Tsunami à Genève en 563

Marius, évêque d’Avenches (au nord de Lausanne) a laissé une chronique dont il ne reste que quatre pages et qui couvre les années 455 à 481 : c’est l’époque du règne de Justinien en Orient et la datation des années se fait selon les consulats de Constantinople. Examinons sur le manuscrit de la British Library ce qui concerne l’année 563 ; c’est le seul exemplaire connu du texte [1] .

Pour rendre lisible et compréhensible ce texte, je vais lui faire subir, outre une opération d’augmentation du contraste, une mise en version sous-titrée avec un texte latin restitué et une version française [2]. Suivant les principes du présent carnet de recherche, l’ordre du texte d’origine est respecté si on lit ligne après ligne. Pour comprendre la traduction française, il faut lire d’abord la colonne de gauche où éventuellement se trouve le verbe de la phrase rejeté à la fin puis revenir à la colonne de droite pour trouver le complément du verbe.

Avant de commenter ce texte examinons de près ces mots écrits en minuscule caroline (le manuscrit est de la fin du 9e siècle ou du début du 10e). Comme on le voit rapidement, la lecture en est assez aisée car la minuscule caroline a été remise à l’honneur à la Renaissance et nos minuscules actuelles en sont proches. Ce qui en rend plus difficile la lecture, c’est l’usage des abréviations (explicitées pour la ligne 1) mais surtout celui des signes typographiques.

Prenons par exemple la ligne 8 où on reconnait en tête ce que nous appelons aujourd’hui le & commercial mais qui n’est que la continuation du signe de la sténographie antique pour le « et » [3]. Mais ce signe sert aussi pour écrire les lettres et en début de mot (etiam ligne 15) ou en fin de mot (oppressiset ligne 6, et lignes 14 et 18 vastasset et demolisset).

Un autre usage très fréquent est celui du « s » dit long comme précisément dans oppressiset : ce caractère ancien qui a été utilisé jusqu’au 18e siècle (ainsi que le &) et n’est plus conservé aujourd’hui que pour le signe de l’intégrale « ∫ » car c’est l’abréviation de « somme ».

Ici, un « m » final est suppléé par un accent sur le « u » de lacum et de milium et, en ligne 12, où il sert pour cum mais aussi à l’intérieur de [h]ominibus où l’on notera que la finale us est remplacée par un « ; ».

Muni de ces codes de lecture, nous sommes maintenant aptes à lire le manuscrit, sa transcription et la traduction.

Reprenons l’ensemble de la traduction (issue de l’ouvrage de Justin Favrod cité en note 2, p. 79-80) :

«  Post-consulat de Basilius, 22e année, 11e indiction [1er sept. 561 – 31 aout 563].
Cette année-ci, la grande montagne du Tauredunum dans le diocèse du Valais s’écroula si brusquement qu’elle écrasa un bourg qui était proche, des villages et en même temps tous leurs habitants. Sa chute mit aussi en mouvement tout le lac, long de 60 milles et large de 20 milles, qui, sortant de ses deux rives, détruisit des villages très anciens avec hommes et bétail. Le lac démolit même beaucoup d’églises avec ceux qui les desservaient. Enfin, il emporta dans sa violence le pont de Genève, les moulins et les hommes et, entrant dans la cité de Genève, il tua beaucoup d’hommes.  »

On se doute qu’un tel évènement a enflammé l’imagination de générations de curieux et de chercheurs d’autant plus qu’une autre version de la catastrophe a été relatée par Grégoire de Tours dans l’Histoire des Francs (livre 4, chap. 31) qui fait l’hypothèse qu’un éboulement massif avait bloqué le cours du Rhône faisant un barrage qui, en se rompant, submergea le lac et Genève qui se situe à son extrémité.

Aujourd’hui, le scénario tel que le présentent les spécialistes dans le livre ci-dessous abandonne la présentation de Grégoire de Tours et suit celle de Marius d’Avenches dont nous avons examiné le manuscrit plus haut [4].

La montagne de Tauredunum

On sait aujourd’hui d’où est tombée la montagne de Tauredunum : elle ne situait pas au-dessus du lac mais complètement à l’est dans la zone d’alluvions laissée par le Rhône quand il se jette dans le lac. Ci-dessous la carte générale du Léman avec la zone de l’agrandissement à droite [5].

Voici la description qu’en donnent les auteurs du livre (p. 123-123).

« Un jour de 563, à une saison qui reste inconnue puisqu’aucun auteur ne le précise, le sommet de la Suche, fragilisé de longue date par une faille, fatigué par l’érosion, se fend en deux. Un volume de roches de 30 à 50 millions de mètres cubes se détache et dévale la pente. Même si la limite entre la terre et l’eau se situe un kilomètre plus en amont à l’époque, c’est bien sur la terre que tombent les roches. Sous le coup de l’impact, les sédiments de la plaine se liquéfient. Les fragments les plus massifs s’y enfoncent. Le reste continue sa course dans la vallée, porté par un torrent de boue et de roches. L’onde de choc se propage loin. Des vagues de terre déforment la surface avant de se figer. Sous l’effet du choc, une partie de la matière de la plaine est déplacée, poussée. Quand ce déplacement arrive à la frontière entre la plaine et le lac, une énorme partie du delta sédimentaire immergé part en avalanche : plus de 250 millions de mètres cubes de sédiments, peut-être plus. Le phénomène déstabilise toute la masse d’eau. Une vague énorme se soulève qui va traverser le lac de bout en bout en seulement 70 minutes. Après avoir ravagé les bords du Léman, elle vient s’écraser sur les murs de Genève, détruit ses infrastructures portuaires, son pont, et continue sa course folle loin dans les terres sur plusieurs kilomètres, renversant tout sur son passage, emportant tout. »

Les preuves archéologiques sont de deux ordres. Les traces des sédiments datant de l’époque, poussés dans le lac forment une couche d’une dizaine de mètres qui a été repérée en 2010 dans la partie la plus profonde du lac. Plus récemment, des traces de l’éboulement terrestre ont été découvertes. La conclusion donnée par les géologues est que le Léman, aujourd’hui, n’est pas à l’abri d’un nouveau tsunami.

***

Post scriptum : Antje-Marianne Kolde  qui enseigne la didactique du latin et du grec à Lausane signale que jusqu’en janvier 2022, le Musée du Léman à Nyon consacre une exposition à cet évènement. 

  1. http://www.bl.uk/manuscripts/Viewer.aspx?ref=add_ms_16974_fs001r, il faut aller au folio 112v []
  2. issue, avec des modifications, de l’ouvrage suivant : La chronique de Marius d’Avenches : 455-581. Texte traduction et commentaire de Justin Favrod, Lausanne, Université de Lausanne, 1993 []
  3. on trouvera sur le présent carnet de recherche une présentation de la sténographie antique ; notes tironiennes []
  4. Pierre-Yves Frei, Sandra Marongiu, Un tsunami sur le Léman : Tauredunum 563, Presses polytechniques et universitaires romandes, nouvelle édition, 2020 []
  5. Cartes issues de Géoportail modifiées []

Une réflexion sur « Tsunami à Genève en 563 »

  1. Bonjour,
    Cette petite étude en grande forme, sérieuse, engagée et stimulante, que je trouve au détour d’un croisement sur le web m’a surpris, et bien reposé – tranquillité toujours bienvenue des écritures anciennes ; résidant au Japon, elle fait se demander pourquoi il n’y a toujours pas eu –à ma connaissance, pareille application à lire et reconnaitre ce qu’on savait ou non, ce qu’on aurait pu et dû savoir de l’ancienne pierre posée dans la préfecture de Fukushima à quelques km du rivage, il y a de cela quelques siècles, pour prévenir et prévoir, les effets d’un autre tsunami comme celui – catastrophique, qui venait de frapper la province, et qui provoqua la stèle – aux inscriptions restées apparemment et criminellement lettres mortes ; quant aux documents internes qui attesteraient des délibérations et décisions, responsabilités et manquements des sociétés en charge des réacteurs nucléaires – construction et maintenance, ils restent en grande partie scellés.

    Vive le latin alors, et merci pour votre travail et sa diffusion en accès libre.

    JMR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.