d’un protestant qui se déclare être « un croyant, et même un théologien chrétien » : spontanément, on aurait tendance à croire que cette affirmation disqualifie l’historien car il veut probablement sauver les dogmes. Mais l’on verra ici que dans le protestantisme, il existe des gens comme lui qui savent relire les dogmes anciens en fonction de leur époque de production. Dans le cas de Daniel Marguerat il s’agit d’un agnosticisme de méthode, mais plus profondément, d’un agnosticisme de conviction et, à mes yeux, d’un agnosticisme chrétien.

J’ai déjà fait plusieurs billets sur les sources des évangiles de l’enfance et je les récapitule en annexe en précisant leur contenu.

Un enfant sans père ?

Tel est le titre du chapitre où Daniel Marguerat traite le problème de la naissance et de l’enfance de Jésus : le point d’interrogation est de pure politesse vis-à-vis du dogme de la naissance virginale car les arguments sont forts pour faire de Jésus un enfant illégitime. Par exemple l’évangéliste le plus ancien, Marc, fait dire aux habitants de Nazareth : «  n’est-ce pas le charpentier, le fils de Marie ? » (Marc 6,3). « Fils de Marie », c’est-à-dire que l’identification se fait non pas par rapport au père, ce qui est la norme dans le milieu de l’époque [2] mais par rapport à la mère ce qui manifeste une anormalité. Luc rétablira la norme dans son évangile, qui est postérieur à celui de Marc, en parlant de « fils de Joseph ».

Dès les origines du christianisme, Celse (à la fin du 2e siècle) évoque la possibilité d’une origine illégitime venant d’un adultère avec un soldat romain nommé Panthera : s’agit-il là d’un contre-récit calomnieux de l’Évangile de l’enfance ? L’Auteur va montrer que « les doutes sur la naissance de Jésus sont perceptibles au sein même du Nouveau Testament » (p. 51). D’abord dans la généalogie de Jésus que Matthieu met au commencement de son évangile : il s’y trouve la particularité que quatre femmes y sont présentes (alors que les généalogies traditionnelles sont uniquement masculines) et qu’elles ont toutes un statut d’anormalité morale : Rahab prostituée, Bethsabée arrachée par David à son époux, Tamar séduisant son beau-père, Ruth venant la nuit discrètement auprès de Booz. Il s’agit pour Matthieu, qui écrit dans un milieu judéo-chrétien, de montrer que l’irrégularité de Marie n’est pas la seule dans l’histoire sainte. Évidemment dans le cas de Marie, il s’agit d’une intervention divine que l’évangéliste va raconter immédiatement : l’annonce de l’ange (en songe) à Joseph pour lui dire de ne pas répudier Marie, enceinte avant leur vie commune. Luc confirme: elle a été enceinte avant toute vie commune et le père légal a été Joseph.

Daniel Marguerat fait appel, pour l’appliquer à Jésus, au statut juif de mamzer qui stigmatise toute personne née hors mariage. Un mamzer l’était par sa famille : et ce fut le cas de Jésus qui à Nazareth, devant l’incompréhension rencontré auprès de ses proches, a été l’inventeur du proverbe « nul n’est prophète en son pays ». Un mamzer ne peut pas se marier, et Jésus ne s’est pas marié alors qu’un rabbi, et Jésus a souvent été désigné sous ce terme, devait continuer l’œuvre du créateur en ayant une nombreuse descendance. De ce statut de marginal dans la société, Jésus a conservé une grande sensibilité envers les exclus.

Quant à la naissance de Jésus, examinons les textes : Matthieu 1, 18 et 20 : texte grec en version sous-titrée avec la traduction latine de Jérôme (Vulgate), très proche du grec, puis la traduction française de la Traduction Œcuménique de la Bible (TOB).

Μνηστευθείσης τῆς μητρὸς αὐτοῦ Μαρίας τῷ Ἰωσήφ,
Cum esset desponsata mater eius Maria Ioseph,
Marie, sa mère, était accordée en mariage à Joseph,

πρὶν ἢ συνελθεῖν αὐτούς,
antequam convenirent,
or, avant qu’ils aient habité ensemble,

εὑρέθη ἐν γαστρὶ ἔχουσα ἐκ πνεύματος ἁγίου.
inventa est in utero habens de Spiritu Sancto.
elle se trouva enceinte par le fait de l’Esprit Saint.

Même emploi de ἐκ πνεύματος au verset 20 : la préposition ἐκ suivie du génitif est employée au sens ordinaire de « venant de », « issu de », « de ».

Après « l’annonciation à Joseph » dans Mathieu examinons cette-fois «  l’annonciation à Marie  » dans Luc (1,34) :

Πνεῦμα ἅγιον ἐπελεύσεται ἐπὶ σέ,
Spiritus Sanctus superveniet in te,
L’Esprit Saint viendra sur toi,

καὶ δύναμις ὑψίστου ἐπισκιάσει σοι.
et virtus Altissimi obumbrabit tibi.
et la puissance du Très Haut te couvrira de ton ombre.

ἐπ-έρχομαι signifie s’approcher et ἐπι-σκιάζω projeter son ombre sur, sans connotation sexuelle. Ce dernier verbe est utilisé pour indiquer la présence de Dieu à son peuple dans le désert.

Les formules employées varient mais le message est que cet homme provient de Dieu, quelque soit la façon dont il est né. Du point de vue de l’historien on ne peut rien dire sur les modalités de la naissance de Jésus et sur son père biologique, la naissance virginale étant une interprétation des données textuelles.

Vie et mort de Jésus

L’auteur fait débuter la carrière de Jésus par la rencontre de Jean-Baptiste. Adhérent à son mouvement, Jésus se fait baptiser par Jean et, par une vision, acquière la conviction qu’il doit jouer un rôle de porte-parole d’un Dieu-père. Commence alors une action de guérisseur charismatique, d’annonce du Royaume de Dieu où la parabole est très utilisée, de maitre de sagesse qui réinterprète la loi, qui se fait des disciples mais aussi des adversaires.

Jésus à la conviction que « son interprétation de la volonté divine est la porte d’entrée dans le Royaume » pour reprendre l’une des nombreuses phrases soulignées, toujours très parlantes, dont Daniel Marguerat se sert pour résumer en cours de route de longs développements.

Après l’étude fine du mouvement de Jésus et de ses opposants vient le récit de la mort à Jérusalem dont les différentes étapes sont étudiées : l’ovation messianique de la foule, l’expulsion des marchands du Temple, le dernier repas, la trahison de Judas, les procès, le Golgotha, la sépulture. L’historien au sens strict pourrait s’arrêter là mais Jésus après Jésus relève aussi de l’histoire par quatre chapitres : l’expérience visionnaire des chrétiens, ce qu’apportent les écrits apocryphes, le point de vue du judaïsme puis celui de l’Islam.

Daniel Marguerat pour le premier de ces quatre chapitres intitulé « Ressuscité ! », se situe toujours dans une perspective historique et insiste sur les visions du ressuscité qui ont ressoudé le groupe des disciples un temps dispersé. Pour rendre compte de ces faits on peut penser à une explication psychologique ou à une falsification mais « les évangiles proposent une troisième voie : l’expérience visionnaire, par laquelle la transcendance fait irruption dans l’histoire. Cette théorie est objectivement invérifiable, tout autant que les deux premières. C’est ici que les esprits se séparent. Les croyants optent pour cette dernière ».

« Apparaitre » ou « être vu » ?

Parler d’apparition de Jésus ressuscité met l’accent sur la réalité physique de la présence de Jésus : on verra dans l’analyse qui suit, que c’est cette traduction qui est plutôt choisie par les exégètes catholiques. Par contre dire que Jésus a été vu, met l’accent sur un phénomène de « vision » qui indique l’aspect subjectif et non objectif du phénomène : c’est plutôt une manière protestante de présenter les choses et Daniel Marguerat s’y conformera.

Examinons ce qui fut probablement le premier texte rédigé du Nouveau Testament sur la résurrection (avant les évangiles), celui de la première épitre de Paul aux Corinthiens au chapitre 15, versets 3b à 8 : j’utilise la traduction française de la TOB mais j’ajoute éventuellement une traduction catholique (Osty) ou protestante (Segond).[3]

(Chap. 15,3) Παρέδωκα γὰρ ὑμῖν ἐν πρώτοις
Tradidi enim vobis in primis
Je vous ai transmis en premier lieu

ὃ καὶ παρέλαβον,
quod et accepi,
ce que j’avais reçu moi-même :

ὅτι χριστὸς ἀπέθανεν ὑπὲρ τῶν ἁμαρτιῶν ἡμῶν κατὰ τὰς γραφάς
quoniam Christus mortuus est pro peccatis nostris secundum Scripturas
Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures.

(4) καὶ ὅτι ἐτάφη
et quia sepultus est
Il a été enseveli,

καὶ ὅτι ἐγήγερται τῇ τρίτῃ ἡμέρᾳ κατὰ τὰς γραφάς
et quia suscitatus est tertia die secundum Scripturas
il est ressuscité le troisième jour selon les Ecritures

(5) καὶ ὅτι ὤφθη Κηφᾷ, εἶτα τοῖς δώδεκα:
et quia visus est Cephae et post haec Duodecim
– il est apparu à Céphas, puis aux Douze (TOB, Osty)
– et qu’il a été vu de Céphas, ensuite des douze (Segond)

(6) ἔπειτα ὤφθη ἐπάνω πεντακοσίοις ἀδελφοῖς ἐφάπαξ,
deinde visus est plus quam quingentis fratribus simul
– Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois (TOB, Osty)
– Après cela, il a été vu de plus de cinq cents frères, en une seule fois (Segond)

(…)

(8) ἔσχατον δὲ πάντων, ὡσπερεὶ τῷ ἐκτρώματι, ὤφθη κἀμοί.
novissime autem omnium, tamquam abortivo, visus est et mihi.
– en tout dernier lieu, il m’est aussi apparu, à moi l’avorton. (TOB)
– et après eux tous, il m’est apparu à moi aussi, comme à l’avorton. (Osty)
– et après tous, il a aussi été vu de moi, comme de l’avorton. (Segond)

Voici le commentaire de Daniel Marguerat :

La traduction « il est apparu » est approximative, car la forme verbale est singulière. Il s’agit de la forme réfléchie du verbe horaô (« voir), mais au passif : il s’est fait voir. Or, cette forme (ôphtè en gec) est connue de la Septante, l’Ancien Testament grec, où elle s’applique à Dieu apparaissant à son peuple (p. 264).

Cette insistance sur un phénomène visionnaire sape la réalité objective du témoignage en l’identifiant à des phénomènes de vision qui seront d’ailleurs nombreux ensuite dans l’histoire (comme la vision de Paul sur le chemin de Damas). Comme l’auteur le souligne : « Ce qui touche l’après-mort relève de la croyance, uniquement de la croyance ».

On voit à travers cette insistance sur le caractère visionnaire des « apparitions » de Jésus que la manière de croire de Daniel Marguerat appartient à ce que j’appelle un agnosticisme chrétien, c’est-à-dire un refus des descriptions religieuses relevant du miracle mais une acceptation de certains traits de la doctrine chrétienne qui sont socialement indispensables.

Un texte antérieur de Daniel Marguerat nous incite à continuer l’enquête sur la nature de la croyance de l’auteur puisqu’il s’agit d’un texte consacré au Jugement dernier. Il l’écrit en collaboration avec Marie Balmary [4]. Après avoir dialogué au fil des chapitre avec la psychanalyste, il indique que pour lui le Jugement dernier est une « fiction salvatrice ». Il répond par là au dilemme que Marie Balmary pose au début du livre en disant que, après la mort, soit il n’y a rien (et il ne faut donc rien en dire), soit « il y aurait, par la mort, un passage vers un au-delà mystérieux, et sans doute une étape à franchir de l’ordre du jugement ».

Parler de « fiction salvatrice » est un refus de cette opposition : fiction est entendu au sens de la fiction littéraire. Il s’agit de décrire une situation inventée mais simulant le réel qui entraine des conséquences dans la vie du lecteur. Dans le cas présent la fiction du Jugement dernier, si on la met en rapport avec les textes des évangiles qui en parlent, oppose « un salutaire interdit » à toute tentative de l’individu de se juger (et donc d’avoir des remords et de la honte) ; à toute collectivité de se donner ses objectifs comme normes absolues ; au « repli idolâtre du monde sur lui-même, quand le monde se propose comme référence dernière et usurpe une autorité qui ne lui revient pas ».

En évoquant ce texte, on comprend mieux quelle est la perspective de Daniel Marguerat : les croyances chrétiennes sont des fictions salvatrices qui ne peuvent s’appuyer sur aucun fait historique mais qui ont des effets positifs qui doivent donc être promus activement. Faire le bien, lutter pour la justice n’est pas facultatif et n’a pas besoin de croyance dans des faits miraculeux pour être pratiqué. La vie écrite par l’auteur restitue un rôle historique à Jésus, mais dans le cadre du milieu juif où il vivait. La croyance chrétienne vient ensuite et elle n’a plus besoin aujourd’hui de croyance au surnaturel : elle peut être agnostique sur ces questions mais doit être poursuivie, du fait de ses exigences éthiques vécues en communauté.

Annexe

Sur la question des fêtes de fin d’années, de la naissance et de la vie de Jésus, j’ai déjà fait plusieurs billets sur le présent blog (que je préfère appeler un carnet de recherche) :
Que dire de Noël dans l’enseignement ? (26/12/2010) : commentaire du texte de la naissance à Bethléem, réflexion sur le Père Noël selon Lévi-Strauss ; sur la raison des cadeaux aux enfants ; sur l’usage social des fêtes du Nouvel an et des Rois.
Textes autour de Noël : l’annonce à Marie, les Rois Mages (23/12/2012) : ce billet met en parallèle les textes de la naissance de Jésus avec ceux de la naissance de Moïse.
L’étoile des Rois Mages et l’ânesse de Balaam (04/01/2015) : mise en rapport des textes sur l’adoration des Rois Mages avec un oracle de l’Ancien Testament.
Ambiance de Saturnales aux fêtes de fin d’année (22/12/2015) : mise en parallèle du port du Pileus aux saturnales et du port du bonnet du Père Noël aujourd’hui.
L’étoile des Rois Mages : mythe ou réalité ? (04/12/2016) : critique de ceux qui pensent retrouver un évènement astronomique dans le récit des Rois Mages.
Répondre à une question d’élève : Jésus a-t-il existé ? (02/09/2017) : état de la recherche historique actuelle.

Je signale que j’ai utilisé dans le présent billet des éléments déjà publiés dans une critique du livre de Daniel Marguerat que j’avais faite pour le numéro d’Esprit de novembre 2019. Je signale enfin que l’on trouvera dans le livre que j’ai écrit avec Claire Taillandier, Adieu à l’Église. Sociohistoire d’un départ, [5], les raisons pour lesquelles je défends, comme Daniel Marguerat ici ou Emmanuel Carrère dans Le Royaume, (POL, 2014) la cause de l’agnosticisme chrétien.

  1. Daniel Marguerat, Vie et destin de Jésus de Nazareth, Seuil, 2019 []
  2. et encore aujourd’hui dans le monde arabe comme en témoignent les nombreux patronymes qui commencent par ben, fils de []
  3. Le Texte grec avec traduction Segond en ligne. []
  4. Nous irons tous au paradis, Albin Michel, 2012 []
  5. L’Harmattan, 2018, extrait en ligne []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.